Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview : Christian Broucaret, président de la Fnaut Aquitaine : "18,5 allers-retours directs vers Paris, ce n'est pas un luxe"

22/04/2016 | La président régional de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports revient sur le phénomène LGV et le sacrifice des trains régionaux.

Christian Broucaret

18,5 allers-retours directs entre Bordeaux et Paris d'ici juillet 2017 pour la future ligne LGV. Une déclaration d'utilité publique concernant la LGV reliant Poitiers à Limoges annulée par le Conseil d'État. Une région Aquitaine menaçante face à la suppression provisoire de 24 TER quotidiens en aquitaine, faute de conducteurs. Des dysfonctionnements sur les Intercités dénoncés de plus en plus souvent... décidément, la SNCF a beau se féliciter à grand renfort de communication de l'arrivée de la LGV en gare de Bordeaux, ailleurs, les problèmes s'accumulent. On fait le point avec Christian Broucaret, président de la Fnaut Aquitaine.

@qui! - Le projet de LGV entre Poitiers et Limoges vient d'être retoqué par le Conseil d'État. C'est la preuve d'un désavoeu pour vous ?
Christian Broucaret, président de la Fnaut Aquitaine
Dans l’imaginaire des politiques, la LGV résout tout. Or, c’est faux parce que ça s’inscrit dans une démarche plus complète d’aménagement du territoire. Cet imaginaire, nous n’y adhérons pas. Dans une ville comme Bordeaux, c’est vrai que ça va être un choc. Ca l’est déjà. Parce que ça va concurrencer l’avion. Mais il ne faut pas penser que Limoges va devenir le centre de la France parce qu’il y aura un TGV.  

@qui! - L'annonce du nombre de dessertes fait par la SNCF la semaine dernière vous satisfait-elle ?
C.B
- Ce n’est pas un luxe. Rennes, qui a moitié moins de population que la métropole bordelaise, en a beaucoup plus que nous. Dans le contrat entre RFF et Lisea, il était prévu 19 circulations pour que Lisea amortisse les travaux. Concernant les usagers, il faut voir l’effet d’entraînement que la LGV vers Paris va avoir. Il faut que ceux qui prenaient l’avion puissent avoir la possibilité de prendre le train facilement. Ce qui signifie qu’ils doivent avoir de l’offre. Cette offre doit précéder la demande. Si l’usager a cinq horaires au lieu de trois, il y a plus de chance qu’il se tourne vers le train. C’est comme au poker : si vous ne mettez pas un peu d’argent sur la table, vous n’allez jamais gagner… La SNCF était extrêmement frileuse et ne voulait pas prendre de risques. Dans les résultats de la négociation avec son médiateur, Jean Auroux, on était arrivé à 13,5 allers-retours directs. C’est la lettre d’Alain Juppé, d’Alain Rousset et de la CCI signée aussi par la Fnaut, qui en a proposé 19. 

Prenons le cas des péages : entre Tours et Bordeaux, le péage va à Lisea (entreprise privée). Entre Paris et Tours, il va à SNCF Réseaux. Entre Paris et Tours vont passer les TGV vers le Sud-Ouest et vers l’Ouest, qui quitteront la LGV à peu près à moitié chemin. Donc ces TGV supplémentaires vont payer des péages. L’usure de la voie est certes proportionnelle au nombre de trains qui passent, mais ça ne passe pas du simple au double. SNCF Réseaux peut donc se permettre de baisser le prix des péages entre Paris et Tours sur la LGV Atlantique parce qu’ils en profitent vers la Bretagne et dans le Sud Ouest. Enfin, ça peut compenser les péages qui sont un peu plus chers chez LISEA. L’intérêt pour l’exploitant, c’est qu’il passe le plus de trains possibles parce que plus on prend d’argent, plus on en a pour entretenir. 

@qui! - La SNCF justifie ses chances d'attirer près de 2,3 millions de voyageurs d'ici 2019 par l'éventuel report modal qui pourrait être fait par rapport aux utilisateurs de l'avion. Y croyez-vous ?
C.B
- Certes, il faut du volume, mais il faut aussi de la fréquence. Il est évident que ce n’est pas en mettant un train toutes les deux heures que l’on va résoudre le problème. A l’absurde, leur raisonnement, c’était de couvrir tous les besoins en mettant un train capacitaire de 75 000 places. Certes, le train à la demi-heure en heure de pointe et un toutes les heures en heures creuses, c’est correct. Mais c’est vraiment le minimum. Ce qu’il faut espérer, c’est que du fait de l’afflux, ils soient obligés d’en mettre plus. De plus en plus, SNCF Réseaux va vers des TGV Duplex. Avec un train plus capacitaire et un mécanicien, on met plus de monde dedans et un Duplex ne paye pas deux fois le péage d’un TGV simple. 

@qui! - La SNCF reste encore assez discrète sur les prix des billets du TGV entre Bordeaux et Paris mais assure que quel qu'il soit, son déficit sera tout de même supérieur à 100 millions d'euros par an. On peut s'attendre à des billets plus chers ?
C.B
- Cette histoire des 100 millions de déficit par an est un faux problème. Les comptes de la SNCF sont de toute façon tellement opaques qu’on ne peut pas vraiment savoir ce qu’ils vont perdre. D’après les estimations qu’on a fait et qui ont été corroborées par les calculs du Conseil régional, on considère qu’ils seront à l’équilibre et même bénéficiaires. Parce que plus vous mettez de trains, plus vous aurez la chance de les remplir. Il y aura un effet d’entraînement. Aujourd’hui, sur Strasbourg, Air France rabat les gens sur le train. Ca pourrait très bien arriver qu’il y ait demain des trains affrétés par Air France de façon à ce que les gens qui arrivent de l’international à Bordeaux fassent la partie nationale en train.

Les frais ne sont pas linéaires. Une augmentation de 20 à 30% sur le prix du billet est peut-être acceptable pour les usagers, mais elle ne va pas être beaucoup plus importante que ça. On doit rester dans les mêmes prix. La politique du Yield Management (tarification en temps réel) doit aussi jouer à plein. Il paraît normal que les gens qui n’ont pas de contraintes horaires payent leur billet moins cher. Un premier prix sur Paris-Bordeaux aujourd’hui, c’est trente euros. Le prix « plein pot » est à plus de 100 euros. Entre ce yield management et le volume capacitaire plus important dans le train, il y a quand même moyen d’arriver à une hausse de billet raisonnable. Aujourd’hui, dans la tête des gens, le TGV est cher, il faut que cette idée passe. Si l’on déclare d’utilité publique les lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax au mois de juin, il va falloir que les gens voient l’intérêt de ces lignes nouvelles. Ils comprennent assez difficilement que ces nouvelles lignes vont arranger les trains du quotidien et les sorties de Bordeaux. Ca va dégager des sillons, notamment dans la tranchée de Talence qui est engorgée. Enfin, on peut comprendre le souci des vignerons du sauternais mais il y a quand même eu trois ans de concertations, des réunions à n’en plus finir et pas vraiment d’opposition des corps constitués… Les agriculteurs du sauternais ont une autoroute qui passe au milieu du vignoble depuis 1975, ça ne les a jamais dérangés…

@qui! - Dans un article paru ce mardi dans la presse régionale, on voit bien que Bordeaux-Nantes sert de preuve supplémentaire pour dénoncer la vêtusté des lignes Intercités. Le coup de semonce de la région par rapport à la suppression de 24 TER par la SNCF pour cause de manque de conducteurs prouve également les dysfonctionnements au niveau régional. Les TER et les Intercités sont-ils les grands sacrifiés de la LGV ?
C.B -
L'explication est simple. La seule responsabilité qu’SNCF Mobilité a sur les trains, c’est sur les TGV parce qu’ils leur appartiennent. Le déficit des Intercités appartient à l’État et celui des TER aux régions. Ils se fichent donc que les TER et les Intercités ne marchent pas parce que ça ne leur sort pas de la poche et ça occupe leur personnel. Sur Bordeaux-Nantes, ils ont intérêt que les gens se rabattent sur le TGV pour n’utiliser que les trains SNCF Réseaux. Ils font un compromis en proposant des temps de trajets corrects entre Bordeaux et Nantes. Mais ce n’est pas en descendant la vitesse et en ne faisant pas des travaux sur le réseau qu’on va arranger les choses… 

Vu la difficulté de la formation des conducteurs, il n’est pas évident que tout le monde soit habilité d’ici l’été. La SNCF avait prévu que les régions laissent tomber certaines lignes comme Bayonne-Saint-Jean Pied de Port, Pau-Oloron, Périgueux-Agen et le Médoc afin de les remplacer par des bus de manière à recruter moins de conducteurs. Cette imprévision sur les effectifs des conducteurs est la même sur les aiguilleurs et les mainteneurs. 

Pour ce qui est de la menace financière de la région, sachez qu’elle est impuissante auprès de la SNCF. Quand vous n’avez qu’un seul fournisseur, pas le choix, il faut faire avec. La SNCF a prévu les pénalités que met la région dans le contrat, cela ne les dérange pas plus que ça. Pendant ce temps là, les usagers passent par le co-voiturage dès qu’il y a des dysfonctionnements sur une ligne. Ils se tournent vers ce qu’ils peuvent… 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
60139
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 30/04/2016

Les réponses de Christian Broucaret sont très intéressantes.
Une question pourtant : pourquoi cette frilosité de la SNCF pour proposer un cadencement serré et ample sur la LGV Paris-Bordeaux ? N'est-ce pas que le risque de faire rouler des trains moitié vides donc générateurs de déficit est considéré comme sérieux par ses stratèges ?
La SNCF n'est pas toujours aussi frileuse : elle n'hésite pas à investir ailleurs, à l'international, ou sur des liaisons en bus par exemple...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !