Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/18 | Charente-Maritime et Deux-Sèvres font Chambres communes

    Lire

    Les deux Chambres d'Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont fusionné leurs services en janvier. En fait de fusion, il s'agit plus exactement d'une "mutualisation" de moyens à travers le regroupement des services. Les 180 agents des Deux-Chambres travaillent désormais pour les deux départements, de façon complémentaires : le 17 apportera son expertise en maraîchage au 79, qui apportera son expertise en élevage. L'accueil du public et les antennes locales ne changent pas.

  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview : Christian Broucaret, président de la Fnaut Aquitaine : "18,5 allers-retours directs vers Paris, ce n'est pas un luxe"

22/04/2016 | La président régional de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports revient sur le phénomène LGV et le sacrifice des trains régionaux.

Christian Broucaret

18,5 allers-retours directs entre Bordeaux et Paris d'ici juillet 2017 pour la future ligne LGV. Une déclaration d'utilité publique concernant la LGV reliant Poitiers à Limoges annulée par le Conseil d'État. Une région Aquitaine menaçante face à la suppression provisoire de 24 TER quotidiens en aquitaine, faute de conducteurs. Des dysfonctionnements sur les Intercités dénoncés de plus en plus souvent... décidément, la SNCF a beau se féliciter à grand renfort de communication de l'arrivée de la LGV en gare de Bordeaux, ailleurs, les problèmes s'accumulent. On fait le point avec Christian Broucaret, président de la Fnaut Aquitaine.

@qui! - Le projet de LGV entre Poitiers et Limoges vient d'être retoqué par le Conseil d'État. C'est la preuve d'un désavoeu pour vous ?
Christian Broucaret, président de la Fnaut Aquitaine
Dans l’imaginaire des politiques, la LGV résout tout. Or, c’est faux parce que ça s’inscrit dans une démarche plus complète d’aménagement du territoire. Cet imaginaire, nous n’y adhérons pas. Dans une ville comme Bordeaux, c’est vrai que ça va être un choc. Ca l’est déjà. Parce que ça va concurrencer l’avion. Mais il ne faut pas penser que Limoges va devenir le centre de la France parce qu’il y aura un TGV.  

@qui! - L'annonce du nombre de dessertes fait par la SNCF la semaine dernière vous satisfait-elle ?
C.B
- Ce n’est pas un luxe. Rennes, qui a moitié moins de population que la métropole bordelaise, en a beaucoup plus que nous. Dans le contrat entre RFF et Lisea, il était prévu 19 circulations pour que Lisea amortisse les travaux. Concernant les usagers, il faut voir l’effet d’entraînement que la LGV vers Paris va avoir. Il faut que ceux qui prenaient l’avion puissent avoir la possibilité de prendre le train facilement. Ce qui signifie qu’ils doivent avoir de l’offre. Cette offre doit précéder la demande. Si l’usager a cinq horaires au lieu de trois, il y a plus de chance qu’il se tourne vers le train. C’est comme au poker : si vous ne mettez pas un peu d’argent sur la table, vous n’allez jamais gagner… La SNCF était extrêmement frileuse et ne voulait pas prendre de risques. Dans les résultats de la négociation avec son médiateur, Jean Auroux, on était arrivé à 13,5 allers-retours directs. C’est la lettre d’Alain Juppé, d’Alain Rousset et de la CCI signée aussi par la Fnaut, qui en a proposé 19. 

Prenons le cas des péages : entre Tours et Bordeaux, le péage va à Lisea (entreprise privée). Entre Paris et Tours, il va à SNCF Réseaux. Entre Paris et Tours vont passer les TGV vers le Sud-Ouest et vers l’Ouest, qui quitteront la LGV à peu près à moitié chemin. Donc ces TGV supplémentaires vont payer des péages. L’usure de la voie est certes proportionnelle au nombre de trains qui passent, mais ça ne passe pas du simple au double. SNCF Réseaux peut donc se permettre de baisser le prix des péages entre Paris et Tours sur la LGV Atlantique parce qu’ils en profitent vers la Bretagne et dans le Sud Ouest. Enfin, ça peut compenser les péages qui sont un peu plus chers chez LISEA. L’intérêt pour l’exploitant, c’est qu’il passe le plus de trains possibles parce que plus on prend d’argent, plus on en a pour entretenir. 

@qui! - La SNCF justifie ses chances d'attirer près de 2,3 millions de voyageurs d'ici 2019 par l'éventuel report modal qui pourrait être fait par rapport aux utilisateurs de l'avion. Y croyez-vous ?
C.B
- Certes, il faut du volume, mais il faut aussi de la fréquence. Il est évident que ce n’est pas en mettant un train toutes les deux heures que l’on va résoudre le problème. A l’absurde, leur raisonnement, c’était de couvrir tous les besoins en mettant un train capacitaire de 75 000 places. Certes, le train à la demi-heure en heure de pointe et un toutes les heures en heures creuses, c’est correct. Mais c’est vraiment le minimum. Ce qu’il faut espérer, c’est que du fait de l’afflux, ils soient obligés d’en mettre plus. De plus en plus, SNCF Réseaux va vers des TGV Duplex. Avec un train plus capacitaire et un mécanicien, on met plus de monde dedans et un Duplex ne paye pas deux fois le péage d’un TGV simple. 

@qui! - La SNCF reste encore assez discrète sur les prix des billets du TGV entre Bordeaux et Paris mais assure que quel qu'il soit, son déficit sera tout de même supérieur à 100 millions d'euros par an. On peut s'attendre à des billets plus chers ?
C.B
- Cette histoire des 100 millions de déficit par an est un faux problème. Les comptes de la SNCF sont de toute façon tellement opaques qu’on ne peut pas vraiment savoir ce qu’ils vont perdre. D’après les estimations qu’on a fait et qui ont été corroborées par les calculs du Conseil régional, on considère qu’ils seront à l’équilibre et même bénéficiaires. Parce que plus vous mettez de trains, plus vous aurez la chance de les remplir. Il y aura un effet d’entraînement. Aujourd’hui, sur Strasbourg, Air France rabat les gens sur le train. Ca pourrait très bien arriver qu’il y ait demain des trains affrétés par Air France de façon à ce que les gens qui arrivent de l’international à Bordeaux fassent la partie nationale en train.

Les frais ne sont pas linéaires. Une augmentation de 20 à 30% sur le prix du billet est peut-être acceptable pour les usagers, mais elle ne va pas être beaucoup plus importante que ça. On doit rester dans les mêmes prix. La politique du Yield Management (tarification en temps réel) doit aussi jouer à plein. Il paraît normal que les gens qui n’ont pas de contraintes horaires payent leur billet moins cher. Un premier prix sur Paris-Bordeaux aujourd’hui, c’est trente euros. Le prix « plein pot » est à plus de 100 euros. Entre ce yield management et le volume capacitaire plus important dans le train, il y a quand même moyen d’arriver à une hausse de billet raisonnable. Aujourd’hui, dans la tête des gens, le TGV est cher, il faut que cette idée passe. Si l’on déclare d’utilité publique les lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax au mois de juin, il va falloir que les gens voient l’intérêt de ces lignes nouvelles. Ils comprennent assez difficilement que ces nouvelles lignes vont arranger les trains du quotidien et les sorties de Bordeaux. Ca va dégager des sillons, notamment dans la tranchée de Talence qui est engorgée. Enfin, on peut comprendre le souci des vignerons du sauternais mais il y a quand même eu trois ans de concertations, des réunions à n’en plus finir et pas vraiment d’opposition des corps constitués… Les agriculteurs du sauternais ont une autoroute qui passe au milieu du vignoble depuis 1975, ça ne les a jamais dérangés…

@qui! - Dans un article paru ce mardi dans la presse régionale, on voit bien que Bordeaux-Nantes sert de preuve supplémentaire pour dénoncer la vêtusté des lignes Intercités. Le coup de semonce de la région par rapport à la suppression de 24 TER par la SNCF pour cause de manque de conducteurs prouve également les dysfonctionnements au niveau régional. Les TER et les Intercités sont-ils les grands sacrifiés de la LGV ?
C.B -
L'explication est simple. La seule responsabilité qu’SNCF Mobilité a sur les trains, c’est sur les TGV parce qu’ils leur appartiennent. Le déficit des Intercités appartient à l’État et celui des TER aux régions. Ils se fichent donc que les TER et les Intercités ne marchent pas parce que ça ne leur sort pas de la poche et ça occupe leur personnel. Sur Bordeaux-Nantes, ils ont intérêt que les gens se rabattent sur le TGV pour n’utiliser que les trains SNCF Réseaux. Ils font un compromis en proposant des temps de trajets corrects entre Bordeaux et Nantes. Mais ce n’est pas en descendant la vitesse et en ne faisant pas des travaux sur le réseau qu’on va arranger les choses… 

Vu la difficulté de la formation des conducteurs, il n’est pas évident que tout le monde soit habilité d’ici l’été. La SNCF avait prévu que les régions laissent tomber certaines lignes comme Bayonne-Saint-Jean Pied de Port, Pau-Oloron, Périgueux-Agen et le Médoc afin de les remplacer par des bus de manière à recruter moins de conducteurs. Cette imprévision sur les effectifs des conducteurs est la même sur les aiguilleurs et les mainteneurs. 

Pour ce qui est de la menace financière de la région, sachez qu’elle est impuissante auprès de la SNCF. Quand vous n’avez qu’un seul fournisseur, pas le choix, il faut faire avec. La SNCF a prévu les pénalités que met la région dans le contrat, cela ne les dérange pas plus que ça. Pendant ce temps là, les usagers passent par le co-voiturage dès qu’il y a des dysfonctionnements sur une ligne. Ils se tournent vers ce qu’ils peuvent… 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
59035
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 30/04/2016

Les réponses de Christian Broucaret sont très intéressantes.
Une question pourtant : pourquoi cette frilosité de la SNCF pour proposer un cadencement serré et ample sur la LGV Paris-Bordeaux ? N'est-ce pas que le risque de faire rouler des trains moitié vides donc générateurs de déficit est considéré comme sérieux par ses stratèges ?
La SNCF n'est pas toujours aussi frileuse : elle n'hésite pas à investir ailleurs, à l'international, ou sur des liaisons en bus par exemple...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !