18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Interview: Doris Ladiges-Evans, européenne d'abord... responsable pédagogique au Goethe Institut de Bordeaux

10/05/2013 | Partagée entre l'Allemagne et la France, Doris Ladiges-Evans lit assidûment la presse des deux pays et dresse un bilan critique des médias français.

L'Europe vue par une franco-allemande

A l'occasion de la Fête de l'Europe, Aqui.fr est allé à la rencontre d'Aquitains venus d'ailleurs pour recueillir leur vision de l'Europe. Installée en France depuis 1983, Doris Ladiges-Evans est une Européenne convaincue. Professeur de français, cette native de Hambourg en Allemagne est chargée de promouvoir la langue et la culture d'outre-Rhin au Goethe Institut de Bordeaux. Elle confie pourtant se sentir plus Européenne qu'Allemande. Mais pose un regard critique sur la couverture médiatique des journalistes français sur l'Allemagne.

@qui! - Pourquoi avez-vous décidé de venir en France?
Doris Ladiges-Evans -
J'ai fait des études de français en Allemagne et je suis venue ici pour m'améliorer. Je ne projetais pas du tout de rester. Mais j'ai trouvé un emploi, c'est ce qui a fait que je ne suis pas rentrée en Allemagne.

@! - Vous vivez à Bordeaux mais vous promouvez l'Allemagne et êtes allemande. Vous sentez-vous plus allemande ou française?
D. L-E -
Je me sens européenne. Je ne me suis jamais vraiment sentie allemande. Je me suis sentie hambourgeoise, venant d'Hambourg, mais pas allemande.

@!: Le fait que la France et l'Allemagne appartiennent à l'union européenne a-t-il facilité votre intégration?
D. L-E -
Oui, c'est sûr. Quand je suis arrivée, il fallait encore avoir un permis de travail et de séjour, tout cela n'existe plus aujourd'hui. Il fallait aussi avoir un diplôme français et la nationalité française pour enseigner dans le public. Aujourd'hui, grâce à l'Europe, ce n'est plus le cas, on peut enseigner dans l'éducation nationale dès lors que l'on a un diplôme français. Personnellement, j'ai toujours la nationalité allemande mais je ne ressens pas le besoin de demander la double nationalité car je n'ai pas de contrainte dans ma vie quotidienne en tant qu'allemande en France.

Sur le plan humain, aujourd’hui, quand je dis que je suis allemande, les gens sont plutôt intéressés, mais quand je suis arrivée dans les années 1980, ce n'était pas du tout pareil, les gens n'étaient pas tous accueillants du fait de notre histoire. On m'a traitée plusieurs fois de « Fritz ». Aujourd'hui ce n'est heureusement plus du tout le cas. Je pense que ce changement est dû à l'Europe qui se contruit, au couple franco-allemand relayé dans les médias, à l'euro qui fait voyager les Français beaucoup plus facilement. 

@! - Vous qui cotoyez à la fois des Français et des Allemands, pouvez-vous dire s'il y a une vision allemande et une vision française de l'Europe?
D. L-E -
Quand je lis les journaux français, je ne me retrouve pas dans la vision qu'ils ont de l'Europe. Pour les Allemands de ma génération, l'Europe était un concept facile à atteindre, beaucoup plus que ce que pensent les Français aujourd'hui. Pour moi, les Allemands se sentent plus européens que les Français tout en ayant retrouvé une certaine fierté d'être allemands. Cela s'est par exemple ressenti lors de l'Euro 2008 [où l'Allemagne est arrivée en finale contre l'Espagne après avoir battu la Turquie]. C'était la fiesta! J'étais à Francfort à ce moment et dans cette ville, les chauffeurs de taxi sont des Turcs. Ils avaient sur leur voiture le drapeau turc mais aussi le drapeau allemand. Et là je me suis dit : c'est ça l'Europe, c'est être turc ou allemand mais être tous ensemble pour une chose commune. Pour moi, c'est beaucoup moins le cas en France où il y a surtout des discussions sur, par exemple, l'hymne national, si on le chante ou pas, sur le fait d'être français ou pas. En Allemagne, on ne se pose pas la question, on est allemand et puis c'est tout! Mais l'histoire est différente, je ne critique pas!

@q! - Les relations entre la France et l'Allemagne sont de plus en plus tendues depuis l'élection de François Hollande et récemment depuis les critiques du PS à l'encontre de la chancelière allemande. Pensez-vous que les frictions actuelles entre l'Allemagne et la France peuvent avoir un impact sur l'amitié franco-allemande?
D. L-E -
Pas du tout. J'ai lu les journaux allemands sur ce sujet. Ils ne critiquent pas Hollande car ce n'est pas lui qui a parlé, c'est le PS. Le président allemand du Parlement européen Martin Schulz a lui-même dit que rien n'allait entraver l'amitié franco-allemande. Ce n'est pas parce que le PS dit quelque chose que la politique entre les deux pays va changer.

@! - Comment expliquer la divergeance de point de vue entre l'Allemagne qui prône l'austérité et les autres pays en difficulté économique?
D. L-E -
Déjà, je crois qu'en France il faut arrêter de glorifier l'Allemagne. La situation n'est pas rose là-bas. Les chiffres sont positifs avec un taux de chômage très bas mais il y a près de 25% d'Allemands qui vivent avec 500 euros par mois. Et puis, l'immigration est moins forte que l'émigration. Il y a par exemple beaucoup d'Allemands bien formés qui émigrent dans les pays scandinaves car ils sont mieux payés. Pour beaucoup d'Allemands, le quotidien est difficile. Il faut parler de cela aussi, et pas uniquement de ce qui arrange les journalistes! Il y a beaucoup de pauvreté en Allemagne, et c'est suite aux politiques de Gerhard Schröder, qui est social-démocrate. L'austérité, en Allemagne, c'était il y a 10 ans sous Schröder et il a d'ailleurs perdu les élections après cela. Il ne faut pas prendre l'Allemagne comme bouc-émissaire ni comme modèle à suivre.

@! - Comprenez-vous les Allemands qui disent ne pas vouloir payer pour les erreurs des banques des autres pays européens?
D. L-E -
Mais ils ne paient pas pour les autres, ils se portent garants! Il y a même des journalistes allemands qui disent que même si l'Allemagne doit payer, elle ne sera pas perdante car elle vend des armes aux Grecs. Les Allemands sont très partagés sur le sujet. D'un côté, certains disent qu'ils ne veulent pas payer pour les autres alors que d'autres se disent : « mais quelle horreur, qu'est-ce-qu'on fait aux Grecs? ».

@! -  Y a-t-il des différences de traitement de l'Europe entre les journaux français et les journaux allemands?
D. L-E -
Les journaux français traitent de sujets très franco-français et manquent de recul concernant l'Allemagne c'est-à-dire que soit ils la glorifient soit ils sont très négatifs envers sa politique. En Allemagne, les médias parlent beaucoup plus de ce qui se passe à l'étranger, l'international puis l'actualité européenne passent en premier. Le national est traité en dernier. La France est très centrée sur Paris, en Allemagne, état fédéral, chaque région a son importance.

@! - Comment définissez-vous la citoyenneté européenne?
D. L-E -
Pour moi, c'est être acceptée là où je suis, comme je suis, avec mon histoire, mon vécu.

@! - La relation franco-allemande a-t-elle facilité votre intégration en France?
D. L-E -
Ce n'est pas l'amitié officielle avec le traité de l'Elysée mais les nombreux organismes qui font le lien entre les deux pays qui ont facilité mon intégration. L'office franco-allemand (Ofaj) facilite les échanges grâce à des subventions depuis les années 1960. Financièrement, les voyages scolaires sont moins coûteux en France qu'en Angleterre.

La fête de l'Europe, jusqu'au 17 mai à Bordeaux et en Gironde, programme disponible sur le site de la Maison de l'Europe Bordeaux-Aquitaine

Elodie Souslikoff
Par Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1270
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !