18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview : Marc Lecoq, président de Congrès et Expos de Bordeaux : Développons une Foire de Bordeaux à taille humaine

13/05/2009 |

Marc Lecoq, président de Congrès et Expos de Bordeaux: Développons une Foire de Bordeaux à taille humaine

La Foire internationale de Bordeaux fête, à partir de son inauguration ce 16 mai, ses 40 ans de présence à Bordeaux-Lac. Un rendez vous avec elle-même et la métropole qui l'autorise à mesurer le chemin parcouru, depuis l'époque où elle s'installait place des Quinconces au coeur de la ville. Retour sur images et regard vers l'avenir, avec Marc Lecoq, le président de « Congrès et Expositions de Bordeaux »

@qui! : Marc Lecoq quels souvenirs de ces années où la Foire ?
Marc Lecoq : J’appartiens à une génération qui a visité la Foire et Conforexpo sur les Quinconces et les Allées de Chartres ; je me souviens aussi des prémisses de la délocalisation et des discussions d’alors. Elles allaient bon train et des visionnaires (!) allaient jusqu’à imaginer installer la Foire au Parc Bordelais…Et puis, lorsque en 1969, le premier hall est apparu au Lac, on a enfin pris conscience que la Foire allait connaître une dimension nouvelle. Une anecdote personnelle : en 69 j’appartenais au Cercle de la Voile de Maubuisson et on nous avait demandé de venir tirer des bords sur le Lac. Quand je vois comment la nature a repris ses droits, au Lac, et la qualité de l’environnement dont nous disposons je me dis, décidément, qu’il y avait visionnaire et visionnaire…

@! :  La Foire disposait donc d’un outil adapté à la mis en place d’une politique de développement.
M.L. : Bordeaux Congrès a pu se développer, en effet, et plus encore à partir de la création du hall 2 dans les années 80 et des hall 3 et 4 en 2005. Nous pouvions recevoir de grandes expositions, Conforexpo certes, mais aussi Vinexpo réalisé d’abord simultanément avec Vinitech..
Et maintenant, nous envisageons d'aboutir à un protocole qui confirmera la venue du Sifel , le Salon international des Fruits et légumes à Bordeaux. Il aura lieu en même temps que Vinitech, en gardant sa spécificité propre. Ce sera pour le Sifel etpour nous du gagnant-gagnant.Quant à Vinexpo, que nous accueillerons après la Foire, il sera un peu moins grandiose cette année qu’il y a deux ans, la crise est quand même là, mais nous sommes contents des évolutions enregistrées. Et je me permets de souligner que ce Salon est un atout, qu’il faut le respecter, notamment certaines professions qui doivent savoir raison garder au lieu de considérer que c’est une vache à traire…

@! :  Quelles évolutions envisagez-vous pour la foire elle-même et ses équipements ?
M.L. : En surface l’outil ne peut plus tellement évoluer; Bordeaux a des installations à taille humaine. Quand on observe l’évolution des certains parcs d’exposition qui sont devenus de vrais monstres (400.000 m2 et plus) on s’aperçoit que les taux de remplissage ne suivent pas. Les standards de confortne sont plus respectés ; Nous, nous avons entrepris avec la mairie de Bordeaux et la SPEBEC (1) une réflexion importante comptetenu de l’évolutionde la demande. Je pense à Vinexpo, par exemple, où la consommation d’électricité est très importanteetil faut disposer d’installations plus adaptées. Lorsque cette évolution de standard sera réalisée nous pourrons accueillir des salons itinérants. Si nous savons maintenir une gestion et des prix compétitifs dans un monde où le gigantisme l’emporte…je ne refuse pas d’être le petit qui tire des bourres aux gros… Et puis, nous disposons aussi du Palais des Congrès

@! :  Vous êtes volontiers critique, en revanche, sur le niveau d’infrastructures actuel pour accéder à la Foire…
M.L. : La continuation de la ligne C du tram depuis la gare jusqu’au Palais des Expositions sera d’autant plus décisive que la ligne TGV Tours-Bordeaux sera terminée car nous serons à deux heures et demi de Montparnasse; l’attractivité de Bordeaux n’en sera que plus remarquable. Quant à l’aéroport, il faut qu’il soit relié plus directement au pus grand nombre possible de villes européennes. Mais encore faudra-t-il, que nous soyons reliés de façon suffisante à l’aéroport. Et,là, je suis atterré du temps qu’il faut pour mettre à deux fois trois voies la rocade. Honte à ceux qui ne favorisent pas cette infrastructure rapidementet se renvoient la balle pour savoir qui paiera…

Propos recueillis par Joël Aubert


1. la société d’économie mixte qui gère les bâtiments.

Partager sur Facebook
Vu par vous
396
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !