Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/18 : Jean-Louis Comolli est le lauréat du Prix François Mauriac 2018 pour son ouvrage Une terrasse en Algérie (Éd. Verdier). Le prix lui sera remis le 5 octobre par Alain Rousset et Jean-Noël Jeanneney, président du jury.

25/09/18 : Charente-Maritime : la préfecture lève à compter du 26 septembre les mesures de restriction d'eau sur le bassin de la Seugne en Saintonge. Les autres bassins restent en alerte crise ou alerte été jusqu'à nouvel ordre.

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/18 | Intempéries, ZDS, prédation : l'agriculture 64 ne lâche rien

    Lire

    Les élus de la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques, se sont réunis en session plénière mardi 25 septembre à Larrau. L'occasion de réaffirmer leurs positions sur 3 sujets principaux que sont les intempéries et les accompagnements à mettre en place, dont la reconnaissance de calamités agricoles; le nouveau zonage Zones Défavorisés Simples, et la demande d'un plan B pour les éleveurs des communes sortantes, et enfin la prédation, les élus souhaitant l'abandon du projet de réintroduction d'ours, et la mise en œuvre par la Préfecture des moyens nécessaires à l’éradication des hybrides chien/loup.

  • 26/09/18 | Béarn, les anti attendent les ourses dans la forêt

    Lire

    Alors que F. de Rugy évoquait des lâchers «en toute discrétion», selon la Fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne ceux-ci pourraient avoir lieu ce samedi 29 septembre en vallée d’Aspe. «Depuis la nuit dernière, les opposants aux réintroductions d’ours ont investi la forêt. En Béarn, rive gauche comme rive droite de l’Aspe, d’innombrables anonymes se sont transformés en guetteurs, souvent armés», poursuit le communiqué. Une clandestinité «réponse des montagnards à un Ministre contraint de dissimuler les réintroductions d’ours tant elles sont anti-démocratiques et anti-écologiques.» Ambiance.

  • 26/09/18 | Philippe Martinez en terre lot-et-garonnaise le 28 sept.

    Lire

    Le comité régional CGT Aquitaine organise une rencontre des Unions Locales les 27 et 28 septembre au Temple-sur-Lot (47). «Face aux attaques incessantes du gouvernement et du patronat, l’objectif de cette rencontre régionale est notamment de partager les expériences sur l’ensemble des territoires (…), en s’imprégnant des mutations profondes de nos territoires et de l’évolution du salariat». Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, participera à la journée du 28.

  • 26/09/18 | Rochefort célèbre l'énergie solaire en octobre

    Lire

    Dans le cadre du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) de la communauté d'agglomération Rochefort Océan (CARO), le Point Info Energie organise différents évènements autour de l'énergie solaire : une exposition sur les énergies renouvelables, place Colbert; une conférence sur le solaire et l’habitat, le 11 à 18h à la médiathèque ; des Visites de maisons équipées d’un système solaire ou bénéficiant d'une rénovation énergétique globale ; un film "Power to Change" à l'Appolo. Sur réservation.

  • 26/09/18 | Charente-Maritime : les Antilles de Jonzac, premier site labellisé Sécuri-Site

    Lire

    L'espace Aqua-ludique des Antilles à Jonzac va être le premier site touristique du département labellisé "Sécuri-Site", à partir du 27 septembre. Ce label est attribué par la préfecture sur plusieurs critères de protection et de sécurité interne et externe du site comme les mesures de prévention humaines (gardiennage, formation), organisationnelles (chaîne de sûreté, fiches réflexe) et techniques (protection de bâtiment, vidéo-protection), ainsi que les mesures prévues en situation de crise.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Grand entretien: Mahmoud Doua Imam de Cenon: "L'Azerbaïdjan et le Qatar appuient le Centre Culturel Musulman de Bordeaux"

03/03/2014 | Le projet du Centre Culturel Musulman de Bordeaux comptera sur l'appui financier de l'Azerbaïdjan et du Qatar, selon l'Imam de Cenon, Mahmoud Doua.

L'imam de la mosquée de Cenon, Mahmoud Doua

Mahmoud Doua a quitté la Mauritanie en 1990 pour finir son doctorat de Sciences Po en France. Il n'imaginait pas y rester ni devenir imam. "C’était le destin, plutôt". Alors, il a été convaincu de se lancer vers l'enseignement religieux des enfants. Son engagement en faveur d'un Islam "adapté" à la République se poursuit. Vendredi 14 février, prière à la mosquée de Cenon. L’imam appelle les fidèles à renforcer leur confiance en Dieu. Lors de notre rencontre il se déclare confiant dans le projet de la grand mosquée de Bordeaux qui sera installée au sein du futur Centre Culturel Musulman. L’Azerbaïdjan et le Qatar appuient ce projet.

@qui! -  Un sondage récemment publié* montre que plus d'un français sur trois dit adhérer aux idées du Front National. Comment cela affecte-t-il la communauté musulmane?
Mahmoud Doua - 
C'est inquiétant. L’Islam est devenu un enjeu électoral. C'est jouer avec la peur des gens. On constate cette dérive dans toute la classe politique, que ce soit de gauche ou de droite. C'est une situation d'incertitude que traverse toute l'Europe, liée essentiellement à l'emploi, mais aussi aux visions du monde : de la famille, l'individu... On est vraiment dans un brouillard le plus total. Et le plus facile et le plus dangereux c'est de jouer avec la peur des gens. Le thème de l'Islam fait peur. Malgré ça, je refuse de tomber dans le piège, de considérer la France comme islamophobe ou comme raciste. Elle ne l'est pas du tout. Même ceux qui votent FN.

@qui! -  (De suite, l'imam parle des problèmes internes des musulmans, sans que nous lui posions la question)
M.D.
Les musulmans sont une communauté ordinaire qui est confrontée aux mêmes problèmes qu'une grande partie de la population. Il n'y a pas une cohabitation, on est dedans. On est Français. Il y a effectivement parfois des dérives, comme dans toutes les communautés, mais ce sont des gens qui n'ont pas beaucoup de connaissances religieuses, qui subissent la pression quotidienne ou qui se laissent faire par le radicalisme. Il est de notre responsabilité de musulman, surtout les cadres religieux, de trouver la meilleure lexis, la meilleure formule canonique et théologique pour adapter l'Islam et se faire accepter. On n'a pas de problème avec le droit français; on à un problème avec la mentalité française.

Il faut que nos enfants restent dans l'école publique

@qui! -  Comment peut-on réussir cette adaptation de l'Islam?
M.D.
Il y a un travail des deux côtés. Du côté musulman, certains imams, la plupart formés à l'étranger, ne sont pas prêts à développer un discours pour encadrer la pratique musulmane. Ils n'ont pas les moyens pour bien comprendre la société française, la laïcité, l'histoire, etc. Mais, paradoxalement, le problème n'existe pas, ni dans les textes religieux ni dans la laïcité elle-même. La laïcité est faite pour gérer la pluralité religieuse. Par contre, de l'autre côté il y a une approche de la laïcité très idéologisée. Par exemple, le fait de porter le foulard est minime par rapport à la prière et une pratique minoritaire, mais il a un poids identitaire et culturel qui est très fort. Ça peut créer un problème à partir du moment où il existe une loi qui interdit aux filles de porter leur voile à l'école. Les musulmans vont développer des écoles de confession privées et on va tomber dans le communautarisme. Nous ne voulons pas ça; il faut que nos enfants restent dans l'école publique.

@qui! -  Est-ce qu'on peut contrôler les influences du néo-wahabisme (courant littéraliste radical musulman)?
M.D.
Dans les mosquées on essaye de diffuser un discours d'une grande profondeur théologique, avec une bonne dimension spirituelle et ouverte sur la société. Ça c'est notre conception et celle de la majorité de la communauté musulmane. Après, certains imams n'ont pas les moyens pour maîtriser la connaissance de la société française. Ce sont des cas qu'on ne peut pas contrôler; on ne peut pas faire autrement.

Participation politique

@qui! -  Nous sommes proches des élections municipales. Les musulmans, dites-vous, doivent faire confiance à Dieu, mais est-ce qu'ils doivent s'engager aussi politiquement pour résoudre ces problèmes?
M.D.
Oui. Ils sont absents du monde politique. Ils sont discriminés, comme d'autres citoyens (lors de la prière mentionnée, l'imam a prêché affirmant que les peurs devant la recherche d'emploi ou le racisme sont causées par un manque de confiance en Dieu) . Mais au lieu de s'enfermer ou de sentir la frustration et après de l'exprimer de manière radicale, il vaut mieux s'engager sur le terrain politique. Défendre ses droits, travailler avec les élus, être inscrit sur les listes électorales...

@qui! -  Qui doit susciter cette participation politique? Est ce vous, les imams?
M.D.
On peut l'inciter sur le plan moral. J'ai cité l'exemple du prophète. Avant de devenir musulman il a fait des pactes, une sorte de parti, pour défendre la justice. Je n'ai pas besoin d'afficher mon Islam, je peux rencontrer d'autres citoyens qui défendent les mêmes projets que moi. Nous avons une association qui s'appelle Jeunes Musulmans de Gironde qui incite ces jeunes à jouer, pleinement, de leur citoyenneté. À Bordeaux, on développe aussi beaucoup le dialogue entre religions. Par contre, en tant qu'imams, on ne veut pas prendre de position politique. On n'a pas le droit et on ne veut pas jouer ce rôle.

Centre Culturel Musulman de Bordeaux

@qui! -  A quel stade en est le projet de la grande mosquée de Bordeaux à La Bastide ?
M.D.
Sur le Centre Culturel Musulman de Bordeaux on a déjà l’unanimité de toute la société civile. Il y aura un volet culturel pour les musulmans, mais la plus grande partie sera, bien sûr, ouverte à tous les bordelais. On pourra assister à une conférence, à des spectacles, voir un film ou manger au restaurant. L'acquisition du terrain est faite. Le Conseil Municipal de Bordeaux a approuvé la vente. Maintenant on reste tributaire du financement; c'est une grande question, car le coût est de 19 millions d'euros. Pour le moment il n'y a rien, mais nous avons des pistes. On veut faire contribuer tous les citoyens, qu'ils soient musulmans ou pas. On a déjà contacté des hommes d'affaires, des entrepreneurs bordelais, des acteurs de cinéma... Il y a de bonnes promesses. Après, on va pister la liste des pays. On compte déjà sur l'appui de l'Azerbaïdjan et du Qatar, mais à condition que l'aide ne soit pas conditionnée. Le plan de la collecte est fait ; nous commencerons en avril, une fois que le cabinet d'architectes chargé du projet aura été choisi par un concours.

@qui! -  La division interne de la Fédération Musulmane de Gironde**, a-t elle causé des dégâts au sein de la communauté musulmane?
M.D.
En interne, oui. Ce n'était pas une question de vision ou radicalisme, c’était de l'ego. Ça a provoqué une période difficile au sein des mosquées. Mais grâce à Dieu, c'est fini. C'était une tempête pour enlever les feuilles mortes....

@qui! -  La restriction du droit à l'IVG est arrivée en Espagne et c'est un sujet qui peut ressurgir pendant les élections européennes. Faut-il interdire l'avortement?
M.D.
C'est un débat national. Nous sommes contre l'avortement, bien sûr, mais pas totalement. (Pendant la prière M.Doua a également mentionné le thème: "Un femme veut avorter parce que son partenaire l'a abandonnée. C'est ça une vraie musulmane?"). Il y a des cas où l'avortement est possible, parce que chez les musulmans ce sujet est dans le droit, pas dans la croyance comme chez les catholiques. Pour nous il est interdit par principe, mais il y a des cas, un viol par exemple, où ce n'est pas interdit.

*Réalisé par TNS Sofres pour Le Monde, France Info et Canal+
**Lors d'une assemblée générale en novembre 2010, Jawad Rhaouti a été réélu président de la FMG sur fonds d'accusations d'irrégularités. Après que le Tribunal de Grande Instance ait validé un nouveau collège électoral, une deuxième assemblée a designé Mokhtar Noui président en septembre 2011.

Pau Dachs
Par Pau Dachs

Crédit Photo : Pau Dachs

Partager sur Facebook
Vu par vous
5008
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !