Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois dès 2019, avec des des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/12/18 | Banque Alimentaire de Gironde : une collecte en hausse

    Lire

    Organisée les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte nationale de denrées organisée par les Banques Alimentaires pouvait craindre les mouvements sociaux des gilets jaunes. Pourtant, la Banque Alimentaire de la Gironde a précisé ce lundi avoir récolté 409 tonnes contre 369 en 2017, soit une augmentation de +10,84%. En tout, 3000 gilets oranges ont été mobilisés sur près de 300 magasins pendant toute la durée de la collecte. L'antenne girondine fait état de "donateurs moins nombreux mais plus généreux". Le tri, lui, devrait être achevé avant Noël".

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs affiche une progression de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et celà, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevé à Noël.

  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Jean-Marc Offner, itinéraire d'un urbaniste à la vision métropolitaine

29/01/2012 |

Jean-Marc Offner, DG de l'a-urba, l'urbanisme en mode métropolitain

Il est le nouveau Directeur général de l'Agence d'Urbanisme Bordeaux Métropole Aquitaine. Succédant à Francis Cuillier en 2009, le parisien de 57 ans, Jean-Marc Offner, a su faire l'unanimité. Choisi par Vincent Feltesse et Alain Juppé, respectivement Président et Vice-Président délégué de l'a'urba, c'est désormais lui qui met en oeuvre la politique urbaine de la ville et ses 27 communes. A l'orée, et en amont du projet Bordeaux 2030, Aqui.fr a voulu en savoir plus sur celui à qui il revient de faire le lien entre le quotidien des habitants et la prospection de la ville de demain. Entre le programme des 50 000 logements, le Grenelle des mobilités et le PLU 3 en 1 qui englobe l'urbain, le transport et l'habitat, permettre de mieux connaitre l'homme dont la mission consiste à faire que l'ensemble de ces projets parlent à tous.

Son directeur général insiste bien là-dessus, "l'a-urba n'est pas l'agence attitrée de la CUB". Une idée ancrée dans les esprits et perpétuée par la presse locale que ce dernier aimerait bien désinstaller. Car si la Communauté Urbaine de Bordeaux reste le partenaire majoritaire de l'agence d'urbanisme (Vincent Feltesse préside les deux), aux mots Bordeaux et Métropole il ne faut pas soustraire celui d'Aquitaine qui ferme la marche. Une notion d'inter-territorialité importante pour Jean-Marc Offner, diplômé de l’École Centrale de Lilleet de l’Institut d’Études Politiques de Paris, bordelais depuis deux ans et demi, qui se fait fort d'accomplir un métier immergé dans  l'urbain et l'urbanité, "la tête dans les étoiles et les pieds dans la boue".

Education classique pour vocation précoceD'origine mi-grenobloise, mi-rochelaise, Jean-Marc Offner est né à Paris, en 1953, "par hasard dans le XVIème". Son père, agrégé de Lettres au CNRS s'intéresse aux pseudonymes et sa mère est ingénieur chimiste et professeur de mathématiques. Ce qui lui vaudra d'habiter rue du Bac, quartier chic s'il en est, dans un HLM d'enseignants, première coopérative (contraste social total). Il y cotoiera André Lagarde, auteur, avec son comparse Laurent Michard, des "Lagarde et Michard", ouvrages célébrissimes,  anthologies littéraires scolaires en plusieurs volumes sur lesquelles ont planché des générations de lycéens. Bon élève, poussé par ses parents, il fréquente les bons lycées : Montaigne, Louis le Grand... "Des établissements remplis de têtes pleines où tout le monde avait un an d'avance". En mai 68, le jeune Offner a 14 ans, étudie à Louis le Grand et vivra l'événement en spectateur. Sa révélation à lui, sera sa rencontre avec le sociologue marxiste Henri Lefebvre qui, face aux problèmes urbains, formule notamment la nécessité del'affirmation d'un nouveau droit : le droit à la ville, défini comme un droit à la vie urbaine et à une qualité de vie urbaine. "Cette rencontre dans les murs du lycée avec cet homme, dont les idées redeviennent aujourd'hui à la mode, a été décisive pour moi". En classe de seconde, grâce aux bourses de voyage Zellidja qui permettent à des jeunes d'effectuer seuls un voyage d'étude sur le sujet de leur choix, dans le pays de leur choix, il réalise un projet d'urbanisme axé sur l'aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon. En ligne directe avec une mission interministérielle dirigée par le directeur de l'ENA, une étude à la Grande Motte pour séduire les touristes allemands. "De l'aménagement au vrai sens du terme", qui, à 16 ans, lui fera partir à la rencontre de ses interlocuteurs, des ingénieurs environnementalistes, ... en Solex.

Amorce d'un parcours urbainS'ensuit un bac S allemand/latin/grec, puis, tout naturellement, une prépa. à Louis le Grand.JM Offner est l'auteur de nombreux ouvrages et articles de revues spécialisées Des études qui le méneront "miraculeusement" (les maths lui passent par dessus-la tête) à l'école centrale de Lille, institut industriel du Nord (le top de la formation au niveau scientifique, technique et entrepreneurial), créatrice d'une option pure et dure d'urbanisme. Un cursus en trois ans au cours duquel il aura le politique, Michel Delbarre, comme professeur de géographie urbaine. En 1974, il effectue un premier stage au Centre d'études techniques de l'équipement (CETE) de Bordeaux; propose ses services à la revue Métropolis, contrepoint à la revue urbaniste de l'époque, où s'expriment des architectes, des géographes et des sociologues. Ingénieur mais pas encore urbaniste, il fait Sciences Po, "pour la culture générale", et passe les deux plus belles années de sa scolarité qui le boostent : "La pédagogie était tellement bonne, j'ai tellement aimé, que je suis sorti lauréat". Comme Le Corbusier en son temps, il étudie les villes très particulières du M'zab, dans la région du Sahara algérien, grâce à une bourse de la banque Lazard. Tétanisé par les 3 jours du service militaire, il en revient malade et sera exempté. C'est en cherchant du travail, qu'une annonce dans Le Monde l'oriente vers l'institut de recherche sur les transports qui recherche un ingénieur, option sciences sociales, allemand première langue. Tope là ! Cet ingénieur ce sera lui. La carrière de Jean-Marc Offner vient de commencer.

De l'IRT à l'A-urba Dès lors contractuel, il mettra son rêve d'intégrer l'APUR, atelier parisien d'urbanisme, dans sa poche, pour devenir chercheur à l'IRT. De 1978 à 1988, ses travaux porteront notamment sur la marche à pieds urbaine, les effets du métro, les relations entre transports, urbanisme et politique de décision... Comme il donne des cours à l'IUP, il est repéré pour son profil qui cadre avec le Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés de Paris, le LATTS, où il est détaché à l'Ecole des Ponts. Il y restera vingt ans, en deviendra, en 2000, le directeur, responsable d'une équipe de 80 chercheurs, et professeur à l’École Nationale des Ponts etChaussées. C'est ainsi qu'il mènera conjointement une carrière de chercheur etd’enseignant tout en dirigeant de nombreuses thèses de doctorat, à quoi il faut rajouter une carrière d’expert en aménagement et transports, plus la rédaction d'ouvrages techniques et d'articles publiés dansdes revues scientifiques et techniques. À 55 ans, après dix années assez rudes d'animation d'un labo qui marche bien, il se verrait bien attaché culturel dans une ambassade. Il est même sollicité par l'école Polytechnique de Lausannes. Mais le hasard veille et c'est encore une petite annonce dans Le Monde qui décidera de son avenir. L'agence d'urbanisme de la ville de Bordeaux cherche son directeur général. "Je craignais que mon âge soit un handicap, mais j'ai quand même tenté", confit-il. A l'issue d'une très longue procédure de recrutement pendant laquelle il bosse dur pour s'approprier le contexte; après des auditions devant des élus et des pros de l'urbanisme, il finit en lice avec le directeur de l'agence d'urbanisme de Grenoble. Reçu par Vincent Feltesse, puis par Alain Juppé qui "ont la bonne idée de choisir d'un commun accord son profil atypique", Jean-Marc Offner deviendra le nouveau directeur général de l'a-urba, en été 2009.

Intelligence collective pour enjeux métropolitainsAprès une époque très centrée sur la CUB (tram, quais...) doit succéder un projet d'agence conçu pour mettre en visibilité les accords de partenariats. Des accords illustrés par un conseil d'administration où siègent la CUB, la Région, les communes (dont Bordeaux), mais aussi la CCI, l'UJean-Marc Offner, DG de l'a-urba et Vincent Feltesse, son présidentniversité, le Port autonome, l'Aeroport et le projet Euratlantique. Une association de matière grise autant que de moyens pour produire des études et des réflexions en matière d'aménagement global ou aider l'action publique. La révision du Plan Local d'Urbanisme en fait partie, avec une première vague de concertation où désormais le citoyen a son mot à dire, dans l'idée admise que la ville est un projet commun. "Nous croyons à l'intelligence collective, déclarait tout dernièrement Jean-Marc Offner lors des voeux de l'a-urba pour la nouvelle année. "Dans le cadre de notre projection à 30 ans d'une métropole sobre et partenariale, nous vivons un défi intellectuel". Et les enjeux sont de taille face à la mise en oeuvre d'une agglomération millionnaire qui attire autant les uns qu'elle effraye les autres. Rassurer, expliquer, informer, faire de la pédagogie, démontrer l'attractivité et la pertinence des projets qui émergent, rendre la vie en milieu urbain plus humaine et plus vertueuse malgré sa densification, c'est là tout le challengepour Jean-Marc Offner. Une mission dont ce grand coordinateur entouré de 70 collaborateurs s'acquitte, dans un contexte où les complexités, les problématiques et les inquiétudes vont de pair avec les ambitions et les nécessités, mais qui croit néanmoins, malgré tout et plus que tout, en "la générosité métropolitaine".

Photo : IC

Isabelle Camus

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4220
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !