Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La préfecture de Gironde continue à procéder à des reconduites à la frontière en toute illégalité, selon la Cimade

12/08/2011 |

Le livre de la Cimade raconte l'enfer  que vivent les sans papiers

Le 2 août, nous nous étions fait l'écho de l'indignation de la Cimade après le maintien illégal en détention de Ghotra Bhupinder Singh, ressortissant indien vivant en Italie, à Bordeaux. Malgré une décision de justice demandant sa remise en liberté, il avait été interpellé le 29 juillet en situation irrégulière à la gare de Bordeaux Saint-Jean, alors qu'il s'apprêtait à prendre un train pour rentrer dans son pays de résidence. En dépit de l'indignation des associations et des magistrats, la préfecture de Gironde aurait récemment récidivé, ainsi en faisant fi des lois de la République.

C'est un communiqué de presse inter-associatif (La Cimade, Syndicat de Avocats de France et Syndicat de la Magistrature), qui nous a alertés de cette nouvelle "affaire". Le 9 août, deux Soudanais ont été interpellés en gare de Bordeaux et placés en garde-à-vue pour séjour irrégulier. Conduits au centre de rétention, par l'intermédiaire de leur avocat, ils saisissent le juge des libertés et de la détention pour qu'il annule la garde-à-vue. "Dès le 10 aout, le juge des libertés et de la détention adressa les convocations à l'audience du lendemain, à 14 heures, mais, au petit matin du 11 aout, la Préfecture, sans avertir leur avocat, sans attendre l'audience, choisit de mobiliser et un véhicule et du personnel de police pour les reconduire à la frontière italienne", dénonce le texte de ce communiqué. Des méthodes indignes du "pays des droits de l'homme", qui peuvent surprendre. Le 2 août, la Préfecture de Bordeaux, avait déjà reconduit un Indien à la frontière, foulant aux pieds une décision de justice qui ordonnait sa remise en liberté. Après l'avoir contesté, elle avait fini par reconnaître un "dysfonctionnement". Une enquête est d'ailleurs en cours.

"Une stratégie délibérée d'évitement du juge"
"Il apparaît, aujourd'hui, qu'il s'agit, au contraire, non d'un dysfonctionnement ponctuel, mais d'une stratégie délibérée d'évitement du juge, garant des libertés. La préfecture "fait du chiffre", au mépris des règles de droit, au mépris des décisions de la Cour de Justice de l'Union Européenne, au mépris des arrêts de Cour d'appel de Bordeaux qui a ordonné la levée de la rétention administrative d'étrangers placés en garde-à-vue au seul motif de leur séjour irrégulier", tempêtent la Cimade, le Syndicat de Avocats de France et le Syndicat de la Magistrature. "Nous nous étonnons de "l'inertie" du Procureur de la République qui laisse perdurer des placements en garde-à vue pourtant irréguliers et demandons instamment au Préfet de Gironde mettre un terme à ces pratiques illégales", demandent-ils dans leur communiqué. La préfecture de Gironde a-t-elle reçu des ordres du ministère de l'Intérieur pour atteindre coûte que coûte le chiffre de 30 000 sans papiers expulsés cette année ? On est en droit de se poser des questions. Si c'est le cas, c'est une dérive inquiétante de notre République. De son côté, le préfet de la Gironde, Patrick Stefanini, a récusé vendredi tout caractère irrégulier de la procédure d'éloignement, invoquant la récente loi sur l'immigration.

"Les avocats de ces deux ressortissants, en choisissant de s'adresser au juge judiciaire pour se prononcer sur la légalité de la rétention, ont commis une erreur de procédure", a indiqué le préfet.

Il a rappelé que la nouvelle loi sur l'immigration "réserve, pendant une période de cinq jours à compter du début de la rétention, au juge administratif la compétence pour se prononcer sur la légalité de la mesure d'éloignement".


Crédit photo : Cimade

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
298
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !