18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L’Europe face à la pauvreté : la député européenne Élisabeth Morin-Chartier en conférence à Bordeaux

20/01/2013 | Élisabeth Morin-Chartier est également membre de la Commission de l'emploi et des affaires sociales et rapporteur permanent pour le Fonds social européen.

L’Europe face à la pauvreté : les réponses de la députée européenne Élisabeth Morin-Chartier

Que peut faire l’Europe pour résorber la pauvreté ? Quelles marges de manoeuvre ? Quelles limites ? Voici quelques-unes des problématiques qui seront soulevées et débattues lors de la prochaine conférence organisée par l’association les Bruits de la rue jeudi 24 janvier en compagnie d’Élisabeth Morin-Chartier. Députée PPE au Parlement européen, la femme politique française, ancienne présidente de la région Poitou-Charentes contactée par la rédaction d’Aqui.fr, revient sur les constats et projets européens mis en place pour affronter la crise économique et sociale que rencontre l’Europe.

@qui! - Comment réagissent les états membres de l’Union européenne (UE) face à la pauvreté ? Que se décide-t-il au parlement pour soutenir les 16,4 % d’Européens qui rencontrent actuellement de lourdes difficultés sociales et économiques ?

Élisabeth Morin-Chartier : Depuis 1957, le Fonds social européen aide des millions d’Européens à trouver un emploi, acquérir de nouvelles compétences et trouver un meilleur poste. Alors que sur la période 2007-2013, l’UE a distribué environ 75 milliards d'euros à ses états membres et ses régions, en 2014-2020, son montant passera à 80 millions d’euros. De plus, depuis la création du projet Europe 2020 (voir encadré) il y a deux ans, l’un des principaux objectifs de l’UE est de favoriser l’inclusion professionnelle et sociale en soutenant des projets de terrain menés par des associations, entreprises, branches professionnelles, etc.

 

@qui! - Votre acharnement a permis la prolongation de l’aide alimentaire européenne pour 2013 et vous luttez ardemment pour son renouvellement menacé sur la période 2014 à 2020. Les chefs d’État et de gouvernement européens vont-ils finir par s’accorder sur le cadre budgétaire ?

E.M.-C. - Le problème ne se situe pas au niveau du Parlement européen, mais bien au niveau du Conseil des états membres. Quelques pays qui opèrent un repli nationaliste, l’Allemagne en tête, ne souhaitent plus soutenir la population européenne précaire dans sa globalité, mais uniquement ses propres ressortissants. Tout cela est à mon avis en parfait désaccord avec les fondements même de l’Europe et plus particulièrement le Traité de Maastricht qui dans son préambule rappelle bien la solidarité entre les États membres et leurs populations. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire de consolider l’axe franco-allemand grâce aux députés français, leurs homologues allemands et partis politiques des deux versants, en stimulant les projets sur le terrain et en construisant des leviers franco-allemands. C’est urgent !

@qui! - L’UE fait depuis quelques années, face à une importante vague de migrants économiques, qu’ils soient ressortissants européens ou non, comment gère-t-elle la situation ?

E.M.-C. - Un des ses principaux objectifs est de renforcer la cohésion sociale au sein de l’UE. Seulement, en comparant le salaire moyen brut de la Suède par exemple qui est de 2800 euros par mois et celui de la Bulgarie qui tourne autour de 120 euros, on comprend facilement que cela prendra beaucoup de temps et l’impatience des ressortissants des pays du sud et de l’est de l’Europe qui souhaitent eux aussi avoir leur part du gâteau. Mais ce n’est pas tout. L’Europe à elle seule ne peut résorber la pauvreté et l’exclusion sociale. Chaque état membre doit chercher à converger avec ses homologues, que ce soit au niveau des salaires bien sûr, mais aussi de la santé, du travail, de la qualification professionnelle, de l’accès au logement, etc.

Concernant les migrants qui ne sont pas de nationalité européenne, il est primordial de rappeler que le fossé économique et social entre le sud de l’Europe et le nord de l’Afrique, large d’une quinzaine de kilomètres seulement, est unique au monde. Le territoire européen reste malgré la crise, extrêmement attractif pour le niveau de vie et les perspectives professionnelles qu’il offre. Malheureusement, ce sont les premiers à être touchés de plein fouet par la crise. En Espagne par exemple, 50 % des personnes qui sont actuellement au chômage sont toutes étrangères, souvent issues d’Afrique. Comment nourrir, loger, etc. une population qui est arrivée au terme de ses droits au chômage ? Alors que ses propres ressortissants se précarisent peu à peu. Ce sont des questions auxquelles l’Europe tente de réfléchir et d’apporter des solutions comme la mise en place d’un contrôle assidu de la migration au niveau des frontières par exemple ou encore en optant pour une politique de migration, mais aussi en légiférant sur la mobilité des travailleurs en général.

L’Europe prévoit 20 millions de pauvres en moins en 2020

La stratégie Europe 2020 promeut l’inclusion sociale, en particulier par la réduction de la pauvreté, en cherchant à ce que 20 millions de personnes au moins cessent d’être confrontées au risque de pauvreté et d’exclusion. Cet indicateur résume le nombre de personnes qui sont menacées par la pauvreté et/ou vivent dans le dénuement matériel et/ou vivent dans des ménages à très faible intensité de travail. Pour en savoir plus sur la stratégie Europe 2020.

  L’Europe face à la pauvreté : les réponses de la députée européenne Élisabeth Morin-Chartier

 

Conférence des Bruits de la rue « L'Europe face à la pauvreté » ? Avec Élisabeth Morin Chartier, jeudi 24 janvier 2013 à 19 heures dans l’amphithéâtre Pitres, faculté Bordeaux Ségalen, place de la Victoire à Bordeaux. À noter que les portes seront fermées après 19 h 30.

--> Retrouvez les Bruits de la Rue sur Facebook et sur Twitter.

Claire Sémavoine
Par Claire Sémavoine

Crédit Photo : claire Sémavoine

Partager sur Facebook
Vu par vous
1672
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !