Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'université du futur : l'intelligence artificielle au coeur du débat à Poitiers

30/05/2018 | L'intelligence artificielle fut la thématique principale de la première conférence de l'université du futur ce 28 mai à Poitiers. Plus de 900 personnes ont assisté aux débats.

Alain Rousset, le président de la région Nouvelle-Aquitaine, a lancé l'université du futur, ce lundi 28 mai à Poitiers.

La première conférence de l'université du futur de la région de la Nouvelle-Aquitaine a eu lieu ce lundi 28 mai à Poitiers de 17 heures à 21 heures. Le thème de cette rencontre, qui a réuni plus de 900 personnes, était l’intelligence artificielle. Ce sujet a suscité de nombreux débats et les intervenants ont exposé leur point de vue dans de nombreux domaines : économie, emploi, sécurité, santé. Ces nombreux thèmes ont tenu en alerte le public. D'ores et déjà, deux autres journées sont programmées à Bordeaux en septembre prochain, lors du festival de l'innovation Novaq, et à Limoges en novembre.

L’université du futur est lancée. Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine l’a affirmé hier lors de son discours d’introduction. Là pour débattre, communiquer avec le grand public sur des notions que l’on peut craindre. « Cette université a mis deux ans à se mettre en place sous l’impulsion du Dr François Vincent et de David Sanguin. Ce siècle va être marqué par l’Intelligence Artificielle (IA), la robotique. On vit actuellement une révolution du numérique. L’IA est capable de nous écraser (au jeu de go, aux échecs), de conduire, de lire, d’écrire de l’ADN. On ne doit pas être à l’écart de cette révolution », constate le président de région. C’était en clair le message qui a ponctué de manière récurrente la soirée de conférences programmées au Théâtre Auditorium de Poitiers (TAP). Durant quatre heures plus d’une dizaine d’intervenants se sont succédés sur scène afin de débattre sur l’intelligence artificielle, dernière invention de l’homme. 

Conférences, débats, tables rondes, dont le thème principal était l'intelligence artificielle, se sont déroulées ce lundi 28 mai devant plus de 900 personnes.

Une nouvelle révolution

Parmi ces spécialistes, l’économiste et essayiste, Nicolas Bouzou, rappelait que le monde actuel vivait une nouvelle révolution,  celle du numérique qui peut être considérée comme la plus radicale aujourd’hui… et pourtant ce ne sont pas les premiers bouleversements que vit la société. Il y a eu plusieurs grands tournants dans l’histoire rappelle-t-il. «  Je veux démontrer que le monde est moins pire qu’on le pense. L’innovation et notamment l’IA peuvent contribuer à ce progrès. D’ailleurs, ils le font déjà. Ce qui compte, c’est l’usage que l’on fait de l’innovation. Un exemple, la radioactivité. Certes elle peut servir d’armes, mais avec on peut produire de l’électricité et aussi l’utiliser dans le domaine de la santé,combattre le cancer. Je crois qu’il ne faut pas voir que les risques et adopter une vision globale des choses. » Pour lui, participer à ce genre de débats et de conférences est nécessaire car elles lui permettent de rencontrer le public et d’endosser un rôle de pédagogue.

Quand on écoute les intervenants on sent que l’IA ne leur fait pas peur, loin de là. Le nouveau président du CNRS, Antoine Petit, chercheur et ancien professeur d’informatique, le confirme. Car l’IA est déjà présente, dans notre quotidien, sans qu’on s’en aperçoive. « Nous ne pouvons pas être contre l’Intelligence Artificielle, sinon nous sommes contre le progrès.  L’IA est déjà présente dans notre quotidien. C’est à nous de la construire. Il faut une IA qui correspondent à nos valeurs, à notre culture. Je pense que c’est un challenge pour l’Europe de mettre au point une IA qui nous correspondent. Car l’IA est de toute manière déjà là. »

L’IA : pilier de la médecine.

L’IA fait de plus en plus sont apparition dans le domaine de la santé et de la médecine. Un secteur qui a fait l’objet d’une table ronde sur le thème " médecine du futur : promesses et défis d’une révolution". Les données numériques du patient, la médecine prédictive. Parmi les animateurs de cette table ronde : le docteur en médecine et professeur honoraire au collège de France, Pierre Corvol. « En médecine, on est au début de l’IA avec des diagnostics réalisés par ordinateur. Aujourd’hui, un ordinateur peut voir si des liaisons cutanées sont cancéreuses. Il va y avoir un bouleversement autour des trois grands acteurs : le patient, le médecin et le système de santé. Il va falloir s’adapter. »

 Ce rendez-vous apparaît être un véritable succès avec plus 900 personnes qui ont participé au débat. « La salle est pleine. En plus, cette conférence a été diffusée en direct sur le site Internet de l’université du futur. L’objectif a été de mobiliser les forces vives et de sensibiliser un maximum de personnes à l’IA » explique Éric Ballois, chargé de communication événementielle et marketing à la région Nouvelle-Aquitaine. C’est chose faite puisque l’après midi plus de 300 lycéens de la région venant de Charente, Charente-Maritime, Deux-Sevres et Vienne ont pu assister à des conférences sur l’IA.  « Ce sont les premiers concernés », conclut-il.

Tous paraissent unanimes sur la manière de dompter et d’adopter l’IA. L’université du futur de la région Nouvelle-Aquitaine a déjà un calendrier établi. De nouvelles conférences sont programmées en septembre à Bordeaux dans la cadre de la fête régionale de l’innovation Novaq et en novembre à Limoges.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5148
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !