Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

15/11/18 : Une nouvelle invitée vient rejoindre les 21 personnalités des Idées mènent le Monde (Pau): Christine Ockrent interviendra sur "Europe : évitons la marginalisation", samedi 17 novembre à 16h30.

15/11/18 : L'auteur palois David Diop, lauréat ce 15 novembre du prix Goncourt des lycéens pour son ouvrage Frère d'âme (Editions du Seuil), participera au Grand débat de Lettres du monde – Welcome ! vendredi 23 novembre, 18h30 à la cour d'appel de Bordeaux

15/11/18 : Journée nationale d’action samedi 17 novembre. En Lot-et-Garonne, les accès aux supermarchés, stations-service, centres-villes et à l’A62 risquent d’être perturbés. Plus d'infos sur http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/

14/11/18 : Rencontre/débat avec les parlementaires du 47 autour de la réforme des retraites et des nouvelles revendications de l'ADRA 47 le vendredi 16 novembre à 14 H 30 à la Salle de l'Orangerie du Conseil Départemental d'Agen.

14/11/18 : Dans la continuité de la réflexion d’Agen 2030, des tables rondes autour du handicap et de l’accessibilité de la Ville d’Agen sont proposées le lundi 19 novembre de 14 h à 16 h 30, Salle des Illustres à l’Hôtel de ville d’Agen.

14/11/18 : Dans le cadre de la Journée international des droits de l’enfant, le centre social Maison pour Tous de la Masse (Agen) présentera le 20 nov dans son local à 17 h 30 les travaux des enfants inscrits au CLAS autour de la charte nationale.

14/11/18 : Invitée en Martinique afin de partager son expertise en vue de la création de La Cité du Rhum, La Cité du Vin accueillera à Bordeaux les 21 et 22 novembre une délégation martiniquaise porteuse de ce projet.

14/11/18 : Une lecture du livre posthume de « Charb » « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » se tiendra le 19 novembre à 20 h au théâtre du Pont Tournant, à Bordeaux.

14/11/18 : 10 établissements touristiques de Gironde viennent de recevoir l’Ecolabel européen hébergement touristique label officiel de la Commission européenne pour les établissements qui souhaitent allier qualité et écologie. En NA, 82 sont dénombrés.

14/11/18 : 10ème Forum Environnemental du Vin de Bordeaux le 6 déc au Palais des Congrès de Bordeaux. « Après avoir dressé le bilan des actions menées, cette journée permettra de partager l'ambition d'amener la filière vers une politique RSE collective. »

14/11/18 : Conférence autour de « La forteresse de Blanquefort » proposée par l’association Tout Art Faire, le 15 novembre de 19 h à 20 h 30, à l’Athénée Municipal et animée par Marietta Dromain, docteure en Archéologie.

14/11/18 : Mobilisation des avocats le 15 novembre à 11 h devant les marches du TGI de Bordeaux contre les dispositions du projet de loi de réforme de la justice 2018-2022, les « cinq chantiers de la Justice ».

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/11/18 | Libourne et le dessin...180 ans d’amour

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, pour fêter les 180 ans de l’Ecole de Dessin de Libourne, l’école municipale se délocalise au sein de l’Hôtel de Ville pour proposer de nombreuses séances de dessins gratuites et ouvertes à tous : dessin d’observation dans l’Hôtel de Ville, dessin d’après des sculptures au musée, workshop arts graphiques, exposition...Mais attention le nombre de places est limitée. Inscription : 05 57 25 02 58

  • 16/11/18 | Tout ne va pas à l’égout

    Lire

    A l’occasion de la Journée mondiale dédiée aux toilettes et portant sur les enjeux de l’assainissement des eaux usées le 19 novembre, l’Eau de Bordeaux va mener une campagne de sensibilisation « Le geste essentiel : les lingettes dans la poubelle » durant 3 semaines. Celle-civise à rappeler qu’il est primordial de jeter les lingettes dans la poubelle. Cette campagne cible les structures de la petite enfance de Bordeaux Métropole mais aussi le grand public avec un affichage dans les bars et restaurants de Bordeaux.

  • 16/11/18 | « Pas vu, pas protégé, soyez un cycliste éclairé »

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, Grand Poitiers, en partenariat avec la Police Nationale, la préfecture de la Vienne, les villes de Poitiers, Buxerolles, Jaunay-Marigny, l’Atelier du Petit Plateau et Vélocité 86, organise sa 9ème semaine de sensibilisation pour la sécurité des cyclistes. Pour informer et aider les cyclistes à renforcer leur visibilité, des actions sont proposés et des accessoires de sécurité seront offerts.

  • 15/11/18 | La Fête de l'agriculture basque ce week-end à Biarritz

    Lire

    La 13e édition de Lurrama se tiendra vendredi, samedi et dimanche à la Halle Iraty (près de l'aéroport de Biarritz). Elle célèbre sur 6000M2 avec veaux, vaches, moutons, à travers conférence, expositions, chants et danses et bien sûr le repas des chefs, la culture basque à travers l'élevage et l'agriculture. Le thème de cette année "Pour une politique agricole alimentaire" évoquera la Politique Agricole Commune. Entrée: 4 euros pour les adultes, gratuit moins de 15 ans. Le programme sur: www.lurrama.org

  • 15/11/18 | De nombreux matchs de football reportés le 17 novembre en Dordogne

    Lire

    En raison du mouvement de protestation "Gilets jaunes" du samedi 17 novembre, le District de Football a sondé les clubs de Dordogne : 60% d’entre eux étaient favorables au report intégral des matches jeunes et féminines jeunes prévus à cette date. Les rencontres qui devaient avoir lieu dans le cadre du championnat brassage U15 poule B et D sont reportées au samedi 8 décembre. Idem pour les matches des coupes U18 et U15 Dordogne et District.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Interview : Un an après, que reste-t-il du label French Tech ?

20/10/2015 | Pour Thomas Baudin, directeur délégué de FrenchTech et Louis Vercauteren, en charge de l'appui aux entreprises à la CCI de Bordeaux, French Tech, c'est bien plus qu'un label.

Thomas Baudin et Louis Vercauteren

Un an s'est écoulé depuis l'attribution du label French Tech à Bordeaux, le 12 novembre dernier. Depuis, quelques projets ont émergé, et 776.600 € ont été attribués à 35 projets selon les derniers chiffres fournis par Bordeaux Métropole. Ce lundi 19 octobre, la Métropole fêtait cette première année de label, avec un premier bilan du mouvement mais aussi des rencontres entre de jeunes start-ups et des étudiants. Au milieu de ce foisonnement où presque 1600 personnes s'étaient inscrites, nous avons demandé à deux responsables, l'un à la Métropole et l'autre à la CCI, ce qui avait vraiment changé depuis French Tech. Réponse.

@qui! - Le but de cette soirée, c'est évidemment de promouvoir le label French Tech et de montrer sa réussite sur Bordeaux et la Métropole en général. Mais concrètement, qu'a apporté French Tech dans l'économie locale ?
Thomas Baudin, Directeur délégué French Tech au sein de Bordeaux Métropole :  
L’idée de French Tech, c’est qu’autour d’une dynamique entrepreneuriale, on peut aussi promouvoir tout un écosystème : des laboratoires, des écoles, des agences de développement. Le rôle de French Tech n’est pas d’investir dans les sociétés, mais de travailler afin que ce système fonctionne encore mieux. L’idée, c’est d’inventer un espèce de modèle « Silicon Valley » à la française, sans réel gros fond d’investissement. La French Tech n’investit pas, elle n’a pas de moyens en elle-même. C’est ce que l’on appelle une politique « frugale »… L’un des premiers buts de ce rendez-vous, c’est de réunir les étudiants avec les start-up qui recherchent des profils spécifiques, des talents. 

@! - Comment le label se traduit-t-il dans la réalité ?
Thomas Baudin
- Pour vous répondre plus concrètement, plein de choses ont changé depuis l’attribution du label. La première, c’est que French Tech est toujours là. On entendait beaucoup dire que ça n’allait durer que quelques mois, que ce n’était que de la communication, qu’il n’y avait pas de substance derrière. Aujourd’hui, je pense que tout le monde est convaincu qu’il est là pour durer. La deuxième, c’est qu’il y a une dynamique loin d’être morte. Quand on a réuni, avant la labellisation, l’écosystème à Darwin, il y avait 1000 personnes. Quand on a organisé le lancement du plan  en février, il y en avait près de 1200. Ce soir, on a arrêté les inscriptions à 1600 personnes. La dynamique est donc toujours très forte. 

Il y a eu un certain nombre de dispositifs qui ont été mis en place. La « Bourse French Tech » est par exemple un dispositif de financement initial des start-ups. Il y a une action structurante, une politique d’innovation avec les grands groupes comme ERDF ou La Poste avec French IoT pour Internet Of Things. Il y a toute cette dynamique qui est en train de se mettre en place, et nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements. 

Louis Vercauteren, Direction appui aux entreprises à la CCI de Bordeaux : Le but de ce premier bilan, c’est aussi de montrer et de promouvoir tout ce que les partenaires affiliés à French Tech ont proposé. L’appel à projet « French IoT » (Internet Of Things) a été porté et diffusé par tout le réseau des partenaires. Des délégations portées par Bordeaux Métropole et la CCI de Bordeaux sont parties à Québec pour créer du business. Sans compter l’aspect « incubateur » : il y a aujourd’hui trois accélérateurs clairement identifiés qui jouent leur rôle de proximité au niveau des entreprises. La force du label, c’est que tous les partenaires vont dans le même sens pour le développement du numérique. On a chacun nos compétences, mais on les met à disposition de tous ceux qui rentrent dans ce cadre là. 

@! Un rendez-vous comme celui là peut aussi être l'occasion de faire des annonces importantes pour articuler la suite de French Tech. Des projets sont-ils en cours au niveau de la Métropole ou de la CCI ? 
T.B
- On ne cherche pas à faire de gros effets d’annonce, nous voulions surtout témoigner de l’apport de ce label dans l’économie locale. Une de nos missions, c’est de créer du lien entre tous les acteurs de l’écosystème. Nous allons donc prochainement lancer un site internet avec une base de données qui va permettre aux gens de se rencontrer. 

L.V - Pour ce qui est de la CCI, elle est en train de monter un programme d’accompagnement numérique pour venir en complément de toutes les structures déjà existantes. Etant donné que nous sommes une porte d’entrée assez forte pour des porteurs de projets, nous avons des outils comme le « speed test » qui sert aux porteurs à venir présenter leur projet à des chefs d’entreprise, ce qui leur donne des pistes de développement. On va accompagner un suivi personnalisé jusqu’au moment où il vont rencontrer les financeurs, comme Digital Aquitaine qui accompagnent dans la structuration de levées de fond. On encadre le porteur jusqu’à son développement et on fait ensuite le lien vers d’autres structures. Il y avait clairement un manque là-dessus. 

T.B - On rentre dans des discussions pour va coordonner nos relations. C’est aussi une des choses que l’on voit évoluer sur cet écosystème. 

@! - Le fait que le premier bilan se passe à Bordeaux, cela véhicule l'idée que French Tech Bordeaux est avant tout actif sur la capitale régionale... 
T.B
- French Tech n’est pas bordelais. Il est porté par la Métropole. Son tropisme est donc naturellement basé sur Bordeaux et sa Métropole, mais il n’y a pas d’ostracisme ni de fermeture. Cette base de données sur internet est ouverte à tous. La vocation de cet outil, c’est de créer des liens, des rapprochements, des alliances entre les entreprises des territoires. La plateforme, tout comme le label, sont donc évidemment ouverts à tous. 

Un peu de mauvaise foi dans cette dernière question : la commercialisation récente d'une nouvelle Cité Numérique à Bègles est sans doute la preuve que l'écosystème essaye au maximum de s'inscrire dans un développement Métropolitain. Amis Palois ou Libournais, vous savez donc ce qu'il vous reste à faire si vous voulez intégrer la grande famille du numérique... Reste ces quelques chiffres, fournis par la BPI, qui peuvent traduire des effets concrets du label : en 2014, 19 dossiers ont reçu un financement de 19 500 euros en moyenne (soit 450 000 euros au total), tandis que du premier janvier au 9 octobre 2015, ce sont 29 dossiers qui ont reçu 671 700 euros de subvention. La dynamique est donc bien lancée, et pourrait prochainement récolter ses premiers grands succès. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4735
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !