14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview - Franck Rebillard (Sciences de l'information et de la communication) : « La presse en ligne doit assurer le financement de la création de ses contenus »

06/07/2010 |

Franck Rebillard (Sciences de l'information et de la communication)

Décrypter le fonctionnement de l'information sur Internet. C'était l'enjeu d'un débat organisé mi-juin à Paris (1) en présence de sociologues et chercheurs spécialistes de la presse en ligne. Parmi eux, Franck Rebillard, enseignant-chercheur à l'Institut de la Communication (Lyon 2) et fin connaisseur des « infomédiaires », ces intermédiaires de l'information dont le plus connu est Google. Face au foisonnement de contenus (écrit, vidéo et audio) sur Internet, Franck Rebillard donne des clés pour comprendre à la fois la production d'information et les pratiques des lecteurs.

Il analyse pour aqui.fr le rôle des "infomédiaires" dans la circulation des contenus. Avant de souligner l'importance croissante du financement de la création d'information sur Internet.

@qui.fr ! - Sites, portails, blogs... L'information sur Internet est multiple et très facile d'accès. Mais qui lit quoi sur le web ?
Franck Rebillard - L'observation des habitudes des internautes montre qu'il existe deux grandes pratiques d'information. D'une part, des personnes consultant les portails d'informations (Google actualités, Yahoo actualités, page d'accueil des fournisseurs Internet) pour obtenir une information factuelle et rapide. C'est l'usage majoritaire : l'enquête « Mediapolis » du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po), publiée en juin, souligne que 57 % des sondés passent par ces portails pour s'informer sur la politique, tandis que 23 % consultent les sites web des médias traditionnels, et seulement 6 % des sites indépendants tels que Rue89 ou Mediapart. Et on l'oublie trop souvent, mais la fréquentation de ces portails d'information est beaucoup plus importante que celle des sites des journaux, avec près de 6 millions de visiteurs uniques chaque mois pour Google actualités contre seulement 4 millions pour Lemonde.fr, par exemple [chiffres Médiamétrie, ndlr]. D'autre part, on trouve sur Internet des personnes à la recherche d'une information précise et consultant pour cela des blogs ou sites spécialisés. Dans ce second cas, et à l'opposé du premier, il s'agit globalement d'un public issu des catégories intellectuelles supérieures. Autre précision, ces deux pratiques sont relativement cloisonnées, l'internaute appartenant à l'une ou à l'autre catégorie. Pour autant, il existe un point commun à tous les internautes : ils s'informent très majoritairement sur leur lieu de travail, ce qui ne se faisait pas du tout auparavant.


@! - Le succès de la première pratique a-t-elle des conséquences sur les formats des articles, de plus en plus courts ? Ou sur le type d'informations traitées, davantage du domaine du divertissement ?
F. R. -
Difficile à prouver. Cependant le développement des portails d'information est à mettre en lien avec l'émergence depuis les années 2000 d'une autre forme de presse, les quotidiens gratuits. Eux aussi proposent une information courte, factuelle et directe, à lire pendant le temps de transport ou au travail.


@! - La presse en ligne a aussi assisté à l'arrivée de nouveaux acteurs de l'information, les « infomédiaires », ces sites et plateformes qui relayent les informations sur le modèle de Google, Wikio ou Paperblog (2). Quel rôle jouent-ils ?
F. R. -
Ils vont chercher les informations en lien avec un thème ou une actualité sur toute la toile et ils les rassemblent. Leur rôle, qui consiste donc à compiler de l'information pour la rendre plus accessible ou lisible, est avant tout utilitaire. Leur particularité est de renvoyer directement sur l'article ou le post qui intéresse l'internaute et non pas sur la page d'accueil du blog ou du site. Outre les critères de recherche saisis par l'internaute, les infomédiaires se fondent très souvent sur le nombre de consultations d'un article ou sur la fréquence de publication du support pour choisir les informations à sélectionner. Cette pratique favorise de fait les sites déjà installés et qui publient beaucoup.


@! - Ne risque-t-on pas de voir disparaître progressivement les sites et blogs, faute de consultation directe, au profit des infomédiaires, qui deviendraient les seuls créateurs et distributeurs d'information ?
F. R. -
Je ne pense pas. Tout d'abord, il existe un grand nombre d'infomédiaires. Ils sont certes moins puissants que les portails d'actualité mais ils fonctionnement avec une philosophie différente. Wikio a mis au point, en plus de son agrégateur d'articles, un autre fil qui compile seulement les posts des blogs. Un autre infomédiaire, rezo.net, ne relaye lui que des contenus en lien avec les idées de la gauche et de l'extrême gauche par exemple. Chacun peut choisir le ou les infomédiaires de son choix. Et, tant que des sites produisent en amont du contenu original, les possibilités de création d'agrégateurs sont infinies. Surtout, les sites classiques et les infomédiaires ne sont pas en concurrence frontale mais bien situation de ‘coopétition' (contraction de coopération et de compétition). Ils sont dépendants les uns des autres. Les infomédiaires ont besoin du contenu produit par les sites afin de renvoyer sur eux. Ces derniers bénéficient, en retour, de gains d'audience. Et cette mécanique pourrait être encore renforcée avec les réseaux sociaux qui fonctionnent de plus en plus comme des prescripteurs d'information postant des liens qui incitent à lire tel article ou tel post sur un site.


@! - Dans ce contexte, quel est le principal défi que doit relever l'information sur Internet ?
F. R. -
L'enjeu crucial de ces prochaines années, selon moi, sera le financement de la création de contenu sur Internet. Aujourd'hui, les principaux acteurs dans ce domaine sont les éditeurs professionnels de sites web (des sites d'information traditionnels notamment), les infomédiaires et les réseaux sociaux ne faisant que reprendre leur contenu pour les diffuser auprès des lecteurs. Les éditeurs se financent auprès des annonceurs en leur vendant de la publicité. Or, sur ce terrain, ils sont concurrencés de plus en plus par les infomédiaires et les réseaux sociaux qui font valoir leur large audience. A l'avenir, deux scénarii sont possibles. Soit on décide que la production d'information doit être assurée exclusivement par les éditeurs, qui ayant dû mal à se financer, risquent de basculer dans de l'information ‘low cost'. Soit on affirme que la création d'information doit être financée par l'ensemble des acteurs et on demande aux infomédiaires et aux réseaux sociaux de contribuer, en contrepartie des bénéfices qu'ils tirent de la diffusion des informations. Cette deuxième solution, inspirée de ce qui se fait dans l'industrie musicale, me paraît être la plus viable à long terme. Elle demanderait l'intervention de la puissance publique pour mettre en place ou imposer une contribution à la création et, dans tous les cas, elle prendra du temps.

Propos recueillis par Estelle Maussion

(1) Conférence « Le marché de l'information journalistique sur le web » organisée par le Social Media Club, le 16 juin 2010, à La Cantine. Liste des intervenants et compte rendu des échanges sur socialmediaclub.fr.
(2) Pour plus de détails, lire « Les infomédiaires, au cœur de la filière de l'information en ligne. Les cas de google, wikio et paperblog. », Franck Rebillard et Nikos Smyrnaios, Réseaux 2010 2-3 (n° 160), La Découverte.

Partager sur Facebook
Vu par vous
515
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !