Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/09/18 | Canéjan en Transition fête ses 1 an

    Lire

    Le samedi 29 septembre pour fêter les 1 an du Collectif Canéjan en Transition, une grande fête est organisée toute la journée au Centre Simone Signoret. Des ateliers, démonstrations et causeries rythmeront la journée autour de 5 grands thèmes: énergie, eau et changement climatique ; alimentation, bio, santé ; réduction des déchets ; économie et solidarité ; bien-être. Deux conférences sur la transition et le changement climatique ; ainsi qu’un film en seront les temps forts.

  • 25/09/18 | Festival des 6 Trouilles 2018 à Libourne - Inscriptions ouverte

    Lire

    Organisé par le service jeunesse de la communauté d’agglo du libournais, la Ville de Libourne et en partenariat avec l’association Périphéries Productions, il se déroule en novembre, au cinéma Grand Ecran de Libourne. Des courts-métrages amateurs renvoyant au film de genre y sont présentés et projetés au public. Il est possible de proposer un film réalisé en autonomie par une ou plusieurs personnes âgées de moins de 20 ans. Date limite d’envoi des films le 30 septembre 2018.

  • 24/09/18 | Les Jeudis de l’Installation en Corrèze

    Lire

    Le 27 septembre, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze organise à Montaignac St Hippolyte, dans le cadre des Jeudis de l’Installation, un après-midi sur le thème du maraîchage bio à destination des porteurs de projets et des jeunes en formation. Cet après-midi sera l’occasion de mieux connaître la filière maraîchage, et sa spécificité en bio, ainsi que d’échanger avec des agriculteurs récemment installés, des conseillers spécialisés mais aussi de visiter une exploitation.

  • 24/09/18 | Le désamiantage du Signal à Soulac se prépare

    Lire

    Les travaux préalables au désamiantage de l'immeuble Le Signal à Soulac-sur-Mer qui menace de s'effondrer,ont débuté mercredi 19 septembre afin de conforter la dune par un apport de sable et de mettre en sécurité le bâtiment pour permettre l’intervention des entreprises en toute sécurité. Les premiers travaux dureront une dizaine de jours, et en plusieurs étapes dont la protection des espèces floristiques. Ces travaux seront intégralement financés par l’État ainsi que les travaux de désamiantage de l’immeuble qui seront menés en début d’année prochaine.

  • 24/09/18 | La brigade "loup" missionnée dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Conformément à son engagement pris le 20 septembre, lors de sa venue à Pau, François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, a missionné la brigade mobile d’intervention spécialisée de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour remédier aux attaques de troupeaux par le loup hybride en vallée d’Ossau. "La mission sera préparée la semaine prochaine avec les maires et bergers. Des équipes seront sur place la semaine suivante pour une période d’une quinzaine de jours", annonce la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview : Un an après, que reste-t-il du label French Tech ?

20/10/2015 | Pour Thomas Baudin, directeur délégué de FrenchTech et Louis Vercauteren, en charge de l'appui aux entreprises à la CCI de Bordeaux, French Tech, c'est bien plus qu'un label.

Thomas Baudin et Louis Vercauteren

Un an s'est écoulé depuis l'attribution du label French Tech à Bordeaux, le 12 novembre dernier. Depuis, quelques projets ont émergé, et 776.600 € ont été attribués à 35 projets selon les derniers chiffres fournis par Bordeaux Métropole. Ce lundi 19 octobre, la Métropole fêtait cette première année de label, avec un premier bilan du mouvement mais aussi des rencontres entre de jeunes start-ups et des étudiants. Au milieu de ce foisonnement où presque 1600 personnes s'étaient inscrites, nous avons demandé à deux responsables, l'un à la Métropole et l'autre à la CCI, ce qui avait vraiment changé depuis French Tech. Réponse.

@qui! - Le but de cette soirée, c'est évidemment de promouvoir le label French Tech et de montrer sa réussite sur Bordeaux et la Métropole en général. Mais concrètement, qu'a apporté French Tech dans l'économie locale ?
Thomas Baudin, Directeur délégué French Tech au sein de Bordeaux Métropole :  
L’idée de French Tech, c’est qu’autour d’une dynamique entrepreneuriale, on peut aussi promouvoir tout un écosystème : des laboratoires, des écoles, des agences de développement. Le rôle de French Tech n’est pas d’investir dans les sociétés, mais de travailler afin que ce système fonctionne encore mieux. L’idée, c’est d’inventer un espèce de modèle « Silicon Valley » à la française, sans réel gros fond d’investissement. La French Tech n’investit pas, elle n’a pas de moyens en elle-même. C’est ce que l’on appelle une politique « frugale »… L’un des premiers buts de ce rendez-vous, c’est de réunir les étudiants avec les start-up qui recherchent des profils spécifiques, des talents. 

@! - Comment le label se traduit-t-il dans la réalité ?
Thomas Baudin
- Pour vous répondre plus concrètement, plein de choses ont changé depuis l’attribution du label. La première, c’est que French Tech est toujours là. On entendait beaucoup dire que ça n’allait durer que quelques mois, que ce n’était que de la communication, qu’il n’y avait pas de substance derrière. Aujourd’hui, je pense que tout le monde est convaincu qu’il est là pour durer. La deuxième, c’est qu’il y a une dynamique loin d’être morte. Quand on a réuni, avant la labellisation, l’écosystème à Darwin, il y avait 1000 personnes. Quand on a organisé le lancement du plan  en février, il y en avait près de 1200. Ce soir, on a arrêté les inscriptions à 1600 personnes. La dynamique est donc toujours très forte. 

Il y a eu un certain nombre de dispositifs qui ont été mis en place. La « Bourse French Tech » est par exemple un dispositif de financement initial des start-ups. Il y a une action structurante, une politique d’innovation avec les grands groupes comme ERDF ou La Poste avec French IoT pour Internet Of Things. Il y a toute cette dynamique qui est en train de se mettre en place, et nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements. 

Louis Vercauteren, Direction appui aux entreprises à la CCI de Bordeaux : Le but de ce premier bilan, c’est aussi de montrer et de promouvoir tout ce que les partenaires affiliés à French Tech ont proposé. L’appel à projet « French IoT » (Internet Of Things) a été porté et diffusé par tout le réseau des partenaires. Des délégations portées par Bordeaux Métropole et la CCI de Bordeaux sont parties à Québec pour créer du business. Sans compter l’aspect « incubateur » : il y a aujourd’hui trois accélérateurs clairement identifiés qui jouent leur rôle de proximité au niveau des entreprises. La force du label, c’est que tous les partenaires vont dans le même sens pour le développement du numérique. On a chacun nos compétences, mais on les met à disposition de tous ceux qui rentrent dans ce cadre là. 

@! Un rendez-vous comme celui là peut aussi être l'occasion de faire des annonces importantes pour articuler la suite de French Tech. Des projets sont-ils en cours au niveau de la Métropole ou de la CCI ? 
T.B
- On ne cherche pas à faire de gros effets d’annonce, nous voulions surtout témoigner de l’apport de ce label dans l’économie locale. Une de nos missions, c’est de créer du lien entre tous les acteurs de l’écosystème. Nous allons donc prochainement lancer un site internet avec une base de données qui va permettre aux gens de se rencontrer. 

L.V - Pour ce qui est de la CCI, elle est en train de monter un programme d’accompagnement numérique pour venir en complément de toutes les structures déjà existantes. Etant donné que nous sommes une porte d’entrée assez forte pour des porteurs de projets, nous avons des outils comme le « speed test » qui sert aux porteurs à venir présenter leur projet à des chefs d’entreprise, ce qui leur donne des pistes de développement. On va accompagner un suivi personnalisé jusqu’au moment où il vont rencontrer les financeurs, comme Digital Aquitaine qui accompagnent dans la structuration de levées de fond. On encadre le porteur jusqu’à son développement et on fait ensuite le lien vers d’autres structures. Il y avait clairement un manque là-dessus. 

T.B - On rentre dans des discussions pour va coordonner nos relations. C’est aussi une des choses que l’on voit évoluer sur cet écosystème. 

@! - Le fait que le premier bilan se passe à Bordeaux, cela véhicule l'idée que French Tech Bordeaux est avant tout actif sur la capitale régionale... 
T.B
- French Tech n’est pas bordelais. Il est porté par la Métropole. Son tropisme est donc naturellement basé sur Bordeaux et sa Métropole, mais il n’y a pas d’ostracisme ni de fermeture. Cette base de données sur internet est ouverte à tous. La vocation de cet outil, c’est de créer des liens, des rapprochements, des alliances entre les entreprises des territoires. La plateforme, tout comme le label, sont donc évidemment ouverts à tous. 

Un peu de mauvaise foi dans cette dernière question : la commercialisation récente d'une nouvelle Cité Numérique à Bègles est sans doute la preuve que l'écosystème essaye au maximum de s'inscrire dans un développement Métropolitain. Amis Palois ou Libournais, vous savez donc ce qu'il vous reste à faire si vous voulez intégrer la grande famille du numérique... Reste ces quelques chiffres, fournis par la BPI, qui peuvent traduire des effets concrets du label : en 2014, 19 dossiers ont reçu un financement de 19 500 euros en moyenne (soit 450 000 euros au total), tandis que du premier janvier au 9 octobre 2015, ce sont 29 dossiers qui ont reçu 671 700 euros de subvention. La dynamique est donc bien lancée, et pourrait prochainement récolter ses premiers grands succès. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4651
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !