Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Jean-Marc Offner, itinéraire d'un urbaniste à la vision métropolitaine

29/01/2012 |

Jean-Marc Offner, DG de l'a-urba, l'urbanisme en mode métropolitain

Il est le nouveau Directeur général de l'Agence d'Urbanisme Bordeaux Métropole Aquitaine. Succédant à Francis Cuillier en 2009, le parisien de 57 ans, Jean-Marc Offner, a su faire l'unanimité. Choisi par Vincent Feltesse et Alain Juppé, respectivement Président et Vice-Président délégué de l'a'urba, c'est désormais lui qui met en oeuvre la politique urbaine de la ville et ses 27 communes. A l'orée, et en amont du projet Bordeaux 2030, Aqui.fr a voulu en savoir plus sur celui à qui il revient de faire le lien entre le quotidien des habitants et la prospection de la ville de demain. Entre le programme des 50 000 logements, le Grenelle des mobilités et le PLU 3 en 1 qui englobe l'urbain, le transport et l'habitat, permettre de mieux connaitre l'homme dont la mission consiste à faire que l'ensemble de ces projets parlent à tous.

Son directeur général insiste bien là-dessus, "l'a-urba n'est pas l'agence attitrée de la CUB". Une idée ancrée dans les esprits et perpétuée par la presse locale que ce dernier aimerait bien désinstaller. Car si la Communauté Urbaine de Bordeaux reste le partenaire majoritaire de l'agence d'urbanisme (Vincent Feltesse préside les deux), aux mots Bordeaux et Métropole il ne faut pas soustraire celui d'Aquitaine qui ferme la marche. Une notion d'inter-territorialité importante pour Jean-Marc Offner, diplômé de l’École Centrale de Lilleet de l’Institut d’Études Politiques de Paris, bordelais depuis deux ans et demi, qui se fait fort d'accomplir un métier immergé dans  l'urbain et l'urbanité, "la tête dans les étoiles et les pieds dans la boue".

Education classique pour vocation précoceD'origine mi-grenobloise, mi-rochelaise, Jean-Marc Offner est né à Paris, en 1953, "par hasard dans le XVIème". Son père, agrégé de Lettres au CNRS s'intéresse aux pseudonymes et sa mère est ingénieur chimiste et professeur de mathématiques. Ce qui lui vaudra d'habiter rue du Bac, quartier chic s'il en est, dans un HLM d'enseignants, première coopérative (contraste social total). Il y cotoiera André Lagarde, auteur, avec son comparse Laurent Michard, des "Lagarde et Michard", ouvrages célébrissimes,  anthologies littéraires scolaires en plusieurs volumes sur lesquelles ont planché des générations de lycéens. Bon élève, poussé par ses parents, il fréquente les bons lycées : Montaigne, Louis le Grand... "Des établissements remplis de têtes pleines où tout le monde avait un an d'avance". En mai 68, le jeune Offner a 14 ans, étudie à Louis le Grand et vivra l'événement en spectateur. Sa révélation à lui, sera sa rencontre avec le sociologue marxiste Henri Lefebvre qui, face aux problèmes urbains, formule notamment la nécessité del'affirmation d'un nouveau droit : le droit à la ville, défini comme un droit à la vie urbaine et à une qualité de vie urbaine. "Cette rencontre dans les murs du lycée avec cet homme, dont les idées redeviennent aujourd'hui à la mode, a été décisive pour moi". En classe de seconde, grâce aux bourses de voyage Zellidja qui permettent à des jeunes d'effectuer seuls un voyage d'étude sur le sujet de leur choix, dans le pays de leur choix, il réalise un projet d'urbanisme axé sur l'aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon. En ligne directe avec une mission interministérielle dirigée par le directeur de l'ENA, une étude à la Grande Motte pour séduire les touristes allemands. "De l'aménagement au vrai sens du terme", qui, à 16 ans, lui fera partir à la rencontre de ses interlocuteurs, des ingénieurs environnementalistes, ... en Solex.

Amorce d'un parcours urbainS'ensuit un bac S allemand/latin/grec, puis, tout naturellement, une prépa. à Louis le Grand.JM Offner est l'auteur de nombreux ouvrages et articles de revues spécialisées Des études qui le méneront "miraculeusement" (les maths lui passent par dessus-la tête) à l'école centrale de Lille, institut industriel du Nord (le top de la formation au niveau scientifique, technique et entrepreneurial), créatrice d'une option pure et dure d'urbanisme. Un cursus en trois ans au cours duquel il aura le politique, Michel Delbarre, comme professeur de géographie urbaine. En 1974, il effectue un premier stage au Centre d'études techniques de l'équipement (CETE) de Bordeaux; propose ses services à la revue Métropolis, contrepoint à la revue urbaniste de l'époque, où s'expriment des architectes, des géographes et des sociologues. Ingénieur mais pas encore urbaniste, il fait Sciences Po, "pour la culture générale", et passe les deux plus belles années de sa scolarité qui le boostent : "La pédagogie était tellement bonne, j'ai tellement aimé, que je suis sorti lauréat". Comme Le Corbusier en son temps, il étudie les villes très particulières du M'zab, dans la région du Sahara algérien, grâce à une bourse de la banque Lazard. Tétanisé par les 3 jours du service militaire, il en revient malade et sera exempté. C'est en cherchant du travail, qu'une annonce dans Le Monde l'oriente vers l'institut de recherche sur les transports qui recherche un ingénieur, option sciences sociales, allemand première langue. Tope là ! Cet ingénieur ce sera lui. La carrière de Jean-Marc Offner vient de commencer.

De l'IRT à l'A-urba Dès lors contractuel, il mettra son rêve d'intégrer l'APUR, atelier parisien d'urbanisme, dans sa poche, pour devenir chercheur à l'IRT. De 1978 à 1988, ses travaux porteront notamment sur la marche à pieds urbaine, les effets du métro, les relations entre transports, urbanisme et politique de décision... Comme il donne des cours à l'IUP, il est repéré pour son profil qui cadre avec le Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés de Paris, le LATTS, où il est détaché à l'Ecole des Ponts. Il y restera vingt ans, en deviendra, en 2000, le directeur, responsable d'une équipe de 80 chercheurs, et professeur à l’École Nationale des Ponts etChaussées. C'est ainsi qu'il mènera conjointement une carrière de chercheur etd’enseignant tout en dirigeant de nombreuses thèses de doctorat, à quoi il faut rajouter une carrière d’expert en aménagement et transports, plus la rédaction d'ouvrages techniques et d'articles publiés dansdes revues scientifiques et techniques. À 55 ans, après dix années assez rudes d'animation d'un labo qui marche bien, il se verrait bien attaché culturel dans une ambassade. Il est même sollicité par l'école Polytechnique de Lausannes. Mais le hasard veille et c'est encore une petite annonce dans Le Monde qui décidera de son avenir. L'agence d'urbanisme de la ville de Bordeaux cherche son directeur général. "Je craignais que mon âge soit un handicap, mais j'ai quand même tenté", confit-il. A l'issue d'une très longue procédure de recrutement pendant laquelle il bosse dur pour s'approprier le contexte; après des auditions devant des élus et des pros de l'urbanisme, il finit en lice avec le directeur de l'agence d'urbanisme de Grenoble. Reçu par Vincent Feltesse, puis par Alain Juppé qui "ont la bonne idée de choisir d'un commun accord son profil atypique", Jean-Marc Offner deviendra le nouveau directeur général de l'a-urba, en été 2009.

Intelligence collective pour enjeux métropolitainsAprès une époque très centrée sur la CUB (tram, quais...) doit succéder un projet d'agence conçu pour mettre en visibilité les accords de partenariats. Des accords illustrés par un conseil d'administration où siègent la CUB, la Région, les communes (dont Bordeaux), mais aussi la CCI, l'UJean-Marc Offner, DG de l'a-urba et Vincent Feltesse, son présidentniversité, le Port autonome, l'Aeroport et le projet Euratlantique. Une association de matière grise autant que de moyens pour produire des études et des réflexions en matière d'aménagement global ou aider l'action publique. La révision du Plan Local d'Urbanisme en fait partie, avec une première vague de concertation où désormais le citoyen a son mot à dire, dans l'idée admise que la ville est un projet commun. "Nous croyons à l'intelligence collective, déclarait tout dernièrement Jean-Marc Offner lors des voeux de l'a-urba pour la nouvelle année. "Dans le cadre de notre projection à 30 ans d'une métropole sobre et partenariale, nous vivons un défi intellectuel". Et les enjeux sont de taille face à la mise en oeuvre d'une agglomération millionnaire qui attire autant les uns qu'elle effraye les autres. Rassurer, expliquer, informer, faire de la pédagogie, démontrer l'attractivité et la pertinence des projets qui émergent, rendre la vie en milieu urbain plus humaine et plus vertueuse malgré sa densification, c'est là tout le challengepour Jean-Marc Offner. Une mission dont ce grand coordinateur entouré de 70 collaborateurs s'acquitte, dans un contexte où les complexités, les problématiques et les inquiétudes vont de pair avec les ambitions et les nécessités, mais qui croit néanmoins, malgré tout et plus que tout, en "la générosité métropolitaine".

Photo : IC

Isabelle Camus

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3460
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !