Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/01/20 : Initialement prévue jusqu'au 2 février, l'exposition d'art contemporain QUASAR est prolongée jusqu'au dimanche 23 février à l'Espace des Arts à Pau : une chance, si vous ne l'avez pas encore vue!+ d'info

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/01/20 | Le chômage recule en Nouvelle-Aquitaine en 2019

    Lire

    Le taux de chômeurs en catégorie A, sans activité et tenus de chercher un emploi, a diminué de 4,3% sur l'année 2019, là où au niveau national la baisse est à 3,3%. Ainsi, il y a 492 800 chômeurs de catégorie A, B et C en Nouvelle-Aquitaine en moyenne au dernier semestre 2019, un repli de 3,7% par rapport à 2018. Les Deux-Sèvres connaissent la plus forte baisse avec -6,2% de chômeurs toutes catégories. L'emploi intérimaire bénéficie d'une faible hausse (+0,1%) et concerne 68 100 travailleurs au mois d'octobre 2019.

  • 28/01/20 | Bordeaux: Le Passeport Escales se jette à l'eau

    Lire

    Levez les amarres ! Le Passeport Escales organise sa journée annuelle jeudi 30 janvier prochain, de 10h15 à 16h30 à Bordeaux, au Village By CA Aquitaine (11 Cours du 30 Juillet). L’occasion de découvrir ce passeport en partenariat avec Atout Port, qui offre des nuits d’escales gratuites dans des ports de toute l’Europe. Pour assister à cette journée animée par Claire Saphore responsable filière mer et tourisme Crédit Agricole et Marina Le Corguillé, directrice du développement Atout Ports, réservation obligatoire à claire.saphore@ca-aquitaine.fr

  • 28/01/20 | Michelin : moisson d'étoiles en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le palmarès de l'édition 2020 du guide Michelin a été dévoilé ce lundi à Paris. Christopher Coutanceau, chef rochelais, y obtient une troisième étoile et vient ainsi côtoyer Michel Guérard et ses "Prés d'Eugénie". Au total, en Nouvelle-Aquitaine, dix nouveaux restaurants se voient décerner une première étoile dont trois à Bordeaux, un à Biarritz (Alexandre Bousquet) et un duo à Saintes (Jérôme Dallet et Coralie Le Diraison). Avec son restaurant du Pyla-sur-Mer "Le Skiff Club", le chef Stéphane Carrade, lui, gagne une deuxième étoile.

  • 28/01/20 | Rentrée sportive pour les jeunes de l'antenne catamaran Royan Atlantique

    Lire

    Après un début d'hiver au repos, retour à l'entraînement pour les jeunes navigateurs du Pôle d’Entraînement Régional Royan Atlantique. Les sportifs de 11 à 18 ans remonteront sur leurs bicoques le mercredi 29 janvier à 16h30 à la base nautique de Saint-Georges-de-Didonne. En plus de cette antenne catamaran, la Nouvelle-Aquitaine compte cinq autres pôles régionaux avec Claouey, Arcachon, Hourtin, Lacanau et La Rochelle.

  • 28/01/20 | En Dordogne, le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 4 % sur un an

    Lire

    La Dordogne a vu son nombre de chômeurs de catégorie A (sans emploi) baisser de 1,4 % au 4e trimestre 2019, soit 270 chômeurs de moins sur l'ensemble du département entre le 3e et le 4e trimestre. Sur un an, la baisse du chômage en Dordogne est de 4%. On compte aujourd'hui 19 440 demandeurs d'emploi. En ce qui concerne les demandeurs d'emploi qui sont inscrits à Pôle Emploi sans activité ou avec une activité partielle (catégories A,B,C) la baisse est de 1,6% au quatrième trimestre 2019 et 3,7% sur un an.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La "fête de village" de RESF 33 à Saint-Mich'

07/06/2010 |

Le parrainage républicain de Jaoa

C'est en passe de devenir une tradition. Pour la cinquième année consécutive, le Réseau Education Sans Frontières a organisé ce samedi 5 juin sa soirée de fête, de rencontre et de soutien aux familles sans papiers de Gironde. Près d'un millier de personnes se sont retrouvées au pied de la Flèche Saint-Michel pour pique-niquer, discuter autour d'un verre et, la nuit tombée, entrer dans la ronde du bal animé par le Folk'Gang Amadeus.

Joao est angolais. Sans papiers, il est menacé d'expulsion. Pourtant, sa compagne, Lidia, a un titre de séjour, travaille et leurs deux enfants, de 3 et 6 ans, sont scolarisés à l'école Barbey. Lidia, aide à domicile, se lève très tôt le matin. C'est Joao qui emmène tous les jours Elohim et Ebenezir à l'école où, parait-il, ils travaillent très bien. Est-il imaginable de séparer ce père de ses enfants et de sa compagne ? Le cas de Jaoa, qui a été « parrainé » au cours de la soirée par la députée PS Michèle Delaunay, peut paraître exemplaire, trop peut-être, tout comme sa petite famille qui se pressait autour de lui durant la cérémonie. Mais quelles que soient les péripéties et les difficultés de ces familles récemment immigrées, des enfants grandissent sur le sol français, dans le giron de l'école républicaine. Selon la Convention internationale des droits de l'enfant, les mineurs ne peuvent être séparés de leurs parents (art.9). En toute logique, la régularisation des parents des enfants scolarisés s'imposent.

RESF, le « réseau des réseaux »

C'est du moins ce que pense RESF, une organisation atypique puisque, justement, elle est très peu... organisée. « On n'a pas de statut, pas de président. RESF est un réseau informel », explique Gérard, un des animateurs du réseau girondin. « C'est peut-être une nouvelle façon de militer. On est un petit groupe qui se réunit une fois par mois et tout le reste se fait de manière décentralisée ou via internet. Ce qui fait notre force, c'est notre capacité de mobilisation. »

La fête de ce samedi le prouve une nouvelle fois. Les tables sont pleines, la buvette tourne à plein régime, les pétitions de soutien se remplissentde signatures et la sono lance sur la place les notes de guitare des Acoustic'4. Beaucoup de gens viennent en voisins, comme Daniel, d'origine africaine, qui participe chaque année à la fête : « Cela fait aussi une animation juste avant les vacances, l'occasion de se retrouver. »

La force de la proximité

Des occasions, il n'y en a pas tant que ça à Saint-Michel. Mais le côté festif n'est qu'un aspect des choses. Ce qui pousse les gens ordinaires à venir sur la place et à signer les pétitions, c'est d'abord le caractère si proche de ces expulsions. « La prise de conscience arrive brutalement : c'est le copain de votre gosse qui va soudain mal, qui est malheureux parce que ses parents risquent d'être expulsés », explique Gérard. « Au début, les gens ne savent pas quoi faire, ils n'en reviennent pas. Puis, ils en parlent à l'enseignant, qui nous prévient, on intervient alors pour dire comment s'organiser : comité de soutien, pétition, etc.

Agnès est enseignante en Français Langue Etrangère au lycée Jacques Brel de Lormont, dans l'une des trois classes de la CUB spécialisées dans l'accueil des "primo-arrivants" : « Généralement, quand il y a un souci, on le voit. Le comportement de l'élève change. On cherche à rencontrer les parents. On utilise d'abord tous les recours juridiques. Si cela échoue, on mobilise alors le réseau, avec la liste de diffusion par internet, la médiatisation, le soutien des politiques... »

 

S'inscrire dans la durée

« Objectivement, depuis deux ans, cela va un peu mieux : la police ne vient plus chercher les parents à la sortie des écoles », reconnaît Gérard. « Mais les critères de régularisation sont totalement flous, les décisions semblent bien souvent arbitraires. Sur chaque cas, il faut se battre, monter des dossiers, mobiliser, demander un rendez-vous à la Préfecture. Actuellement, on est un peu submergé ». Agnès précise : « depuis 2003, avec le durcissement constant des règles sur le séjour, il y a de plus en plus d'étrangers concernés et les cas sont de plus en plus longs à résoudre. Au final, le nombre de parents sans papiers ne cesse d'augmenter. La seule solution, c'est une régularisation massive. »

L'impasse pour les demandeurs d'asile

Le cas des demandeurs d'asile vient encore aggraver la situation. Après 18 mois ou deux ans d'instruction (le temps de commencer sérieusement une scolarité pour leurs enfants), ils sont souvent déboutés, « invités » à quitter le territoire et mis à la porte des foyers d'hébergement. La situation devient rapidement intenable, les parents sont obligés de se cacher et de travailler au noir.

Il est plus d'une heure du matin quand l'orchestre de bal trad' éteint ses amplis. On démonte la buvette et on plie les tables. Autant de monde que l'année dernière, et une forte affluence au bal trad'. Une fois de plus, une partie des habitants de Saint-Michel se sera retrouvée dans une soirée à son image : joyeuse et variée, avec une pointe d'inquiètude. Dès le lendemain, RESF 33 aura besoin de nouvelles bonnes volontés pour effectuer le travail de coordination, défendre les dossiers au cas par cas et surtout obtenir une réglementation à la fois plus humaine et rationnelle. La fête d'un soir est aussi une lutte de chaque jour.

Vincent Goulet

http://resf33.free.fr

resf33@laposte.net

Permanences à Bordeaux : tous les mercredis à 18 h 30 à l'Asti, 10 rue Causserouge (Près Victoire) ; sur la Rive Droite : les premiers et troisièmes mercredi du mois de 13 h 30 à 15 h 30, Lormont, Espace Citoyen Génicart (05 57 77 60 20).

(Photos : DR et F. Guiraud.)

Partager sur Facebook
Vu par vous
1439
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !