15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | L'habitat participatif s'invite à Bordeaux

17/03/2015 | Un projet de construction de 20 logements en "habitat participatif" pourrait voir le jour sur la rive droite de Bordeaux. Un projet singulier.

Ce projet fait partie du futur Ilot A7, rive droite

Un parc d'une vingtaine de logements dits en "habitat participatif" pourraient voir le jour en 2017 sur la rive droite de Bordeaux, quais de Brazza. L'initiative, portée par le COL (Comité ouvrier du logement), coopérative HLM indépendant, a vocation à être moins cher que les prix actuels du marché, et à impliquer les futurs acquéreurs dans les travaux de leurs futurs appartements. Une vraie petite communauté "collective", qui séduit de plus en plus et qui pourrait bénéficier de l'aura du quartier écolo pour se revendiquer comme une nouvelle initiative de la consommation collaborative.

C'est une initiative qui, depuis la loi Alur, a tendance à se multiplier. Un projet d'habitat participatif pourrait prochainement voir le jour à Bordeaux. Proposé par le COL (Comité ouvrier du logement), le projet serait constitué d'une vingtaine de logements en accession sociale à la propriété ou PSLA (Prêt Social Location Accession, c'est à dire le même mode d'accession que le récent projet de logements sociaux de Bruges). Moins chers que les prix du marché (1850 euros du mètre carré environ, contre 3000 euros pour les prix moyens dans le secteur) et accessibles à des foyers gagnant entre 1 et 3 SMIC (jusqu'à 5 pour des familles avec enfants), le projet se fonde sur l'entente des futurs acquéreurs, réunis autour de réunions publiques (une toutes les deux semaines, ce qui rallonge le processus de construction d'environ 8 mois) avec le soutien de l'AERA (Action études et recherches sur l'architecture), association qui promeut ce type d'habitat. Enfin, ce sont les futurs acquéreurs eux-même, en accord avec un architecte, qui définissent l'agencement de leur futur logement ! 

Une idée pour renforcer les liensComme l'explique Imed Robbana, directeur général du COL, "notre modèle fait appel au peuple. Au départ, le groupe ne se connaît pas. Puis il se forme, il se solidifie. Le projet est fait par les habitants. Le but, c'est de développer du lien social avant même que le bâtiment ne soit construit, pour éviter des conflits comme c'est souvent le cas dans des types de logements classiques". "Tous les risques sont pris par le COL, nous avons un rôle protecteur, contrairement aux autres types d'habitats participatifs. Bien sûr, nous sommes là pour les épauler, leur éviter des éventuels surcoûts infinançables. Mais contrairement au logement social, au départ la feuille est blanche", souligne à son tour Bertrand Bouru, président du comité.

Une idée qui séduit notamment un certain nombre de personnes agées, rassurées et moins isolées. L'organisation fonctionne sur une mise en commun des services : chacun propose des idées, notamment la garde d'enfants, le co-voiturage... le tout dans un dispositif d'entraide et de développement du lien entre les personnes. "C'est une solution qui marche très bien pour le maintien à domicile", s'étonne Bertrand Bourru.  Ainsi, les urbanistes définissent des critères de base, et chacun propose ensuite son propre plan de logement, chaque foyer comptant pour une voix lors de la création du syndic (qui peut être soit proposé par un opérateur, soit formé à titre bénévole). 

Un besoin croissantEt le COL n'en est pas à son coût d'essai : ce comité crée dans le Pays Basque il y a 60 ans, a déjà développé d'autres projets de ce type. Parmi eux, un parc similaire de 46 logements à Bayonne au sein de l'écoquartier du Séqué. Sur les 46, 85% sont déjà commercialisés et 45% restent à des prix compétitifs. Le parc, dont la livraison est prévue pour fin 2016, bénéficiera d'une buanderie commune, d'un atelier de bricolage, de jardins partagés ou encore d'une salle polyvalente. Un troisième plan de 36 logements, dont les travaux débuteront en juin 2016, doit être livré en 2017 à Bilière. 

"Ca répond essentiellement à des besoins", confie le directeur du COL. Autre particularité de ce système : le logement sera ensuite livré clé en main et entièrement fonctionnel, sans autres travaux à effectuer ni installation d'électricité (entre autres). En moyenne, le prix de ces logements est inférieur de 30% aux prix habituels. Et ils se multiplient en France : on en comptait 231 en 2011 et déjà 416 en 2013. Les multiples garanties et l'accompagnement du COL vont sans doute aider à mettre Bordeaux dans le mouvement. La première réunion sera publique, ouverte à tous. Elle est prévue le 19 mars prochain au centre d'animation Queyries, sur la rive droite, à 18h30. Plus d'infos  : http://www.lecol-bordeaux.com/

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5815
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !