Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Nos Temps Forts de 2015 - Serge Guérin: les séniors nous engagent vers "une société durable"

01/01/2016 | Notre société n'a pas anticipé la coexistence de tant de générations

L'auteur et sociologue Serge Guérin sera l'un des intervenants phares des prochaines rencontres de l'innovation sociale qui auront lieu les 29 et 30 janvier prochain à Bordeaux.

Ce sera un temps fort de la réflexion sur notre société, ses évolutions, son vivre ensemble. Et, singulièrement, entre générations. A l'initiative de l'Association des Amis d'Aqui.fr et de son président, Bernard Jouannaud, Serge Guérin sera l'invité de «  l'Aqui Festive » de ce printemps, le 23 juin à 18h au Rocher Palmer à Cenon. Sa conférence : « Viellir : Risque ou Opportunité, les séniors acteurs de l'innovation et du développement » fera directement écho à son dernier ouvrage « Silver Génération » paru récemment chez Michalon. En avant première à cette rencontre à priori d'autant plus passionnante que la « silver économie » est l'un des axes de l'avenir de l'économie de la Grande Région, le sociologue enfonce le clou de ses convictions.

@aqui! - La révolution démographique, affirmez-vous, est une chance fabuleuse de faire bouger les lignes et les mentalités. Qu'est-ce à-dire ?
Serge Guérin - En 2050, la France comptera quelques 23 millions de plus de 60 ans et près de 5 millions de plus de 85 ans. Une multiplication par huit en 70 ans ! Nous n’avons jamais connu une telle révolution de l’âge et notre société n’a pas anticipé la coexistence de tant de générations, ni les effets sociétaux, culturels et sociaux de la longévité. On peut se faire peur en parlant de « tsunami gériatrique » ou bien prendre le pari que ce monde qui prend de l’âge devra nécessairement développer une attention bienveillante aux plus fragiles, inventer de nouvelles solidarités, développer une offre adaptée, qui ne se limite pas aux développements de solutions numériques et technologiques, ou encore révolutionner l’approche de la santé en l’orientant vers la prévention et l’accompagnement. Je crois que les seniors nous engagent aussi vers une « société durable »…

@! - Dans votre dernier ouvrage, vous abordez la question du temps qui doit conduire la société à évoluer ?
S. G. - Entre la société des loisirs et la durée de la retraite, nous n’avons jamais consacré si peu de temps au travail. C’est le paradoxe d’un monde qui porte au pinacle la rapidité et qui souffre d’un manque chronique de temps…Je m’amuse à répondre aux gens qui affirment « ne pas avoir de temps », que les journées ne font plus 24 mais 30 heures. Car, depuis les années 60, nous gagnons chaque année une espérance de vie de trois mois, soit un an tout les quatre ans. Autrement dit six heures supplémentaires chaque jour !

En fait de plus en plus de personnes évoluent aujourd’hui sur un mode « lent ». Au lieu de considérer ce fonctionnement comme handicapant, mieux vaut l’intégrer et en tirer profit. L’augmentation de l’espérance de vie propose de faire de la durabilité une référence. Cela peut conduire à soutenir des politiques de circulation plus lente dans les villes, de favoriser la marche humaine ou encore de promouvoir la qualité des produits et leur durabilité.

Des secteurs comme la santé et l’éducation, échappent à la logique strictement marchande (ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas un coût). Or, ces domaines sont voués à croître fortement. Mais que signifie « aller vite », « être productif » en la matière ? Faut-il obliger les personnes âgées à manger plus vite, qu’elles réduisent leurs échanges avec leurs voisins pour que le personnel débarrasse vite et passe à autre chose ? La nouvelle économie n’est pas l’ennemie du temps.

Sans les bénévoles de grands pans de notre société s'écrouleraient

@! - Vous insistez énormément sur le rôle social des retraités, là aussi il faut sortir des idées reçues ?
S. G. - Nous comptons 15 millions de retraités, des millions d’étudiants, de chômeurs, de personnes au foyer… il y a presqu’autant de gens qui travaillent, hors du cadre traditionnel, que de « vrais » actifs, environ 27 millions. Le travail rémunéré n’est plus dorénavant l’alpha et l’oméga de notre société. Sans les bénévoles retraités, de grands pans de notre société s’écrouleraient. Sans eux, le tissu associatif n’aurait pas le même visage ni la même dynamique. Sans eux, ce serait souvent bien plus compliqué dans les familles, je rappelle que 23 millions d’heures sont données chaque semaine par des grands-parents auprès de leurs petits-enfants. Ce sont aussi ces retraités, et d’abord les femmes, qui composent la moitié des 8,5 d’aidants bénévoles d’un proche qui sont des acteurs majeurs de la santé publique et du soutien aux plus fragiles. Il est intéressant de noter que ces engagements donnent du sens pour les personnes concernées. Un comptable à la retraite qui s’occupait des comptes d’une association une fois par semaine m’a dit un jour : « quand j’ai terminé ma journée de bénévole, on me dit merci. Cela ne n’est jamais arrivé quand j’étais en activité… »

@! - A la différence du discours ambiant vous expliquez combien l’intergénération fonctionne bien, pourriez-vous expliciter cette notion ?
S. R. - C’est un concept à préciser. Installer une crèche dans une maison de retraite, cela ne fait pas nécessairement intergénération… D’ailleurs, on ne demande guère leurs avis, aux nourrissons et aux vieux ! L’intergénération repose sur une volonté, un projet, des passerelles…. Il a besoin d’accompagnement, de projets communs, d’une activité, d’une passion… On croit souvent que cela signifie cohabitation ou relation entre un très jeune et un très vieux, qu’il suffit de créer un lieu dédié… Si vous, quinquagénaire, vous expliquez le maniement d’un ordinateur à votre mère de 80 ans, c’est de l’intergénérationnel.

Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas de grands problèmes entre les générations. Je dirais même que les choses se passent certainement mieux aujourd’hui qu’hier. Au sein des familles, y compris avec les effets des ménages recomposés, la mixité est mieux choisie qu’hier. Etre dans l’intergénérationnel, c’est bien saisir que chacun est en lien avec l’autre, que chacun a besoin de l’autre et de son regard bienveillant. Le rôle des institutions et des leaders d’opinion est d’instruire et de diffuser cette culture de l’ouverture à l’autre, de la coopération et de l’intergénération. Il faut beaucoup de compréhension, de pédagogie et de capacité à établir des priorités. Cela ne doit pas pour autant devenir une obligation, une norme.

S'incrire à la conférence organisée par "Les amis d'aqui".

la rédaction
Par la rédaction

Crédit Photo : Aquipresse

Partager sur Facebook
Vu par vous
3264
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !