Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

18/07/19 : Le 2 Juillet dernier, la Fondation Poitiers Université a élu Marc Bonassies, directeur départemental de la Banque Populaire Val de France, comme Président. Il succède à Roger Belot, président de la Fondation depuis juillet 2015.

18/07/19 : La ville de Biarritz vient d’être condamnée par le tribunal de Pau à verser 1730 € au Comité de Liaison du Camping-car. En cause: 15 panneaux d’interdiction de stationnement pour les camping-cars. Déjà désavouée, elle avait un mois pour les retirer

18/07/19 : Nouvelle mesure de restriction d’irrigation sur le bassin du Clain. En effet, les prélèvements d’eau en rivière destinés à l’irrigation agricole, rattachés à la borne de Vouneuil-sous-Biard, seront interdits à partir de 8 h, ce vendredi 19 juillet.

17/07/19 : Ce vendredi 19 juillet à 11 h, dans l’hémicycle de l’Hôtel du Département à Agen, une session spéciale se tiendra lors de laquelle les élus départementaux se prononceront sur le lancement d’un budget participatif citoyen et sa mise en oeuvre.

17/07/19 : CAN 2019. Dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, qui verra s'opposer vendredi soir le Sénégal à l'Algérie, et afin d'éviter tout débordement, la Ville d'Agen fermera les principaux axes de circulation entre 20h et 2h du matin.

17/07/19 : La Cité du Vin réduit ses tarifs! Les porteurs de la Carte Jeune de Bordeaux Métropole bénéficient dorénavant de 20 % de réduction pour le porteur de la carte, et également pour l'accompagnant adulte quand le porteur a moins de 16 ans.

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

16/07/19 : Elections municipales 2020: ce sera les 15 et 22 mars a fait savoir le ministère de l'intérieur ce 16 juillet avec comme date limite de dépôt des candidatures le 27 février.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/07/19 | Le Phare de Cordouan élu phare de l'année

    Lire

    En attendant la décision de l'Unesco sur son éventuel classement au patrimoine mondial, le Phare de Cordouan a été élu "phare de l'année" par l'association internationale de la signalisation maritime". Ce trophée purement symbolique a été remis ce jeudi à la présidente du Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (SMIDDEST) Françoise de Roffignac, par la nouvelle préfète de région Fabienne Buccio. De quoi patienter en attendant le verdict de l'Unesco, dans un an.

  • 18/07/19 | Emmaüs Gironde réintégrée

    Lire

    Le tribunal de grande instance de Bobigny vient d'annuler les décisions de l'assemblée générale d'Emmaüs France du 23 mai actant l'exclusion d'Emmaüs Gironde face à ce que l'instance nationale dénonçait comme une "gestion opaque". "Le tribunal considère que les conditions d'exclusion n'ont pas été régulières et que l'importance des manquements d'Emmaüs France dans le traitement de ce dossier, a porté préjudice à l'image d'Emmaüs Gironde et à sa crédibilité sur le territoire", a ainsi souligné l'avocat d'Emmaüs Gironde, maître Galinat. Un administrateur judiciaire a été demandé, la décision doit être rendue le 29 juillet prochain.

  • 18/07/19 | Une AMAP arrive à Ludon-Médoc

    Lire

    En Gironde, des "consomacteurs" de Ludon et du Pian adhérents de l’AMAP de Parempuyre ont décidé d’en ouvrir une nouvelle à Ludon-Médoc. Grâce à la mise à disposition d’un local par la Mairie de Ludon ainsi qu’au soutien des maraîchers eysinais Aurore et Philippe Sournac, l’AMAP a pu voir le jour. L’objectif est de rassembler des agriculteurs et les consommateurs. Deux réunions d’information vont avoir lieu à cet effet ; une le 22 juillet à Ludon et une le 24 juillet au Pian.

  • 18/07/19 | Les Jeudis de l'océan de Biarritz proposent six soirées gratuites

    Lire

    Depuis quelques années, pendant l'été, Biarritz Evénement propose des spectacles gratuits diurnes - à partir de 18 heures- et nocturnes dans les Jardins de la Cité de l'Océan, au sud de la ville quartier Ilbarritz. Six sont programmés à partir de ce soir et jusqu'au 29 août. Danse, chansons, films en constituent le menu. Le 16 août sera dédié au 50e anniversaire du Festival de Woodstock et le répertoire des chansons mythiques du Flower Power. Ce soir, la Biarritz Dance School et le Léon Newars show. Sur fond de coucher de soleil….

  • 18/07/19 | "AVC tous concernéS" sur les plages de NA

    Lire

    Du 21 au 27 juillet, "AVC tous concernéS" mène une action de prévention des AVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine baptisée "#MinibusAVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine pour prévenir les AVC auprès des vacanciers". Ainsi, de 10h à 17h le 21 jt à Saint-Trojan (17), le 22 jt à Lacanau (33), le 23 jt à Lège-Cap-Ferret (33), le 24 jt à Arcachon (33), le 25 jt à Mimizan (40) le 26 jt à Moliets-Plage (40) et le 27 jt à Anglet (64).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La fermeture de la piscine Galin à Bordeaux-Bastide fait débat

04/02/2015 | Emmanuelle Ajon, conseillère municipale socialiste de Bordeaux, dénonçait récemment un "abandon" du quartier de la Bastide, et plus spécifiquement de ses équipements municipaux

La piscine Galin devrait bénéficier de travaux à hauteur de 7 millions d'euros

Une façade austère et délavée, un grand hall vide, et ces affiches de la municipalité placardées sur les murs. A première vue, la piscine Galin de La Bastide et sa future rénovation pourraient rester lettre morte. C'est ce que dénonçait récemment Emanuelle Ajon, conseillère municipale PS dans un communiqué, qui se scandalisait d'un "abandon et d'une gentrification progressive du quartier de la Benauge". A quelques mois d'une échéance électorale importante, le report sans échéance de l'équipement municipal fait débat, et les travaux pourraient bien durer plus longtemps que prévu...

"Cette histoire de piscine a commencé en septembre avec un imprévu désagréable, on a donc fait fermer par mesure de précautions. Il a fallu faire quelques petits travaux sur les gaines de ventilation, à cause de l'amiante", résume Arielle Piazza, adjointe au maire en charge des sports, de la jeunesse et de la vie étudiante. Il faut dire que depuis quelques semaines, la piscine Galin, située au niveau de La Bastide-Benauge, quartier considéré comme "défavorisé" de Bordeaux, suscite la polémique. Sur place, une habitante d'un logement social mitoyen nous confie que "tous les utilisateurs habituels ont migré vers d'autres piscines. Ici, ça fait des mois qu'il n'y a plus personne". Seules rescapées, ces affiches placardées aux vitres : "Les résultats des analyses ont révélé qu'agents et usagers n'avaient à aucun moment été exposés à un risque sanitaire. Cependant, du fait de la dégradation des canalisations datant de la construction de la piscine en 1966 (...) la piscine ne devrait pas rouvrir avant fin 2015". 

Mais il y a quelques jours, coup de théâtre : finalement, les travaux ne seront pas uniquement concentrés sur la vidange, le remplacement de la centrale de traitement d'air et le fameux désamiantage, mais à une "totale refonte de l'établissement" selon la municipalité. Les études sont en cours et la fermeture pourrait durer jusqu'en 2017, en raison de la pression budgétaire qui règne sur le secteur, et les "mutualisations" des équipements sportifs annoncés sur la Métropole. Une situation que dénonce Emanuelle Ajon, conseillère PS : "La municipalité trouve le moyen de financer la Cité des Civilisations et du vin pour 20 millions d'euros mais on voit bien que la réponse n'est pas la même selon les moyens. Avec la future rénovation urbaine du quartier, le prix de l'immobilier grossit, le moindre espace donne envie. La Benauge va donc détruire des logements sociaux, et cette population partira à l'extérieur de Bordeaux. Moderniser un équipement, ça se prévoit. On va encore enlever un établissement public, c'est un choix d'investissement municipal, un choix politique", dénonce l'élue socialiste par ailleurs en campagne pour les élections départementales prochaines dans le canton de Bordeaux 5. "Ca fait 7 ans que je dénonce cet abandon de la proximité. Déjà, avec cette "amiante farceuse" qui n'apparaissait pas dans le premier rapport mais qui a été constatée sur place, je me posais des questions. Mais cette fermeture fait sérieusement réfléchir à l'éventuelle disparition de cette piscine...". 

De l'importance du coûtArielle Piazza tempère : "Ca nous coûterait plus cher de fermer 2 fois, nous voulons donc nous servir de cette fermeture pour engager une réhabilitation de la piscine, l'adapter aux nouvelles normes d'accessibilités, en améliorer la sécurité, construire des jeux aquatiques, étendre la terrasse, créer un solarium... Le projet est à hauteur de 7 millions d'euros. C'est évidemment une de nos priorités, on ne peut pas se passer de cet équipement qui a beaucoup de valeur. On est prisonniers des procédures obligatoires. On sait ce que ça coûte en termes de valeurs sociales, mais il n'y a aucune raison pour que Galin soit une exception". Et ce bâtiment n'est pas un cas unique dans le quartier. Déjà, en novembre dernier, le stade Galin, situé non loin, rue Petit-Cardinal, était l'objet d'une plainte de riverains qui dénonçaient des nuisances sonores. Plus d'une centaine d'entre eux avaient d'ailleurs signé une pétition pour dénoncer le problème. 

Mézine Salim réside depuis 40 ans dans le quartier. Quand on lui demande ce que lui inspire cette situtaion, il n'hésite pas à dénoncer : "La piscine fermée, il n'y a plus grand chose ici pour les jeunes. Certains traînent dans la rue, sont désoeuvrés. On a l'impression que la ville ne met pas les moyens pour que la situation évolue". D'autant que la majorité aura fort à faire pour se détacher de ses "contraintes administratives" depuis le renforcement drastique de la législation concernant le désamiantage. Durcissement des procédures d'intervention, multiplications des analyses de l'air... La France, sur le sujet, possède d'ailleurs la législation la plus protectrice du Monde, avec des seuils limites dix fois supérieurs à des pays comme l'Allemagne ou la Suisse. Depuis juillet 2012, les plaques en amiante non friables doivent obligatoirement être retirées par une entreprise spécialisée... et la facture peut monter très vite,  

Un épiphénomène ? En attendant d'avoir une échéance plus claire qui permettrait de dissiper les incertitudes, le personnel du collège Jacques Ellul, situé à quelques rues de la piscine, envisage d'adopter des solutions alternatives. Pascal Mercier, le principal, essaye de trouver des compromis. "On va reporter l'utilisation de la piscine, même si on a des programmes à respecter. On va devoir aller dans d'autres établissements, ce ne sera pas aussi pratique. Mais la réalité, c'est que beaucoup de nos élèves ne sont pas des nageurs. Plein d'établissements n'ont pas nécessairement de piscines à proximité. Si le calendrier confirme la fin des travaux pour 2016, nous ne devrions pas être pénalisés. Plus tard, ça m'inquiètera peut-être un peu plus". Le dirigeant de l'établissement va même plus loin : pour lui, cette "migration sociale" dénoncée par Emanuelle Ajon n'est peut-être pas si négative. "Le quartier va certainement changer de visage, attirer une population plus favorisée. Il n'y aura pas d'abandon de terrains, ça va même le dynamiser. Le collège prévoit d'être déplacé pour la rentrée 2018, un pôle culturel sera créé à la place". Pascal Mercier parle déjà d'investissements programmés : une opération "Bouge ta santé" à Bastide, sorte de "semaine du vivre ensembles entre la mairie, les clubs sportifs et les associations du quartier, prévue entre mars et avril. De quoi, peut être, donner une autre image des habitants de ce quartier qui vont tout de même, s'ils sont nageurs, pendant un certain temps, devoir aller nager ailleurs. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8341
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
domergue | 08/10/2015

Je suis préoccupée par l'immobilisme (apparent) des décideurs pour remettre au plus tôt cette piscine en état de recevoir de nouveau le public .Un collectif d'usagers pourraient se manifester et faire des propositions .Ce quartier n'est pas très bien équipé en matière de lieux sportifs et de loisir .Pouvez vous relayer cette remarque afin de se faire une idée des attentes et des besoins des habitants .Merci

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !