Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/10/20 : Suite au nouvel attentat perpétré ce matin à Nice, la Ville de Périgueux annonce que ses agents et élus observeront une minute de silence ce jour à 17 h, dans le respect des mesures sanitaires

30/10/20 : Ambassade et vitrine de la région à Paris, la Maison de la Nouvelle-Aquitaine ferme ses portes aujourd'hui le temps du confinement. Elle assure néanmoins un drive de produits régionaux pour les parisiens le mercredi 4 novembre, sur réservation.

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/10/20 | Confinement: l'Aéroport de Bordeaux s'adapte

    Lire

    L'Aéroport de Bordeaux réenclenche les mesures adaptées de son plan de continuité de service, qui lui permet d'assurer ses missions prioritaires dans le maintien des conditions sanitaires renforcées. La desserte aérienne programmée jusqu'à la fin de ce week-end est à ce jour inchangée. A compter du 2 novembre, le traitement des vols sera opéré intégralement dans le Hall A. Seront maintenus le service de navette entre le parc P4 et l'aérogare, la Navette 30'Direct entre la gare Saint-Jean et l'Aéroport, le bus Liane 1 qui relie le centre de Bordeaux, les locations de véhicules, un service minimum de commerces autorisés.

  • 30/10/20 | LISEA s'engage avec l'Office Français de la Biodiversité

    Lire

    Le 29 octobre, lors du World Impact Summit à Bordeaux, le concessionnaire de la LGV Sud Europe Atlantique a conforté son engagement pour la préservation de la biodiversité. L'Office Français de la Biodiversité porte le programme "Act4Nature France", qui rassemble 80 entreprises pour enrayer l'érosion de la biodiversité. En rejoignant ce programme, LISEA s'engage à créer, restaurer et gérer des sites naturels favorables aux espèces protégées à proximité de la LGV. Selon Hervé le Caignec, Président de LISEA, "c'est une action supplémentaire qui montre notre engagement pour la protection des territoires traversés par la ligne".

  • 30/10/20 | Un tiers-lieu hybride dans les Deux-Sèvres

    Lire

    La Colporteuse à Argentonnay dans les Deux-Sèvres est depuis 13 ans un lieu d’expérimentation du vivre ensemble et de la citoyenneté. Elle a décidé de développer de nouveaux services avec la mise en place d’un espace de coworking afin de répondre aux nouvelles formes de travail. La Région Nouvelle-Aquitaine s’associe à ce projet et apporte une aide de 60 000 euros afin de permettre le développement de ce lieu.

  • 30/10/20 | La Région soutient le laboratoire départemental de recherche de la Dordogne

    Lire

    La Région a attribué 24 545 euros au Laboratoire Départemental d'Analyse et de Recherche de la Dordogne (Coulounieix-Chamiers) pour des investissements en matériels. La collectivité a souhaité initier un réseau sentinelle de suivi de stations d'épuration en zones touristique pour anticiper une reprise de l'épidémie en période estivale. Le Laboratoire de la Dordogne a souhaité intégrer la démarche et a sollicité la Région pour l'achat d'une ultracentrifugeuse et d'un congélateur permettant le stockage des échantillons avant analyses.

  • 30/10/20 | La manufacture d’Artoria se dote d’équipements numériques

    Lire

    Grâce au soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, à hauteur de 55 255 euros, la manufacture d’Artoria fabriquant des contenants et flaconnages en porcelaine en Haute-Vienne, va lancer une plateforme multilingue pour accroître sa visibilité à l’international. Cela va aussi lui permettre de capitaliser sur son savoir-faire en créant une marque de produits spéciaux « made in Limoges » en direction du grand public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'image : un outil au service de la parole citoyenne

23/10/2019 | C'est sur le thème de l'image -docu ou reportage- que l'équipe des 4 Médias a choisi de plancher en ce mois d'octobre.

4 médias octobre 19 une

A l'occasion de cette période riche en événements audiovisuels (Festival International du Film Indépendant de Bordeaux ou "FIFIB" du 15/10 au 21/10), o2 radio a choisi pour son émission mensuelle des 4 Médias de s'intéresser à la question suivante : comment l'image nous raconte-t-elle et comment peut-elle se mettre au service de la parole citoyenne ? Pour y répondre, Anne-Sophie Novel, journaliste, Alexis Moreau, réalisateur et auteur de nombreux documentaires ainsi que Nouria Ferhati et Siham El Fahem, comédiennes lors de tournages dans des quartiers de la Métropole ont apporté leurs témoignages.

Mois du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux oblige, c'est donc à l'image qu'o2radio a choisi de s'intéresser pour cette nouvelle édition des 4 Médias ; une émission rassemblant autour de la radio cenonnaise, le site d'info régional Aqui.fr, le magazine de la rive droite l'Echo des Collines et le Blog d'Aïcha Chapelard, journaliste indépendante.

Reportage de terrain, documentaire ou pure fiction, l'image et plus particulièrement la vidéo, représente il est vrai, aujourd'hui, un mode de communication incontournable, permettant, comme aucun autre média, de restituer avec justesse la force des événements qui impactent la vie. Diffusé à l'occasion du FIFIB 2019, « Bulles d'air », court métrage signé Daouda Diakhaté, jeune réalisateur pessacais, en atteste. « Le film raconte l'histoire d'Omar, un jeune homme qui sort d'un long séjour en Hôpital Psychiatrique et qui, malgré l'aide de ses amis et de sa famille, finit par se suicider. C'est tiré d'un fait réel. Omar, je l'ai connu. J'ai grandi avec sa sœur », explique avec émotion Siham El Fahem, jeune comédienne qui a participé au tournage et également joué dans « Ramdam », du réalisateur bordelais Zangro. Un film qui évoque les nombreuses péripéties qui agitent une mosquée. « L'objectif était de dédramatiser l'Islam, précise Nouria Ferhati, également comédienne sur ce tournage », rappelant au passage, l'importance de ce cinéma-témoignage où apparaissent des gens du quotidien ; le réalisateur ayant fait le choix de ne pas prendre d'acteurs professionnels mais des gens sur le terrain et les seconds rôles ayant même été recrutés dans des lieux de prière. Un point de vue que partage Siham El Fahem : « C'est dur d'entendre des choses tous les jours à la radio ou la télévision sur la religion. Zangro nous a mis en avant avec un ton humoristique et démystifié. On a porté un message fort car le film a largement été diffusé et primé. J'en suis fière », poursuit-elle.

L'image à l'épreuve des faits

Un cinéma qu'Alexis Moreau qualifie de « thérapeutique », de libérateur.... Réalisateur ancré dans la réalité crue des affrontements sociétaux, il filme depuis plus de dix ans, les grands mouvements sociaux qui secouent le pays.

Un choix revendiqué. « En tant que réalisateur ayant travaillé au sein des systèmes broadcast de la TV -qui formatent beaucoup-, j'avais envie de prendre un angle différent, plus en lien avec mes premières amours de fac : le travail sur la sociologie et l'ethnologie contemporaine. D'où cette façon de tourner, un peu incongrue », précise ce professionnel qui, depuis 2008, a couvert tous les événements qui ont fait date : gréves, mouvements liées aux retraites, à la PMA, les mouvements LGBT...

« Tout comme Frederick Wiseman qui adopte une approche sociologique, il me semble que les films les plus intéressants sont ceux qui ne comportent ni propos, ni commentaire de l'auteur. Je fais oublier la caméra. Mon but est d'être un témoin. Je laisse les images et les propos parler d'eux-mêmes », précise-t-il, appréciant ainsi de laisser au spectateur la possibilité d'analyser et de se faire une idée par lui-même ; ces sujets étant « inscrits en chacun ». Un véritable « work in progress » qui témoigne des évolutions et parfois des dérives de la société mais qui, question de forme ou de fond et de l'avis même du réalisateur, n'a pas sa place dans un média classique. Des médias dont la finalité première est pourtant de rendre compte des faits. Alors, à une époque où les journalistes sont de plus en plus décriés, que reste-t-il aujourd'hui du rôle qui leur était dévolu? Une question qui amène aussi, par extension, à s'interroger sur l'évolution de ce métier.

4 médias octobre 19

Le journalisme : un métier au service de la parole citoyenne ?

Journaliste indépendante depuis plusieurs années, Anne-Sophie Novel a déjà eu l'occasion de mesurer la défiance dont fait l'objet la profession. « Globalement, je me suis rendue compte que c'était le fonctionnement même des médias qui posait problème. Il est primordial de nous emparer de notre hygiène informationnelle », précise-t-elle.

Un constat qui l'amène à se positionner en tant qu'observatrice et à réaliser « Les médias, le monde et moi »(1), film dont l'objet est précisément de trouver l'origine du problème. « Ce travail a demandé cinq ans et au moment du montage, en novembre dernier, les premières manifs des Gilets Jaunes ont éclaté et des journalistes ont été agressés. La violence est vraiment sortie des écrans. Je trouvais ça symbolique; et ce d'autant plus que ces faits n'ont pas été condamnés par tout le monde », poursuit-elle.

Fort de plusieurs récompenses, le film est diffusé dans les festivals et les écoles de journalisme, mais pas à la TV française (« alors que les belges l'ont immédiatement pris ! »).

La cause ? « Il semble compliqué de parler de journalisme à la télévision française et ce média prend peu de projets clé en main », note l'auteur qui précise que cela force aussi à être plus proche du public, à être innovant, créatif, à faire différemment. « A une heure où tout le monde fait de l'info, on doit apprendre à se poser d'autres questions et à revoir notre rôle de journaliste. Il ne s'agit plus seulement d'éclairer le présent mais d'avoir un rôle de médiateur pour éclairer l'avenir. Pour moi, c'est renouer un socle de valeurs, de la confiance autour de choses très affirmées mais qui permettent de savoir d'où on part et comment. On peut s'obliger à être le plus neutre possible mais c'est aussi une posture que de dire qu'on a une opinion, qu'on vient d'un milieu social ou culturel donné », concède-t-elle, avant de préciser qu'amener à réfléchir plutôt que d'imposer une idée devrait être la finalité du journalisme de demain. L'auteur rappelant au passage l'importance de l'engagement vis à vis du public, le fait d'échanger avec lui, comme dans les médias participatifs ou collaboratifs : « Un média, c'est aussi un lien, un outil. Le format n'a pas vraiment d'importance. Tout est dans la façon de mener une enquête, dans la façon d'impliquer les gens ».

Un ton décalé qu'elle adopte notamment pour créer la revue Far West : « L'idée était de proposer une info locale un peu différente des grands médias qu'on connaît ici. Quelque chose à mi-chemin entre la Revue XXI qui prend le temps long, l'utilisation de la vidéo et Médiapart qui va investiguer. L'objectif étant d'avoir cette approche éditoriale en pariant sur le fait qu'il n'y aurait pas de pub et qu'on obtiendrait le soutien du public. Le fait de mener l'enquête autour d'un documentaire et en même temps de créer un média local nous a permis de nourrir de nombreuses réflexions, mais aussi de réaliser que ce n'était pas facile et qu'il fallait s'accrocher ». Certains journalistes n'hésitant pas non plus à sauter le pas en passant à la fiction pour raconter une histoire.

Évoquant « Bulles d'air » et « Ramdam », Anne-Sophie Novel reconnaît, pour sa part, être persuadée de l'impact du fictionnel pour transmettre des messages forts : « ça passe (aussi) par des romanciers, des artistes et des professions autres que journaliste pour expliquer le monde qui vient ».

Faut-il pour autant en déduire que le journalisme de terrain n'a plus d'utilité ? « On est dans un monde très consumériste où les jeunes, avec le web, n'ont pas assez d'esprit d'analyse. Les journalistes sont importants. Ils portent la voix de toutes les personnes qui sont perdues dans ce monde de consommation à outrance, pour qu'on ne devienne pas de purs produits de cette consommation », conclut Alexis Moreau.

(1)A noter également un livre et une web série réalisée avec l'INA récemment diffusée.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
5046
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !