Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/19 : L’état de catastrophe naturelle "inondations et coulées de boue" a été acté pour la commune de Langon pour la journée du 26/07/19. Les sinistrés ont 10 jours à compter du 23/10 pour déposer un état estimatif de leurs dommage auprès de leur assurance

22/10/19 : La ville de Bordeaux a lancé une consultation en ligne pour déterminer quel équipement public de la ville pourrait porter le nom de Jacques Chirac. Le Parc des Expositions, la Bibliothèque Médiadeck ou "un autre lieu" sont les trois propositions énoncées.

21/10/19 : Fermée en septembre 2018 suite à des inondations survenues durant l’été, la médiathèque de Gan (64) rouvre dans des locaux provisoires de 150 m2, rue du Bel Air, près du centre de loisirs, le mardi 22 octobre à 14h.

19/10/19 : Trafic SNCF toujours perturbé en Nouvelle-Aquitaine à la fois sur le service OUIGO et sur les TER à la suite du mouvement national de "droit de retrait" suite à un accident. "un détournement du droit de retrait à l'impact inacceptable" pour E. Philippe

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/10/19 | Pau: Focus sur l'animation handicap du Concours complet 5*

    Lire

    Dans le cadre du Concours Complet International 5 étoiles de Pau, une animation «Découverte du cheval» est proposée les 25 et 26 octobre aux personnes handicapées, adultes et enfants. Cette animation, proposée par les Ateliers de la Cavale, s'organise autour de 3 ateliers: le pansage, le travail du pied et une balade en calèche (adaptée pour l'accueil d'une personne en fauteuil roulant). Cette animation d'une heure permet l'accueil de 6 personnes pouvant chacune participer aux 3 ateliers. Inscription uniquement par mail mission.handicap@ville-pau.fr. Rappel : l'entrée est gratuite le vendredi, payante le samedi.

  • 23/10/19 | L'Entre-deux-Mers interroge sa ruralité

    Lire

    Du vendredi 25 au dimanche 27 octobre prochain, le Comité de Liaison de l'Entre-Deux-Mers (CLEM) organise un colloque autour de "l'histoire des relations du Cadillacais et du Podensacais avec Bordeaux". Y seront notamment abordés les thèmes de la ruralité et de l'effet de la métropolisation sur ce territoire viticole et le projet de labellisation "Pays d'Art de d'Histoire" porté par plusieurs communautés de communes de Sud-Gironde. Les débats se tiendront à Rions (le 25 octobre), à Sainte-Croix-du-Mont le 26 et à Cadillac le 27. Plus d'infos au 05 56 84 45 75.

  • 23/10/19 | Charente-Maritime : une soixantaine d'agriculteurs mobilisés

    Lire

    Une soixantaine d'agriculteurs ont répondu à l'appel à mobilisation de la FNSEA 17 ce 22 octobre. Ils sont allés jusqu'à la station d'épuration de La Rochelle chercher des boues, qu'ils sont ensuite allés épandre devant la mairie de Chambon, dont le maire fait partie du mouvement des "pisseurs de glyphosates". Une trentaine d'entre eux sont ensuite allés poser des banderoles et distribuer des tracts au rond-point à l'entrée de Rochefort.

  • 22/10/19 | Ford signe la revitalisation du site de Blanquefort

    Lire

    Lors d'un nouveau comité de suivi qui s'est tenu ce lundi 21 octobre, le protocole d'accord pour la revitalisation du site de l'ancienne usine Ford à Blanquefort a officiellement été signé par le constructeur. Ce dernier s'engage à injecter 18 millions d'euros dans cette opération, dont quatre millions pour céder certains terrains à Bordeaux Métropole. Ford s'est également engagé à dépolluer le site d'ici 2024. D'anciens salariés de l'usine se sont rassemblés devant la préfecture de Bordeaux à l'appel de la CGT. Pour cibler où seront injectés les 14 millions restants, une nouvelle réunion doit se tenir en novembre.

  • 22/10/19 | Un escape game d'horreur à Bordeaux !

    Lire

    Le frisson pour aider (ou pas) à la réflexion. Closed Escape Game a ouvert dans le Parc d'Activités du Grand Stade (Tram B arrêt Berges de la Garonne) le 06 juin dernier. Deux parcours d'horreur pour 2 à 5 personnes sont proposés, avec pour chacun une immersion dans le frisson garantie. Par sécurité pour les joueurs, les parcours sont déconseillés aux personnes sensibles et aux femmes enceintes. Les joueurs peuvent également abandonner en cours de parcours. Depuis l'ouverture, 63 abandons ont été comptabilisés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Isabelle Falque-Pierrotin : "Nous avons besoin d'une boussole au sein du numérique"

10/12/2014 | La présidente de la CNIL et du G29 (groupe des CNIL européennes) était l'une des invitées des débats organisés dans le cadre des "Boussoles du numérique".

Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL et du G29

La navigation au sein du monde étendu du web et du numérique, c'est le thème de cette deuxième édition des "Boussoles du numérique" qui se tiennent mercredi 10 et jeudi 11 décembre au Rocher de Palmer, à Cenon. Parmi les nombreuses conférences et ateliers/forums ouverts au public, un débat sur la manière d'accroître la culture numérique. Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) et du G29, a répondu à ces questions de protection de l'utilisateur, dans ce monde vaste auquel il faudrait imposer des limites.

@qui : Est ce que pour avoir une culture numérique, il faut forcément avoir une souveraineté numérique ?
Isabelle Falque-Pierrotin
: J’aurais tendance à répondre dans l’autre sens. Je pense qu’il y a actuellement un enjeu de garantir à la fois une souveraineté individuelle et collective sur le numérique. Individuelle, c’est à dire une capacité de maîtrise par les personnes de cet univers pour exploiter à leurs profits les potentialités mais aussi se défendre des risques. Collective, enfin, dans le sens où l’Europe a des valeurs, des garanties, des intérêts à défendre qui ne sont pas nécessairement ceux du reste du monde. Et elle doit pouvoir imposer aux acteurs qui offrent des services sur son territoire un certain nombre de règles, offrant des garanties aux citoyens européens. Pour faire tout cela, un des leviers nécessaires est de donner à chacun cette culture du numérique. C’est vrai aussi au niveau plus global car les enjeux au niveau européen et national nécessitent une mobilisation des décideurs publics et d’identifier que ce sont des enjeux stratégiques, que l’Europe à une voix singulière à faire entendre. Il faut donc qu’ils se soient appropriés ces sujets. 

@qui : La CNIL a-t-elle des ennemis en matière de droit et d’accès au numérique ?
I F-P
: Nous n’avons pas d’ennemis. La CNIL est chargée de faire respecter le droit, notamment national et européen, et de faire en sorte qu’aucun acteur, y compris les acteurs étrangers, ne se soustraient aux obligations de la loi. Ces grands acteurs de l’internet, comme les autres, doivent respecter ce que le cadre juridique européen demande en termes de protection des personnes. Il faut donc parler d’une voix unie au niveau des CNIL européennes pour être plus crédibles, jouer de façon intelligente sur la publicité des sanctions que l’on rend car ces grandes entreprises sont très soucieuses de leur image par rapport à leur marché. On voit que la publicité de sanction de la CNIL de janvier 2014 a été très efficace par rapport à Google, par exemple. Mais c’est aussi faire entrer ces grandes entreprises dans une démarche de mise en conformité de manière à ajuster leurs pratiques (actuellement, on négocie la mise en conformité de Google sur sa politique de vie privée).

@qui : Le marché est-il donc un obstacle au développement de la culture numérique ?
I F-P
: Les acteurs économiques essayent d’avoir l’emprise la plus large sur le marché en fonction de ce qu’ils pensent être les attentes de ce marché. Si les attentes se modifient et s’ils ont l’impression que leurs consommateurs ne leur font plus confiance, ce qu’ils perçoivent aujourd’hui comme une contrainte simplement juridique, va devenir pour eux très important, car cela impacte directement les attentes de leurs clients. Aujourd’hui, ils ont donc tout intérêt à respecter le cadre juridique européen, d’avoir une approche plus éthique des données car ces attentes des clients et des consommateurs sont en train de changer. A la suite de l’affaire Snowden, les offreurs de CLOUD américains ont perdu en quelques semaines 20% de leur part de marché. Il y a eu une sorte de crise de confiance par rapport à ces offres. Le numérique ne se développera pas s’il n’y a pas de confiance. Au sein de l’univers numérique, la clef de cette confiance, c’est la protection des données.

@qui : Cette protection des données à récemment été l’objet d’un vaste scandale de photos volées chez les stars d’Hollywood…
I F-P
: Je ne suis pas sûre que cette affaire constitue une rupture mais il reste clair que la sécurité des données et des contenus et le fait que l’on sache exactement qui y accède devient une demande fondamentale de la part des consommateurs et des clients. Dans cette culture du numérique, il y a une rubrique « sécurité » qui n’est pas du tout suffisamment travaillée aujourd’hui. Au sein de la CNIL, nous le voyons bien dans les contrôles que nous faisons auprès de beaucoup d’entreprises de toutes tailles. Il y a un effort de mobilisation des acteurs économiques très important à faire dans les mois à venir. 

@qui : Cette culture numérique est aussi en train de s’intégrer dans les écoles. Quelle serait la prochaine étape ?
I  F-P
: Nous avons milité depuis longtemps pour que l’éducation civique se reconfigure à l’aune du numérique et qu’on profite de ses usages pour évoquer et revivifier tous les grands principes républicains que sont la liberté, le respect, la citoyenneté, ect… en partant des usages tels qu’ils existent dans le numérique. Sur internet, jusqu’où va la liberté d’expression ? Y’a t’il des bornes ? On a un prétexte fabuleux pour réinventer cette éducation civique à l’ère du XXIème siècle.

@qui : Le numérique est-il une boussole pour ces nouveaux citoyens connectés ?
I F-P
: Je pense plutôt qu’il faut avoir une boussole au sein du numérique. On est face à un vrai changement d’univers, une rupture historique majeure. Face à cette rupture, il faut que nous ayons des points de repères qui nous permettent individuellement et collectivement de faire des choix. Il est vraiment temps de fixer ces points de repère. La technologie en elle même n’est pas une boussole, elle ne doit pas s’imposer comme si elle allait de soi. Il y a probablement des choix à faire face à l’évolution sur lesquels les individus doivent s’exprimer. 

L'info pratique : retrouvez l'intégralité du programme de la seconde édition des "Boussoles du Numérique"

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4030
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !