Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'interpellation d'enfants de six et dix ans à la sortie de l'école de Foirac fait scandale.

22/05/2009 |

Une école

Les méthodes employées par la police apparaissent disproportionnées. Mardi, deux enfants de 6 et 10 ans, soupçonnés de vols de vélos, ont été interpellés par six policiers à la sortie de leur école à Floirac, dans la banlieue bordelaise et emmenés au commissariat. Aujourd'hui, les mères des enfants s'émeuvent des conditions d'interpellation de leurs enfants. De son côté, la direction de la police rappelle que les forces de l'ordre ont agi en parfaite légalité. Explications.

Mardi 19 mai, 16h30, deux voitures de police et six fonctionnaires, s'approchent de l'école élémentaire Louis-Aragon à Floirac. Ils viennent chercher à la sortie de l'école, deux enfants de 6 et 10 ans, que la mère d'un autre élève avait dit avoir vus au guidon de vélos lui ayant été dérobés. Transportés dans les locaux de la police de Cenon, les deux enfants ont été interrogés pendant près de deux heures, le temps que leurs parents fournissent des explications. Des méthodes qui ont profondément choqué leurs mères, qui crient aujourd'hui au scandale. "Je suis choquée qu'ils viennent chercher des gamins à la sortie de l'école devant tous leurs camarades", a témoigné Mme Ouachin, l'une d'entre elles, qui aurait préféré que la police "aille voir le directeur de l'école, qu'ils demandent les coordonnées du gamin et qu'ils viennent à la maison ou qu'ils nous convoquent". Pour sa part, Olivier Billand, le directeur de l'école primaire Louis Aragon où sont scolarisés les deux enfants, a jugé "inadmissible la mise en place d'un tel dispositif policier". "Ils auraient pu s'adresser à la famille sans attendre la sortie de 200 enfants pour interpeller devant leurs petits camarades deux élèves de neuf et six ans", a-t-il déclaré.

Le directeur de la sécurité publique soutient les policiers

De son côté, le Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), Albert Doutre, justifie l'intervention de ses hommes. "Je soutiens entièrement et j'assume entièrement jusqu'au bout ce qui a été fait", a-t-il clamé, lors d'un point presse, estimant que tout avait été fait dans le cadre "des lois de la République". Les policiers ont, selon lui, agi avec "discernement", conduisant les deux enfants au commissariat pour être entendus en compagnie d'une mère. Il a aussi rappelé qu'une personne avait déposé plainte et que les policiers "ont des comptes à rendre au parquet". Albert Doutre a enfin précisé que l'enfant de six ans avait "reconnu avoir emprunté le vélo". Pour le deuxième, "l'enquête se poursuit", a-t-il ajouté.

Selon Xavier Darcos, les policiers ont fait du "zèle"

L'affaire ne devrait pas en rester là. L'UMP, qui juge cette interpellation "pas acceptable" a demandé une enquête. "L'école doit rester un lieu privilégié du vivre ensemble", a écrit dans un communiqué le porte-parole du parti majoritaire, Frédéric Lefebvre. "L'arrestation d'un enfant de six ans soupçonné du vol d'un vélo à la sortie de l'école n'est pas acceptable". Pour Xavier Darcos, le ministre de l'Education, cette affaire relève sans doute d'un excès de zèle. Aymed Korbosli, secrétaire régional de l'Unsa-police, a, quant à, lui affirmé que la responsabilité de ce type d'interventions incombait à sa hiérarchie qui exige "de la quantité, pas de la qualité", au "manque d'effectifs" et "à la religion du chiffre et des statistiques". "Cette affaire aurait pu être traitée en enquête préliminaire. On aurait envoyé un fonctionnaire en civil suivre les enfants, aller voir les parents sur place et, pourquoi pas, s'arranger avec la requérante. Mais cela, on pouvait encore le faire il y a quinze-vingt ans, aujourd'hui on ne peut plus", conclut-il.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
322
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Michel | 21/05/2009

Les événements de Floirac, cette arrestation d'enfants digne des
rafles des années 40, la position de Darcos sur les "fouilles"
scolaires, donnent une fois de plus un éclairage sur une politique de
plus en plus sécuritaire, à l'image des pathologies psycho-
comportementales de notre ministre de l'intérieur ! Allons-nous
continuer à prendre les citoyens pour des boeufs à qui seul le fouet
permet de faire passer qq chose ? La dépendance par la coercition
sera-t'elle l'unique proposition d'une droite au bord de la faillite
morale, loin des enseignements d'Averroes comme ceux de Montaigne ? Où
sont nos valeurs ? Celles qui, d'un point de vue humaniste, permettent
de croire en demain, en une société plus ouverte, plus partageuse,
plus interdépendante. Le connerie n'est plus à nos portes, elle s'est
assise à notre table et développe plus que jamais sa gangrène.
Paradoxe des paradoxes, à l'aube de ce XXIème siècle. En cette période
de crise, nos politiques démontre un autisme dommageable à tous en
général, à nos enfants en particulier.
Pour rappel, le terme Autisme désigne, si on se réfère à la définition
du clinique du trouble autistique, un ensemble de troubles affectant
la personne dans les trois domaines suivants :
* La communication (on observe des déficiences qualitatives)
* Les interactions sociales (on observe également des déficiences
qualitatives)
* Les centres d'intérêts (on note qu'ils sont restreints,
répétitif, stéréotypées).

Allo docteur ?!
michel

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !