Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/18 | Les Jeudis de l’Installation en Corrèze

    Lire

    Le 27 septembre, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze organise à Montaignac St Hippolyte, dans le cadre des Jeudis de l’Installation, un après-midi sur le thème du maraîchage bio à destination des porteurs de projets et des jeunes en formation. Cet après-midi sera l’occasion de mieux connaître la filière maraîchage, et sa spécificité en bio, ainsi que d’échanger avec des agriculteurs récemment installés, des conseillers spécialisés mais aussi de visiter une exploitation.

  • 24/09/18 | Le désamiantage du Signal à Soulac se prépare

    Lire

    Les travaux préalables au désamiantage de l'immeuble Le Signal à Soulac-sur-Mer qui menace de s'effondrer,ont débuté mercredi 19 septembre afin de conforter la dune par un apport de sable et de mettre en sécurité le bâtiment pour permettre l’intervention des entreprises en toute sécurité. Les premiers travaux dureront une dizaine de jours, et en plusieurs étapes dont la protection des espèces floristiques. Ces travaux seront intégralement financés par l’État ainsi que les travaux de désamiantage de l’immeuble qui seront menés en début d’année prochaine.

  • 24/09/18 | La brigade "loup" missionnée dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Conformément à son engagement pris le 20 septembre, lors de sa venue à Pau, François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, a missionné la brigade mobile d’intervention spécialisée de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour remédier aux attaques de troupeaux par le loup hybride en vallée d’Ossau. "La mission sera préparée la semaine prochaine avec les maires et bergers. Des équipes seront sur place la semaine suivante pour une période d’une quinzaine de jours", annonce la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

  • 24/09/18 | La Gironde informe sur la fibre optique

    Lire

    A l'occasion du déploiement de la fibre optique sur le territoire de la Gironde à travers le plan "Gironde Haut Méga" visant à raccorder, d'ici 2014, "410 000 logements, entreprises, services publics et collectivités à un réseau public de fibre optique", le département lance officiellement une nouvelle phase de réunions publiques d'information. Ces dernières démarreront le 24 septembre à Avensan et se termineront notamment à Cadillac et Cestas les 2 et 3 octobre prochain. Pour retrouver l'ensemble des dates, des horaires et des lieux de ces réunions, rendez-vous sur www.girondehautmega.fr.

  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview: Éric Scherer, directeur de la prospective à France Télévisions : "le service public doit rester indépendant"

12/10/2015 | Éric Scherer, grand spécialiste des médias, était l'invité d'une master-class autour des nouveaux médias cet après-midi, à l'Institut de Journalisme de Bordeaux

Éric Scherer

Eric Scherer, dont le mandat en tant que directeur de la prospective à France Télévisions vient d'être renouvelée en septembre dernier, était l'invité d'une master-class ce vendredi 9 octobre à l'Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine autour des "nouveaux médias de référence", sujet principal d'une nouvelle "Fabrique de l'Info " par les étudiants. Il revient sur la nouvelle stratégie du groupe, les objectifs de plus en plus financiers des grands groupes et l'intérêt du "journalisme augmenté".

@qui! - Dans une lettre adressée aux administrateurs du groupe France Télévisions en septembre dernier, Delphine Ernotte, fraîchement élue présidente, alerte sur le déficit prévisionnel pour 2016, chiffré à 50 millions d'euros. Sur quoi va se baser la stratégie des prochains mois ?                                                                                                           

Éric Scherer - ll y a une toute nouvelle équipe à France Télévision. Pour l’instant, elle travaille sur sa stratégie. Je pense qu’on en saura plus lors des assises qui devraient durer jusqu’à la fin de l’année. Il y aura un contrat d’objectif et de moyens qui sera signé avec l’Etat. Ce que l’on peut déjà dire, c’est qu’elle va au moins passer par une chaîne d’info sur les supports numériques, essentiellement mobiles. Une autre partie se situera probablement autour de la refonte de notre plateforme de vidéo à la demande et en différé, Pluzz, avec une nouvelle version améliorée et enrichie pour être plus conforme aux nouveaux usages. Le mobile est devenu un axe puissant de la stratégie numérique des groupes de télé aujourd’hui, puisqu’environ la moitié du trafic en ligne des programmes viennent de là. 

@qui! - Dans un manifeste paru en 2011, vous parlez de "Journalisme 2.0". Vous avez fait une grande partie de votre carrière à l'étranger ou le journalisme, notamment sur le web, est plus valorisé qu'en France. Pour vous, par quoi passerait cette "mise à jour" du métier ?  

Éric Scherer - Il faut faire revenir les audiences, rendre le journalisme plus pertinent et les médias plus intéressants. Aujourd’hui, ils sont confrontés à une concurrence pour le temps d’attention du public qui n’a que 24 heures. On a de plus en plus de sollicitations dans la journée pour des manières très différentes de s’informer. Les médias et les journalistes doivent retrouver une crédibilité et une confiance qu’ils n’ont plus, notamment en ce qui concerne le « journalisme augmenté ». La valeur ajoutée de ce type de journalisme passe par un effort considérable à mettre pour donner du sens à ce qui est en train de se passer, expliquer la mutation de la société, tenter de comprendre le monde qui vient. Nous sommes en train de vivre une mutation extraordinaire, de basculer dans un monde nouveau avec de nouvelles règles économiques et politiques beaucoup plus horizontales. Les rédactions ont parfois du mal à expliquer et à rendre compte de ce qui se passe parce qu’elles le font parfois avec des outils du siècle dernier et des mentalités du passé. Médiapart a trouvé son modèle économique. Le Monde est en train de réussir son pari puisqu’il engrange de plus en plus d’abonnés numériques. Le Figaro vient de racheter avec son capital pas mal de nouveaux sites web situés à l’extérieur du groupe qui vont faire en sorte qu’il devienne le premier média numérique français, grâce à l’addition d’audiences numériques cumulées qui fait qu’ils pourront financer le journalisme par des activités tierces. Car ce métier n’a jamais été financé tout seul par sa qualité mais toujours par des petites annonces, des publicités, des choses tierces. 

@qui! - On voit s'étaler dans les médias les affaires internes de Canal Plus et du groupe Bolloré, les inquiétudes grandissent sur la censure publique et un amendement européen sur le secret des affaires : Un ouvrage intitulé "Informer n'est pas un délit", rédigé par 16 journalistes d'investigation, est sorti ce mois-ci en librairie. Vous même prônez l'investigation, l'enquête comme un des quatre fondements du métier alors qu'il y a de moins en moins d'investigation dans le journalisme traditionnel. Faut-il voir le journalisme comme "une entreprise comme les autres ?" 

Éric Scherer - Je ne pense pas. L’investigation est bien sûr la partie noble du métier; elle consiste à essayer de dévoiler des choses que d’autres essayent de cacher; ça fait partie intégrante de la mission du journaliste. Le problème c’est que ça peut coûter cher, ça demande des ressources et les médias traditionnels sont aujourd’hui sous une pression économique très forte et ont de moins en moins de capacités à financer ces enquêtes au long cours qui coûtent cher et demandent des ressources humaines ou technologiques importantes. Je pense que le service public a un rôle très important à jouer dans cette investigation et ce travail d’enquête. Ce n’est pas un hasard si des émissions comme Cash Investigations ont du succès. Le service public doit rester indépendant du pouvoir politique en place, de l’économie (car non financé par la pub), de ses banquiers ou de ses annonceurs. Parce qu’il est financé par les citoyens, il a cette mission encore plus grande que les autres d’enquêter. Il a un peu plus de ressources, il est moins pressé par les bénéfices ou la bourse, ne doit pas forcément montrer qu’il doit être rentable (même si c’est son objectif) et qu’il doit cracher du profit. La censure existe malheureusement souvent dans les médias qui dépendent beaucoup de la publicité et des annonceurs. Elle existe tout de même mais lorsqu’on est journaliste et qu’on a une carte de presse, notre travail c’est d’essayer de faire en sorte qu’il y ait une barrière étanche forte, une « muraille de Chine » avec la partie commerciale du journal ou de la télévision. Et que l’on puisse mener à bien ces enquêtes. Il y a aujourd’hui certains propriétaires de journaux qui ne pensent pas de la même façon. Je pense que dans ce cas là, leur crédibilité journalistique risque d’être rapidement entachée…

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3994
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !