18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L'AEC a 20 ans et tout va (encore) plus vite dans le numérique

13/05/2016 | Ce 12 mai, AEC a donné rendez-vous aux acteurs du numériques aquitains à la Cité mondiale pour souffler ces 20 ans et révélé, entouré d'experts, les Signaux numériques 2016.

20 ans de l'AEC et 6ème édition des Signaux Numériques

Chaque année, les Signaux du numérique de l'AEC décryptent les tendances de l'innovation numérique mondiale et les enjeux technologiques, sociétaux et territoriaux qu'elles portent. Mais, ce 12 mai, la 6ème édition des Signaux, assurée par Laurent-Pierre Gilliard et Alexandre Bertin, marquait aussi les 20 ans de la structure AEC, l'Agence aquitaine du numérique. Pour l'occasion, outre une fin de soirée festive sur le toit de l'hôtel Mercure à la Cité mondiale, cinq grands témoins, experts de l’innovation ont fait le point sur l'état de l’art de l’innovation spécifique à chacun de leur domaine. Une fois encore, une édition (très) riche et (très) dense avec au cœur des échanges deux paradigmes prégnants que sont l'accélération et la transformation du monde du travail. Au titre des technologies de plus en plus incontournable : la « blockchain » ou le tuyau de l'arroseur arrosé, dans le monde de la disruption permanente...

« Si autour de 2010, le temps de latence entre la captation d'une tendance et son déploiement prenait environ 3 ans, on est ensuite passé de 18 mois à 1 ans, puis désormais à à peine plus de 6 mois », note Laurent-Pierre Gilliard. Une accélération de la diffusion des technologies qui passe par l'accélération exponentielle des puissances de calcul des microprocesseurs, la multiplication des capteurs, la miniaturisation des composants, la conception de logiciels innovants, l'arrivée massive de données, ou encore le deep learning, selon lequel un programme apprendre, intègre et évolue en fonction de son environnement...
Une accélération globale qui se traduit par la déferlante de trois grandes tendances fortes et massives dans les technologies et usages du numérique. L'intelligence artificielle, n'est plus (du tout) une vue de l'esprit ; la réalité virtuelle et augmentée, nous y sommes ; quant à la disruption des disrupteurs, tels que Ubber, Air Bnb et bien d'autres, elle est à leur porte, grâce à la sacro-sainte (et un peu mystérieuse pour les non initiés) blockchain...

Intelligence Artificielle et contenu immersifAppliquée à des métiers, l'Intelligence Artificielle se retrouve dans la traduction orale automatique pour une conversation fluide entre un japonais et un français. IA aussi dans les services d'assistance virtuelle (dont le bordelais Wiidii). Intelligence Artificielle encore et d'ores et déjà dans les colonnes du Los Angeles Times qui a diffusé le tout premier article sur les tremblements de terre de Los Angeles, écrit par un robot, dans la minute qui a suivi les dernières secousses... Et « bien sûr » sans signe distinctif à la lecture du texte. IA encore et toujours sur les véhicules autonomes que vous pouvez déjà croiser dans certaines rues de Rotterdam et bientôt de Singapour. Enfin, autre application qui va gagner en diffusion en même temps qu'en fluidité et en qualité : les « chat bot », messageries instantanées, mise à disposition de clients pour échanger non plus une personne mais une IA pour le compte de telle ou telle structure/entreprises...

Sur le contenu immersif, après la vidéo 360° qui ont marqué 2015, 2016 sera l'année de la réalité virtuelle et augmentée. Parmi les outils phare en la matière : l'Oculus Rift, racheté par Facebook ou encore l'Hololens de Microsoft. Seront ainsi impactés les jeux vidéo et les activités de divertissement, mais aussi l'immobilier (visitez votre futur appartement comme si vous y étiez simplement avec un casque sur les yeux...), l'éducation, l'ingénierie ou encore le tourisme (une sorte de « preview » de vos vacances grâce à la réalité virtuelle...).
De la réalité virtuelle à l'holoportation ou téléportation holographique, il n'y a (presque) qu'un pas. Microsoft y travaille, a expliqué Nicolas Gaume, grand témoin de la journée, DX Director chez Microsoft France. L'idée : permettre une interaction entre deux personnes éloignées, chacun échangeant avec l'hologramme de l'autre.

Quand les start-ups de la Blockchain prennent le pas sur l'évolution des start-up du numériques

Uberiser Uber, disrupter les disrupteursEnfin, la technologie "blockchain" s'annonce comme LA rupture technologique numérique de ce début de 21ème siècle. Son principe global, né de l'expérimentation bitcoin, est de permettre la réalisation de transaction de pair à pair sans intermédiaire, et donc quasiment sans frais supplémentaire. Pour synthétiser, dans un système d'économie classique : adieux aux banques. Dans un système d'économie collaborative, généralement gérée par une plate-forme centrale (Airbnb, Blabla car, Ubber, Facebook,...), adieux à ces acteurs qui ont su disrupter ( court-circuiter ) les systèmes classiques, prônant, déjà, une forme de désintermédiation. Mais une désintermédiation pas si effective, puisqu'eux mêmes devenaient la structure centrale et incontournable de leur propre réseaux. Si ces acteurs sont encore bien présents, les start-up de la blockchain (déjà nombreuses), s'apprêtent sans doute, en quelque sorte à « uberiser » Uber, à disrutper les disrupteurs...
Mais outre cette « libération », la technologie blockchaine apparaît surtout comme certifiée, infalsifiable et vérifiable. Pour Guillaume Buffet, Président de l' agence U , intervenant en 2ème partie de soirée, cette technologie, « c'est la garantie de la sécurité d'une information ou d'une transaction quelle qu'elle soit ». Souvent comparé à « un registre de comptes permanent, public, inaltérable, crypté et accessible à tous », la blockchain, s'appuie principalement sur la force du réseau décentralisé et la cryptographie. La transaction souhaitée entre deux partenaires, est représentée en ligne par un « bloc », lui-même transmis à chaque membre du réseau. Chacun de ces membres décidant que la transaction est valide, le « bloc » est ajouté à une chaine d'autres blocs, créant ainsi un enregistrement permanent et transparent... Et pas de possibilité « d'extraire un bloc de la chaîne créée. De la même manière par exemple, on ne peut pas sortir un Lego d'une construction sans détruire l'ensemble », synthétise Guillaume Buffet. Une fois la chaîne enregistrée, la transaction entre les deux partenaires à lieu. Une transaction ainsi sécurisée et quasiment gratuite, sans intermédiaire, qui se déroule actuellement en 10 minutes environ.

Tout est "blockchainable"...?Mais au delà de l'aspect financier qui est en soi assez révolutionnaire, tout peut potentiellement être « blockchainable ». Des documents administratifs, aux contrats privés, en passant par des diplômes (une université le fait d'ores et déjà), des brevets, des droits d'auteurs, etc. Un contrat de mariage par la blockchaine et le consensus distribué, serait après tout, authentique, infalsifiable, et public de l'engagement réciproque... Alors, adieux notaires et autres professions basées sur le tiers de confiance... ? Peut-être pas pour de suite, car quelques défis technologiques, éthiques et juridiques (qui porte la responsabilité a posteriori, et quid du droit à l'oubli... ?) sont encore à relever. Mais au vu de l'accélération exponentielle des technologies, c'est bien sur les acteurs politiques, et leur manière de les appréhender et de les intégrer, que la question, et surtout les réponses, se posent aussi....
Autant de technologies qui ouvrent clairement la porte à une nouvelle Société, et des nouvelles sociétés, emportant avec elles une transformation sans doute profonde du marché de l'emploi, et des formes de travail dont les mutations déjà démarrent. « Freelancialisation », « microjob », « pronetariat », effondrement du marché de l'emploi, ou au contraire, gain en confort et en qualification du travail... Autant de pistes et de questions, exposés par Alexandre Bertin lors des ces Signaux 2016, et auxquels les veilleurs d'AEC n'auraient sans doute pas penser il y a 20ans. Mais qui aujourd'hui font l'objet de rudes débats pour les observateurs du numérique. Des plus optimistes aux plus alarmistes sur la réalité de l'emploi d'ici 10 à 15 ans, ce qui paraît en tout cas certain, c'est que les programmateurs d'intelligence artificielle, eux au moins, ont encore quelques belles années devant eux avant de craindre le chômage.

A moins que tout cela ne prenne des airs de bulles spéculatives, tout prête à exploser...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
7205
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !