18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L'épineuse question du logement des Sahraouis dans le vignoble libournais

26/07/2014 | Il y a quelques jours, une centaine de travailleurs Sahraouis qui "squattaient" des locaux derrière la gare de Libourne ont été évacués

A Bordeaux, des Sahraouis vivaient dans des wagons à animaux

Pour la Ligue des droits de l'Homme, il est temps que soit enfin trouvée une solution au problème récurrent de logement des travailleurs saisonniers dans le vignoble libournais. Jeudi 17 juillet, plus d'une centaine de Sahraouis, travaillant dans les vignes et vivant dans des conditions indignes dans des locaux de la SNCF derrière la gare de Libourne, ont été évacués. Aujourd'hui, dans un communiqué de presse, la Ligue des droits de l'homme demande à ce que les autorités prennent leurs "responsabilités". Ils ne peuvent plus continuer à être expulsés de squats en squats...

La LDH de Gironde demande "que des dispositions urgentes soient prises par la municipalité de Libourne ou par la Communauté d'agglomération du Libournais afin de mettre à disposition un (ou des) terrains(s) avec points d'accès à l'eau, permettant l'implantation de formes d'hébergement transitoires (tentes, bungalows…) pour les saisonniers quelle que soit leur origine ou nationalité". L'association ne décolère pas au regard notamment de la situation des Sahraouis et rappelle, au passage, le statut de travailleur détaché régi par des textes européens qui comportent des dispositions relatives au logement des travailleurs, tout en évoquant la "concurrence déloyale". A défaut, la Ligue des droits de l'homme réclame que des structures d'internat d'établissements publics locaux d'enseignement soient mises à disposition ou réquisitionnés, durant la période des congés scolaires. 

Les élus appellent les employeurs à prendre aussi leurs responsabilitésPour les Sahraouis, les expulsions se multiplient. La semaine dernière, ils ont été contraints de quitter des locaux de la SNCF derrière la gare de Libourne. En juin dernier, ils avaient été évacués de leur campement de fortune installé sous un pont de l'autoroute A89 à Arveyres. Directement visé par ce communiqué, le maire de Libourne, Philippe Buisson a vivement réagi. "Si je comprends et partage la volonté de la Ligue des Droits de l'Homme de Libourne de plaider un accueil décent pour les travailleurs saisonniers, je déplore une nouvelle fois qu'elle n'interpelle que la ville de Libourne et la Cali sur cet objectif dans son dernier communiqué. Aucune interpellation, aucun questionnement vis à vis des élus et collectivités des territoires viticoles qui nous entourent .... C'est à désespérer de voir enfin porter ces importantes questions à la dimension de notre bassin de vie. Nous sommes pourtant les seuls qui agissons en la matière, qui finançons les projets et équipements permettant l'accueil des personnes fragiles sur le Libournais (avec l'Etat, le Conseil général et la Région)", a-t-il déclaré. Mercredi 23 juillet, le préfet de Gironde s'est exprimé sur cette question délicate lors d'une rencontre avec les viticulteurs girondins. "L'État pousse pour la création d'une Maison des saisonniers, et travaille avec les collectivités pour proposer des lieux dignes pour les accueillir", a précisé Michel Delpuech. "Pour les Sharouis demandeurs d'asile, la préfecture leur propose systématiquement un hébergement. Pour les autres, espagnols, ce n'est pas à l'État de régler le sujet. Ils ont un contrat de travail, c'est aux employeurs de gérer le problème", a lâché le préfet. 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
3858
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !