Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'AEC a 20 ans et tout va (encore) plus vite dans le numérique

13/05/2016 | Ce 12 mai, AEC a donné rendez-vous aux acteurs du numériques aquitains à la Cité mondiale pour souffler ces 20 ans et révélé, entouré d'experts, les Signaux numériques 2016.

20 ans de l'AEC et 6ème édition des Signaux Numériques

Chaque année, les Signaux du numérique de l'AEC décryptent les tendances de l'innovation numérique mondiale et les enjeux technologiques, sociétaux et territoriaux qu'elles portent. Mais, ce 12 mai, la 6ème édition des Signaux, assurée par Laurent-Pierre Gilliard et Alexandre Bertin, marquait aussi les 20 ans de la structure AEC, l'Agence aquitaine du numérique. Pour l'occasion, outre une fin de soirée festive sur le toit de l'hôtel Mercure à la Cité mondiale, cinq grands témoins, experts de l’innovation ont fait le point sur l'état de l’art de l’innovation spécifique à chacun de leur domaine. Une fois encore, une édition (très) riche et (très) dense avec au cœur des échanges deux paradigmes prégnants que sont l'accélération et la transformation du monde du travail. Au titre des technologies de plus en plus incontournable : la « blockchain » ou le tuyau de l'arroseur arrosé, dans le monde de la disruption permanente...

« Si autour de 2010, le temps de latence entre la captation d'une tendance et son déploiement prenait environ 3 ans, on est ensuite passé de 18 mois à 1 ans, puis désormais à à peine plus de 6 mois », note Laurent-Pierre Gilliard. Une accélération de la diffusion des technologies qui passe par l'accélération exponentielle des puissances de calcul des microprocesseurs, la multiplication des capteurs, la miniaturisation des composants, la conception de logiciels innovants, l'arrivée massive de données, ou encore le deep learning, selon lequel un programme apprendre, intègre et évolue en fonction de son environnement...
Une accélération globale qui se traduit par la déferlante de trois grandes tendances fortes et massives dans les technologies et usages du numérique. L'intelligence artificielle, n'est plus (du tout) une vue de l'esprit ; la réalité virtuelle et augmentée, nous y sommes ; quant à la disruption des disrupteurs, tels que Ubber, Air Bnb et bien d'autres, elle est à leur porte, grâce à la sacro-sainte (et un peu mystérieuse pour les non initiés) blockchain...

Intelligence Artificielle et contenu immersifAppliquée à des métiers, l'Intelligence Artificielle se retrouve dans la traduction orale automatique pour une conversation fluide entre un japonais et un français. IA aussi dans les services d'assistance virtuelle (dont le bordelais Wiidii). Intelligence Artificielle encore et d'ores et déjà dans les colonnes du Los Angeles Times qui a diffusé le tout premier article sur les tremblements de terre de Los Angeles, écrit par un robot, dans la minute qui a suivi les dernières secousses... Et « bien sûr » sans signe distinctif à la lecture du texte. IA encore et toujours sur les véhicules autonomes que vous pouvez déjà croiser dans certaines rues de Rotterdam et bientôt de Singapour. Enfin, autre application qui va gagner en diffusion en même temps qu'en fluidité et en qualité : les « chat bot », messageries instantanées, mise à disposition de clients pour échanger non plus une personne mais une IA pour le compte de telle ou telle structure/entreprises...

Sur le contenu immersif, après la vidéo 360° qui ont marqué 2015, 2016 sera l'année de la réalité virtuelle et augmentée. Parmi les outils phare en la matière : l'Oculus Rift, racheté par Facebook ou encore l'Hololens de Microsoft. Seront ainsi impactés les jeux vidéo et les activités de divertissement, mais aussi l'immobilier (visitez votre futur appartement comme si vous y étiez simplement avec un casque sur les yeux...), l'éducation, l'ingénierie ou encore le tourisme (une sorte de « preview » de vos vacances grâce à la réalité virtuelle...).
De la réalité virtuelle à l'holoportation ou téléportation holographique, il n'y a (presque) qu'un pas. Microsoft y travaille, a expliqué Nicolas Gaume, grand témoin de la journée, DX Director chez Microsoft France. L'idée : permettre une interaction entre deux personnes éloignées, chacun échangeant avec l'hologramme de l'autre.

Quand les start-ups de la Blockchain prennent le pas sur l'évolution des start-up du numériques

Uberiser Uber, disrupter les disrupteursEnfin, la technologie "blockchain" s'annonce comme LA rupture technologique numérique de ce début de 21ème siècle. Son principe global, né de l'expérimentation bitcoin, est de permettre la réalisation de transaction de pair à pair sans intermédiaire, et donc quasiment sans frais supplémentaire. Pour synthétiser, dans un système d'économie classique : adieux aux banques. Dans un système d'économie collaborative, généralement gérée par une plate-forme centrale (Airbnb, Blabla car, Ubber, Facebook,...), adieux à ces acteurs qui ont su disrupter ( court-circuiter ) les systèmes classiques, prônant, déjà, une forme de désintermédiation. Mais une désintermédiation pas si effective, puisqu'eux mêmes devenaient la structure centrale et incontournable de leur propre réseaux. Si ces acteurs sont encore bien présents, les start-up de la blockchain (déjà nombreuses), s'apprêtent sans doute, en quelque sorte à « uberiser » Uber, à disrutper les disrupteurs...
Mais outre cette « libération », la technologie blockchaine apparaît surtout comme certifiée, infalsifiable et vérifiable. Pour Guillaume Buffet, Président de l' agence U , intervenant en 2ème partie de soirée, cette technologie, « c'est la garantie de la sécurité d'une information ou d'une transaction quelle qu'elle soit ». Souvent comparé à « un registre de comptes permanent, public, inaltérable, crypté et accessible à tous », la blockchain, s'appuie principalement sur la force du réseau décentralisé et la cryptographie. La transaction souhaitée entre deux partenaires, est représentée en ligne par un « bloc », lui-même transmis à chaque membre du réseau. Chacun de ces membres décidant que la transaction est valide, le « bloc » est ajouté à une chaine d'autres blocs, créant ainsi un enregistrement permanent et transparent... Et pas de possibilité « d'extraire un bloc de la chaîne créée. De la même manière par exemple, on ne peut pas sortir un Lego d'une construction sans détruire l'ensemble », synthétise Guillaume Buffet. Une fois la chaîne enregistrée, la transaction entre les deux partenaires à lieu. Une transaction ainsi sécurisée et quasiment gratuite, sans intermédiaire, qui se déroule actuellement en 10 minutes environ.

Tout est "blockchainable"...?Mais au delà de l'aspect financier qui est en soi assez révolutionnaire, tout peut potentiellement être « blockchainable ». Des documents administratifs, aux contrats privés, en passant par des diplômes (une université le fait d'ores et déjà), des brevets, des droits d'auteurs, etc. Un contrat de mariage par la blockchaine et le consensus distribué, serait après tout, authentique, infalsifiable, et public de l'engagement réciproque... Alors, adieux notaires et autres professions basées sur le tiers de confiance... ? Peut-être pas pour de suite, car quelques défis technologiques, éthiques et juridiques (qui porte la responsabilité a posteriori, et quid du droit à l'oubli... ?) sont encore à relever. Mais au vu de l'accélération exponentielle des technologies, c'est bien sur les acteurs politiques, et leur manière de les appréhender et de les intégrer, que la question, et surtout les réponses, se posent aussi....
Autant de technologies qui ouvrent clairement la porte à une nouvelle Société, et des nouvelles sociétés, emportant avec elles une transformation sans doute profonde du marché de l'emploi, et des formes de travail dont les mutations déjà démarrent. « Freelancialisation », « microjob », « pronetariat », effondrement du marché de l'emploi, ou au contraire, gain en confort et en qualification du travail... Autant de pistes et de questions, exposés par Alexandre Bertin lors des ces Signaux 2016, et auxquels les veilleurs d'AEC n'auraient sans doute pas penser il y a 20ans. Mais qui aujourd'hui font l'objet de rudes débats pour les observateurs du numérique. Des plus optimistes aux plus alarmistes sur la réalité de l'emploi d'ici 10 à 15 ans, ce qui paraît en tout cas certain, c'est que les programmateurs d'intelligence artificielle, eux au moins, ont encore quelques belles années devant eux avant de craindre le chômage.

A moins que tout cela ne prenne des airs de bulles spéculatives, tout prête à exploser...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
7812
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !