Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

05/08/20 : L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, organise un dépistage COVID-19 à Biarritz, ce jeudi 6 août, de 9h à 13h sur l’Esplanade du Casino Municipal; un acte gratuit. Se présenter avec sa pièce d’identité, et carte vitale

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

29/07/20 : Surf, longboard, bodyboard, Stand-up paddle... les meilleurs surfeurs du département des Landes sont attendus les 1er et 2 août à Labenne Océan pour le Championnat des Landes Open et Junior.

29/07/20 : A mi-parcours de la saison estivale, avec 64 destinations et une évolution très positive des flux de voyageurs, l’Aéroport de Bordeaux va rouvrir le Hall B au public, à compter du jeudi 30 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 05/08/20 | L’appel à organisation des Voisinades niortaises est lancé !

    Lire

    La Ville de Niort organise la 5e édition des Voisinades niortaises le 18 septembre prochain. Les habitants qui souhaitent organiser ce temps fort convivial entre voisins dans leur quartier doivent s’inscrire jusqu’au 4 septembre auprès du service Proximité et Relations aux citoyens. Les particuliers, organisateurs, bénéficieront d’un accompagnement personnalisé. La Ville offrira aussi un kit apéro constitué de produits locaux.

  • 05/08/20 | Un mois de juillet positif pour la Cité du Vin

    Lire

    La Cité du Vin de Bordeaux dresse un premier bilan de l’activité du mois de juin plutôt positif. Si les chiffres de fréquentation des visiteurs étrangers enregistrent une forte baisse à cause du Covid-19, la fréquentation des visiteurs locaux, elle, bondit. 61% de visiteurs bordelais supplémentaires par rapport à 2019 sont venus admirer et visiter l’emblématique musée bordelais.

  • 05/08/20 | L'appelation Sainte-Foy Côtes de Bordeaux ouvre ses Châteaux

    Lire

    Dimanche 9 août, les vignerons de Sainte-Foy Côtes de Bordeaux organisent leurs premières portes ouvertes. Objectif : "dynamiser notre territoire et notre appellation ; offrir des activités aux visiteurs, touristes et locaux" explique Christiane Deffarge, présidente de l’appellation. Les huit propriétés participantes proposeront des animations diverses et variées : visite, initiation à la dégustation, accords mets et vins, atelier pédagogique pour les enfants, balade à la découverte des cépages… Et une tombola ouverte à ceux qui auront visité au moins 3 propriétés dans la journée.

  • 04/08/20 | Agglomération du Niortais : le délai du fonds de soutien de proximité est prolongé

    Lire

    Les entreprises et associations du territoire, dont l’activité économique a été impactée par la crise du Covid-19, ont un mois supplémentaire pour demander à bénéficier du fonds de soutien de proximité mis en place par Niort Agglo. Le délai est prolongé jusqu’au 31 août 2020.Cette aide a pour objectif de répondre aux besoins de trésorerie des Petites et Moyennes Entreprises et des associations du territoire de la Communauté d’agglomération du Niortais.

  • 04/08/20 | Un marché nocturne à Guéret (23)

    Lire

    Actions Quartiers, en partenariat avec la Ville de Guéret, organise le vendredi 21 août un marché nocturne de producteurs et artisans. De 18h à 22h, des animations musicales et des stands de producteurs locaux attendent les visiteurs qui pourront aussi se restaurer sur place. Les producteurs souhaitant y participer ont jusqu’au 14 août pour s’inscrire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview de Philippe Varela, président de l'ADEM et organisateur du Décastar à Talence

20/06/2019 | Habituellement en septembre, l’édition 2019 du Décastar a été avancée aux 22 et 23 juin prochains. La compétition se déroule au Stade Pierre Paul Bernard (Thouars) à Talence.

Philippe Varela

Le Décastar, évènement sportif majeur de Talence et ses alentours. La compétition rassemble le gratin mondial des épreuves combinées en athlétisme. L’évènement est sous-titré « Les Dieux du stade », pas si éloigné de l’image de ces sportives et sportifs herculéens qui prennent part à dix travaux pour les hommes, sept pour les femmes. Philippe Varela a été élu Président de l’ADEM (Association pour le Développement des Épreuves Combinées et du Meeting de Talence), organisatrice du Décastar, le 05 avril dernier. Le successeur de Nicole Durand, figures emblématiques du Décastar avec son mari Jean-Paul, accepte de se prêter au jeu du questions-réponses sur cette organisation titanesque, assurée à 99,9% par des bénévoles.

@qui! : Au-delà de votre élection à la tête de l'ADEM le 5 avril, depuis combien de temps travaillez-vous sur le Décastar?

Philippe Varela : Je suis bénévole à l'ADEM depuis 23 ans exactement. J'étais sur la logistique de la restauration au départ. On travaillait en binôme avec un collègue, et depuis, 23 ans après nous sommes toujours les deux mêmes. Mon premier Décastar s'est déroulé en 96 avec une année exceptionnelle à travers la venue de Jean Galfione, qui après une première journée compliquée a réalisé la meilleure performance mondiale (équivalent du record du monde, ndlr) de perche en décathlon à 5m75. Marque qui tient toujours, depuis la tentative manquée de Renaud Lavillenie lors du Décastar 2013.

@qui! : Deux bénévoles me racontaient que le Décastar est le seul meeting au monde géré à 99,9% par des bénévoles. Comment expliquez-vous un tel fonctionnement ?

PV : C'est notre fierté. Je pense que nous en sommes d'autant plus fiers après la remise de la Plaque Héritage par la Fédération Internationale d'Athlétisme (IAAF) le 10 mai. Pour une association telle que la nôtre, c'est un honneur. Aujourd'hui, des évènements sportifs internationaux organisés par des bénévoles et sur un statut associatif, ça n'existe pratiquement plus. Malheureusement, nous en avons vu disparaître beaucoup ces vingt dernières années. Nous nous battons tous pour maintenir le Décastar, bien que ce soit de plus en plus compliqué, en raison de normes sécuritaires contraignantes ou de pressions médiatiques plus importantes. Nous avons par conséquent des besoins de plus en plus professionnels, et nous devons, en tant que bénévoles, monter en compétence et être au même niveau que les professionnels, ce qui demande beaucoup d'investissement personnel.

@qui! : Le Décastar est une organisation à temps plein pour les bénévoles. C'est peut-être plus facile pour un.e étudiant.e ou un.e retraité.e, parce qu'on peut se dégager plus de temps qu'un actif. Justement, vous travaillez encore en parallèle de votre présidence de l'ADEM, comment arrivez-vous à gérer les deux ?

PV : En fait, c'est un engagement à temps plein sur l'année. Il faut annualiser l'opération, surtout pour le poste de président. Sur le Décastar qui va se dérouler le week-end prochain (22 et 23 juin), on va déjà commencer à préparer celui d'après. Forcément plus l'évènement arrive, plus l'engagement doit être conséquent, pour moi c'est pris sur les congés.

@qui! : L'ADN très familial du Décastar doit aider un peu aussi...

PV : Cet esprit est essentiel pour tenir tous ensemble. C'est une association, et tous ses bénévoles sont très solidaires, travaillent pour un objectif commun. Il peut y avoir des discussions, des avis divergents, mais c'est justement ce qui fait la richesse de l'association par rapport à une entreprise. Tout est partagé. Les décisions sont prises en amont, mais dans le déroulé évènementiel, tout le monde est aligné sur le même objectif et donne le meilleur de lui-même.

Au total le week-end, plus de 300 bénévoles sont présents, contre une trentaine de personnes à l'année pour le Conseil d'Administration et le Comité d'Organisation.

@qui! : Toujours sur le thème du bénévolat : dans la société actuelle, c'est de plus en plus dur de trouver des bénévoles. Ceux qui sont engagés depuis des décennies, comme vous, commencent à prendre de l'âge. Ce n'est pas toujours facile de renouveler, à terme ça pourrait devenir un problème pour vous ?

PV : Non, je ne pense pas. Il y a une telle attractivité autour de notre meeting : c'est un évènement international. Certains voient ça comme une chance, de devenir bénévole au Décastar. C'est un engagement, pour la majorité, sur un week-end. Ce n'est pas comme être bénévole pour un club de sport, où il faut accompagner tout le tissu sportif et associatif, qui représente un engagement à l'année beaucoup plus contraignant.

L'idée ici, c'est de trouver un équilibre entre l'investissement et le plaisir. Nous avons la chance de pouvoir l'apporter, et de le ressentir auprès des bénévoles. La preuve : à partir du moment où on a été bénévole une fois pour le Décastar, on est fidèle à l'association. Les liens, la convivialité au sein de l'ADEM viennent de là.

C'est en plus un évènement très attractif pour les jeunes. Cette année nous avons sollicité le domaine universitaire de Talence et la faculté des STAPS (Sciences Techniques des Activités Physiques et Sportives), et les jeunes ont beaucoup d'appétence pour venir nous aider et découvrir un tel évènement. Je pense que c'est la même chose, à moindre échelle, que ce qui s'est ressenti autour de la Coupe du Monde 98.

@qui!: C'est d'autant plus rassurant que les Championnats d'Europe d'athlétisme auront lieu à Paris en 2020, avant les Jeux Olympiques de 2024, là aussi en France...

PV : Aujourd'hui nous avons la chance d'avoir un porte drapeau (Kevin Mayer, ndlr), recordman du monde, qui donne envie d'aller le rencontrer. Je ne m'en fais pas du tout pour la période 2020-2024. Pour nous, de telles organisations sont un beau levier pour consolider toute notre association et notre meeting.

@qui! : L'édition 2018 et la visibilité obtenue grâce, notamment, au record du monde de Kevin Mayer, ne pourrait pas vous servir pour cette année, notamment en termes de fréquentation ?

PV : La fréquentation, c'est l'inconnue aujourd'hui. Nous avons parlé des athlètes, des partenaires, des bénévoles, ces derniers avaient d'ailleurs des activités au mois de juin. D'un autre côté, nous récupérons plus de jeunes, comparé au mois de septembre, on devrait être à l'équilibre côté bénévoles. Là où nous n’avons pas encore de retour, c'est le public. Nous sommes très optimistes, mais entre la météo et le public, c'est là que nous mesurerons la réussite de ce meeting.

@qui! : L'édition 2019 du Décastar a été avancée de trois mois à cause de l'organisation des Championnats du Monde au Qatar. Quelles sont les difficultés pour vous cette année, s'il y en a ?

PV : Ça restera une année exceptionnelle pour nous, avec la succession de Nicole et Jean-Paul Durand, qui présidaient l'ADEM depuis plus de quinze ans. Ça nous affecte tous. Fort heureusement Nicole reste présente à nos côtés aujourd'hui, et nous l'en remercions. En plus de cela, le changement calendaire. Nous avons dû découvrir un calendrier complètement différent, qui a surpris tout le monde.

Nous, ADEM, avons été surpris par le plateau d'athlètes, vraiment exceptionnel cette année. En septembre, nous avons un plateau convivial, c'est la fin de saison, ou alors c'est revanchard, parce que certains athlètes ont raté leur saison, et veulent se rattraper à Talence, comme l'an dernier par exemple, avec le record du monde de Kevin Mayer.

Cette année, ce sera plus compétitif. Les athlètes sont plutôt sur des objectifs de performance à réaliser en vue des mondiaux. Je crois que c'est le meilleur plateau que nous ayons eu : un recordman du monde, une Championne Olympique (la belge Nafissatou Thiam, ndlr) et un espoir girondin (la bordelaise Solène Ndama)... Je pense qu'il va y avoir beaucoup d'étoiles sur le stade ce week-end.

 

Pour assister au Décastar 2019, qui se déroulera les 22 et 23 juin prochains à Talence (Stade Pierre Paul Bernard), la billetterie en ligne est ouverte.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3882
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !