18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L'émotion avant la réhabilitation à la pouponnière départementale d'Eysines

29/05/2015 | Projection d'un film, exposition photos, discours, ce 28 mai, la Pouponnière d'Eysines a été mise à l'honneur, juste avant le lancement de travaux de restructuration du bâtiment.

La pouponnière du Centre départemental de l'enfance et de la Famille à Eysines

A Eysines, c'est un moment fort en émotions qu'ont vécu les personnels de la Pouponnière du Centre Départemental de l'Enfance et de la Famille ce jeudi après-midi. Un moment de mémoire, autour de l'histoire de la structure, des histoires d'enfants qu'elle abrite, et des souvenirs des personnels qui y travaillent. Pas un adieu, mais un « au revoir » un peu nostalgique tout de même, puisque le bâtiment, qui date de 1933, s'apprête à être entièrement restructuré et agrandi pour y accueillir, d'ici 2 ans, dans un plus grand confort, de nouvelles histoires d'enfants âgés de 0 et 4 ans. Des histoires fragiles et mal commencées, que la pouponnière et ses équipes, s'évertuent à reconstruire et à rendre un peu plus belles en entourant, rassurant et prenant soin de ces enfants.

En 2015, on pourrait croire que « les pouponnières » n'existent plus ; le mot lui-même a d'ailleurs une sonorité un tantinet désuète... Et pourtant, comme le constate une des pédiatres de la structure départementale implantée à Eysines, « depuis quelques années, on voit une évolution clinique des enfants accueillis : plus fragiles, plus carencés, physiquement et mentalement… »
Au total, si la structure s'apprête à beaucoup évoluer d'ici 2 ans, elle a bel et bien encore de beaux jours devant elle. Mais si les 35 petits habitants qu'elle accueille pour des passages plus ou moins longs, en raison de carences éducatives ou de mise en danger, ont déjà, du haut de leur quelques jours, mois, ou années, des histoires lourdes à raconter, la pouponnière quant à elle « a une belle âme ». Puéricultrices et auxiliaires, en attestent d'une seule voix : « Malgré les situations difficiles des enfants, la pouponnière c'est un lieu joyeux, riche, où l'on ressent l'utilité de notre métier ».
La structure est « une maison », « un refuge », où, grâce au travail soudé et investi des équipes des quelques 80 professionnels qui y collaborent de jour comme de nuit, ces jeunes enfants, accueillis, entourés, veillés, soignés, couvés, y trouvent une attention individualisée , malgré le caractère collectif du lieu, et un apaisement dans un environnement stable, sur le chemin de la reconstruction. Tel est bien l'objectif que se fixe à n'en pas douter les agents de la structure.

L'entrée dans la pouponnière

Pulsion de vie, difficultés et moments magiquesCes collaborateurs, principalement collaboratrices, de la pouponnière, des auxiliaires de puéricultures, à la psychomotricienne, en passant par les éducatrices de jeunes enfants, infirmières, puéricultrices, pshychologues, pédiatres, lingères, maîtresses de maison, connaissent elles aussi parfois des difficultés. Même si l'implication émotionnelle se veut contrôlée, les accueils d'urgences, la situation de détresse des enfants, le phénomène d'attachement, sont bel et bien là. Ce sont elles après tout qui les nourrissent, les baignent, les amusent, les occupent, les tranquillisent, les bercent, et parfois les confient, après décision de justice à une nouvelle famille.
Un quotidien pas toujours rose, que la cohésion et l'unité des équipes permet d'épauler, de dépasser, et de mettre à distance. Des métiers d'engagement et d'exigence pour le personnel de la pouponnière. Un lieu qui « chaque jour, garanti, son lot de surprises », « apprend l'humilité » et les font le témoin de « la pulsion de vie des enfants » et « de leur capacité à transcender leurs difficultés dès que l'on parvient à leur redonner confiance en l'adulte » explique les équipes. Dans les temps forts en émotion de la vie de la pouponnière, il y a aussi les moments heureux et particulier de l'adoption, la découverte de la famille d'adoption, la construction d'une relation familiale avec de nouveaux parents, « des moments justes magiques », assurent une jeune puéricultrice.

Garder traceAutant de facettes des métiers de la pouponnière, de tranches de vie de la structure, et de regards complices, tendres ou drôles entre adultes et enfants dont le Conseil départemental, a voulu garder une trace dans le décor des murs et des portes colorées du bâtiment d'origine. Garder trace de la manière la plus solennelle, puisque le document vidéo et les photos exposées au sein de la pouponnière désormais vide, ont été confiés, après la diffusion du film aux professionnels, à la Directrice des archives Départementales, des mains d'Emmanuelle Ajon, Vice présidente du Conseil départemental chargée de la promotion de la santé et de la protection de l’enfance.
C'est elle également qui a symboliquement remis les clés du vieux bâtiment à l'architecte du Conseil départemental de Gironde, la collectivité assurant la maîtrise d'oeuvre et d'ouvrage des travaux qui devraient bientôt démarrer.

Un des espace de vie de la pouponnière, vidées de ces petits habitants

Des couloirs, comme des appels à la fuite pour bébés à quatre pattesAvec ces travaux, estimés à 4,3 M€, le bâtiment aux allures de vieille maison de villégiature, avec son portique, ses pierres apparentes et ses rideaux à rayures bleues et blanches, sera préservé et mis en valeur mais entièrement restructuré. Il comportera une extension neuve (430 m²) du foyer d’hébergement pour enfants qui atteindra ainsi une surface de 1780 m² et 140 m² de préau. La future pouponnière se composera de six unités de vie, par groupe d'âge des enfant accueillis, de locaux d’accompagnement et d’espaces qui permettront la rencontre des parents et des enfants. Chaque unité de vie accueillera 5 à 6 enfants, et deux d’entre elles seront réservées aux bébés.
La liaison entre l’ancien et le nouveau se fera par une «rue intérieure» largement vitrée qui desservira toutes les unités d’habitation, véritables petites maisons, conçues comme un espace domestique avec entrée, coin cuisine, séjour, chambre, salle de bain... De grands changements donc par rapport à l'actuelle pouponnière organisée autour d'un couloir, « véritable appel à la fuite pour des petits à quatre pattes», et il faut bien le reconnaître, à l'intérieur accueillant, coloré et convivial, mais un peu défraîchi.
La rénovation, pour le confort des enfants et des professionnels, a tout sens. Parions qu'après un passage dans des locaux modulaires provisoires pour la durée des travaux, les équipes sauront investir le lieu renouvelé fin 2017, sans perdre l'âme et les jolies valeurs de leur mission au service de la protection des enfants.

Une partie des équipes du CDEF et de sa pouponnière

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
20387
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !