Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/04/18 : Dans le cadre du championnat de France du jeu d'échecs jeunes qui se tient à Agen, Anatoli Karpov, champion du monde de cette discipline de 1975 à 1985 et de 1993 à 1999, sera reçu à l'Hôtel de ville d'Agen le samedi 21 avril à 19 h.

19/04/18 : La Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne/CIED est à la recherche d'un service civique à compter du mois de mai pour une mission de huit mois à raison de 30h/semaine. Plus d'infos : 05 53 66 47 59

17/04/18 : Le comité d'engagements du conseil d'administration de SNCF réseau a validé ce mardi l'opération de réhabilitation de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac, déjà concernée par des travaux régionaux achevés en 2013.

17/04/18 : L'Assemblée Nationale a adopté à la majorité en première lecture (454 voix contre 80) le projet de loi "nouveau pacte ferroviaire", à l'origine des grèves qui secouent la SNCF depuis début avril. La ministre des Transports a salué "une étape décisive".

12/04/18 : Charente-Maritime : depuis le 9 avril et jusqu’au 21 avril, Keolis organise un test grandeur nature sur la ligne 3 du réseau Les Mouettes, effectuant la liaison La Rochelle-Île de Ré avec un nouveau modèle de car électrique, soutenu par la Région.

12/04/18 : Le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation vient de renouveler son conseil d’administration, son bureau et sa gouvernance pour assurer sa représentativité sur l’ensemble des territoires couverts. Daniel Segonds a été réélu à la présidence du Pôle.

12/04/18 : Le nouveau président de la Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, est Guillaume Riou, agriculteur bio de Deux-Sèvres, anciennement président d'Agrobio Poitou-Charentes de 2012 à 2015.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/04/18 | Agen fête l’Europe avant l’heure !

    Lire

    Dans le cadre de la fête de l’Europe, la Maison de l’Europe 47, aidée de partenaires privés et collectivités, organise une scène ouverte le 28 avril, place du Président Wilson, de 14 h à 18 h, à Agen. Jeux pour enfants, stands d’infos, quiz Europe, danses, chants et musiques animeront la rue piétonne. Danseurs, musiciens, chanteurs… tous les artistes sont invités à participer à cette manifestation en s’inscrivant sur www.maisoneurope47.eu pour remplir un formulaire avant le 23 avril.

  • 21/04/18 | La Rochelle : une nouvelle présidente à la tête du lycée maritime

    Lire

    Leslie Widmann a été nommée à la présidence du CA du lycée maritime et aquacole de La Rochelle. Elle a travaillé 5 ans dans la gestion du port de la Cotinière en qualité de directrice du développement. Elle a créé Odyssée Développement, un bureau d'études en économie maritime en 2000 et en 2008, lauréate du Concours national du ministère de la recherche, une seconde société qui emploie 4 chercheurs sur un système objectif d'évaluation de la fraîcheur des produits de la mer destiné aux criées.

  • 20/04/18 | L'eau, bientôt grande cause du Sud-Ouest français

    Lire

    Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se sont rencontrés à la Préfecture de bassin à Toulouse pour échanger sur les enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest. L'occasion pour eux de rappeler leur « très vive inquiétude » et de fixer un prochain rendez-vous en septembre à Bordeaux, afin de lancer une action commune autour de « l'eau, enjeu de société, grande cause du Sud-Ouest français ».

  • 20/04/18 | Création d’un pôle ressources jeunesse à Villeneuve/Lot

    Lire

    Lors du Conseil communautaire du 12 avril dernier, les élus de l’Agglomération du Grand Villeneuvois ont voté la création d’un Pôle Ressources Jeunesse et son implantation en centre-ville de Villeneuve-sur-Lot, dans le quartier prioritaire Bastide. Ce Pôle accueillera la Mission locale du Pays Villeneuvois, l’Espace Métiers Aquitaine ainsi qu’un espace numérique.

  • 20/04/18 | Réduction des déchets: quelles sont vos pratiques ?

    Lire

    Emballages plastiques, biodéchets, déchets verts, déchets d'équipements électriques et électroniques et tarification incitative, voilà les 5 items sur lesquels la Région interroge ses habitants, via une enquête en ligne, dans le cadre de l'élaboration d'un Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchet. En application de la loi NOTRe, le but est de définir, avec les acteurs locaux et les citoyens: « une véritable stratégie territoriale, qui pose des ambitions et des orientations porteuses d'une dynamique en faveur de la transition écologique par l'économie circulaire ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Journée internationale des droits de la Femme: Le pouvoir a-t-il un sexe?

09/03/2013 | Autour de la table, politologues, historienne, élue régionale et la bâtonnière de l'Ordre des avocats de Bordeaux, première femme à ce poste.

Anne Cadiot Feidt, bâtonnière de Bordeaux, Naïma Charaï  conseillère régionale déléguée à l'égalité femmes-hommes, Réjane Sénac, Mariette Sineau et Eliane Viennot

En ce 8 mars, Journée internationale des droits de la Femme, les conférences, échanges, évènements et animations en tout genre, ont agité du matin au soir, la métropole Bordelaise. Il a donc bien fallu choisir… et c’est au Rocher de Palmer, à Cenon, qu’Aqui a posé son bloc note, et ouvert grand ses oreilles sur les interventions passionnées et passionnantes des participantes à la table ronde « Le pouvoir a-t-il un sexe? ». A l’invitation de l’association Lettres du Monde et de la Région Aquitaine, Eliane Viennot, historienne, Mariette Sineau, et Réjane Sénac, politologues sont revenues sur les fondements historiques, les conséquences et l’analyse d’une parité aujourd’hui encore bien imparfaite.

Alors que de nombreuses inégalités de fait entre hommes et femmes sont criantes (salaires, précarité des emplois, violences…) choisir de s’interroger sur l’accès des femmes au pouvoir pourrait a priori paraître secondaire, et c’est d’ailleurs, dans le discours, bien souvent le cas. La raison: «parler des autres luttes de l’égalité homme-femme est beaucoup plus consensuel et pas clivant politiquement » explique Réjane Sénac.
Le pouvoir, "la base de la pyramide des inégalités"A l’inverse, «parler du partage du pouvoir est beaucoup plus transgressif, politique et féministe» au regard de ce qu’elle appelle le «sexisme constituant». Celui-ci réside notamment dans  la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, dont les auteurs prenaient bel et bien le masculin au sens stricte du terme. La démocratie et la sphère publique ont ainsi été réservées aux hommes, tandis que les femmes ont été contenues dans la sphère privée. Ainsi «si les hommes peuvent s’ancrer sur un "ça (au sens psychanalytique du terme) républicain, les femmes sont considérées comme échappées de leur "espace naturel" quand elles sont en position de pouvoir». En d’autres termes pour Réjane Sénac, elles sont exclues du pouvoir car on leur en a nié la capacité. Donc «toucher au pouvoir, c’est bien toucher à la base même de la pyramide des inégalités.» La table ronde, par le choix de ce thème, ne s’est donc pas trompée de combat.

22 femmes ont gouverné la FranceUn combat, qui, on l’a compris par l’intervention d’Eliane Viennot, n’est pas celui de la conquête du pouvoir partagé entre hommes et femmes, mais bien plutôt celui d’une reconquête. Car l’idée a priori évidente selon laquelle le pouvoir, en France, a toujours été exclusivement masculin est fausse, soutient l’historienne. Quelques pages et chapitres manquent à nos manuels scolaires, sur la place des femmes au pouvoir et dans de nombreux domaines... Les femmes de pouvoir ou d’influences sont bien plus nombreuses que les quelques mères régentes que les manuels scolaires veulent bien concéder aux petites écolières. «Quand on regarde l’histoire longue, 22 femmes ont gouverné la France pendant plus de deux ans. Des femmes comme par exemple une certaine Edith Cresson, ne sont donc pas comptabilisées comme femmes de pouvoir. Et certaines y sont restées 20 ou 30 ans…». Admiration mêlée d’étonnement dans la salle.
«Jusqu’au début du 18ème siècle, il existe des lieux de pouvoir beaucoup plus mixtes qu’aujourd’hui, de nombreuses "seigneures" à la tête de fief, beaucoup de "donneuses d’ordre" dans la culture, la construction de châteaux, ou encore la pratique de la médecine». Un pouvoir confisqué au fil de la construction de l’Etat moderne dont le summum de la dégradation de la situation de la femme, loi salique comprise, se généralise dans tous les domaines entre le 14ème et le 16ème siècle. Bien que cette dégradation ne se soit pas faite sans grands débats, procès, et conflits réels, elle est portée par tout un ensemble de discours et de littératures gageant de l’acceptabilité, voire la nécessité, du monopole masculin du pouvoir face à la prétendue incapacité des femmes.  

La parité ou la stratégie des pénalités financièresAujourd’hui, tout de même, les femmes, ont repris un peu de terrain sur l’accès au pouvoir ; et les lois sur la parité n’y sont pas étrangères. Mariette Sineau note d’ailleurs une parité "à deux vitesses", plus accomplie, lorsque les scrutins se font à la proportionnelle de liste. Parlement européen, Conseils régionaux  ou conseils municipaux de villes de plus de 3500 habitants, respectent une quasi parité. A l’opposé le  partage du pouvoir patine un peu sur les élections au scrutin uninominaux à 2 tours. Pour preuve : si les 26% de femmes élues à l’Assemblée nationale sont un record dans l’histoire de la 5ème République, la parité, pour autant, n’est pas rendez-vous.
Pour Mariette Sineau, les coupables sont, en grande partie, les partis politiques qui ne jouent pas le jeu de la parité dans les candidatures: ce jeu là étant trop dangereux pour les élus déjà en place... En effet, selon elle, « les partis préfèrent faire le choix stratégique de payer des pénalités financières, plutôt que d’assurer une stricte égalité des sexes dans les candidatures. Autre stratégie, réserver aux femmes les circonscririons "perdues d’avance" ».  
Lors des dernières législatives, seul EELV a été strictement paritaire dans le nombre de candidats, le PS a présenté 47% de femmes, quand pour l’UMP, 26% des candidats étaient des candidates…  Quant aux exécutifs, si la parité est là aussi en progrès, leur présidence reste dans l’extrême majorité, l’apanage des hommes. Des réformes sont donc encore nécessaires, et certaines, de circonstance, ont d’ailleurs été annoncées ce 7 mars par François Hollande.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
806
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !