Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La fermeture de la piscine Galin à Bordeaux-Bastide fait débat

04/02/2015 | Emmanuelle Ajon, conseillère municipale socialiste de Bordeaux, dénonçait récemment un "abandon" du quartier de la Bastide, et plus spécifiquement de ses équipements municipaux

La piscine Galin devrait bénéficier de travaux à hauteur de 7 millions d'euros

Une façade austère et délavée, un grand hall vide, et ces affiches de la municipalité placardées sur les murs. A première vue, la piscine Galin de La Bastide et sa future rénovation pourraient rester lettre morte. C'est ce que dénonçait récemment Emanuelle Ajon, conseillère municipale PS dans un communiqué, qui se scandalisait d'un "abandon et d'une gentrification progressive du quartier de la Benauge". A quelques mois d'une échéance électorale importante, le report sans échéance de l'équipement municipal fait débat, et les travaux pourraient bien durer plus longtemps que prévu...

"Cette histoire de piscine a commencé en septembre avec un imprévu désagréable, on a donc fait fermer par mesure de précautions. Il a fallu faire quelques petits travaux sur les gaines de ventilation, à cause de l'amiante", résume Arielle Piazza, adjointe au maire en charge des sports, de la jeunesse et de la vie étudiante. Il faut dire que depuis quelques semaines, la piscine Galin, située au niveau de La Bastide-Benauge, quartier considéré comme "défavorisé" de Bordeaux, suscite la polémique. Sur place, une habitante d'un logement social mitoyen nous confie que "tous les utilisateurs habituels ont migré vers d'autres piscines. Ici, ça fait des mois qu'il n'y a plus personne". Seules rescapées, ces affiches placardées aux vitres : "Les résultats des analyses ont révélé qu'agents et usagers n'avaient à aucun moment été exposés à un risque sanitaire. Cependant, du fait de la dégradation des canalisations datant de la construction de la piscine en 1966 (...) la piscine ne devrait pas rouvrir avant fin 2015". 

Mais il y a quelques jours, coup de théâtre : finalement, les travaux ne seront pas uniquement concentrés sur la vidange, le remplacement de la centrale de traitement d'air et le fameux désamiantage, mais à une "totale refonte de l'établissement" selon la municipalité. Les études sont en cours et la fermeture pourrait durer jusqu'en 2017, en raison de la pression budgétaire qui règne sur le secteur, et les "mutualisations" des équipements sportifs annoncés sur la Métropole. Une situation que dénonce Emanuelle Ajon, conseillère PS : "La municipalité trouve le moyen de financer la Cité des Civilisations et du vin pour 20 millions d'euros mais on voit bien que la réponse n'est pas la même selon les moyens. Avec la future rénovation urbaine du quartier, le prix de l'immobilier grossit, le moindre espace donne envie. La Benauge va donc détruire des logements sociaux, et cette population partira à l'extérieur de Bordeaux. Moderniser un équipement, ça se prévoit. On va encore enlever un établissement public, c'est un choix d'investissement municipal, un choix politique", dénonce l'élue socialiste par ailleurs en campagne pour les élections départementales prochaines dans le canton de Bordeaux 5. "Ca fait 7 ans que je dénonce cet abandon de la proximité. Déjà, avec cette "amiante farceuse" qui n'apparaissait pas dans le premier rapport mais qui a été constatée sur place, je me posais des questions. Mais cette fermeture fait sérieusement réfléchir à l'éventuelle disparition de cette piscine...". 

De l'importance du coûtArielle Piazza tempère : "Ca nous coûterait plus cher de fermer 2 fois, nous voulons donc nous servir de cette fermeture pour engager une réhabilitation de la piscine, l'adapter aux nouvelles normes d'accessibilités, en améliorer la sécurité, construire des jeux aquatiques, étendre la terrasse, créer un solarium... Le projet est à hauteur de 7 millions d'euros. C'est évidemment une de nos priorités, on ne peut pas se passer de cet équipement qui a beaucoup de valeur. On est prisonniers des procédures obligatoires. On sait ce que ça coûte en termes de valeurs sociales, mais il n'y a aucune raison pour que Galin soit une exception". Et ce bâtiment n'est pas un cas unique dans le quartier. Déjà, en novembre dernier, le stade Galin, situé non loin, rue Petit-Cardinal, était l'objet d'une plainte de riverains qui dénonçaient des nuisances sonores. Plus d'une centaine d'entre eux avaient d'ailleurs signé une pétition pour dénoncer le problème. 

Mézine Salim réside depuis 40 ans dans le quartier. Quand on lui demande ce que lui inspire cette situtaion, il n'hésite pas à dénoncer : "La piscine fermée, il n'y a plus grand chose ici pour les jeunes. Certains traînent dans la rue, sont désoeuvrés. On a l'impression que la ville ne met pas les moyens pour que la situation évolue". D'autant que la majorité aura fort à faire pour se détacher de ses "contraintes administratives" depuis le renforcement drastique de la législation concernant le désamiantage. Durcissement des procédures d'intervention, multiplications des analyses de l'air... La France, sur le sujet, possède d'ailleurs la législation la plus protectrice du Monde, avec des seuils limites dix fois supérieurs à des pays comme l'Allemagne ou la Suisse. Depuis juillet 2012, les plaques en amiante non friables doivent obligatoirement être retirées par une entreprise spécialisée... et la facture peut monter très vite,  

Un épiphénomène ? En attendant d'avoir une échéance plus claire qui permettrait de dissiper les incertitudes, le personnel du collège Jacques Ellul, situé à quelques rues de la piscine, envisage d'adopter des solutions alternatives. Pascal Mercier, le principal, essaye de trouver des compromis. "On va reporter l'utilisation de la piscine, même si on a des programmes à respecter. On va devoir aller dans d'autres établissements, ce ne sera pas aussi pratique. Mais la réalité, c'est que beaucoup de nos élèves ne sont pas des nageurs. Plein d'établissements n'ont pas nécessairement de piscines à proximité. Si le calendrier confirme la fin des travaux pour 2016, nous ne devrions pas être pénalisés. Plus tard, ça m'inquiètera peut-être un peu plus". Le dirigeant de l'établissement va même plus loin : pour lui, cette "migration sociale" dénoncée par Emanuelle Ajon n'est peut-être pas si négative. "Le quartier va certainement changer de visage, attirer une population plus favorisée. Il n'y aura pas d'abandon de terrains, ça va même le dynamiser. Le collège prévoit d'être déplacé pour la rentrée 2018, un pôle culturel sera créé à la place". Pascal Mercier parle déjà d'investissements programmés : une opération "Bouge ta santé" à Bastide, sorte de "semaine du vivre ensembles entre la mairie, les clubs sportifs et les associations du quartier, prévue entre mars et avril. De quoi, peut être, donner une autre image des habitants de ce quartier qui vont tout de même, s'ils sont nageurs, pendant un certain temps, devoir aller nager ailleurs. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7830
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
domergue | 08/10/2015

Je suis préoccupée par l'immobilisme (apparent) des décideurs pour remettre au plus tôt cette piscine en état de recevoir de nouveau le public .Un collectif d'usagers pourraient se manifester et faire des propositions .Ce quartier n'est pas très bien équipé en matière de lieux sportifs et de loisir .Pouvez vous relayer cette remarque afin de se faire une idée des attentes et des besoins des habitants .Merci

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !