18/12/17 : La Rochelle accueille son premier bus entièrement électrique. Il circulera les deux prochaines semaines sur la ligne Illico4, tranversant le centre historique de la ville. Ce bus silencieux et non polluant a été conçu dans les Deux-Sèvres par Heuliez

18/12/17 : L'assemblée régionale a adopté à l'unanimité ce 18 décembre la convention quinquennale ( 2018-2022) qui lie la Nouvelle Aquitaine et les Centres de Formation d'Apprentis.

18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | Conseil régional: budget 2018 voté sur fond de grogne sociale

    Lire

    Malgré les votes "contre" des élus du Modem, UDI, LR et FN, le Conseil régional, réuni en plénière ce 18 décembre a voté son budget primitif pour 2018. "Rigoureux mais pas de rigueur", selon les termes d'Alain Rousset, il garde un niveau équivalent au BP 2017, soit 3,1 Mds€. Une plénière qui a été marquée par les manifestations de nombreux agents de la collectivité dans et hors l'Hôtel de Région, au regard d'une série de mesures votées par les élus ce même jour, sur l'harmonisation des régimes indemnitaires, des temps de travail et de la protection sociale.

  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L' Euro vu de Cracovie : Ces Anglais qui posent problème

24/06/2012 | La face cachée du championnat d'Europe de football Piotr Czarzasty l'a découvert à Cracovie non loin des supporters anglais qui inquiètent la sécurité.

Euro vu de Cracovie - Rue bloquée par les policiers

L’euro 2012 ne fait pas que des heureux en Pologne. L’arrivée de milliers de supporters représente certes une aubaine pour l’économie locale. Mais c’est loin d’être le cas pour les commerçants de la rue Szczepanska à Cracovie où se sont installés les Rooney, Gerrard et cie. Depuis que la sélection de la rose y a aménagé, leur chiffre d’affaires a chuté jusqu’à près de 50%.

La discretion n’est sûrement pas le point fort des Anglais. Logés à l’hôtel Stary, rue Szczepanska à Cracovie ils n’auraient pu choisir mieux pour se retrouver pratiquement en plein coeur du centre historique de la ville. Leur adresse n’est peut-être pas affichée à tous les coins de rue, mais même les non-initiés au ballon rond, n’auraient aucun mal à les localiser.

Devanture de l'hotel stary ou logent les joueurs anglais

La présence des Anglais est vite trahie par un dispositif de sécurité digne des plus grandes célébrités. Faisant près de 200 m, la rue Szczepanska a été coupée à la circulation sur toute sa longueur. Des barrières bien solides, telles qu’utilisées lors des manifestations, ont été déployées le long des trottoirs pour les séparer de la route. Impossible donc de traverser la rue sans être contraint de faire tout un détour. Pour veiller à ce que personne n’ose emprunter un raccourci et forcer les barrières, une dizaine de policiers et gendarmes veille à maintenir l’ordre.

Des commerces embaricadés pour clients motivés
Un dispositif de sécurité guère encourageant pour tout touriste désirant éventuellement s’aventurer dans ces parages. La situation commence d’ailleurs sérieusement à agacer les commerçants de la rue qui pâtissent du manque de clientèle. « C’est une catastrophe, s’exclame Kama, la manager d’un café lounge situé à deux mètres de l’entrée de l’hôtel Stary. On dirait que c’est la reine en personne qui est arrivée. C’est abusé. L’accès est tellement contraignant depuis la place centrale à côté qu’on n’accueille plus de nouveaux clients qui viendraient nous voir comme ça en passant dans la rue. Heureusement que nos clients réguliers assurent 70 % de notre chiffre d’affaires, sinon on ne s’en sortirait pas ».

« On enregistre 30% de ventes en moins par rapport au mois dernier, observe Klaudia, vendeuse dans un magasin de vêtements pour femmes. On se trouve en fait du mauvais côté de la rue. On est sur le même trottoir que l’hôtel et ceux qui veulent aller au bout de la rue doivent emprunter le trottoir d’en face. Donc même si les gens nous voient, ils n’ont pas envie de faire le détour. On n'a qu’une vingtaine de personnes par jour, toutes des clientes régulières. Les autres ne parviennent pas jusque ici. »

50% de pertes

Même son de cloche chez Jakub, proriétaire d’une chaîne de magasins de jouets : « J’ai cinq magasins en ville. Il y a moins de touristes que l’an dernier, c’est vrai, mais parmi les cinq, celui que j’ai ici note les pires résultats. Je crois qu’on n'a pas vendu la moitié de ce qu’on avait écoulé l’an dernier à la même époque ».

La situation empire lors des déplacements de la sélection anglaise. « La rue est envahie par les supporters. Les gens sont tellement nombreux qu’ils bloquent l’entrée des commerces, décrit la manager du Café lounge. L’autre jour, on avait un couple qui ne pouvait plus sortir de chez nous, tellement il y avait de monde dehors. Et je ne vous parle plus de ceux qui voudraient nous rendre visite à ce moment là. C’est même pas la peine d’essayer. Si encore ces supporters venaient prendre un verre ici, mais ce n’est pas le cas », déplore-t-elle.

Souffrir plus pour gagner plus

Euro vu de Cracovie - Mesures de sécurité

Du côté de la mairie on minimise les difficultés des commerçants. « Je peux comprendre qu’à ce moment précis il puisse y avoir des personnes mécontentes, mais les pertes que ces gens enregistrent aujourd’hui vont être, j’en suis sûr, récompensées dans les mois et années à venir », assure Filip Szatanik, responsable du département tourisme et promotion. La municipalité compte sur un effet boumerang de l’euro 2012. « Je pense que les supporters anglais, italiens et hollandais, dont les sélections sont basées chez nous, vont devenir les nouveaux ambassadeurs de la ville dans le monde. Il n’y a pas de meilleure promotion pour la ville, souligne le porte-parole. Plus tard, des touristes voudront sûrement visiter la rue où logeaient les joueurs anglais, s’arrêter dans le même hôtel où ils sont restés ou encore acheter dans les mêmes enseignes qu’eux. Ce ne pourra être que bénéfique pour notre économie ».

La sécurité avant tout
Ce qui interroge cependant c’est la flagrante différence de traitement entre les sélections anglaise et hollandaise. Cette dernière était aussi logée en ville, dans un lieu plus excentré mais non moins touristique des abords de la Vistule. Pourtant, aucune rue n’y a été coupée de la circulation. Le nombre de fonctionnaires se trouvant aussi diminué. « Il n’existe pas de traitement de faveur, affirme l’inspecteur Dariusz Nowak de la police municipale de Cracovie. Il n’y a pas d’équipe plus importante que d’autres. L’ampleur du dispositif de sécurité dépend notamment du nombre de fans. Il se trouve que les Anglais aiment bien Cracovie. Ils viennent chaque année et là avec la présence de leur équipe ils sont plus nombreux que les supporters hollandais. Il est donc normal que le dispositif de sécurité soit plus important pour assurer la sécurité de la sélection anglaise », explique le sergent.

Les commerçants ne l’entendent pas de la même oreille et n’hésiteront pas à demander des dédommagements. Pour le moment ils ne souhaitent qu’une chose : « Tout ce qu’on veut c’est qu’ils soient éliminés le plus vite possible », s’indignent les gérants d’un salon de thé inauguré il y a deux semaines. Les joueurs anglais sont prévenus.

Piotr CZARZASTY
Par Piotr CZARZASTY

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
725
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !