Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/04/20 | Le Crédit agricole consacre 20M€ à la protection des personnes âgées

    Lire

    Le Crédit Agricole consacre un fonds de 20M€ pour protéger les personnes âgées, soutenir les soignants dans les Ehpad et les auxiliaires de vie à domicile. Porté entre autres par la Fondation Crédit Agricole Solidarité et Développement, le fonds servira à financer des équipements pour les personnels aidants, en Ehpad ou au domicile (masques, gels, lingettes, tests de dépistage), des tablettes numériques pour maintenir le lien entre personnes âgées en Ehpad et leurs proches, mais aussi à financer des projets portés par des acteurs locaux, dont l’objet sera l’accompagnement des personnes âgées en Ehpad ou à domicile.

  • 08/04/20 | Bordeaux : Le World Impact Summit reporté

    Lire

    Initialement prévue du 28 au 31 mai prochain à Bordeaux, la troisième édition du World Impact Summit (sommet professionnel et grand public des "solutions pour la planète") est reportée par ses organisateurs du 29 au 31 octobre 2020. Au lieu de la place des Quinconces, ce sera au Hangar 14 qu'il se tiendra. 5000 professionnels, 300 exposants et 150 débatteurs sont attendus. Dans un communiqué, les organisateurs ont précisé que "les partenaires, exposants et intervenants ont confirmé leur soutien et leur présence pour le mois d’octobre".

  • 08/04/20 | Des chèques-services à destination des sans-abri en Dordogne

    Lire

    Dans un communiqué du 7 avril, la préfecture de la Dordogne annonce mettre en place des chèques-services à destination des sans-abri. Cette opération lancée par le ministère de la Cohésion des territoires s’appliquera à 230 personnes dans le département. Elle leur permettra d’acheter des produits d’alimentation et d’hygiène. Ces chèques, d’un montant maximal de 7 euros par jour, seront distribués par les associations locales de solidarité en fonction des besoins des sans domicile fixe.

  • 08/04/20 | A Bordes (64): des halles pour redynamiser son centre

    Lire

    Dans le cadre de la redynamisation de son centre-bourg, la commune de Bordes a acquis en 2011 la propriété Lassus-Pomès située en son centre. 1 ha composé d'une bâtisse béarnaise, des dépendances sous forme de préau, d'une grange et de terrains. La commune prévoit notamment la construction de halles couvertes à la place des dépendances préau, et d'un parking à l'arrière des bâtiments. Sur 255 m², les halles accueilleront un marché hebdomadaire de producteurs locaux et de revendeurs, d'environ 20 à 25 étals. Est aussi envisagé l'accueil de marchés à thèmes et marchés nocturnes. La Région soutient pour 73 083 €.

  • 08/04/20 | La Région soutient Idoki, la marque des Producteurs fermiers basques

    Lire

    L'Association des Producteurs Fermiers du Pays Basque qui rassemble près de 300 producteurs fermiers au Pays Basque, a pour vocation de développer la production fermière en Pays Basque, défendre le métier, accompagner les producteurs et les consommateurs, et promouvoir la marque collective Idoki, qui rassemble 89 producteurs. Afin d'appuyer l'ambition de l'association sur le renforcement de son cahier des charges Idoki en matière de pratiques environnementales et de la notoriété de sa marque, les élus régionaux ont voté début mars un soutien de 28 475 € à l'association.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'ancienne ligne Bedous-Canfranc étudiée à la loupe par SNCF Réseau

23/11/2018 | Sur la ligne Pau-Canfranc, l'avenir du tronçon Bedous-Canfranc n'est pas encore joué. Mais peu à peu les choses avancent : les premières études menées sur ce tronçon s'achèvent.

'entrée du tunnel du Portalet sur l'ancienne ligne Bedous-canfranc

Si le tronçon Oloron-Bedous est de nouveau opérationnel depuis 2016, voilà 47 ans, qu'il ne se passait, et ne passait plus rien sur la ligne ferroviaire Bedous-Canfranc. Mais depuis le mois de janvier dernier, si les trains ne sont pas encore de la partie, la ligne chasse peu à peu ses fantômes et revit une forme d'animation. Sur les 25 kilomètres qui séparent Bedous de l'entrée du tunnel ferroviaire du Somport (celui qui abrite la frontière franco-espagnole), des équipes réveillent la belle endormie cachée depuis près d'un demi siècle au milieu d'une végétation conquérante. Après le débroussaillage de l'ancienne voie ferrée, des investigations et études sont en effet en cours, sous la houlette de SNCF Réseau, afin de récolter les données qui permettront la réalisation d'études sur les options de réouverture de la ligne tant désirée par la Région et son Président Alain Rousset. Une visite de terrain était organisée jeudi 22 novembre dans le décor montagneux de la haute vallée d'Aspe.

Depuis la RN 134 qui relie Bedous à la frontière espagnole, on aperçoit désormais facilement l'ancienne ligne ferroviaire que près de 50 ans d'abandon, suite à l'effondrement du Pont de l'Estanguet causé par le déraillement d'un train en 1970, n'ont pas épargné. Ce n'était pas le cas il y a un an à peine. De janvier à mi-mars 2018 puis de mi-août au début de ce mois de novembre, débroussaillage, abattage, élagage, évacuation de blocs rocheux, curage de fossés, nettoyage des ouvrages d'art ou encore de dégagement des têtes de tunnels ont été réalisés par la SNCF et l'ONF. « Ce chantier a été réalisé en deux phases pour respecter les périodes de reproduction et de nidation de la faune sauvage », indique David Keller responsable des opérations pour SNCF Réseau. Des enjeux environnementaux également pris en compte par la mise en place de mesures particulières sur les zones abritant des espèces protégées (faune et flore), le tout régulièrement surveillé et contrôlé par un écologue.

« On constate plutôt un bon état de conservation du patrimoine »
Au fur et à mesure de ce grand nettoyage, ce sont les chantiers d'investigations qui ont pu se mettre en place. Ceux-ci ont mobilisé une quinzaine d'entreprises, et leur sous-traitant, sur le site concerné (de Bedous à l'entrée du tunnel du Somport) « soit une trentaine de personnes présentes chaque jour, atteignant au plus fort de l'activité jusqu'à 80 personnes régies par un programme hebdomadaire de travaux donnant lieu à des réunions quasi quotidiennes en période de pointe », détaille David Keller. « Une nécessité pour la bonne organisation et la sécurité des chantiers d'investigation », le tout non sans encombre en termes notamment de contraintes d'accès dans cette zone montagneuse, et de la circulation sur la RN 134 adjacente.
Ces travaux d'investigation ont notamment permis de réaliser des sondages géotechniques, ainsi que des levées topographiques classiques (réalisées au printemps dernier) ainsi que par survols hélicoptères qui démarraient ce 22 novembre. « L'objectif de cette étape d'investigation est d'acquérir les connaissances techniques et topographiques nécessaires pour pouvoir lancer les études de conceptions qui détermineront les choix à faire pour que cette ligne puisse à nouveau faire passer des convois. En d'autres termes, ces différentes études de terrain vont nous permettre de décider des aménagements à faire pour pouvoir reprendre l'exploitation ferroviaire de cette voie », synthétise Alain Autruffe, Directeur territorial SNCF Réseau pour la Nouvelle-Aquitaine.
Si bien sûr le temps n'est pas encore à l'analyse fine (les investigations se terminant dans une poignées de jours), le premier diagnostic tiré par David Keller est plutôt optimiste. « On constate plutôt un bon état de conservation du patrimoine, tant sur les tunnels (le tronçon concerné en compte 16, dont un tunnel hélicoïdal « bijou de réalisation pour l'époque », selon les ingénieurs SNCF, ndlr) que sur les rambardes. » Les gros ouvrages métalliques, qui bien sûr, ont aussi été inspectés, sont également « en bon état et seront conservés », ajoute Fabien Garcia, chef de projet SNCF sur l'opération.

Structures metalliques sont en bon état sur l'ancienne voie ferrée reliant Bedous à Canfranc

Quelques mauvaises surprises
La rénovation à venir n'échappera pour autant pas au changement des voies et ballast dont le visiteur lambda peut non seulement facilement constater la dégradation, mais qui de toute manière ne correspondent plus aux standards actuels. Pour autant quelques mauvaises surprises ont tout de même été découvertes à l'occasion de ces investigations. Les forages ont par exemple révélé la présence de roches très fragmentées à proximité (moins de 4 mètres) du tunnel du Portalet. Un "détail" démontrant que clui-ci a été construit dans des éboulis, les ingénieurs du début du siècles ayant vraisemblablement procédé par des techniques à l'explosif. « Les forages que nous réalisons nous permettent de caractériser l'intégralité du massif, et ainsi de localiser les failles qui pourraient créer des fissures sur les ouvrages », explique Fabien Garcia.
Autre point qui demandera réflexion : le tunnel du Peilhou, à proximité immédiate du tunnel international du Somport, est « dans un état de délabrement avancé », faisant ainsi exception aux expertises réalisées sur les autres ouvrages. « La question sera donc de savoir si on répare ce tunnel, si on en creuse un autre, ou si on construit un viaduc.. », explique le chef de projet. Autant d'hypothèses que les différents sondages réalisés dans le massif autour du tunnel et jusqu'à 90 mètres de profondeur, ainsi que les relevés topographiques, permettront de trancher... sans oublier le critère du prix qui pourrait arbitrer par une liaison en extérieur, à priori moins coûteuse selon le professionnel.

Un atelier de sondage à proximité du tunnel du Peilhou

Caractère international ou intérêt local ?
Une question des financements qui restent encore d'ailleurs un des points d'interrogation de ce projet de réouverture de la ligne. Si le programme d'études de 14,7 M€, qui intègre notamment les investigations techniques qui se terminent actuellement et l'étude d'avant-projet pour la conception du tronçon, est co-financé par l'Union européenne à 50% en raison du caractère international de la ligne, au côté de la Région Nouvelle-Aquitaine, du Gouvernement d'Aragon, et des Etats français et espagnols, le financement des éventuels futurs travaux n'est en effet, quant à lui, pas encore assuré. La remise en service du tronçon est pour l'heure estimée à 450 M€ ; or la seule volonté politique, certes forte, des collectivités territoriales de part et d'autre de la frontière ne pourra suffire à la financer.
Si l'Europe pourrait bien poursuivre son accompagnement du fait de son classement de la ligne au sein du Réseau Transeuropéen de Transport, rien n'est moins sûr en ce qui concerne l'Etat français. Et pour cause en février dernier le conseil d'orientation des infrastructures a considéré ce projet d'un seul « intérêt local dont le caractère prioritaire pour l'Etat n'apparaît pas clairement ». Un classement qui ne rend « pas utile de mobiliser des financements nationaux pour ce projet ». Un projet qui agite d'ailleurs souvent violemment les passions au sein même de l'hémicycle régional avec une opposition fortement mobilisée contre ce qu'elle nomme le « tchou tchou des Pyrénées ». Toujours est-il que ce 22 novembre, dans la fraîcheur de la haute vallée d'Aspe, élus régionaux socialistes et écologistes présents lors de la visite de chantier étaient quant à eux plus que satisfaits de « voir enfin avancer les choses après des années de combat en ce sens ».

Une partie de la délégation des élus régionaux venus assiter à la visite de chantier de la ligne Bedous Canfranc

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
12212
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
sistel | 07/11/2019

bj bravo a tous des hommes et des femmes pour ce projet a l" ancienne merc monsieur rousset

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Côté Ô Société | 08/04/2020

Vague de solidarité dans les campings du groupe Côté Ô

Distribution du Collectif Solidarité-Continuité Alimentaire Bordeaux Société | 08/04/2020

Précarité étudiante: entre chômage partiel et difficultés alimentaires, le confinement s'avère difficile

Hubert Herbreteau évêque d'Agen Société | 07/04/2020

« Cultivons notre espace intérieur en cette période de confinement » Hubert Herbreteau, évêque d’Agen

L'ESSCA Société | 06/04/2020

Confinement : l’innovation dans l’enseignement à distance des Ecoles supérieures

Sport à la maison Société | 05/04/2020

A Bordeaux, les acteurs du sport s’adaptent au confinement

Opération de contrôle à l'entrée de l'île d'Oleron le 3 avril 2020 pour éviter l'affluence des touristes Société | 04/04/2020

Covid-19 : En Charente-Maritime, les vacanciers ne sont pas les bienvenus

Aurélien Leroy Pôle Emploi Société | 03/04/2020

Covid-19 : pour Aurélien Leroy, responsable régional de Pôle Emploi, il faudra "continuer à s'adapter"

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 02/04/2020

Covid-19 : La Rochelle ouvre ses premiers centres de consultation publiques

Angélique, infirmière libérale en milieu rural à l'heure du Covid 19 Société | 01/04/2020

Angélique, infirmière libérale en milieu rural : « Nous acceptons toute l'aide que l'on nous propose ! »

Banque Alimentaire 2020 Société | 31/03/2020

Face à l'épidémie du Covid-19, la distribution alimentaire se réorganise en Nouvelle-Aquitaine

masques Société | 31/03/2020

Solidarité et masques en tissu : nouveau combat dans des communes en Gironde

Hopital de Bayonne Société | 30/03/2020

Le Plan blanc Aquitaine s'étend jusqu'au Pays basque

Les supporters de l'UBB célèbrent la victoire Société | 29/03/2020

Union Bordeaux-Bègles : l'histoire fait la force

"Construire un lieu différent qui serait le lieu des possibles pour les jeunes porteurs de TSA et leur famille », tel est l'objectif du Conseil départemental des Landes, en partenariat avec le milieu associatif et les différentes institutions Société | 28/03/2020

"Chacun sa vie, chacun sa réussite", l'ambitieux projet landais pour les jeunes autistes

Hall centre hospitalier Bayonne Société | 27/03/2020

Un appel du Centre hospitalier de Bayonne qui... interpelle