Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes Pyrénées, des Landes et des Pyrénées Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

  • 20/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques, plusieurs mesures sont mises en œuvre à destination des agriculteurs: ouverture des démarches de reconnaissance de calamité agricole et catastrophe naturelle, numéro vert pour permettre aux agriculteurs en grande difficulté de se faire connaître (0 800 620 069), évaluation des sinistres auprès des 7 500 éleveurs du département et des organismes de défense des signes officiels de qualité, ou encore organisation de missions d’enquête pour établir et reconnaître les sinistres. Infos : www.pa.chambagri.fr

  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'agriculture d'Aquitaine au coeur de la crise, s'engage sur la voie d'une réflexion stratégique

10/09/2009 |

Conférence de presse de la Chambre Régionale d'Agriculture

La crise financière qui s'est accélérée à partir de l'automne dernier n'avait, dans un premier temps, pas trop affecté l'agriculture régionale mais depuis la sortie de l'hiver la situation s'est beaucoup dégradée au point de mettre nombre d'exploitations en grandes difficultés, qu'il s'agisse de la production laitière ou de la viticulture, spécialement en Gironde. Rien d'étonnant, dès lors à ce que les responsables régionaux aient fait leur rentrée le 9 septembre sous le signe de l'inquiétude. Pour autant, face aux mutations que la crise va accélérer la profession se prépare à engager une réflexion d'ordre stratégique qui ne veut rien laisser au hasard.

Dominique Graciet le président de la Chambre régionale a donné le ton en évoquant la « crise la plus médiatique » celle du lait où le revenu en quelque sorte a disparu : une baisse de 17% du prix payé au producteur, entre 270 et 280 euros les 1.000 litres au mieux en 2009 mais qui ne peut faire oublier que le prix est tombé jusqu’à 220 euros. « En deçà de 300 euros le travail n’est pas rémunéré » ; en effet les charges sur la même période ont cru de 10%. Et Dominique Graciet, en accord avec ses collègues, et en premier lieu Jean-Pierre Raynaud, président de la chambre de la Dordogne et de la coopération régionale, a pointé les entreprises qui « sous paient »le lait, une distribution qui « ne joue plus jeu » ; la situation étant aggravée par la loi de modernisation de l’économie.

La production laitière en grand danger
La question de fond n’est, ni plus ni moins, aujourd’hui, que celle de la survie d’une filière qui représente 2.800 livreurs, une collecte de 700 millions de litres et quarante entreprises de transformation employant 6000 personnes. La suppression des outils de gestion au niveau européen, l’ouverture à la concurrence mondiale viennent percuter la production nationale et, singulièrement, celle de l’Aquitaine. Les enjeux du maintien des exploitations sont d’autant plus importants que, déjà, malgré de grands efforts de modernisation, celles-ci ne peuvent atteindre le niveau des quotas disponibles pour la région. Ils le sont, bien plus encore, lorsque l’on sait, à quel point, le lait est souvent la production la plus adaptée à des zones menacées par l’abandon des terres et l’absence de succession.

Une conférence régionale


La profession juge cette situation si importante qu’à l’initiative, en particulier du syndicalisme, elle va se retrouver autour d’une conférence régionale sur le lait. Non point que toutes les solutions soient d’essence régionales dans un marché de plus en plus mondialisé mais parce qu’il s’agit, selon le mot de Dominique Graciet de « se faire respecter ». Respecter en ne demandant pas aux producteurs de « geler les quotas » alors que ceux-ci n’ont pas été atteints ces deux dernières années ; respecter en « faisant prendre conscience aux élus des dangers dont ils ne se rendent pas compte » ; utiliser des enveloppes régionales prévues pour accompagner les investissements et qui, n’ayant pas pu être consommées, devraient pouvoir maintenat soutenir des trésoreries exsangues.

Quand la viticulture produit à perte


Ce qui vaut pour la production laitière vaut aussi pour la viticulture, aujourd’hui aux abois alors que se profile en quantité et qualité une récolte très prometteuse.
Bernard Artigue président de la chambre d’agriculture de la Gironde, quelques chiffres à l’appui, a montré combien la viticulture était en grande difficulté, coincée entre des coûts de production élevés, de l’ordre de 1.000 euros le tonneau de 900 litres dans l’appellation Bordeauxet jusqu’à 1200 euros et un prix de vente qui oscille, aujourd’hui, entre 750 et 950 euros le tonneau … Les besoins de liquidités poussent les exploitants à vendre quand même quand ils trouvent acheteurs ! Des stocks élevés, une baisse des sorties à un niveau jamais atteint depuis dix ans, avec des transactions inférieures de 29% à celles de la campagne 2007/2008. Et, dans le même temps le recul de la consommation du Bordeaux AOc dans la grande distribution, à hauteur de 6% tandis que celle-ci augmentait ses prix, en moyenne de 5%. Un tableau très sombre, notamment pour les ventes en vrac. Pour ajouter à celui-ci, la situation dans le secteur des fruits et légumes, en Lot-et-Garonne, s’est beaucoup dégradée à partir de juillet août avec en particulier des prix inférieurs à ceux de 2008 et des cinq dernières années. Une table ronde nationale est d’ailleurs prévue le, 22 septembre à Paris ; la filière étant de plus en plus mise en danger par les disparités de coût de main d’œuvre, y compris au sein de l’Union Européenne.

Un plan stratégique régional

Face à cette situation dont la crise et la conjoncture ne sont pas toutes responsables, la profession semble très motivée pour ouvrir le dossier des mutations nécessaires. Comment en un mot conserver les acquis de l’agriculture d’Aquitaine qui s’est fait une spécialité des productions de qualité, tout en allant à la rencontre de consommateurs de plus en plus sensibles aux prix ? Dominique Graciet a cité l’exemple du foie gras dont la filière, après avoir tout misé sur la reconnaissance d’une « IGP sud ouest »a dû rééquilibrer sa production pour reprendre sa marche en avant. Des chantiers s’ouvrent donc qui aboutiront, d’ici le printemps 2010, à la définition d’un « projet stratégique agricole régional ». Adapter l’offre aux nouveaux marchés, intégrer les attentes de la société, conserver la maîtrise des ressources et notamment l’espace et l’eau, accompagner les entreprises sans leur recherche de compétitivité : autant de questions dont les réponses seront nécessairement débattues lors du rendez vous des élections régionales de mars prochain.

J.A

Partager sur Facebook
Vu par vous
472
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !