Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La maltraitance des enfants, un sujet encore tabou

18/01/2013 | La conférence organisée par Cubeek ce jeudi 17 janvier a rempli tout un amphithéâtre à Bordeaux

La conférence sur la maltraitance à Bordeaux a fait salle comble

C'est un sujet dont on parle trop peu. Pourtant, la maltraitance des enfants est un fléau et a un coût social extrêmement important et sous-estimé. CubeekEvents, la branche évènementielle du magazine bordelais Cubeek a organisé jeudi 17 janvier une conférence publique gratuite sur ce thème de la maltraitance des enfants. Elle était placée sous l’égide de la chaire Unitwin Unesco « Aborder la violence : un défi transdisciplinaire » et en partenariat avec la ville de Bordeaux. Le débat a attiré beaucoup de monde et a été passionnant, avec la révélation de chiffres étonnants, qui font froid dans le dos...

Chaque jour, un enfant décède suite à des violences familiales. C’est ce qu’affirme le psychiatre Gérard Lopez dans son livre "Enfants violés et violentés : le scandale ignoré" aux éditions Dunod, qui vient de paraître. Pour lui, comme d’autres professionnels, les statistiques et les enquêtes concernant la maltraitance infantile ne sont ni assez nombreuses ni assez complètes pour évaluer l’ampleur de ce problème de santé publique qui serait largement sous-estimé. Des centaines de milliers de victimes seraient "oubliées"... Or, "le coût pour la société en matière de santé publique est très important. Et ce fléau touche toutes les couches sociales", rappelle le Dr Labri Benali, médecin-légiste au Cauva (Centre d'accueil d'urgence des victimes d'agression) à Bordeaux. "Que devient une fille violée à 10 ans quand elle a 30 ans ? Lorsqu'un enfant est maltraité, cela le marque à vie", poursuit-il.

Les prisons sont pleines d'adultes maltraités enfantLa recherche démontre que les enfants maltraités présentent de graves troubles du comportement. Devenus adultes, ils risquent 5 fois plus d’états dépressifs, 12 fois plus tentatives de suicide, 7 fois plus d’être alcoolique, 5 fois plus d’être toxicomane, 4 fois plus d’être bronchitique chronique, 2 fois plus de présenter un cancer, etc. En fait, les prisons sont pleines d'adultes maltraités enfants. Les chiffres délivrés par ces professionnels sont édifiants : 1 à 2 enfants meurent par jour sous les coups. Malgré tout, les signalements sont rares. Il n'y a eu aucun signalement à Paris en 2006.
Comment expliquer que le sujet reste encore tabou ? "Nos politiques n'ont pas encore pris la mesure du problème", déplore le Dr Labri Benali. "Il y a aussi une idéologie aujourd'hui qui fait croire que les enfants sont dangereux... pour les parents", s'indigne Gilles Lazimi, médecin généraliste du Centre Municipal de santé de Romainville et membre du Collectif féministe contre le viol et de SOS femmes 93. Il suffit de prendre, sans recuil, la Une du Nouvel Obs de cette semaine pour s'en convaincre. Le titre de Une est édifiant : "Nos enfants, ces tyrans". "La maltraitance des enfants découle aussi d'une forme d'éducation qui est axée domination. Dans les cas de maltraitance qui bien souvent durent parfois sur plusieurs années, l'enfant devient un objet", analyse Gérard Lopez, psychiatre, directeur du centre de psychothérapie de l'institut de victimologie.
Les raisons de ce déni s’enracinent dans la culture. L’enfant doit respecter ses parents comme l’affirment les 10 Commandements et… le Code civil, et en toutes circonstances. Aujourd'hui, même les institutions ne jouent pas toujours leur rôle. "Un enfant a été enfermé pendant un an, mais l'école ne s'en est pas préoccupé !", regrette-t-il. A l'évidence, la prévention est nécessaire pour faire changer les mentalités. Et, pour cela, il faut un message fort des politiques et une vraie formation des médecins au problème.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
1463
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
SOS Parents Abusés | 23/01/2013

Et la maltraitance institutionnel aux enfants placés est aussi un fléau, bien caché de nos administrations de la protection de l'enfance, l'ASE.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !