Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

15/11/18 : Une nouvelle invitée vient rejoindre les 21 personnalités des Idées mènent le Monde (Pau): Christine Ockrent interviendra sur "Europe : évitons la marginalisation", samedi 17 novembre à 16h30.

15/11/18 : L'auteur palois David Diop, lauréat ce 15 novembre du prix Goncourt des lycéens pour son ouvrage Frère d'âme (Editions du Seuil), participera au Grand débat de Lettres du monde – Welcome ! vendredi 23 novembre, 18h30 à la cour d'appel de Bordeaux

15/11/18 : Journée nationale d’action samedi 17 novembre. En Lot-et-Garonne, les accès aux supermarchés, stations-service, centres-villes et à l’A62 risquent d’être perturbés. Plus d'infos sur http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/

14/11/18 : Rencontre/débat avec les parlementaires du 47 autour de la réforme des retraites et des nouvelles revendications de l'ADRA 47 le vendredi 16 novembre à 14 H 30 à la Salle de l'Orangerie du Conseil Départemental d'Agen.

14/11/18 : Dans la continuité de la réflexion d’Agen 2030, des tables rondes autour du handicap et de l’accessibilité de la Ville d’Agen sont proposées le lundi 19 novembre de 14 h à 16 h 30, Salle des Illustres à l’Hôtel de ville d’Agen.

14/11/18 : Dans le cadre de la Journée international des droits de l’enfant, le centre social Maison pour Tous de la Masse (Agen) présentera le 20 nov dans son local à 17 h 30 les travaux des enfants inscrits au CLAS autour de la charte nationale.

14/11/18 : Invitée en Martinique afin de partager son expertise en vue de la création de La Cité du Rhum, La Cité du Vin accueillera à Bordeaux les 21 et 22 novembre une délégation martiniquaise porteuse de ce projet.

14/11/18 : Une lecture du livre posthume de « Charb » « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » se tiendra le 19 novembre à 20 h au théâtre du Pont Tournant, à Bordeaux.

14/11/18 : 10 établissements touristiques de Gironde viennent de recevoir l’Ecolabel européen hébergement touristique label officiel de la Commission européenne pour les établissements qui souhaitent allier qualité et écologie. En NA, 82 sont dénombrés.

14/11/18 : 10ème Forum Environnemental du Vin de Bordeaux le 6 déc au Palais des Congrès de Bordeaux. « Après avoir dressé le bilan des actions menées, cette journée permettra de partager l'ambition d'amener la filière vers une politique RSE collective. »

14/11/18 : Conférence autour de « La forteresse de Blanquefort » proposée par l’association Tout Art Faire, le 15 novembre de 19 h à 20 h 30, à l’Athénée Municipal et animée par Marietta Dromain, docteure en Archéologie.

14/11/18 : Mobilisation des avocats le 15 novembre à 11 h devant les marches du TGI de Bordeaux contre les dispositions du projet de loi de réforme de la justice 2018-2022, les « cinq chantiers de la Justice ».

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/11/18 | Libourne et le dessin...180 ans d’amour

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, pour fêter les 180 ans de l’Ecole de Dessin de Libourne, l’école municipale se délocalise au sein de l’Hôtel de Ville pour proposer de nombreuses séances de dessins gratuites et ouvertes à tous : dessin d’observation dans l’Hôtel de Ville, dessin d’après des sculptures au musée, workshop arts graphiques, exposition...Mais attention le nombre de places est limitée. Inscription : 05 57 25 02 58

  • 16/11/18 | Tout ne va pas à l’égout

    Lire

    A l’occasion de la Journée mondiale dédiée aux toilettes et portant sur les enjeux de l’assainissement des eaux usées le 19 novembre, l’Eau de Bordeaux va mener une campagne de sensibilisation « Le geste essentiel : les lingettes dans la poubelle » durant 3 semaines. Celle-civise à rappeler qu’il est primordial de jeter les lingettes dans la poubelle. Cette campagne cible les structures de la petite enfance de Bordeaux Métropole mais aussi le grand public avec un affichage dans les bars et restaurants de Bordeaux.

  • 16/11/18 | « Pas vu, pas protégé, soyez un cycliste éclairé »

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, Grand Poitiers, en partenariat avec la Police Nationale, la préfecture de la Vienne, les villes de Poitiers, Buxerolles, Jaunay-Marigny, l’Atelier du Petit Plateau et Vélocité 86, organise sa 9ème semaine de sensibilisation pour la sécurité des cyclistes. Pour informer et aider les cyclistes à renforcer leur visibilité, des actions sont proposés et des accessoires de sécurité seront offerts.

  • 15/11/18 | La Fête de l'agriculture basque ce week-end à Biarritz

    Lire

    La 13e édition de Lurrama se tiendra vendredi, samedi et dimanche à la Halle Iraty (près de l'aéroport de Biarritz). Elle célèbre sur 6000M2 avec veaux, vaches, moutons, à travers conférence, expositions, chants et danses et bien sûr le repas des chefs, la culture basque à travers l'élevage et l'agriculture. Le thème de cette année "Pour une politique agricole alimentaire" évoquera la Politique Agricole Commune. Entrée: 4 euros pour les adultes, gratuit moins de 15 ans. Le programme sur: www.lurrama.org

  • 15/11/18 | De nombreux matchs de football reportés le 17 novembre en Dordogne

    Lire

    En raison du mouvement de protestation "Gilets jaunes" du samedi 17 novembre, le District de Football a sondé les clubs de Dordogne : 60% d’entre eux étaient favorables au report intégral des matches jeunes et féminines jeunes prévus à cette date. Les rencontres qui devaient avoir lieu dans le cadre du championnat brassage U15 poule B et D sont reportées au samedi 8 décembre. Idem pour les matches des coupes U18 et U15 Dordogne et District.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'émotion avant la réhabilitation à la pouponnière départementale d'Eysines

29/05/2015 | Projection d'un film, exposition photos, discours, ce 28 mai, la Pouponnière d'Eysines a été mise à l'honneur, juste avant le lancement de travaux de restructuration du bâtiment.

La pouponnière du Centre départemental de l'enfance et de la Famille à Eysines

A Eysines, c'est un moment fort en émotions qu'ont vécu les personnels de la Pouponnière du Centre Départemental de l'Enfance et de la Famille ce jeudi après-midi. Un moment de mémoire, autour de l'histoire de la structure, des histoires d'enfants qu'elle abrite, et des souvenirs des personnels qui y travaillent. Pas un adieu, mais un « au revoir » un peu nostalgique tout de même, puisque le bâtiment, qui date de 1933, s'apprête à être entièrement restructuré et agrandi pour y accueillir, d'ici 2 ans, dans un plus grand confort, de nouvelles histoires d'enfants âgés de 0 et 4 ans. Des histoires fragiles et mal commencées, que la pouponnière et ses équipes, s'évertuent à reconstruire et à rendre un peu plus belles en entourant, rassurant et prenant soin de ces enfants.

En 2015, on pourrait croire que « les pouponnières » n'existent plus ; le mot lui-même a d'ailleurs une sonorité un tantinet désuète... Et pourtant, comme le constate une des pédiatres de la structure départementale implantée à Eysines, « depuis quelques années, on voit une évolution clinique des enfants accueillis : plus fragiles, plus carencés, physiquement et mentalement… »
Au total, si la structure s'apprête à beaucoup évoluer d'ici 2 ans, elle a bel et bien encore de beaux jours devant elle. Mais si les 35 petits habitants qu'elle accueille pour des passages plus ou moins longs, en raison de carences éducatives ou de mise en danger, ont déjà, du haut de leur quelques jours, mois, ou années, des histoires lourdes à raconter, la pouponnière quant à elle « a une belle âme ». Puéricultrices et auxiliaires, en attestent d'une seule voix : « Malgré les situations difficiles des enfants, la pouponnière c'est un lieu joyeux, riche, où l'on ressent l'utilité de notre métier ».
La structure est « une maison », « un refuge », où, grâce au travail soudé et investi des équipes des quelques 80 professionnels qui y collaborent de jour comme de nuit, ces jeunes enfants, accueillis, entourés, veillés, soignés, couvés, y trouvent une attention individualisée , malgré le caractère collectif du lieu, et un apaisement dans un environnement stable, sur le chemin de la reconstruction. Tel est bien l'objectif que se fixe à n'en pas douter les agents de la structure.

L'entrée dans la pouponnière

Pulsion de vie, difficultés et moments magiquesCes collaborateurs, principalement collaboratrices, de la pouponnière, des auxiliaires de puéricultures, à la psychomotricienne, en passant par les éducatrices de jeunes enfants, infirmières, puéricultrices, pshychologues, pédiatres, lingères, maîtresses de maison, connaissent elles aussi parfois des difficultés. Même si l'implication émotionnelle se veut contrôlée, les accueils d'urgences, la situation de détresse des enfants, le phénomène d'attachement, sont bel et bien là. Ce sont elles après tout qui les nourrissent, les baignent, les amusent, les occupent, les tranquillisent, les bercent, et parfois les confient, après décision de justice à une nouvelle famille.
Un quotidien pas toujours rose, que la cohésion et l'unité des équipes permet d'épauler, de dépasser, et de mettre à distance. Des métiers d'engagement et d'exigence pour le personnel de la pouponnière. Un lieu qui « chaque jour, garanti, son lot de surprises », « apprend l'humilité » et les font le témoin de « la pulsion de vie des enfants » et « de leur capacité à transcender leurs difficultés dès que l'on parvient à leur redonner confiance en l'adulte » explique les équipes. Dans les temps forts en émotion de la vie de la pouponnière, il y a aussi les moments heureux et particulier de l'adoption, la découverte de la famille d'adoption, la construction d'une relation familiale avec de nouveaux parents, « des moments justes magiques », assurent une jeune puéricultrice.

Garder traceAutant de facettes des métiers de la pouponnière, de tranches de vie de la structure, et de regards complices, tendres ou drôles entre adultes et enfants dont le Conseil départemental, a voulu garder une trace dans le décor des murs et des portes colorées du bâtiment d'origine. Garder trace de la manière la plus solennelle, puisque le document vidéo et les photos exposées au sein de la pouponnière désormais vide, ont été confiés, après la diffusion du film aux professionnels, à la Directrice des archives Départementales, des mains d'Emmanuelle Ajon, Vice présidente du Conseil départemental chargée de la promotion de la santé et de la protection de l’enfance.
C'est elle également qui a symboliquement remis les clés du vieux bâtiment à l'architecte du Conseil départemental de Gironde, la collectivité assurant la maîtrise d'oeuvre et d'ouvrage des travaux qui devraient bientôt démarrer.

Un des espace de vie de la pouponnière, vidées de ces petits habitants

Des couloirs, comme des appels à la fuite pour bébés à quatre pattesAvec ces travaux, estimés à 4,3 M€, le bâtiment aux allures de vieille maison de villégiature, avec son portique, ses pierres apparentes et ses rideaux à rayures bleues et blanches, sera préservé et mis en valeur mais entièrement restructuré. Il comportera une extension neuve (430 m²) du foyer d’hébergement pour enfants qui atteindra ainsi une surface de 1780 m² et 140 m² de préau. La future pouponnière se composera de six unités de vie, par groupe d'âge des enfant accueillis, de locaux d’accompagnement et d’espaces qui permettront la rencontre des parents et des enfants. Chaque unité de vie accueillera 5 à 6 enfants, et deux d’entre elles seront réservées aux bébés.
La liaison entre l’ancien et le nouveau se fera par une «rue intérieure» largement vitrée qui desservira toutes les unités d’habitation, véritables petites maisons, conçues comme un espace domestique avec entrée, coin cuisine, séjour, chambre, salle de bain... De grands changements donc par rapport à l'actuelle pouponnière organisée autour d'un couloir, « véritable appel à la fuite pour des petits à quatre pattes», et il faut bien le reconnaître, à l'intérieur accueillant, coloré et convivial, mais un peu défraîchi.
La rénovation, pour le confort des enfants et des professionnels, a tout sens. Parions qu'après un passage dans des locaux modulaires provisoires pour la durée des travaux, les équipes sauront investir le lieu renouvelé fin 2017, sans perdre l'âme et les jolies valeurs de leur mission au service de la protection des enfants.

Une partie des équipes du CDEF et de sa pouponnière

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
22085
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !