18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Jumping international de Bordeaux: Olivier Robert rêve de l'emporter à la maison

07/02/2014 | Olivier Robert est le seul cavalier aquitain qui participe à la manche de coupe du monde du Jumping international de Bordeaux.

Olivier Robert est l'un des rares Français et le seul Aquitain engagé dans le concours international 5 étoiles de Bordeaux qui compte pour la coupe du monde.

Il sera le seul local de l'étape pour cette épreuve de la coupe du monde. Ce 7 février et ce week-end, Olivier Robert, cavalier professionnel de haut niveau installé à Pompignac, va tenter de porter haut les couleurs de l'Aquitaine au jumping international de Bordeaux. Avec notamment la jeune jument Raia d'Helby, le compétiteur girondin va tenter de briller samedi soir au parc des expos lors de l'épreuve de saut d'obstacles à 1,60 m comptant pour la coupe du monde de la discipline.

Jouer la coupe du monde à domicile et la remporter, le Graal de tout sportif de haut niveau. Un rêve qui pourrait devenir réalité pour Olivier Robert. Le cavalier girondin va participer au jumping international de Bordeaux pour la première fois. Le simple fait de concourir ce week-end lui procure déjà une immense joie. Mais Olivier Robert voudrait aller plus loin et pourquoi pas s'imposer avec l'un des trois chevaux qu'il a engagés dans cette épreuve qui compte pour la coupe du monde de saut d'obstacles. 

Mercredi 5 février, veille du départ de ses montures pour le parc des expos de Bordeaux, Aqui a rencontré ce sportif aquitain de haut niveau qui compte parmi les meilleurs cavaliers de France. C'est à Pompignac, dans ses écuries situées à la fois en pleine campagne et à quelques kilomètres seulement du port de la lune qu'Olivier Robert s'est livré en toute sincérité. A ses côtés lors de cette interview, quelques uns de ses "cracks chevaux" du moment dont Raia d'Helby, jument avec laquelle il participe ce samedi 8 février à la plus haute épreuve (barres à 1,60 mètre) du concours.

 

Voici par exemple ce dont est capable Raia d'Helby montée par Olivier Robert. C'était au jumping CSI 3 étoiles de Saint-Lo le 27 octobre dernier. Les barres étaient alors fixées à 1,50 mètre de hauteur. A Bordeaux, samedi, elles seront à 1,60 m...

 

 

"Bordeaux, c'est le plus haut niveau !"

Il y a quelques semaines Olivier Robert a eu la chance d'être sélectionné pour la très disputée épreuve de Bordeaux. Une manche de la coupe du monde de saut d'obstacles qui devrait être particulièrement corsée cette année d'après le cavalier aquitain.

 

 

Vivre et penser cheval à plein temps

A Pompignac, dans ses écuries du chemin de Rhodes, Olivier Robert compte trente chevaux dont une vingtaine en pension. "Ils m'autofinancent un petit peu les miens. Car je n'ai pas de salaire. Pour vivre, il me faut gagner aux concours ou vendre des chevaux. Ce n'est pas toujours évident". C'est ainsi que le cavalier professionnel a dû dire adieu à quelques unes de ses plus brillantes montures, vendues par leurs propriétaires pour des sommes colossales. Un cheval de classe mondiale vaut entre 1 et 11 millions d'euros. "Quand vous voyez un cheval partir, vous pleurez un peu mais vous savez que vous êtes tranquille pendant un certain laps de temps et puis vous pouvez racheter des chevaux pour vous même avec ces commissions-là. Des chevaux que vous espérez conserver et ça finit par faire un peu boule de neige...".

Pour réussir dans le milieu très sélectif du saut d'obstacles, Olivier Robert estime qu'il faut avoir beaucoup de chance. "Il faut être très bon cavalier mais ce sont les chevaux font souvent la différence. Moi je suis loin d'avoir le niveau de ces stars que vous voyez depuis des années à Bordeaux. Je me sens doué mais pas de niveau-là. Cependant, quand vous montez des chevaux rares comme ça vous pouvez y arriver, vous pouvez gagner et tout est réalisable. Et puis, quand vous faites ce niveau-là et bien vous progressez. Quand vous participez à des coupes du monde à 1,60 m et bien vous gagnez plus facilement après. Vous avez pris beaucoup de sécurité pour sauter 1,50 m.

 

Avec Raia, il vise très haut : pourquoi pas les JO de Rio ?


 

 

Le Sud Ouest, une terre de champions

Le Sud Ouest, Olivier Robert s'y sent chez lui. Le cavalier a débarqué à Bordeaux en provenance de sa Picardie natale avec ses parents alors qu'il n'était qu'un tout petit enfant. Tous ses souvenirs sont ici et il se sent profondément bordelais : "Je soutiens les Girondins et j'adore cette ville. Elle fait partie, selon moi, des plus belles villes au monde". Olivier Robert est persuadé, par ailleurs, que sa terre d'adoption est une terre d'élection pour l'élevage. Une terre de qui a donné naissance à beaucoup de "cracks chevaux" comme le fameux et fabuleux Jappeloup né non loin de là, à Blaye.


 

"Monsieur le Maire, organisez une épreuve équestre place des Quinconces !"

L'idée ne manque pas d'audace. Lorsqu'on lui demande si il a des projets ou des rêves équestres pour la ville de Bordeaux, Olivier Robert propose sans hésiter d'organiser un concours de saut d'obstacles en plein centre ville, sur la place des Quinconces. 

 

 

Samedi, à 20h30, l'étape bordelaise de la coupe du monde de saut d'obstacles se jouera à guichets fermés au parc des expos. Mais ceux qui n'auront pas de billet pourront tout de même avoir un aperçu du spectacle sur le site du jumping international de Bordeaux. Toutes les épreuves du concours y sont en effet retransmises en direct.

Armelle Hervieu
Par Armelle Hervieu

Crédit Photo : Armelle Hervieu Aquipresse

Partager sur Facebook
Vu par vous
4447
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !