Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/20 | Une coupure de courant géante à Poitiers revendiquée par la CGT

    Lire

    Ce jeudi 20 février, une partie de l'agglomération de Poitiers (centre-ville et l'ouest de l'agglomération) a été plongée dans le noir. La coupure d'électricité a duré un peu plus d'une heure de 9h30 à 10h30 dans certains quartiers de la ville. Selon Enedis, 30 000 personnes auraient été impactées. Cette action a été revendiquée dans un communiqué par l'Union départementale CGT de la Vienne et la CGT Energie mobilisées contre la réforme des retraites dont ils veulent le retrait pur et simple.

  • 20/02/20 | L 214 s'en prend à la Sobeval à Boulazac (24), la préfecture réagit

    Lire

    L214 a publié ce jeudi une nouvelle vidéo mettant en cause les abattoirs de la Sobeval à Boulazac. L'association va porter plainte pour cruauté sur les animaux. Elle affirme qu'il y a des manquements à la réglementation dans l'abattage des veaux et demande la fermeture administrative du site. Ces images ont été visionnées par les services de l'Etat. La préfecture réagit dans un communiqué : Elle affirme qu'après un premier visionnage, rien ne permet de dire qu'il y a des manquements au règlement.

  • 20/02/20 | La plateforme Océan Climat en séminaire à La Rochelle

    Lire

    Après avoir contribuée à l'élaboration de l'exposition Climat Océan au musée maritime, la Plateforme Océan et Climat vient faire son séminaire annuel à La Rochelle, les 24 et 25 février. Fondée en 2014, la POC rassemble la communauté scientifique, certains acteurs de la société civile et des décideurs politiques, dont la ville de La Rochelle, autour des questions liées à l'océan et au climat. Ce séminaire sera l'occasion d'élaborer sa feuille de route 2020-2021 et de rencontrer le grand public.

  • 20/02/20 | Les boulevards bordelais pensent aux vélos

    Lire

    La métropole bordelaise continue de déployer son deuxième "plan vélo" (70 millions d'euros sur la période 2017-2020). Elle a annoncé ce mardi l'engagement de travaux entre la barrière Saint Augustin et le carrefour de la rue Jules Ferry (environ deux kilomètres) pour sécuriser la circulation des cyclistes. Ils prévoient notamment un élargissement des bandes cyclables (jusqu'à deux mètres), l'arrivée de vingt feux et de nouveaux SAS vélos sur huit carrefours et soixante nouveaux arceaux. Les travaux devraient s'étaler "jusqu'au début de l'été" et comprendre aussi des reprises de chaussée.

  • 20/02/20 | La ville de Limoges s'engage avec la Garde nationale

    Lire

    Le maire Emile-Roger Lombertie et la secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq ont signé une convention de soutien à la Grade nationale. Cette réserve opérationnelle a été créée en 2016 suite aux attentats en France. La ville de Limoges s'engage pour que ses citoyens ayant rejoint volontairement la Garde nationale puissent s'y investir plus facilement. Ils pourront ainsi y consacrer jusqu'à 30 jours par an, contre 5 auparavant. De plus, cette mobilisation pourra se faire hors de leurs périodes de vacances. La Garde nationale compte 76 000 réservistes opérationnels en France.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Innovation : des jeux vidéo pour lutter contre le décrochage scolaire

08/02/2019 | Entre février et juin 2019, plus de 200 collégiens et lycéens lot-et-garonnais vont concevoir des jeux vidéo pour lutter contre le décrochage scolaire…

Lancement du projet pédagogique le 5 février

Lutter contre le décrochage scolaire. Tel est l’objectif d’un projet pédagogique innovant porté par l’association franco-québécoise Fusion Jeunesse, la Région Nouvelle-Aquitaine et Ubisoft Bordeaux. Entre février et juin 2019, plus de 200 collégiens et lycéens lot-et-garonnais âgés de 12 à 17 ans, répartis dans neuf établissements⃰ du département, découvriront le monde des technologies et du design grâce à la conception de jeux vidéo. Le lancement officiel de ce projet a eu lieu le 5 février dernier dans les locaux de Digital Campus à Bordeaux…

« Tout a été pensé ! Les difficultés d’enseignement, les apports intellectuels, l’accompagnement pédagogique ! On nous a véritablement livré un projet clé en main ! » En ce 5 février, Cyrielle Cathelinaud, enseignante en arts plastiques au collège Jean Moulin de Marmande, est aux anges. L'association franco-québécoise Fusion Jeunesse, la Région Nouvelle-Aquitaine et Ubisoft Bordeaux viennent de lancer officiellement un projet pédagogique visant à lutter contre le décrochage scolaire. Ce dernier va permettre à plus de 200 collégiens et lycéens lot-et-garonnais âgés de 12 à 17 ans, de découvrir le monde des technologies et du design grâce à la conception de jeux vidéo, entre février et juin 2019. Un visage émerveillé, un sourire qui en dit long, cette professeur « attendai[t] un tel projet depuis bien longtemps. Nous allons parler leur langue, renchérit-elle. C’est un support pédagogique extraordinaire à partir duquel nous allons concevoir, créer, innover. Par exemple, nous allons réaliser des jackets et des logos pour leurs jeux. » Et c’est toute l’équipe pédagogique de cette classe de 5ème de ce collège qui s’est lancée dans cette aventure. Clément Duffourt, professeur de mathématiques, quant à lui, se dit rassuré de savoir qu’une « grosses structure, comme Ubisoft est derrière pour accompagner les jeunes ». Un projet pilote en FranceCe projet est donc à l’initiative de l’association franco-québécoise Fusion Jeunesse. Lauréate de nombre de distinctions, cette dernière a pour mission de « contribuer à la persévérance scolaire, à l'employabilité, à l'orientation et à l'engagement civique des jeunes en implantant des projets d'apprentissage expérientiel innovants qui créent des liens continus entre les milieux scolaires et les professionnels », précise Gabriel Bran Lopez, président fondateur de cette structure. Si aujourd’hui, et ce depuis cinq années, un tel projet pédagogique profite à plus de 750 jeunes au sein de 35 établissements situés à Montréal, Québec et en Ontario, le projet lot-et-garonnais est le premier du genre lancé en France par Fusion Jeunesse. « C’est vraiment le premier projet pilote pédagogique en France », tient à souligner Gabriel Bran Lopez. Ce projet fait d’ailleurs partie de la nouvelle feuille de route signée récemment entre la Nouvelle-Aquitaine et le Québec pour 2018-2021. Des jeunes émerveillés Et qu’en disent les principaux intéressés ? « Et bien ils ont des étoiles plein les yeux ! », assure Sylvie Scantamburlo, principale du collège Lucien Sigala de Duras. En effet, les jeunes sont « euphoriques, enthousiastes, motivés. Ils ont plein d’idées. Souhaitent ouvrir une salle de gaming au sein de l’établissement par exemple ! » Avant le lancement officiel de ce projet, le 5 février en matinée, ces collégiens et lycéens ont eu le privilège de visiter les studios d’Ubisoft à Bordeaux. Le verdict fut sans appel. « Ils étaient fascinés ! », précise Sylvie Scantamburlo. Pour la principale, « ce projet est tout simplement grandiose car il allie la pédagogie au ludique. Il associe l’apprenant et l’enseignant. Il permet de toucher aux fondamentaux tout en jouant. Bref, nous n’avons jamais eu ça ! » Un accompagnement sur-mesureChaque semaine, entre février et juin, un « expert » de Fusion Jeunesse se rendra dans les neuf établissements lot-et-garonnais pour accompagner pendant trois heures les jeunes dans la réalisation de leur jeu vidéo. Dans chaque classe, répartis en groupe de 4-5 élèves, les jeunes créeront ainsi leur propre studio de jeu vidéo. « Toutes les phases de réalisation d’un jeu seront ainsi abordées et, de surcroit, toutes les matières scolaires, d’une manière ludique », précise David, l’un des coordonnateurs. Ce projet sera réalisé en six phases distinctes. « La phase 1 pour comprendre les différentes facettes de l'industrie du jeu vidéo. La phase 2 pour utiliser des outils numériques artistiques. La phase 3 pour découvrir la programmation et le codage. La phase 4 pour faire des essais-erreurs de leur jeu tout en travaillant leur image de marque. La phase 5 pour assembler tous les éléments de leur jeu et le tester. Enfin, la phase 6 pour la finition et la commercialisation du jeu ».
Le 17 juin prochain, les jeunes présenteront leurs créations à La Manoque à Tonneins, devant parents, professeurs, directeurs d'établissement, mentors, coordonnateurs, partenaires et membres de Fusion Jeunesse.

Locaux d'Ubisoft

« Le jeu comme vecteur d’éducation » Ubisoft est donc partie prenante de ce projet pédagogique innovant. Du reste, cette multinationale travaille main dans la main avec l’association Fusion Jeunesse depuis 6 ans à Montréal, au sud du Québec. Installé à Bordeaux en septembre 2017, le studio de jeux vidéo a permis la création de nombreux emplois sur le territoire. Julien Mayeux, le manager du studio Ubisoft bordelais, précise d'ailleurs qu'« Ubisoft est assez engagé sur ce type de démarche pédagogique, qui permet de faire connaître les métiers du jeu vidéo ». En effet, dès son arrivée dans la capitale girondine, l'entreprise s'est inscrite dans le projet de l’association des professionnels du jeu vidéo Bordeaux Games. Cette dernière a organisé le 10 octobre et le 5 décembre 2018 deux demi-journées dédiées aux métiers du jeu vidéo. L’opération « Start : les métiers du jeu vidéo » a permis à des élèves de troisième, ne pouvant pas réaliser un stage d’observation dans l’un des studios bordelais, de découvrir le temps d’une après-midi les principaux métiers liés à cette discipline. Pour l’association Fusion Jeunesse comme pour Ubisoft, le choix des établissements scolaires lot-et-garonnais est simple : « le Lot-et-Garonne est un département rural. À travers ce projet, nous proposons aux jeunes des perspectives d’emploi différentes de ce qu’ils voient au quotidien », souligne Julien Mayeux.

Le rôle d’Ubisoft dans le projet « Quand créer aide à motiver », selon Julien Mayeux, est « d’utiliser le jeu vidéo comme vecteur pour l’éducation ». Cela apparaît, par exemple, à travers l’utilisation des mathématiques lors du développement d’un jeu de rôle : ces derniers font appel de manière récurrente aux statistiques et aux probabilités. Le manager du studio bordelais explique l’intérêt du projet par une volonté de « moderniser » l’approche éducative. Dans chacun des établissements scolaires qui participent à la démarche, les travaux liés à cette dernière sont intégrés aux enseignements.

⃰Les collèges Jean Moulin à Marmande, Lucien Sigala à Duras, Daniel Castaing au Mas d’Agenais, Jean Rostang à Casteljaloux, la cité scolaire à Marmande, Germillac à Tonneins, Jacques Philippe Delmas de Grammontde à Port-Sainte-Marie, le micro lycée professionnel Antoine Lomet d’Agen et le lycée professionnel val de Garonne à Marmande.

Sybille Rousseau - Yoan Denéchau
Par Sybille Rousseau - Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
4139
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !