Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L’Afrique face au cancer : un enjeu pour les organisations humanitaires

21/03/2019 | Les plans cancer et l'investissement sont encore trop faibles dans la plupart des pays africains pour dépister à temps la maladie.

Conférence cancer Les Afriques dans le monde

Le 21 mars, deux intervenantes de Médecins sans frontières (MSF) intervenaient à Sciences Po Bordeaux, au sein du laboratoire de recherche « Les Afriques dans le monde ». Autour de jeunes doctorants et d’enseignants chercheurs notamment, le docteur Claire Rieux et Aurélie Brousse ont présenté des perspectives d’évolutions de la maladie et les moyens mis en place par l’organisation pour traiter au mieux le cancer.

Monique Castaignède, chercheure associée au laboratoire et docteur en sciences politiques à l’initiative de cette conférence explique la position du LAM : « Nous souhaitons attirer l’attention autour de cet enjeu, particulièrement à l’approche du G7 ». Le sommet des grandes puissances mondiales se tiendra en effet en août prochain à Biarritz.

L’urgence aujourd’hui est d’établir une trajectoire de recherche et des dispositifs de traitements dans des pays où le cancer est souvent détecté trop tardivement, moment où aucun espoir de guérison ou de soin ne subsiste. Les estimations actuelles font part d’une augmentation de 78 % des cancers dans les 20 prochaines années. 60 % d’entre eux seront localisés dans des zones géographiques dites « intermédiaires » : Afrique, Asie et Amérique latine.

Devenue une des grands objectifs de l’Organisation Mondiale de la Santé, la lutte contre le cancer est tout de même un enjeu relativement récent à l’échelle mondiale. Cependant, le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom, a annoncé sa volonté « d’éradiquer le cancer du col de l’utérus » dans les prochaines années.

Penser l’évolution de la maladie

En 2018, on dénombrait 18 millions de nouveaux cas de cancer et 9,5 millions de décès liés. Les situations géographiques montrent encore la surreprésentation de la maladie dans les pays riches. On y estime le nombre de cas supérieur à 250 pour 100 000 habitants. Une proportion qui tombe à 150 en Afrique. « Mais nous savons qu’il y a une sous-estimation sur ce continent, les chiffres ne sont pas exacts », précise le docteur Claire Rieux.

L’inquiétude réside dans l’évolution de la maladie. Dans les pays du Nord, la mortalité liée au cancer diminue. En Afrique, elle augmente. L’exemple le plus frappant est celui des cancers pédiatriques. En France, 85 % d’entre eux sont guéris. En Afrique, ce chiffre tombe à moins de 40 %. Et les prévisions ne sont pas optimistes. Le nombre de cancers devrait augmenter de 100 % en Afrique dans les 20 prochaines années et « seulement » de 23 % en Europe.

Cette explosion du nombre de cas s’explique par un phénomène : la transition épidémiologique. C’est l’étape au cours de laquelle les maladies infectieuses et périnatales deviennent marginales tandis que les maladies chroniques, le plus souvent non transmissibles, se développent. De nombreux pays du continent africain sont en train ou vont bientôt vivre cette transition. MSF essaye ainsi d’anticiper les besoins.

L’investissement étranger, une nécessité

En Afrique de l’Est, la présence américaine est indispensable au niveau sanitaire. Dans des pays anglophones, l’implantation de structures et ONG venues des États-Unis s’est faite naturellement. L’Afrique francophone est peu privilégiée par ces fondations en raison de la barrière de la langue. MSF essaie ainsi de développer de nouvelles actions, parallèlement aux soins humanitaires de première nécessité.

Au Mali, les chiffres ont fait état de 13 000 nouveaux cas en 2018, et 10 000 décès. Le taux de survie dans les 5 ans suivant la détection de la maladie est d’à peine 15 %. Des données qui expliquent pourquoi les habitants jugent souvent le cancer « pire que le Sida », virus dont le traitement est gratuit. En effet, les soins sont souvent onéreux et plus de 50 % de leur coût revient au patient, contre moins de 15 % en France. Autre cause, un dépistage souvent tardif de la maladie, à un stade trop avancé qui rend le traitement trop peu efficace.

Ainsi à Bamako, où les malades doivent naviguer entre quatre centres de soins, MSF travaille en partenariat avec le service hémato-oncologie du centre hospitalier universitaire de la ville. « Normalement, nous privilégions les structures autonomes, les partenariats sont rares », mentionne Claire Rieux. Les principaux cas à traiter sont ceux liés aux cancers du sein, du col de l’utérus ou encore du colon. En deux mois (décembre 2018 et janvier 2019), le service a déjà accueilli 83 nouveaux patients et réalisé 348 consultations.

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
3512
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !