aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/02/17 : Météo France a placé ce lundi les journées de lundi et mardi en vigilance orange vagues-submersion. L’alerte concerne trois départements de Nouvelle-Aquitaine : Charente-Maritime, Gironde, Landes. Des pics de vent à 110 km/h sont attendus sur Oleron.

24/02/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi (toutes catégories) s'établit à 56 370 fin janvier 2017, soit + 1% par rapport à décembre. Mais le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité à baissé de 3,4% en un an. Ils sont 33 530 .

23/02/17 : Après sa rencontre avec Emmanuel Macron François Bayrou va « tout faire pour aider » le candidat d’En marche ! dans sa campagne présidentielle. L’ancien ministre de l’économie a salué ce « rassemblement des progressistes qui dépasse les clivages »

22/02/17 : Le carnaval béarnais repart de plus belle à partir du jeudi 23 février à Pau avec, notamment, sa fameuse nuit de l'ours. Il poursuivra ses défilés, concerts, rires et délires jusqu'au dimanche 26 février.+ d'info

22/02/17 : Charente-Maritime : la préfecture organise une réunion publique au sujet du projet d'éolien offshore prévu au large de l'île d'Oléron, le lundi 27 février à 18h30 au complexe Eldorado à Saint-Pierre d'Oléron.

21/02/17 : C'est Le Dorat, localité de 1800 habitants, dans la Haute-Vienne qui doit recevoir en juillet 2019, le Mondial de la tonte des moutons. L'évènement doit rassembler 300 concurrents d'une trentaine de pays, 5000 ovins et attirer 30 000 visiteurs.

20/02/17 : C'est le Californien -et ancien résident d'Anglet- Tom Curren, triple champion du monde WSL et triple champion du monde ISA, 52 ans, qui sera le parrain des championnats du monde de surf des nations(ISA), qui auront lieu du 20 au 28 mai à Biarritz.

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/02/17 | Nouvelle Aquitaine: le chômage en légère baisse

    Lire

    Fin janvier, en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 294 580 demandeurs d'emploi de catégorie A ( sans aucune activité) soit -0,3 % sur 3 mois ( –980 personnes) -0,1 % sur un mois et -2,8 % sur un an. France: -0,3 % sur 3 mois et -2,5 % sur un an. Par âge: -0,3 % pour les moins de 25 ans (–0,1 % sur un mois et –7,3 % sur un an), -1,0 % pour ceux de 25 à 49 ans (–0,3 % sur un mois et –3,9 % sur un an) et + 1,3 % pour les 50 ans ou plus (+0,4 % sur un mois et + 2,3 % sur 1 an, le total des demandeurs A, B, C - 498 210 - augmente de 0,5 % sur 3 mois, de 0,4 % sur 1 mois et de 0,9 % sur 1 an..

  • 24/02/17 | Mort de Robert Boulin: vers la déclassification du secret défense?...

    Lire

    Le combat de la fille de Robert Boulin, l'ancien ministre et maire de Libourne, retrouvé mort en 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet va peut être connaître une étape décisive. En tout cas le juge d'instruction a demandé la déclassification de documents « secrets défense » et le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, pourrait accéder à cette requête après avis de la commission ad hoc.

  • 24/02/17 | Une nouvelle maison d'arrêt va être construite à Pau

    Lire

    Une nouvelle maison d'arrêt pouvant recevoir 500 détenus va être construite dans un quartier nord-est de Pau, à l'entrée de la ville. C'est ce qu'a indiqué Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice. La future prison, dont l'emplacement a en particulier été choisi en raison de ses facilités d'accès et des services urbains qui seront offerts au personnel pénitentiaire, devrait être édifiée au plus tard en 2025. En dépit de sa vétusté, l'actuelle maison d'arrêt située en centre ville, ne sera pas fermée pour autant.

  • 24/02/17 | La Rochelle : J. Marchand laisse sa place à la tête de La Coursive

    Lire

    Le directeur de la scène nationale La Coursive à La Rochelle, Jackie Marchand, laisse sa place à Franck Becker, actuel directeur du Théâtre de Cornouailles, scène nationale de Quimper. Le ministère de la Culture a validé jeudi matin ce choix du conseil d'administration de La Coursive, qui a auditionné 5 candidats parmi 25 candidatures. Franck Becker, 50 ans, a notamment dirigé la scène national du Jura. C'est son projet au plus près de l'esprit de La Coursive, qui a séduit le jury.

  • 23/02/17 | L'AOC Bordeaux veut sortir des pesticides

    Lire

    Au cours de sa dernière assemblée générale, le Syndicat de Bordeaux et Bordeaux Supérieur a voté une série de mesures (cinq en tout) favorisant une sortie définitive des pesticides. Une interdiction de désherbage chimique pour l'ensemble de ses vignes, et l'obligation pour chacune des exploitations de mesurer un "indice de fréquence de traitement" font notamment partie des mesures. C'est le premier AOC de Bordeaux à l'acter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | La Banque alimentaire fait sa rentrée dans l'inquiétude

05/10/2012 | Les associations viennent chercher leurs commandes à la Banque alimentaire, et la redistribue ensuite aux populations.

Banque alimentaire commande

Un vendredi matin à la banque alimentaire de Bordeaux et la Gironde (BABG). Cachée dans la zone industrielle de Bordeaux lac, on y passe à côté sans vraiment savoir la remarquer. La BABG est une association de bienfaisance. Elle récupère les produits alimentaires non conservés, mais toujours consommables de grandes surfaces, industriels, de l'Union Européenne et de l'Etat, et les revend 0,15 centimes le kilo à des associations caritatives de la région. Aujourd'hui, 152 associations y ont recours. En Gironde, 170 000 Girondins vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Crée en 1987, elle s’était donnée pour objectif la lutte contre le gaspillage alimentaire et la malnutrition des populations défavorisées. Vingt-cinq ans plus tard, sa nécessité est toujours aussi forte.

Il est à peine dix heures et l'agitation se fait déjà sentir aux abords de l'entrepôt. Une sonnerie se fait retentir. « C'est l'heure de la pause ! » annonce Jean-François Runel-Belliard, bénévole à la BABG. Les équipes des différents « services », tri, commande, préparation, se regroupent dehors pour quelques minutes autour d'un café et de pâtisseries. Le soleil brille et la plupart des bénévoles sont arrivés dès 8h. Les conversations et les rires s'élèvent entre les vapeurs du café chaud. L'ambiance est décontractée.

D’énormes camions portant le logo de la Banque viennent se garer. Des camionnettes font la queue à la sortie des commandes. Chaque association vient chercher sa commande préparée la veille. Pour certaines ce ne sera que des produits secs; pâtes, riz, biscuits, pour d'autres ils rajouteront dans leurs chariots légumes, fruits, viande, produits laitiers et surgelés.

produits laitiers BA
 Dans les chambres froides, les commandes de produits laitiers sont préparées

Chantal Baille fait partie de l'équipe Saint-Vincent de Bazas. Elle vient tous les vendredis matins chercher sa commande. 220 familles viendront ensuite dans l'après-midi récupérer leurs colis. « Ce matin, je n'ai presque pas de viande. Il n'y en aura pas pour tout le monde » , déplore-t-elle. Même si la BABG est celle qui collecte le plus de produits frais parmi les 79 banques alimentaires françaises, elle en manque toujours. « Je viens depuis 2006. Avec notre association on distribue près de 20 tonnes de produits secs par mois ». Les familles aidées par Saint-Vincent sont envoyées par les services sociaux, les familles doivent s'inscrire." En cette rentrée la demande est toujours plus forte », confie Madame Baille. « Les besoins touchent des populations très variées. Il y a beaucoup de femmes seules avec des enfants, des étudiants mais aussi de plus en plus de retraités. Ce n'est pas une population habituée à être assistée, alors ils viennent à reculons... » Le temps d'échanger quelques mots, il faut déjà partir car les familles comptent sur le vendredi pour apaiser leur portefeuille, et leur faim.

Au service du tri, on choisit les légumes et les fruits qui pourront être vendus. «  Tous les ans, on reçoit 1700 tonnes de denrées de la grande distribution », note Jean-François Runel-Belliard, « On en jette environ 200 tonnes ». On traque la laitue trop abîmée, la banane un peu trop tachée ou les carottes noircies . Sans tomber dans l'excès. « On essaye de garder le maximum de produits. Pour les fruits les plus avancés, on les envoie à la confiturerie de la banque qui a ouvert en 2011 ».

Aux pieds des légumes de saison s'entassent de nombreux produits exotiques et onéreux. Des cageots d'ananas, des figues de barbarie, des mangues, du gingembre, et même des cèpes dont on peine à voir les défauts, attendent preneurs. Comment jeter ces produits?

Alain est bénévole, il vient à la banque tous les jours depuis septembre 2011. En pré-retraite, de la situation de Ford-Blanquefort, « dont on a beaucoup parlé » rajoute-t-il. «  Je préfère être ici que retraité à 56 ans. J'ai eu une période psychologique difficile après Blanquefort, et ma femme m'a suggéré de venir ici. C'est proche de la maison et le bénévolat est quelque chose qui me tient vraiment à coeur ». Compter, trier, gérer les stocks, les commandes, une logistique qu'Alain avait déjà acquis en travaillant à Ford et qu'il a retrouvé à la banque.

A ses côtés, Alice, 70 ans, s'affaire à trier des sacs de salades. Concentrée, elle vient deux fois par semaine depuis trois ans. Elle a travaillé dans de nombreux endroits, l'animation, les services HLM, et assure qu'il y a une bonne ambiance même si « bon, ça dépend des équipes ». Elle regrette qu'il n'y ait pas davantage de jeunes. « Ca les concerne aussi » conclue-t-elle. Pourtant des jeunes il y en a quand même. Maxime a 19 ans il vient de l'ESSEC à Bordeaux. En « stage de terrain » de trois semaines à la BA il effectue le ramassage, le stockage et observe le fonctionnement de cette association fonctionnant comme une vraie usine. Avec les relations de pouvoirs que l'on peut connaître. « Il n'y a que des bénévoles, mais certains veulent faire leurs petits chefs » s'amuse-t-il.

Un peu plus loin, Emile 23 ans empile des cageots de raisins. Il est à la BA depuis un an en service civique, pour éviter « la tige ». Il avoue que cette expérience lui a donné des idées pour après. « J'aimerais travailler dans la restauration. A voir ces ingrédients tous les jours, ça donne des idées. »

 

code barre BA
Les associations scannent les produits qu'elles désirent acheter

En regardant la quantité d'aliments stockés dans les 5000m2 de la BA, on a du mal à croire que la banque alimentaire pourrait manquer. Pourtant si l'Union Européenne fournit encore 33,6% des approvisionnements via le PEAD (Programme Européen d'Aide aux plus démunis), son maintien n'est prévu que jusqu'à fin 2013. Au-delà, il faudra trouver de nouvelles sources d'approvisionnements. Mathieu, 26 ans en contrat civique à la BA reconnaît que depuis la rentrée la demande des produits est encore plus pressante. A l'arrière de l'entrepôt, des produits non-alimentaires sont disponibles, vêtements, petit mobilier, produits d'entretien. Pour lui, « il manque vraiment des produits hygiéniques. C'est presque aussi important que de se nourrir... Et cette année, on manque aussi de fruits et légumes.»

La BA ne se démonte pas pour autant et multiplie les initiatives pour améliorer ses services. Une cuisine solidaire est en chantier, elle sera inaugurée le 30 octobre prochain. Elle servira de lieu de restauration pour les bénévoles et proposera des ateliers-cuisine. "On compte aussi beaucoup sur la collecte nationale le 23 et 24 novembre prochain" ajoute Jean-Pierre à la commande.

 

commande BA
Mathieu et Grégory à la pèse des produits

Des événements pour donner un coup de pouce à l'association qui permet de nourrir près de 25000 Girondins. Sans oublier que la pauvreté, ne s'arrête jamais pendant l'année.

Elise Lambert
Par Elise Lambert

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
688
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !