15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L'école de la deuxième chance en débat au festival du film des droits de l'homme à Pessac

15/01/2014 | Ce dimanche 12 janvier, la projection du film "The boys of Baraka" au cinéma Jean Eustache à Pessac a été suivie d'une discussion sur l'insertion de jeunes en difficulté

The Boys of Baraka

12 septembre 2002, 20 jeunes en difficulté de 12 ans, issus des quartiers défavorisés les plus difficiles de Baltimore, quittent leurs foyers pour passer deux ans de leur scolarité à Baraka, une école expérimentale située au Kenya. Là-bas, confrontés à un programme académique et disciplinaire strict, ces jeunes tentent de prendre un nouveau départ. Une soixantaine de personnes ont découvert dimanche dernier cette histoire à travers "Boys of Baraka" au festival du film des droits de l'homme au cinéma Jean Eustache à Pessac. Avec à l'issue un débat passionnant sur l'école de la seconde chance.

Ce film "Boys of Baraka", réalisé par Heidi Ewing et Rachel Grady, est touchant. On voit comment ces jeunes américains à la dérive, qui se comportent comme des "durs", changent de comportement une fois au Kenya et pris en charge par une équipe, qui prend soin d'eux et les recadre avec un projet individualisé. C'est aussi ce que fait Bernard Moinet, directeur de l'Epide (Etablissement public d'insertion et de défense) à Bordeaux qui essaie de réinsérer chaque année 120 jeunes de 18 à 25 en grande difficulté et sans diplôme. "10 à 15% d'entre eux sont illetrés", précise-t-il à la salle lors d'un débat sur la seconde chance à l'issue de ce film. Pour réussir leur réintégration dans la société, le personnel de l'Epide, composé d'anciens militaires leur redonne un "cadre", des horaires stricts (lever à six heures), un uniforme à tous, et des cours de remise à niveau en petits groupes de 15 personnes pour faciliter l'apprentissage. Sans oublier, "le sport, vecteur de sociabilité". Et, surtout, "on essaie de s'attaquer aux causes multiples de leur situation (problèmes familiaux, de drogue, judiciaires...) et de travailler sur le savoir-être", poursuit-il. Et, au fil des mois, de nombreux jeunes reprennent confiance en eux. "Ces jeunes ont besoin d'être valorisés", insiste-t-il. Les résultats parlent d'eux-mêmes : 85% de jeunes ont un emploi à l'issue de ce parcours.

Chaque année, les apprentis d'Auteuil aident 14 000 jeunes à se réinsérerChristophe Korczeniuk, directeur territorial de la Fondation Auteuil Aquitaine, quant à lui, a mis le travail de cette oeuvre catholique, qui éduque, forme chaque année plus de 14 000 jeunes en difficulté à travers ses 200 établissements, tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. En Aquitaine, les apprentis d'Auteuil ont trois sites : une école primaire dans le Médoc à Sainte-Estèphe, un collège à Blanquefort, proposant des spécialisations dans le bâtiment entre autres et un lycée à Audaux dans les Pyrénées-Atlantiques. "Nous travaillons beaucoup sur l'estime de soi pour amener ces jeunes à renouer le contact avec les adultes", explique Christophe Korczeniuk. C'est tout l'objet, par exemple, de l'atelier radio au centre Abadie avec le psychiatre, Xavier Pommereau. L'une des clés de la réinsertion est de travailler sur l'environnement global du jeune. C'est pourquoi à la cité des Aubiers à Bordeaux, une crèche a été installée au milieu des immeubles avec un soutien à la parentalité pour les mamans ainsi que des formations. Et, pour réussir, "il faut un décloisonnement entre tous les acteurs : l'éducation, l'entreprise et les organismes comme les nôtres", conclut-il.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : The Boys of Baraka

Partager sur Facebook
Vu par vous
691
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !