Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'ASN tire le bilan du parc nucléaire de Nouvelle Aquitaine

05/10/2017 | Comme elle l'a déjà fait pour les autres régions de France, l'Autorité de sûreté nucléaire a présenté son bilan sur les deux centrales de Nouvelle Aquitaine.

Centrale de Blaye

Ce jeudi 5 octobre, l'Autorité de sûreté nucléaire a dévoilé un bilan "globalement satisfaisant" de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en région Nouvelle Aquitaine. Cette dernière a eu fort à faire au niveau national ces derniers mois. En septembre, elle a mis la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher) sous surveillance renforcée et pointé une protection insuffisante face à un risque d'explosion à l'usine de traitement de La Hague (Manche). Dans un contexte tendu, le gendarme du nucléaire a tout de même soulevé quelques craintes plus locales.

Retour en arrière

En juin 2016, l'ASN avait mis au jour des anomalies de composants sur une liste d'une vingtaine de réacteurs français, dont le réacteur n°1 de la centrale du Blayais faisait partie. À l'origine, EDF s'était en effet engagé dans un audit de quelques 2000 pièces fabriquées par Areva, suite au scandale des anomalies relevées sur la cuve et le couvercle de l'EPR de Flamanville. En avril de la même année, l'ASN avait découvert 87 dossiers falsifiés, dont  une quinzaine concernaient les réacteurs 1, 3 et 4 de la centrale de Blaye. Si cette pratique avait été rapportée au Procureur de la République, les écarts constatés "ne portaient pas atteinte au bon fonctionnement de l'équipement" selon EDF. Plus d'un an après le dépôt de plainte de l'Observatoire du nucléaire, l'ASN a donc procédé à un bilan sur la sûreté nucléaire en région Nouvelle Aquitaine pour l'année 2016. On y apprend la tenue de 115 inspections (dont 33 dans le domaine de la sûreté nucléaire dans les centrales du Blayais et de Civaux, six inspections concernant le transport des substances radioactives et 76 dans le "nucléaire de proximité" (désignant principalement le secteur de la médecine). Bilan ? Six évènements "significatifs" classés au niveau 1 de l'échelle INES (allant de 0 à 7) déclarés par les exploitants des centrales.

Blaye : "globalement satisfaisant"

Concernant la centrale du Blayais, l'ASN souligne ainsi un "bon déroulement" des travaux lors des arrêts des réacteurs (pour maintenance et rechargement en combustible) mais souligne quelques difficultés concernant les "essais périodiques des équipements". Les réacteurs présentant des irrégularités affectant les équipements fabriqués par Areva dans l'usine Creusot-Forge (notamment celles concernant les anomalies du réacteur 1 entraînant une concentration anormale de carbone dans les générateurs de vapeur) ont fait l'objet de contrôles, et l'ASN assure qu'EDF a mis en oeuvre des procédures d'exploitation "plus restrictives" pour garantir la sécurité du réacteur. "Ce n'est grave que s'il y a une fissure dans la pièce concernée, or les générateurs de vapeur concernés n'avaient pas de fissure. C'est pour ça que le générateur a pu redémarrer. Pour ce qui est des mesures prises, en gros, on va chauffer moins vite qu'avant pour éviter qu'une chaleur trop importante ne fragilise le matériau", précise Hermine Durand, responsable de la division de Bordeaux à l'ASN. 

Pour ce qui est des irrégularités sur les dossiers de fabrication des équipements sous pression de l'usine Creusot Forge, l'ASN suit l'avis d'EDF en assurant que ces dernières "n'ont pas d'impact sur la sûreté". ""Généralement, il s'agissait de contrôles à la construction qui n'avaient pas été effectués dans les normes, mais le fabricant avait connaissance de l'irrégularité", a tenu à préciser Bertrand Fremaux, un autre responsable de l'ASN. Si un des générateurs de Fessenheim a subi les conséquences de ces falsifications (on lui a retiré son certificat de conformité), ce n'est donc pas le cas de la centrale de Blaye. L'organisme a tout de même incité les gérants du site à envisager un effort sur la protection de l'environnement, "pour assurer une gestion plus efficace des déchets nucléaires produits pendant les périodes d'arrêts de réacteur" (l'EPR de Flamanville à eu quelques soucis en septembre sur leur emballage...) et "accélérer la recherche des causes et le traitement de pollutions anciennes" (notamment les hydrocarbures). Si cinq évènements de niveau 1 (correspondant à une "anomalie") ont été détectés, les 34 autres y étaient de niveau 0, donc sans aucune importance du point de vue de la sûreté.  En septembre 2016, pourtant, l'expert britannique John Large, dans un rapport pour l'ONG Greenpeace, dévoilait que 32 des 58 réacteurs nucléaires français (soit 55% du parc total) comportaient des pièces défectueuses. Les quatre réacteurs de la centrale du Blayais étaient concernés.

Des préconisations élargies

Pour la centrale de Civaux, c'est à peu près le même bilan, malgré quelques difficultés logistiques et techniques en 2017 concernant les travaux effectués lors des arrêts de réacteurs et dans la maîtrise des rejets de la centrale (radioactifs ou non). Les mesures de l'activité des effluents à rejeter ont été jugées comme manquant de précision, même si, on nous l'affirme, "aucune limite n'a été dépassée". Le site de Civaux est aussi dans le rang pour les anomalies de l'acier des fonds de générateurs de vapeur (produits par un forgeron japonais). Des contrôles ont ainsi été réalisés en 2016 (complets sur le réacteur 2, partiels sur le réacteur 1 nécessitant son arrêt en début d'année). Pour le reste, pas de changements : les mêmes mesures restrictives pour garantir la sûreté des deux réacteurs; les mêmes conclusions concernant les irrégularités des dossiers de fabrication d'Areva.

Enfin, l'ASN a également donné quelques prévisions pour les mois à venir. Ainsi, la centrale du Blayais sera non seulement concernée par le futur rapport de conclusion à l'issue du troisième examen périodique de ses quatres réacteurs mais aussi par un futur avis sur la prolongation de la durée d'exploitation des centrales françaises (pas avant début 2019). Les travaux de construction des bâtiments des futurs diesels d'ultime secours (mesure de sécurité supplémentaire concernant les réacteurs) sont toujours prévus pour fin 2018. Par ailleurs, les recherches sur les irrégularités de dossiers sont encore loin d'être achevées (de même que l'analyse de leur impact potentiel sur la sûreté, tandis que l'audit d'EDF sur les pièces forgées au Creusot doit encore se poursuivre jusqu'au 31 décembre 2018. Quand au site de Blaye, le nouveau Plan particulier d'intervention de la centrale nucléaire, aujourd'hui étendu à dix kilomètres, passera à vingt à peu près à la même date, entraînant 80 communes (au lieu de 23 actuellement) à se doter d'un nouveau plan communal de sauvegarde. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : wikipédia

Partager sur Facebook
Vu par vous
34746
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !