Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/19 : Compte-tenu des conditions climatiques le Conseil Régional a suspendu les transports scolaires ce mardi soir dans le secteur de Thiviers (Dordogne). Les parents doivent venir chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

22/01/19 : La Dordogne est en alerte jaune neige et verglas ce mardi jusqu'à 18 h. Des chutes de neige sont possibles dès le début de matinée à l'est de l'axe Nontron et Sarlat. Suivez les évolutions météorologiques sur les sites de Météo France, Info route.

22/01/19 : La Rochelle : une réunion publique de présentation du projet de protection contre les submersions marines du quartier de Port-Neuf se tient mardi 22 janvier à 18h30 à la Maison de quartier de Port Neuf, Place de l’île-de-France.

21/01/19 : Dans un propos à France 3 Vincent Feltesse, ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux et membre de la minorité municipale, indique qu'il a signifié à Olivier Faure son départ du PS :J'ai besoin de continuer à produire, le PS empêche ça." 

21/01/19 : Construction de la retenue d'eau de Caussade. La préfète du 47 a fait apposer des scellés sur les engins de chantier. Par arrêté du 14 décembre 2018, les travaux de construction de cette retenue d’eau est suspendue et se poursuivent illégalement.

21/01/19 : Pour éviter les débordements des manifestations des gilets jaunes à Bordeaux, l'association des commerçants à décidé de décaler la braderie, organisée traditionnellement du jeudi au samedi. Elle se tiendra donc du mercredi 6 au vendredi 8 février.

21/01/19 : Ce mercredi 23 janvier, le service V3 (vélos en libre-service) de Bordeaux Métropole change de système d’exploitation pour un plus moderne. Une coupure totale du service aura donc lieu de 8h00 à 9h00 avec une réouverture progressive des stations.

20/01/19 : Pour la première fois depuis le début du mouvement, les gilets jaunes de Dordogne ont organisé samedi à l’occasion de l’acte X, un rassemblement départemental à Bergerac. Environ 1400 personnes ont défilé dans les rues de la sous préfecture.

19/01/19 : Nouvelles violences et affrontements avec incendies de véhicules en fin d'après-midi à Bordeaux: la manifestation GJ a dégénéré, les casseurs sont entrés en action et les forces de l'ordre ont dû recourir aux véhicules blindés

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/01/19 | Une délégation Régionale pour l'UNICEM

    Lire

    La plus grande région de la filière a enfin son syndicat! L'Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) Nouvelle-Aquitaine vient de naître de la fusion des trois syndicats des anciennes régions. Patrice Gazzarin, ex-président de l'UNICEM Aquitaine, a été élu à la tête du syndicat. En 2017, l'UNICEM représentait sur le territoire néo-aquitain, plus de 4 300 emplois directs, pour 345 entreprises et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

  • 22/01/19 | Le Crédit Agricole engagé pour l'artisanat

    Lire

    Faciliter la préparation et la réalisation des travaux des clients Girondins. Tel est le but du partenariat qui vient de naître entre le Crédit Agricole d'Aquitaine et One Artisan. Créé en 2014, One Artisan est un service d'apporteur d'affaires pour les professionnels du bâtiment mais aussi de recommandation d'artisan pour les particuliers. Grâce à ce partenariat, les clients du Crédit Agricole pourront bénéficier, s'ils le souhaitent, d'une solution de financement pour leurs travaux.

  • 22/01/19 | Limoges a du cœur !

    Lire

    La préfecture limousine vient d'être récompensée pour sa lutte contre l'arrêt cardiaque. En effet, la Fondation AJILA a remis le Label 2019 "Ma Commune a du Cœur" à la Ville de Limoges pour saluer sa politique de lutte et de formation face à l'arrêt cardiaque. Depuis 2011, la Ville s'est engagée dans une campagne de déploiement de défibrillateurs automatisés sur son territoire. Les limougeauds ont ainsi 37 défibrillateurs mis à leur disposition dans plusieurs lieux public.

  • 22/01/19 | Région : quatre appels à projets (re)lancés

    Lire

    2019 sous le signe de la coopération européenne et internationale ! Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine lance, ou relance, des appels à projets sur ce thème. Ainsi, le lien avec la Communauté autonome d'Aragon (Espagne) sur l'éducation et la formation est renouvelé. La Région soutient également le développement solidaire et Éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) à travers deux projets. Le dernier projet concerne le renforcement des échanges avec le Québec.

  • 22/01/19 | Poursuite de sa croissance à l'export pour le Cognac

    Lire

    Le cognac confirme son développement sur ses marchés en 2018, avec des expéditions en croissance de plus de 3% en volume et près de 2% en valeur. Au total, 204,2 millions de bouteilles ont été expédiées, pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Les Etats-Unis restent les plus gros consommateurs (87,4 millions de bouteilles), tandis que le développement d'un nouveau marché vers le Moyen-Orient se confirme, avec 5,6% de croissance et 60 millions de bouteilles exportées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview : Pascal Paoli, directeur régional de la Fondation Abbé Pierre : "La stratégie du gouvernement n'est pas la bonne"

23/04/2018 | Lors d'un évènement organisé cette semaine à Talence, le directeur régional de la Fondation Abbé Pierre, éditrice d'un rapport annuel sur le mal logement, nous répond.

Pascal Paoli

3,9 millions. C'est le nombre de personnes mal logées en France selon le rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre sur le sujet, paru en début d'année, et ce sans compter les individus "en situation de fragilité" (4,9 millions de ménages). Ce constat annuel, chaque fois plus alarmant que le précédent, était décliné ce lundi au niveau de la Nouvelle Aquitaine lors d'un évènement organisé à Talence. L'occasion de recueillir l'avis, dans un contexte de profonde réorganisation des acteurs du logement social provoquée, entre autres, par la future loi Élan, du directeur régional de la fondation, Pascal Paoli, plus alarmiste que jamais.

Les chiffres nationaux de la Fondation Abbé Pierre (faute d'une déclinaison régionale, dont la dernière mise-à-jour date de 2015) pour le mal-logement en 2018 ont été récemment publiés. Bien qu'elle se base sur des études ayant des fraîcheurs toutes relatives (une enquête "sans domicile" de l'Insee en 2012, un recensement des populations vivant à l'hôtel datant de 2013...), les données qui en sortent sont globalement les mêmes que l'an passé : 3 965 000 de personnes mal logées (contre 3 960 000 en 2017) dont 934 000 en surpeuplement "accentué" ("il leur manque deux pièces par rapport à la norme de peuplement" précise la Fondation), 42 000 résidents de foyers de travailleurs migrants "en attente de rénovation et dans des conditions de vétusté parfois dramatiques" et environ 208 000 personnes en habitat "mobile" vivant dans de mauvaises conditions. Pour autant, bien que le total soit en augmentation, la Fondation précise que ce dernier "est plus complet que les estimations des éditions précédentes mais ne droit pas être analysé comme une augmentation du nombre de mal-logés". L'évènement organisé ce lundi à l'Iinstitut Régional du Travail Social de Talence (IRTS) était censé apporter un éclairage régional à ces perspectives... mais les chiffres manquent et, à l'inverse d'une région comme Occitanie qui a, elle bénéficié d'une déclinaison régionale du rapport de la Fondation, la Nouvelle Aquitaine n'a pas fait l'effort depuis 2016, où elle chiffrait à 180 000 le nombre de personnes concernées par le mal-logement.

Au niveau national encore, le rapport souligne, comme toujours, une tendance à l'aggravation de la situation : un nombre de SDF doublé entre 2001 et 2012, +19% pour les personnes en hébergement contraint chez des tiers entre 2002 et 2013 et +17% entre 2006 et 2013 pour le surpeuplement "accentué". Ces données ont beau être assez anciennes, le contexte dans lequel ce rapport est publié est sensiblement plus parlant que celui du rapport précédent. Un certain Emmanuel Macron a posé ses valises à l'Élysée entre temps, et son Premier Ministre, en août dernier, prononçait une volonté de "créer un choc de l'offre afin de construire plus, plus vite, moins cher, là où la situation est la plus tendue (...) protéger les plus fragiles grâce à la stratégie du "Logement d'abord" et moderniser les aides aux logement pour améliorer l'efficacité d'une politique qui demande, année après année, de plus en plus de moyens budgétaires". Coupe et gel des APL, RLS pas avant 2020 auxquels s'ajoutent une refonte des organismes HLM et autres mesures prévues par la loi Élan, récemment arrivée sur le bureau du Conseil des Ministres, dessinent les contours d'incertitudes de plus en plus assumées par les différents acteurs du logement, bailleurs sociaux en tête. Pascal Paoli, directeur régional de la Fondation, n'est pas forcément en accord avec la politique du gouvernement... et le fait savoir.

@qui.fr - Le 2 avril dernier, le baromètre Meilleurs Agents soulignait les "premiers signes" d'une baisse du prix de l'immobilier à Bordeaux (-0,7%). Pour autant, la surchauffe immobilière sur le secteur est toujours manifeste. Ces données expliquent-elles l'aggravation du nombre de mal-logés au niveau régional ?

Pascal Paoli, directeur régional de la Fondation Abbé Pierre - Il y a une grande disparité sur les prix. Grosso modo, on a des prix du foncier qui ont explosé dans la zone métropolitaine et des prix du mètre carré de l'ancien qui ont suivi. 62% des ménages primo-accédants ne sont pas en capacité d'acquérir un bien en hyper-centre des huit quartiers de Bordeaux, ils sont éliminés de fait. Cette tension des prix repousse les populations à l'intérieur des zones qui ne leur sont pas accessibles. Prenons un exemple : je réside aux Chartrons, le jour où je veux devenir primo-accédant, je n'ai pas les moyens donc je me déplace dans le quartier d'à côté. Sauf qu'une fois que le transfert est fait, le quartier d'à côté devient aussi attractif que les Chartrons, donc les prix augmentent de manière mécanique… Dans le nouveau quartier Euratlantique, on voit déjà de la vente à la découpe ou en lots à finir à 6000 euros du mètre carré. Qui peut lutter ? Personne. Cette tendance de l'aggravation des prix n'est pas compensée. Le volume produit en logement social en Nouvelle Aquitaine est intéressant depuis longtemps, sauf que les prix du marché à la sortie ne sont pas en cohérence avec les moyens de la population. C'est pour cela qu'il y a un enjeu majeur à mobiliser le parc privé. Le logement social est toujours soumis à cette contrainte de la temporalité : il faut trouver le terrain, passer toutes les règlementations, lutter contre les recours administratifs, y compris ceux des riverains… dans quatre ans on a les clefs.

Stratégie contre stratèges

@qui.fr - L'une des mesures pronnées par la fondation, c'est de puiser dans un parc privé conséquent. Selon les données du nombre de logements conventionnés publiés par l'Anah (Agence Nationale de l'Habitat), on est passés de 10 000 logements sociaux privés en 2010 à moins de 6000 en 2016. La volonté du gouvernement de renforcer Solibail à 65 000 places en 2022 (28 700 places, soit environ 11 000 logements actuellement) ou encore la création du nouveau dispositif Cosse mis en place en février 2017 sont censés participer à cette mobilisation du parc privé. Selon vous, ce n'est pas suffisant....

P.P - Quand on parle de parc privé exploitable, il s'agit de dizaines de milliers de logements que l'on retrouve particulièrement dans des zones historiquement déjà structurées, ce qu'on appelle les centre-bourgs de la périphérie des villes métropolitaines. C'est la problématique que l'on retrouve dans l'arrière-pays basque, d'une partie des villes en Dordogne ou du Limousin. Cela dit, cette mobilisation privée ne change pas la donne complètement, à savoir que les logements sociaux qui sortent sont à nouveau inaccessibles aux populations qui sont elles-même éligibles. Environ 70% de la population nationale a droit à un logement social sur les critères économiques. Ceux qui y accèdent ne sont pas assez nombreux mais ont, en même temps, un résiduel de loyer qui n'existait pas il y a vingt ou trente ans parce que le principe du logement social, c'était de dire que les APL couvrent le loyer principal et même avec un budget contraint et une économie assez faible en ressources, vous n'avez plus qu'à piloter votre coût d'usage. Si vous avez un résiduel de loyer important, il vient automatiquement se cumuler avec votre gestion des charges en coûts d'usage. Avec un chômage fort et un niveau de prix pas forcément élevé mais dont les ressources ne suivant pas l'inflation, vous êtes en incapacité. Il existe un gisement de parcs, plutôt privés, vide d'occupants, qui n'est souvent pas en état de délabrement trop avancé et qui serait immédiatement mobilisable puisqu'il n'est pas à fabriquer à partir de zéro. Si vous venez conjointement oeuvrer dans une politique qui continue à maintenir un niveau de production de logement social fort et est complétée par des zones d'attractivités secondaires mais intéressantes avec de la mobilisation du parc privé à des fins sociales, vous venez conforter une offre. Pour capter le parc privé, il faut forcément que l'on amène en contrepartie de la subvention publique comme cela se passe dans la production de logement social, c'est à dire de l'aide à la pierre, et en même temps un package (aides simplifiées, exonération de taxe foncière et du crédit d'impôt, gestion locative "adaptée") qui garantit toute la gestion du bien immobilier que vous décidez d'extraire du marché pour le mettre à disposition de gens qui vont payer un loyer à caractère social. 

@qui.fr - Comment envisagez les différentes mesures gouvernementales annoncées, loi Élan en tête, face au constat effectué par les chiffres du ministère de la cohésion des territoires de la chute de l'effort public pour le logement (1,71% en 2007, un peu plus de 2% en 2009, 1,69% en 2018) ? Partagez vous les inquiétudes des bailleurs sociaux sur leurs problématiques financières ?

P.P - La stratégie du Gouvernement n'est pas la bonne. Elle l'est quand ils promeuvent le logement d'abord : sortir du parcours en escalier, ne pas présager de la capacité d'une personne à habiter. Ça s'appelle le "housing first", c'est modélisé par les nord-américains et c'est développé, par exemple, par les finlandais, qui ont réduit de 50% le nombre de SDF en dix ans. C'est une vraie volonté politique d'action. Le discours des bailleurs sociaux s'entend : baisser le montant des APL et leur demander de compenser cette baisse dans la fabrication du prix du loyer, c'est s'asseoir sur une rentrée d'argent qui justifie les coûts de fonctionnement mais est aussi fléchée sur leurs investissements. Certes, il y a des sociétés HLM et des offices très riches, mais un paquet d'autres sont sur le fil du rasoir. Cette capacité financière limitée va être exponentielle dans le temps, ce qui va fragiliser cette économie. Le secteur du bâtiment et des travaux publics pèse plus de 20% de la richesse nationale, c'est une source de gisement d'emplois capitales. Si l'on met un coût d'arrêt à ceux qui fabriquent le plus, l'économie locale à l'échelle de la grande région va perdre des populations employées dans ce secteur là et ne va pas pouvoir entretenir son parc parce qu'elle n'aura pas les gens pour le faire. L'espoir du Gouvernement avec cette petite menace, c'est de mettre au jour la réalité des trésors de guerre des bailleurs. Cela va à l'encontre de tout ce que font les collectivités territoriales depuis quinze ans en compensant la diminution des aides à la pierre. 

Des solutions concrètes (?)

@qui.fr - Quelles solutions devraient-être apportées, selon vous, pour lutter efficacement contre ce phénomène de mal-logement, notamment au niveau régional ?

P.P - Il faudrait d'abord endiguer ce phénomène de grande attractivité et de polarisation sur les métropoles, qui a siphonné toute l'expression du besoin en le ramenant dans son giron géographique mais qui n'est pas en capacité d'absorber toute la demande qu'il a lui même généré. Tout l'enjeu est dans l'aménagement du territoire, le fameux SRADDET, les SCOT… si on est capables de cartographier les lieux où l'habitat est possible, où l'on peut faire de l'importation de population qui va générer une zone de chalandise et créer par cercles concentriques élargis, la zone d'activité, on va créer l'emploi résidentiel. L'exemple du Bassin d'Arcachon est, à ce titre, parlant : situation tendue, prix du marché très élevé, proportion de logements sociaux très déficitaire mais, en même temps, c'est un poumon d'attractivité économique, ne serait-ce qu'autour de la saisonnalité. De l'autre côté, on a un grand gisement d'emplois sur l'aide et les services aux personnes, autrement dit payer quelqu'un à temps partiel en ne lui donnant pas les moyens de résider sur son lieu de travail...

Ensuite, il faut mobiliser les gens eux-mêmes. À partir du moment où on se concentre sur une offre de logement, les ménages ont des capacités et peuvent s'investir, c'est la formule de l'autoréhabilitation accompagnée. Il ne faut pas non plus lâcher l'angle de la production, qui peut permettre de maintenir un niveau d'offre suffisant (la démographie actuelle étant plus rapide que la temporalité de la fabrication) et le rendre accessible plus prioritairement aux premier déciles de ressources, c'est à dire les plus pauvres dans la pile de ceux qui sont éligibles. La tendance des sociétés HLM, des offices, c'est d'opposer à cette condition leur équilibre de gestion et d'exploitation : s'ils prennent les ménages les plus en difficultés économiquement, dès qu'ils vont avoir un niveau d'impayés dépassé, ils ne vont plus tenir leur enveloppe et leur gestion va devenir chaotique. C'est un détournement de la fonction historique du logement social. Voilà pourquoi on est mobilisés sur un système de quotation, une grille de lecture totalement objectivée, partagée par tous, vous n'avez plus qu'à rentrer dans les cases. C'est ce que fait la métropole de Rennes et ça annihile toutes les questions d'opacité, de passe-droits et ça profite aux gens qui en ont le plus besoin. 

Il faut également absolument mettre un coup d'arrêt aux expulsions locatives, qui ne produisent rien" (entre 2000 et 2015, les décisions judiciaires en faveur d'une expulsion ont augmenté de 80%. On est passés, à la même période, de 5936 à 14 127 expulsions). "Ce n'est pas un discours anti-propriétaires, on ne vous dira jamais qu'il ne faut pas payer son loyer. Par contre, il faut enclencher un système de prévention au premier impayé. Plus on a de visibilité, plus on est préventif, plus on a des capacités à réagir. Il faut aussi mobiliser le fonds d'indemnisation des propriétaires qui existe au niveau national mais qui est tout le temps siphonné. De toute façon, Il ne faut pas mettre les gens à la rue sans solution de logement, parce qu'ils se retrouvent au départ de la chaîne du 115 sans avoir les critères économiques et sociaux le justifiant. 

Enfin, dans tout le panel des solutions envisageables demeure celle de lutter contre les prix. On est dans un problème de dimensionnement et de caractère de l'offre. Si un cadre ne peut plus se loger, où est-ce qu'on va ? Deux outils pour lutter contre l'inflation : faire des établissements publics fonciers locaux qui captent les zones à construire ou constructibles extraites de la loi du marché censée les valoriser d'année en année. La métropole bordelaise s'intègre au dispositif régional, certes… mais il va falloir acheter les terrains… Les promoteurs immobiliers s'en foutent d'acheter le mètre carré cent euros de plus, parce qu'ils savent que dans leur projection de rentabilité, au vu des zones dans lesquelles ils vont acheter, il est évident qu'ils vont y gagner. La question de l'encadrement des loyers est aussi très importante. L'indice de relèvement des loyers annuel est légal et logique, c'est un peu se corréler avec l'inflation ordinaire. Par contre, à la terminaison du bail, passer de 100 à 200 euros, ça élimine plein de monde. Enfin, la nouvelle dimension, c'est la question de la migration. Peu importe son échelle, c'est une vague en marche. Le logement est un des meilleurs outils de l'intégration et de l'insertion parce que de toute façon, ces populations vous coûtent plus cher si vous les empêchez de s'insérer que l'inverse. La preuve, c'est que le nombre de SDF a cru de 50% en dix ans quand, dans le même temps, le budget qui est censé offrir la solution d'hébergement a cru quasiment dans les mêmes proportions...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4254
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !