10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/22 | Le feu inquiète de nouveau en Gironde et dans les Landes

    Lire

    Le feu de Landiras a repris au niveau de la commune de Saint-Magne mardi, en sortant de la zone dans laquelle il avait été fixé, nécessitant l’intervention de 500 sapeurs-pompiers, appuyés par des avions bombardiers d’eau. 6 000 ha ont brûlé à Hostens. Le feu très virulent s’est étendu au département des Landes. Plus de 5000 personnes ont été évacuées et seize maisons détruites à Belin-Beliet. Le front de l’incendie se dirige vers l’A63 (Bayonne-Bordeaux) où la vitesse est abaissée à 90 km/h.

  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

  • 10/08/22 | Le train du rugby arrive en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    A un an de la Coupe du Monde 2022 de Rugby, un train du rugby parcourt la France depuis le 21 juillet dernier. Du 13 au 15 août, il fait escale à Bordeaux, à la gare Saint-Jean. A son bord, des expériences immersives ou la découverte des équipes qualifiées seront proposées. A cette occasion, un village Rugby va s'installer au Parc des Sports Saint-Michel. Il fera également escale à Dax, Bayonne, Biarritz, Pau, Agen, Poitiers, Limoges et Brive.

  • 10/08/22 | Orelsan chante pour les 40 ans du village Emmaus de Pau

    Lire

    Le Village Emmaüs Lescar-Pau fête ses 40 ans avec la reprise du festival le lundi 15 Août. A 18 h, rendez-vous avec une très belle programmation musicale: Orelsan, Mouss et Hakim, Specy-Men et Chamalove se partageront la scène pour un show exceptionnel vibrant d’entraide et d’espoir. Réservations des places, au bureau du Village Emmaüs Lescar-Pau, dans le réseau Ticketmaster et sur Eventick’.

  • 09/08/22 | Les urgences de Sainte-Foy-la-Grande fermées pour quatre nuits

    Lire

    Le service d’urgences du Centre Hospitalier de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) suspend les accueils de 18 h 30 à 8 h 30, les nuits des 10, 11, 12 et 13 aout. Le service rencontre des tensions de recrutement en personnel médical. Le service des urgences restera accessible en journée. La nuit, les usagers sont invités à contacter le Centre 15 qui les orientera vers la solution de prise en charge la plus adaptée. Le service d’urgences reprendra un fonctionnement normal à partir du dimanche 14 août 8h30 du matin. Le SMUR reste opérationnel durant la période et assurera les transferts.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Jeunes "invisibles" : "mieux coordonner les actions pour éviter les pertes de chances"

14/12/2021 | Après 2 ans de programme In système visant à raccrocher les jeunes invisibles, la mission locale de Morlaàs dans les Pyrénées-Atlantiques tire un bilan un peu contrasté...

Atelier vitalité organisé par la Mission locale de Morlaàs dans le cadre du programme In Sytème

Depuis 2 ans, la mission locale de Morlaàs, implantée au cœur d'une vaste zone rurale du Béarn, met en oeuvre son programme In système, visant au repérage et à la remobilisation des jeunes dits invisibles. En ce mois de décembre 2021, l'heure est au bilan, contrasté. Il faut dire que programmé de janvier 2019 à novembre 2021, le projet aura souffert de la crise sanitaire et de ses multiples restrictions drastiques. Pourtant des enseignements peuvent en être tirés. Dont un un peu inattendu, et synthétisé par Olivier Jeunot, directeur de la Mission locale « les jeunes invisibles sont sans doute moins nombreux que l'on pourrait croire ». Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a rien à faire, bien au contraire. C'est l'autre grand enseignement de ce projet.

In Système est un projet porté par l'association régionale de Nouvelle-Aquitaine, financé par le Programme d'Investissement dans les Compétences, auquel 37 missions locales ont répondu, dans le but de repérer et de mobiliser un public de jeunes « invisibles ». En d'autres termes des jeunes de 16 à 25 ans ni en scolarité, ni en formation, ni en emploi. Des jeunes en rupture, dont les différents acteurs formation, éducation, insertion, jeunesse, auraient a priori perdu la trace. Parmi les 37 missions locales impliquées, celle de Morlaàs, en Béarn, qui sur les 2 années du programme s'est efforcée à développer, dans ce but de repérage, de nouvelles initiatives, actions ou formats d'accueil et d'accompagnement.

Pas comme prévu
« L'ambition au démarrage était grande » rappelle Elsa Payri-Chinanou, coordinatrice du projet au sein de la mission locale : action hors les murs, création d'un festival, mise en lien avec les associations sportives, festives ou culturelles du vaste territoire, essentiellement rural qu'elle couvre. Objectif estimatif : ramener dans le giron de la mission locale 75 jeunes égarés sur le parcours de l'autonomie. Oui mais voilà, à peine le programme lancé, le Covid et les confinements et restrictions en tout genre qui en ont découlé ont mis à mal le concept même du « hors les murs ».

« Ajouté à cela, note le directeur, qu'on s'est aperçu que si les jeunes ont un usage aisé des outils du numérique en mode ludique, ou sur les réseaux sociaux, dès qu'on passe en mode administratif ou professionnel, pour des visios par exemple, le numérique ne passe plus ». En bref, des jeunes difficiles à capter en physique, du fait du caractère rural d'un territoire qui recouvre 150 communes (pour la plupart des villages), mais aussi en numérique.

Au total donc, le projet ne s'est pas déroulé comme prévu. Mais tout de même, des actions ont pu se faire. Parmi elles des ateliers divers et variés, des cinés débats, la participation à un événement sportif, des apéros santé environnement, ou encore la refonte du site internet, investissement de la mission locale sur les réseaux sociaux, renforcement des partenariats avec les acteurs du territoire, etc. La liste dressée par Elsa Payri-Chinanou, est tout de même fournie. Les idées, malgré l'adversité sanitaire n'ont pas manqué pour tenter de multiplier les « pas de côté » aux initiatives classiques de la mission locale.


34 jeunes raccrochés
Bilan chiffré du programme pour la mission locale béarnaise : « In système a permis de renouer le contact avec 34 jeunes, dont 7 mineurs, auprès desquels ont découlé 119 entretiens ». Parmi ceux-là 25 n'avait jamais eu de contact avec la Mission locale et 22 n'avaient pas de diplôme. Une fois repérés par la Mission locale, « 15 sont entrés en parcours d'accompagnement, dont 6 dans le cadre de la garantie jeune, qui ouvre droit à un accompagnement intensif de 9 à 18 mois, et à une allocation mensuelle de près de 500 € », détaille la coordinatrice du projet. Au titre du bilan, elle ajoute : « 7 jeunes ont trouvé un emploi, 1 est en contrat en alternance, 1 est en formation professionnelle, 1 autre a réintégré la formation initiale et 3 ont suivi un stage en entreprise pour confirmer ou infirmer un projet professionnel ».

Loin du chiffre des 75 jeunes invisibles espérés raccrochés au lancement d'In Système, Olivier Jeunot pondère encore un peu plus le chiffre de la trentaine de jeunes « rattachés » par le programme : « sur les 15 jeunes qui nous étaient totalement inconnus, 7 ou 8 ont décroché en réalité au moment du premier confinement. Certains ont découvert pendant le confinement, des modalités d'existence éloignées des contraintes, mais qu'il est ensuite difficile de remobiliser. Le confinement a fait des dégâts chez les plus fragiles », constate-t-il.

Dnas le cadre du programme In Système, la mission locale de Morlaàs a organisé des ateliers en partenariat avec les Compagnons bâtisseurs. Objectif: remobiliser des jeunes décrocheursDans le cadre du programme In Système, la mission locale de Morlaàs a notamment organisé des ateliers en partenariat avec les Compagnons bâtisseurs. Objectif: remobiliser de jeunes décrocheurs autour ici du projet de rénovation de l'espace d'accueil de la Mission locale


Absence de mobilité, désintérêt, perte de sens

Pour les décrocheurs de plus longue date, le premier frein pour se mettre en mouvement et se remobiliser sur son avenir est avant tout « le peu ou l'absence de mobilité pour les jeunes », et plus encore quand il s'agit du vaste territoire rural de la mission locale. Autre constat d'ordre général : « il y a un réel désintérêt des jeunes pour les propositions faites. Face à une hyperstimulation numérique et offre de service et de loisirs pléthorique, ajouté aux effets délétères des périodes de confinements en termes d'isolement, les jeunes ont une réelle difficulté à se projeter et à exprimer des attentes claires », retient Olivier Jeunot. « Une perte de sens qui amène aussi une difficulté, voire un refus, à s'engager, complète Elsa Payri-Chinanou. Les parcours linéaires proposés par les missions locales, ne correspondent pas à des jeunes qui veulent pouvoir revenir en arrière, changer de décision... », précise-t-elle.

En réalité, les constats du programme In système ne révèlent rien de « vraiment nouveau » notent les deux responsables, mais ajouté à la crise sanitaire, qui aura joué un rôle de catalyseur sur la situation des plus fragiles, ln Système a favorisé « l'émergence d'un diagnostic territorial partagé ». « Partagé », car un des points forts de celui-ci est bien d'avoir réussi à rétablir des liens jusque-là parfois un peu trop distendus entre les différents acteurs autour des jeunes.

A tel point que selon Olivier Jeunot, « les invisibles n'existent pas réellement. Ils sont en réalité connus par les uns ou les autres des partenaires. Ils arrivent par les services sociaux, par le bouche à oreille, par notre site internet ou encore par les plateformes de décrochage. Le problème c'est qu'ils arrivent vers nos services un peu tard, entre le moment où ils quittent l'école et où ils sont repérés comme étant en rupture parce qu'il s'est passé quelque chose qui fait qu'on les repère... Il faut une meilleure coordination des actions et qu'elles soient menées de façon plus rapide pour éviter la perte de chance pour le jeune. Nous avons par exemple une difficulté de lien avec l'Education nationale, notre zone est aussi une zone blanche en matière de prévention spécialisée en santé, les élus s'étaient mobilisés mais les choses sont à l'arrêt, c'est dommage », illustre-t-il.

Projets locaux et dispositifs nationaux

Mais rien n'est irréversible et c'est bien là un des apports d'In System : mettre en question les fonctionnements et pratiques des professionnels, afin de penser de nouveaux projets répondant mieux aux besoins et attentes des jeunes. Parmi les chantiers évoqués au sein de la mission locale de Morlaàs : le développement d'un Bureau Information Jeunesse, « qui aidera sans doute au lien avec les collèges », commente Olivier Jeunot, de même que le Point santé de la mission locale devrait aussi étoffer son offre de services en direction des jeunes du territoire.

Autre sujet pour les responsables de la structure : l'ouverture d'une Maison France Service mi-décembre au sein de ses locaux devrait permettre de mieux valoriser ses services notamment auprès du public jeunes. Le tout sans rien renier à l'effort de maillage du territoire entre la Mission locale, les élus, et l'ensemble des structures ou institutions en lien avec la jeunesse.

Enfin de nouveaux dispositifs mis en place au niveau national (Garantie Jeune rénovée et le Contrat d'engagement jeunes) pourrait aussi permettre à la fois de faciliter les accompagnements par la mission locale mais aussi de les rendre plus attractifs pour des jeunes en décrochage.

 

LES CHIFFRES IN SYSTEME AU NIVEAU REGIONAL :

3 252 jeunes ont été repérés par les 37 missions locales impliquées dans le programme In Système dont 765 mineurs, soit 52% du potentiel de jeunes invisibles (6 210) présents sur le territoire néo-aquitain dès la première année de déploiement de l’expérimentation IN Système.

Parmi ces jeunes repérés :
2 394 jeunes dont 698 mineurs qui étaient inconnus des missions locales avant leur repérage
858 jeunes dont 67 mineurs qui étaient connus des missions locales avant leur repérage mais avec qui le contact était rompu depuis 6 mois ou plus.

871 sont entré.es en PACEA (accompagnement par une mission locale)
255 ont intégré la Garantie Jeunes
53 se sont engagés dans un Service Civique
513 ont trouvé un emploi
166 sont entrés en formation

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : ML Morlaàs

Partager sur Facebook
Vu par vous
12198
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !