Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'émotion avant la réhabilitation à la pouponnière départementale d'Eysines

29/05/2015 | Projection d'un film, exposition photos, discours, ce 28 mai, la Pouponnière d'Eysines a été mise à l'honneur, juste avant le lancement de travaux de restructuration du bâtiment.

La pouponnière du Centre départemental de l'enfance et de la Famille à Eysines

A Eysines, c'est un moment fort en émotions qu'ont vécu les personnels de la Pouponnière du Centre Départemental de l'Enfance et de la Famille ce jeudi après-midi. Un moment de mémoire, autour de l'histoire de la structure, des histoires d'enfants qu'elle abrite, et des souvenirs des personnels qui y travaillent. Pas un adieu, mais un « au revoir » un peu nostalgique tout de même, puisque le bâtiment, qui date de 1933, s'apprête à être entièrement restructuré et agrandi pour y accueillir, d'ici 2 ans, dans un plus grand confort, de nouvelles histoires d'enfants âgés de 0 et 4 ans. Des histoires fragiles et mal commencées, que la pouponnière et ses équipes, s'évertuent à reconstruire et à rendre un peu plus belles en entourant, rassurant et prenant soin de ces enfants.

En 2015, on pourrait croire que « les pouponnières » n'existent plus ; le mot lui-même a d'ailleurs une sonorité un tantinet désuète... Et pourtant, comme le constate une des pédiatres de la structure départementale implantée à Eysines, « depuis quelques années, on voit une évolution clinique des enfants accueillis : plus fragiles, plus carencés, physiquement et mentalement… »
Au total, si la structure s'apprête à beaucoup évoluer d'ici 2 ans, elle a bel et bien encore de beaux jours devant elle. Mais si les 35 petits habitants qu'elle accueille pour des passages plus ou moins longs, en raison de carences éducatives ou de mise en danger, ont déjà, du haut de leur quelques jours, mois, ou années, des histoires lourdes à raconter, la pouponnière quant à elle « a une belle âme ». Puéricultrices et auxiliaires, en attestent d'une seule voix : « Malgré les situations difficiles des enfants, la pouponnière c'est un lieu joyeux, riche, où l'on ressent l'utilité de notre métier ».
La structure est « une maison », « un refuge », où, grâce au travail soudé et investi des équipes des quelques 80 professionnels qui y collaborent de jour comme de nuit, ces jeunes enfants, accueillis, entourés, veillés, soignés, couvés, y trouvent une attention individualisée , malgré le caractère collectif du lieu, et un apaisement dans un environnement stable, sur le chemin de la reconstruction. Tel est bien l'objectif que se fixe à n'en pas douter les agents de la structure.

L'entrée dans la pouponnière

Pulsion de vie, difficultés et moments magiquesCes collaborateurs, principalement collaboratrices, de la pouponnière, des auxiliaires de puéricultures, à la psychomotricienne, en passant par les éducatrices de jeunes enfants, infirmières, puéricultrices, pshychologues, pédiatres, lingères, maîtresses de maison, connaissent elles aussi parfois des difficultés. Même si l'implication émotionnelle se veut contrôlée, les accueils d'urgences, la situation de détresse des enfants, le phénomène d'attachement, sont bel et bien là. Ce sont elles après tout qui les nourrissent, les baignent, les amusent, les occupent, les tranquillisent, les bercent, et parfois les confient, après décision de justice à une nouvelle famille.
Un quotidien pas toujours rose, que la cohésion et l'unité des équipes permet d'épauler, de dépasser, et de mettre à distance. Des métiers d'engagement et d'exigence pour le personnel de la pouponnière. Un lieu qui « chaque jour, garanti, son lot de surprises », « apprend l'humilité » et les font le témoin de « la pulsion de vie des enfants » et « de leur capacité à transcender leurs difficultés dès que l'on parvient à leur redonner confiance en l'adulte » explique les équipes. Dans les temps forts en émotion de la vie de la pouponnière, il y a aussi les moments heureux et particulier de l'adoption, la découverte de la famille d'adoption, la construction d'une relation familiale avec de nouveaux parents, « des moments justes magiques », assurent une jeune puéricultrice.

Garder traceAutant de facettes des métiers de la pouponnière, de tranches de vie de la structure, et de regards complices, tendres ou drôles entre adultes et enfants dont le Conseil départemental, a voulu garder une trace dans le décor des murs et des portes colorées du bâtiment d'origine. Garder trace de la manière la plus solennelle, puisque le document vidéo et les photos exposées au sein de la pouponnière désormais vide, ont été confiés, après la diffusion du film aux professionnels, à la Directrice des archives Départementales, des mains d'Emmanuelle Ajon, Vice présidente du Conseil départemental chargée de la promotion de la santé et de la protection de l’enfance.
C'est elle également qui a symboliquement remis les clés du vieux bâtiment à l'architecte du Conseil départemental de Gironde, la collectivité assurant la maîtrise d'oeuvre et d'ouvrage des travaux qui devraient bientôt démarrer.

Un des espace de vie de la pouponnière, vidées de ces petits habitants

Des couloirs, comme des appels à la fuite pour bébés à quatre pattesAvec ces travaux, estimés à 4,3 M€, le bâtiment aux allures de vieille maison de villégiature, avec son portique, ses pierres apparentes et ses rideaux à rayures bleues et blanches, sera préservé et mis en valeur mais entièrement restructuré. Il comportera une extension neuve (430 m²) du foyer d’hébergement pour enfants qui atteindra ainsi une surface de 1780 m² et 140 m² de préau. La future pouponnière se composera de six unités de vie, par groupe d'âge des enfant accueillis, de locaux d’accompagnement et d’espaces qui permettront la rencontre des parents et des enfants. Chaque unité de vie accueillera 5 à 6 enfants, et deux d’entre elles seront réservées aux bébés.
La liaison entre l’ancien et le nouveau se fera par une «rue intérieure» largement vitrée qui desservira toutes les unités d’habitation, véritables petites maisons, conçues comme un espace domestique avec entrée, coin cuisine, séjour, chambre, salle de bain... De grands changements donc par rapport à l'actuelle pouponnière organisée autour d'un couloir, « véritable appel à la fuite pour des petits à quatre pattes», et il faut bien le reconnaître, à l'intérieur accueillant, coloré et convivial, mais un peu défraîchi.
La rénovation, pour le confort des enfants et des professionnels, a tout sens. Parions qu'après un passage dans des locaux modulaires provisoires pour la durée des travaux, les équipes sauront investir le lieu renouvelé fin 2017, sans perdre l'âme et les jolies valeurs de leur mission au service de la protection des enfants.

Une partie des équipes du CDEF et de sa pouponnière

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
22702
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !