Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'épineuse question du logement des Sahraouis dans le vignoble libournais

26/07/2014 | Il y a quelques jours, une centaine de travailleurs Sahraouis qui "squattaient" des locaux derrière la gare de Libourne ont été évacués

A Bordeaux, des Sahraouis vivaient dans des wagons à animaux

Pour la Ligue des droits de l'Homme, il est temps que soit enfin trouvée une solution au problème récurrent de logement des travailleurs saisonniers dans le vignoble libournais. Jeudi 17 juillet, plus d'une centaine de Sahraouis, travaillant dans les vignes et vivant dans des conditions indignes dans des locaux de la SNCF derrière la gare de Libourne, ont été évacués. Aujourd'hui, dans un communiqué de presse, la Ligue des droits de l'homme demande à ce que les autorités prennent leurs "responsabilités". Ils ne peuvent plus continuer à être expulsés de squats en squats...

La LDH de Gironde demande "que des dispositions urgentes soient prises par la municipalité de Libourne ou par la Communauté d'agglomération du Libournais afin de mettre à disposition un (ou des) terrains(s) avec points d'accès à l'eau, permettant l'implantation de formes d'hébergement transitoires (tentes, bungalows…) pour les saisonniers quelle que soit leur origine ou nationalité". L'association ne décolère pas au regard notamment de la situation des Sahraouis et rappelle, au passage, le statut de travailleur détaché régi par des textes européens qui comportent des dispositions relatives au logement des travailleurs, tout en évoquant la "concurrence déloyale". A défaut, la Ligue des droits de l'homme réclame que des structures d'internat d'établissements publics locaux d'enseignement soient mises à disposition ou réquisitionnés, durant la période des congés scolaires. 

Les élus appellent les employeurs à prendre aussi leurs responsabilitésPour les Sahraouis, les expulsions se multiplient. La semaine dernière, ils ont été contraints de quitter des locaux de la SNCF derrière la gare de Libourne. En juin dernier, ils avaient été évacués de leur campement de fortune installé sous un pont de l'autoroute A89 à Arveyres. Directement visé par ce communiqué, le maire de Libourne, Philippe Buisson a vivement réagi. "Si je comprends et partage la volonté de la Ligue des Droits de l'Homme de Libourne de plaider un accueil décent pour les travailleurs saisonniers, je déplore une nouvelle fois qu'elle n'interpelle que la ville de Libourne et la Cali sur cet objectif dans son dernier communiqué. Aucune interpellation, aucun questionnement vis à vis des élus et collectivités des territoires viticoles qui nous entourent .... C'est à désespérer de voir enfin porter ces importantes questions à la dimension de notre bassin de vie. Nous sommes pourtant les seuls qui agissons en la matière, qui finançons les projets et équipements permettant l'accueil des personnes fragiles sur le Libournais (avec l'Etat, le Conseil général et la Région)", a-t-il déclaré. Mercredi 23 juillet, le préfet de Gironde s'est exprimé sur cette question délicate lors d'une rencontre avec les viticulteurs girondins. "L'État pousse pour la création d'une Maison des saisonniers, et travaille avec les collectivités pour proposer des lieux dignes pour les accueillir", a précisé Michel Delpuech. "Pour les Sharouis demandeurs d'asile, la préfecture leur propose systématiquement un hébergement. Pour les autres, espagnols, ce n'est pas à l'État de régler le sujet. Ils ont un contrat de travail, c'est aux employeurs de gérer le problème", a lâché le préfet. 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
4462
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !