Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/07/19 : Plan canicule, une cellule de crise a été mise en place à l'Hôtel de ville de Poitiers pour porter secours aux personnes en détresse inscrites sur le registre canicule. Pour s'y inscrire et bénéficier de conseils adaptés, un numéro : 0549308075

23/07/19 : En raison de la canicule, la Ville de Bayonne a installé un brumisateur, place de la Liberté, pour rafraichir les promeneurs en ce lieu même où demain mercredi à 22 h sera donné le coup d'envoi de ses célèbres fêtes depuis le balcon de la mairie.

23/07/19 : Vigilance canicule à Agen. La piscine Aquasud est ouverte non-stop tous les jours de 11h à 19h. Des salles rafraîchies sont également ouvertes notamment dans la médiathèque, la résidence La Salève ou encore la Salle des Illustres de la mairie.

23/07/19 : Mémoires & Partages lance un appel à un rassemblement à la mémoire de Mamoudou Barry, ce chercheur en droit à Rouen battu à mort vendredi soir. Ce rassemblement se tiendra jeudi 25 juillet à 18 h 30 sur le Parvis des droits de l'homme à Bordeaux.

23/07/19 : Canicule. EDF a décidé d'arrêter les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne car l'eau de la Garonne qui sert à refroidir les réacteurs est trop chaude.

23/07/19 : Depuis le 19 juillet, au vu des conditions climatiques et de la hausse des températures, les maraudes du SAMU social ont été adaptées dans les rues de Bordeaux et de la métropole pour venir en aide aux personnes sans domicile.

21/07/19 : Canicule:Le département de Gironde active dès ce lundi 22 juillet une cellule de crise et un numéro d'information et d'orientation [05 56 99 66 99] afin d’apporter un soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées, ainsi qu’aux professionnels.

21/07/19 : La Gironde en alerte canicule ORANGE - niveau 3 - à compter de ce lundi 22 juillet à 6h00 et ce jusqu’à nouvel ordre. Les températures devraient dépasser les 35°C dès demain, les 40°C la journée de mardi et ne pas descendre en dessous de 21°C la nuit

19/07/19 : Un nouveau cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne suite au retour d’une personne ayant séjourné sur l’île de la Réunion. Le traitement de démoustication interviendra dans la nuit du 22 au 23 juillet à Bajamont, Foulayronnes et Castelculier.

19/07/19 : Épisode de fortes chaleurs ce week-end dans le 47. Le risque de feux de forêt devrait basculer en niveau sévère dès lundi, avec un renforcement des effectifs et des moyens sapeurs-pompiers. Le SDIS active dés à présent sa vidéosurveillance.

19/07/19 : Le Château de Bonaguil en Lot-et-Garonne vient de recevoir le label « Sécuri-Site ». Délivré par la Préfète du Département, ce label certifie la mise en place d’un dispositif de sécurité complet, à l’intérieur comme aux abords d’un site touristique.

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/07/19 | Canicule : le niveau 3 du plan déclenché en Dordogne

    Lire

    La Dordogne est en vigilance orange "canicule. Les températures maximales devraient dépasser les 40°C, les températures nocturnes elles, pouvant dépasser les 20° C pendant 3 jours. Entre le mardi 23 et jeudi 25 juillet, les minimales seront de 22° et les maximales de 41,6°. Le préfet a déclenché le niveau 3 alerte canicule qui se traduit par des mesures pour les sans abri avec l'ouverture de places en hébergement d'urgence et des maraudes. Les activités sportives entre 12 h et 20 h sont déconseillées.

  • 23/07/19 | Municipales à Périgueux : Patrick Palem désigné par laRem Dordogne

    Lire

    Patrick Palem, ancien PDG de la Socra, société spécialisée dans la restauration du patrimoine, et désormais conseiller a été désigné par les instances départementales de la République en Marche comme chef de file du parti présidentiel pour les municipales à Périgueux. Patrick Palem bénéficie du soutien Philippe Chassaing, député LaREM et du sénateur Bernard Cazeau, du Modem et de Jérôme Gabuteau, chef d'entreprise et référent local de laREM, qui devrait être numéro 2 sur la future liste. ^

  • 23/07/19 | Candidatures ouvertes pour "Les trophées de l'accueil"

    Lire

    Les candidatures sont ouvertes pour la 2ème édition des « Trophées de l’accueil », un concours qui récompense les professionnels du tourisme et les commerçants girondins qui accordent de l'importance à la qualité du traitement réservé aux touristes. Les participants peuvent s'inscrire dans l'une des quatre catégories proposées : commerce, hébergement, restauration ou loisirs. A la clé, 12 lauréats seront mis à l'honneur dans le guide annuel Bordeaux Shopping. Candidatures ouvertes jusqu'au 20 août. Inscriptions en ligne ici

  • 23/07/19 | Collège et lycée du Barp (33), les choses se précisent!

    Lire

    L'équipe Atelier des architectes Mazières associé à Nicolas Ragueneau, Antoine Roux Architectes, et Patrick Arotcharen a été sélectionnée pour la construction du futur lycée et collège du Barp. Le futur établissement accueillera, sur 22 000 m², un lycée de 1 200 élèves et un collège de 800 élèves. Au menu : construction en bois, espaces mutualisés, création d'un Centre de Connaissances et de Culture, salles de classes modulables et informatisées, certification HQE et démarche de bâtiments à énergie positive et bas carbone. Budget total estimé 60 M€, début du chantier au 2ème semestre 2020 et mise en service à la rentrée 2022.

  • 23/07/19 | Ouverture d'une Première année commune aux études de santé à Agen en sept. 2019

    Lire

    En septembre prochain, la PACES, cette année d’enseignement qui prépare aux concours des cursus des médecins, pharmaciens, dentistes et sages-femmes, verra le jour à Agen. L’enseignement sera assuré à distance par les enseignants du collège des sciences et santé nourris de cours magistraux audio et vidéo en différé, d’enseignements dirigés dispensés par visioconférence interactive. Une aide régionale de 800 000 euros a été accordée pour l'ouverture de cette année d'enseignement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview de Philippe Varela, président de l'ADEM et organisateur du Décastar à Talence

20/06/2019 | Habituellement en septembre, l’édition 2019 du Décastar a été avancée aux 22 et 23 juin prochains. La compétition se déroule au Stade Pierre Paul Bernard (Thouars) à Talence.

Philippe Varela

Le Décastar, évènement sportif majeur de Talence et ses alentours. La compétition rassemble le gratin mondial des épreuves combinées en athlétisme. L’évènement est sous-titré « Les Dieux du stade », pas si éloigné de l’image de ces sportives et sportifs herculéens qui prennent part à dix travaux pour les hommes, sept pour les femmes. Philippe Varela a été élu Président de l’ADEM (Association pour le Développement des Épreuves Combinées et du Meeting de Talence), organisatrice du Décastar, le 05 avril dernier. Le successeur de Nicole Durand, figures emblématiques du Décastar avec son mari Jean-Paul, accepte de se prêter au jeu du questions-réponses sur cette organisation titanesque, assurée à 99,9% par des bénévoles.

@qui! : Au-delà de votre élection à la tête de l'ADEM le 5 avril, depuis combien de temps travaillez-vous sur le Décastar?

Philippe Varela : Je suis bénévole à l'ADEM depuis 23 ans exactement. J'étais sur la logistique de la restauration au départ. On travaillait en binôme avec un collègue, et depuis, 23 ans après nous sommes toujours les deux mêmes. Mon premier Décastar s'est déroulé en 96 avec une année exceptionnelle à travers la venue de Jean Galfione, qui après une première journée compliquée a réalisé la meilleure performance mondiale (équivalent du record du monde, ndlr) de perche en décathlon à 5m75. Marque qui tient toujours, depuis la tentative manquée de Renaud Lavillenie lors du Décastar 2013.

@qui! : Deux bénévoles me racontaient que le Décastar est le seul meeting au monde géré à 99,9% par des bénévoles. Comment expliquez-vous un tel fonctionnement ?

PV : C'est notre fierté. Je pense que nous en sommes d'autant plus fiers après la remise de la Plaque Héritage par la Fédération Internationale d'Athlétisme (IAAF) le 10 mai. Pour une association telle que la nôtre, c'est un honneur. Aujourd'hui, des évènements sportifs internationaux organisés par des bénévoles et sur un statut associatif, ça n'existe pratiquement plus. Malheureusement, nous en avons vu disparaître beaucoup ces vingt dernières années. Nous nous battons tous pour maintenir le Décastar, bien que ce soit de plus en plus compliqué, en raison de normes sécuritaires contraignantes ou de pressions médiatiques plus importantes. Nous avons par conséquent des besoins de plus en plus professionnels, et nous devons, en tant que bénévoles, monter en compétence et être au même niveau que les professionnels, ce qui demande beaucoup d'investissement personnel.

@qui! : Le Décastar est une organisation à temps plein pour les bénévoles. C'est peut-être plus facile pour un.e étudiant.e ou un.e retraité.e, parce qu'on peut se dégager plus de temps qu'un actif. Justement, vous travaillez encore en parallèle de votre présidence de l'ADEM, comment arrivez-vous à gérer les deux ?

PV : En fait, c'est un engagement à temps plein sur l'année. Il faut annualiser l'opération, surtout pour le poste de président. Sur le Décastar qui va se dérouler le week-end prochain (22 et 23 juin), on va déjà commencer à préparer celui d'après. Forcément plus l'évènement arrive, plus l'engagement doit être conséquent, pour moi c'est pris sur les congés.

@qui! : L'ADN très familial du Décastar doit aider un peu aussi...

PV : Cet esprit est essentiel pour tenir tous ensemble. C'est une association, et tous ses bénévoles sont très solidaires, travaillent pour un objectif commun. Il peut y avoir des discussions, des avis divergents, mais c'est justement ce qui fait la richesse de l'association par rapport à une entreprise. Tout est partagé. Les décisions sont prises en amont, mais dans le déroulé évènementiel, tout le monde est aligné sur le même objectif et donne le meilleur de lui-même.

Au total le week-end, plus de 300 bénévoles sont présents, contre une trentaine de personnes à l'année pour le Conseil d'Administration et le Comité d'Organisation.

@qui! : Toujours sur le thème du bénévolat : dans la société actuelle, c'est de plus en plus dur de trouver des bénévoles. Ceux qui sont engagés depuis des décennies, comme vous, commencent à prendre de l'âge. Ce n'est pas toujours facile de renouveler, à terme ça pourrait devenir un problème pour vous ?

PV : Non, je ne pense pas. Il y a une telle attractivité autour de notre meeting : c'est un évènement international. Certains voient ça comme une chance, de devenir bénévole au Décastar. C'est un engagement, pour la majorité, sur un week-end. Ce n'est pas comme être bénévole pour un club de sport, où il faut accompagner tout le tissu sportif et associatif, qui représente un engagement à l'année beaucoup plus contraignant.

L'idée ici, c'est de trouver un équilibre entre l'investissement et le plaisir. Nous avons la chance de pouvoir l'apporter, et de le ressentir auprès des bénévoles. La preuve : à partir du moment où on a été bénévole une fois pour le Décastar, on est fidèle à l'association. Les liens, la convivialité au sein de l'ADEM viennent de là.

C'est en plus un évènement très attractif pour les jeunes. Cette année nous avons sollicité le domaine universitaire de Talence et la faculté des STAPS (Sciences Techniques des Activités Physiques et Sportives), et les jeunes ont beaucoup d'appétence pour venir nous aider et découvrir un tel évènement. Je pense que c'est la même chose, à moindre échelle, que ce qui s'est ressenti autour de la Coupe du Monde 98.

@qui!: C'est d'autant plus rassurant que les Championnats d'Europe d'athlétisme auront lieu à Paris en 2020, avant les Jeux Olympiques de 2024, là aussi en France...

PV : Aujourd'hui nous avons la chance d'avoir un porte drapeau (Kevin Mayer, ndlr), recordman du monde, qui donne envie d'aller le rencontrer. Je ne m'en fais pas du tout pour la période 2020-2024. Pour nous, de telles organisations sont un beau levier pour consolider toute notre association et notre meeting.

@qui! : L'édition 2018 et la visibilité obtenue grâce, notamment, au record du monde de Kevin Mayer, ne pourrait pas vous servir pour cette année, notamment en termes de fréquentation ?

PV : La fréquentation, c'est l'inconnue aujourd'hui. Nous avons parlé des athlètes, des partenaires, des bénévoles, ces derniers avaient d'ailleurs des activités au mois de juin. D'un autre côté, nous récupérons plus de jeunes, comparé au mois de septembre, on devrait être à l'équilibre côté bénévoles. Là où nous n’avons pas encore de retour, c'est le public. Nous sommes très optimistes, mais entre la météo et le public, c'est là que nous mesurerons la réussite de ce meeting.

@qui! : L'édition 2019 du Décastar a été avancée de trois mois à cause de l'organisation des Championnats du Monde au Qatar. Quelles sont les difficultés pour vous cette année, s'il y en a ?

PV : Ça restera une année exceptionnelle pour nous, avec la succession de Nicole et Jean-Paul Durand, qui présidaient l'ADEM depuis plus de quinze ans. Ça nous affecte tous. Fort heureusement Nicole reste présente à nos côtés aujourd'hui, et nous l'en remercions. En plus de cela, le changement calendaire. Nous avons dû découvrir un calendrier complètement différent, qui a surpris tout le monde.

Nous, ADEM, avons été surpris par le plateau d'athlètes, vraiment exceptionnel cette année. En septembre, nous avons un plateau convivial, c'est la fin de saison, ou alors c'est revanchard, parce que certains athlètes ont raté leur saison, et veulent se rattraper à Talence, comme l'an dernier par exemple, avec le record du monde de Kevin Mayer.

Cette année, ce sera plus compétitif. Les athlètes sont plutôt sur des objectifs de performance à réaliser en vue des mondiaux. Je crois que c'est le meilleur plateau que nous ayons eu : un recordman du monde, une Championne Olympique (la belge Nafissatou Thiam, ndlr) et un espoir girondin (la bordelaise Solène Ndama)... Je pense qu'il va y avoir beaucoup d'étoiles sur le stade ce week-end.

 

Pour assister au Décastar 2019, qui se déroulera les 22 et 23 juin prochains à Talence (Stade Pierre Paul Bernard), la billetterie en ligne est ouverte.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
1862
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !