Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'Université Hommes-Entreprises prend le pouvoir

24/08/2017 | Raphaël Enthoven, Christian Monjou ou encore Patrick Poivre d'Arvor, étaient parmi les premiers intervenants de la 23ème Université Hommes-Entreprises du CECA

23ème Université Hommes-entreprises - 24 et 25 août au Chateau Smith Haut Lafitte

Le pouvoir. Tel est le (vaste) thème qui fait l'objet des réflexions et échanges de l'Université Hommes-Entreprises du CECA, ces 24 et 25 août, dans le cadre radieux du Château Smith Haut Lafitte à Martillac. Deux jours durant, une dizaine de penseurs d'horizons variés (philosophes, universitaires, sportifs, entrepreneurs, artistes, journalistes, réfugiés politiques..) partagent leurs réflexions et expériences auprès des 600 participants, acteurs du monde économique pour la plupart. Un rendez-vous annuel dont le postulat de départ est que l'entreprise, au-delà de la performance économique, c'est aussi et sans doute avant tout, les hommes et les femmes qui la composent. Une humanité (dans et hors l'entreprise d'ailleurs) que le pouvoir, justement, laisse rarement indifférente. Mais il y a pouvoir et pouvoir... comme l'ont décortiqué en ouverture de ce premier jour le conférencier Christian Monjou et le philosophe Raphaël Enthoven.

Pour Christian Monjou, le pouvoir n'existe pas en lui seul. Quand il s'agit d'incarner le pouvoir, il y accole les notions d'autorité et de légitimité. En effet, selon lui, « le pouvoir se mérite par la construction de l'autorité. Or, un homme de pouvoir ne peut-être légitimé dans son pouvoir que s'il provoque l'adhésion. En somme, dans l'entreprise par exemple, c'est le regard du collaborateur qui rend le pouvoir légitime ». Quant à cette légitimité, elle trouve sa source dans « l'exemplarité des personnes de pouvoir. » Une exemplarité qui se niche dans la cohérence entre ce qu'il appelle « le corps public » et le « corps privé » de l'individu au pouvoir... De quoi sans doute inspiré, au moins, quelques politiques...

"Le nouveau pouvoir court un double danger"Et il en va de même dans une période de changements ou d'évolutions pouvant être troublante voire déstabilisante pour les collaborateurs. Si la personne au pouvoir désigne aux collabrateurs le lieu, l'objectif où il veut mener l'entreprise (ou le pays...), « il doit lui aussi, être en mouvement, marcher au milieu d'eux et partager les défis du changement ».
Des collaborateurs dont il est de la légitimité de l'homme ou de la femme de pouvoir de choisir, et « de reconnaître la radicale originalité de chacun d'entre eux », indique Christian Monjou. « Le management, c'est de permettre à des visages de s'extraire », lance-t-il à la salle qui hoche la tête comme un seul homme. En somme, il s'agit pour la personne de pouvoir de « repérer les talents, de les promouvoir, de les protéger, les combiner entre eux et enfin un jour sans doute les libérer ».
Cependant, dans le contexte d'un pouvoir nouveau, un double danger existe prévient-il ; « l' « hurbis », le pouvoir qui s'enivre de lui-même » et « l' « effet de cour », qui risque de transformer des "conseillers fenêtres", dont le rôle est d'effacer les angles morts du leader, en "conseillers miroirs", et mettrait ainsi le pouvoir en grand danger». Et de glisser en fin d'intervention, en allusion à la situation de son ancien élève et ami, qui a su marcher et faire marcher jusqu'à l'Elysée, « mon obsession à l'heure actuelle est que ça ne se produise pas »...

Intervention du philosophe Raphaël Enthoven lors de la 23ème Université Hommes-entreprises du CECA - 24 et 25 août au Chateau Smith Haut Lafitte

L'illusion du "syndrome de Perrette"Du point de vue philosophique, Raphaël Enthoven, s'est quant à lui attaché à souligner « l'ambivalence fondatrice » qui réside dans le mot pouvoir : la capacité d'agir d'une part, et l'autorisation, la levée de l'interdiction de l'autre. Et de souligner tout de go que « si l'absence d'autorisation peut susciter l'envie d'agir, l'autorisation quant à elle n'implique pas par elle-même une capacité ». « Vous avez le droit d'établir des records sportifs, personne ne vous l'interdit; pour autant vous n'en avez pas forcément la capacité », illustre-t-il.En d'autres termes, la liberté d'agir, n'implique pas l'existence d'une capacité d'agir. 
« Prétendre que l'on est capable de faire quelque chose parce qu'on a le droit de le faire est une illusion » Une illusion que Rafaël Enthoven baptise « syndrome de Perrette », d'après la Fable de La Fontaine. Un syndrome qui, confondant capacité et autorisation, explique, et du même coup détruit, l'argumentaire de la théorie du complot ou du négationnisme qui se fondent sur cette confusion entre autorisation et capacité. Autre exemple, en politique où la confusion des deux sens est un « atout », pour ne pas dire un système de démagogie, largement utilisé. « On conquiert le pouvoir en se donnant l'apparence de l'avoir... Un homme politique ne sera jamais élu, si en toute lucidité il explique aux électeurs, que même une fois au pouvoir, il ne pourra pas améliorer telle ou telle situation... Il préférera promettre l'action, quitte une fois en place, ne pas tenir sa promesse », appelle Raphaël Enthoven à la mémoire collective des congressistes. D'une autre manière, le syndrome de Perrette en politique « c'est de faire passer une puissance propre pour l'expression de votre propre puissance... Songez à Jupiter par exemple », glisse-t-il tout sourire.

Accepter d'être la cause de ses propres échecsUn syndrome de confusion qui permet bien souvent aussi de « justifier » que l'on n'est pas la source de ses propres échecs. La faute aux circonstances ou au reste du monde, aime-t-on parfois prétendre... « C'est une illusion fondée sur la peur de la mort ou la frustration de n'avoir qu'une vie » analyse pour sa part Raphaël Enthoven. « La mort est l'essentielle limitation de notre vie, et nous avons la nécessité de construire notre vie par rapport à cette limitation. L'individu est là, il ne sait pas pourquoi ni comment... Il faut reconnaître que sa situation de n'est pas brillante; alors entre une naissance qu'on a oubliée et la mort, on joue au pouvoir. » Or pour le philosophe, tout à l'inverse, le pouvoir, c'est prendre le contre-pied de l'illusion portée par le syndrome de Perrette. « Le courage, c'est quand un individu accepte d'être la cause de ses propres échecs, quoi qu'il n'ait sur le monde qu'un impact minimal ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
16319
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !