17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | La presse hebdomadaire régionale en conclave à Biarritz

29/05/2015 | C'est "la Semaine du Pays basque" qui a accueilli cette année sur la Côte basque le 42e congrès de la SPHR qui a procédé à la nomination d'un nouveau président: Vincent David.

Congres presse départementale

La Une de "Phrases directes", le quotidien du congrès du Syndicat de la presse hebdomadaire qui se tient depuis jeudi et aujourd'hui encore à Biarritz l'indiquait: "Mission ultime pour le nouveau président Vincent David: surfer dans le sillon de son prédécesseur Eric Lejeune tout en recherchant la vague qui maintiendra la Presse hebdomadaire régionale hors de l'eau. Mais gare aux requins". Cette image carte postale inspirée par la Côte basque illustre bien les défis pressants qui se font jour, pour la presse papier. Un signe? L'hebdo basque qui accueillait tous ces titres a, pour la première fois, fait des bénéfices

 

En ce jeudi matin, c'est l'adjoint au maire, Guy Lafite qui a ouvert le 42e congrès de la presse hebdomadaire régionale présidée jusqu'à ce jour par Eric Lejeune et auquel a succédé  lors de l'assemblée générale de ce jeudi Vincent David, président directeur du groupe "Courrier français". Guy Lafite représentait le maire de la ville Michel Veunac, car celui-ci était officiellement, "empêché par un déplacement imprévu". Mais les journalistes, qu'ils soient de la presse quotidienne ou hebdomadaire, ne pouvaient ignorer qu'au petit matin, des armes et des explosifs pouvant appartenir à ETA avaient été découvertes dans une villa de maître occupée par une architecte et son compagnon... Au coeur de la ville de Michel Veunac.

Dans son discours, Guy Lafite a souligné ce point commun entre les élus et les journalistes de région: un lien de proximité avec leur territoire.  Une activité difficile, solide car indispensable auprès des gens, mais qui pose question sur l'évolution des moyens d'informations. Quel modèle économique? Comment combiner l'information dématérialisée et le papier. Puis, plus politique, il évoqua les relations, parfois compliquées, élus-journalistes, la responsabilité de la presse, reflet d'un territoire qui ne doit pas être que le reflet de ce territoire mais garder une certaine distance. " C'est votre rôle que de faire office de poil à gratter", mais il faut savoir aussi garder des distances, du recul sur l'info. " Et de faire évidemment allusion à l'emballement médiatique qui a accompagné les (malheureuses) péripéties de l'Aviron Bayonnais et du Biarritz Olympique.

Du pain béni pour les organisateurs que cette introduction, car cette révolution des usages était la teneur du débat qui suivait, présenté par Bruno Hocquart de Turtot, directeur de ce syndicat qui représente 280 titres différents et  animé par Florent Rimbert.  Equation à résoudre: dans une société  l'information n'a jamais connu une telle profusion, disponible partout et à tout moment, avec une multiplication de supports, comment répondre à cette véritable révolution des usages? Et des usagers, des consommateurs d'info, avec. D'autant que la plupart des  hebdomadaires départementaux ou régionaux ont pris du retard dans la valse des techniques nouvelles, souvent par manque de moyens financiers.

Les ravages dans un premier temps et la remise en question du papier par les technologies nouvelles sont illustrées par ces imprimeurs de Roto Centre à Orléans qui tenaient un stand de partenaires à Biarritz. Ils assuraient, jusque il n'y a guère, la sortie de "Paru-vendu" balayé en quelques années par toute la kirielle de sites d'annonces gratuites sur le web. L'un de ses co-gérants, Marc Ducatillon se rappelle: "Nous avions un chiffre d'affaires de 9 millions d'euros, celui-ci est descendu à 2,5 millions. Nous avons du nous battre et nous sommes orientés vers une presse spécialisée. Dans les domaines agricole et hôtelier entre autres. Nous sommes parvenus à remonter la pente. Avec 15 employés nous avons atteints 3,5 million de CA, soit un exercice d'1 million d'euros de progression et sommes en négociation pour un deuxième centre d'impression à Amiens. A terme,  nous espérons porter nos effectifs à 45 personnes." La douloureuse mésaventure de "Paru vendu" les a obligés à tout remettre en question. A commencer par eux mêmes.

Hubert De Caslou: de "La Semaine du Pays basque" à "Air et Cosmos"

C'est l'hebdomadaire "La Semaine du Pays basque" qui accueillait ce congrès de la presse hebdomadaire régionale. Créé à la fin de l'été de 1993 par Roland Machenaud, acquis en 1998 par le groupe "Sud Ouest", Hubert de Caslou en a racheté la majorité des part avant de l'acquérir totalement en 2009. (sur notgre photo avec Vincent David et Guy Lafite) Cet hebdomadaire qui compte 7 permanents et 26 correspondants a acquis sa notoriété grâce à un grand esprit d'indépendance, pour ne pas dire parfois d'impertinence. Son tirage varie de 6 000 à 8 000 exemplaires l'été. Il a enfouché aussi les techniqDavid, De Caslou, Lafiteues nouvelles à traves une newsletter quotdienne envoyée à plus de 10 000 contacts, une appli Iphone et androïd. "Pour la première fois, la Semaine a connu son premier solde positif en 2013, depuis sa création", remarque son propriétaire... De quoi apporter un souffle d'optimisme pour cette  presse hebdomadaire régionale?

"Pour moi, ce congrès est l'occasion, pour la Semaine et mon équipe, de montrer aux acteurs locaux, politiques, économique qu'il existe sur l'ensemble du territoire et en France des acteurs qui agissent en hyper proximité, acteurs d'information certes, mais surtout  des acteurs de développement et de territoire." exprime Hubert de Caslou. De manière plus large, quand 200 patrons de presse de territoire se rassemblent c'est l'occasion de lancer un message aussi à tous ceux qui pensent que la solution consistant à la construction de grandes régions que j'appellerais 'hors sol' ne répondront certainement pas à toutes les probèmatiques qui se posent au niveau le plus proche de la vie quotidienne des hommes et des femmes qui vivent dans ce territoire. Nous, à la Semaine, on est résolument d'ici, c'est à dire porteurs des valeurs du Pays basque, d'identité basque, fiere et sereine, dans un environnement aux valeurs chrétiennes. La Semaine est un média non prosélyte, ouvert et qui fait de la confrontation des idées et des opinions un fer de lance."

Depuis 2013, Hubert De Caslou a aussi repris la revue aéronautique "Air et Cosmos". A un mur du son, pourrait-on penser,  de la vie locale et paisible du Pays basque.  "Non pas vraiment. Je crois à la force des communautés qui veulent construire des territoires, qui sont aujourd'hui, soit géographiques, soit thématiques. L'aéronautique est une communauté extrèmement forte, passionnée, très professionelle et fer de lance d'une éconnomie conquérante. Je dirais  que la stratégie d'"Air et Cosmos" est un mouvement qui part des territoires et va vers l'international, à  l'export. Il est l'acteur de valorisation et de développement de cette industrie avec, je dirais, un regard amical et affectueux pour toutes les sociétés aéronautiques  du Pays Basque et du sud de l'Aquitaine qui font déjà l'objet de traitement dans ses colonnes. Un exemple? Pierre Oteiza sera présent aux côtés d'"Air et Cosmos" au prochain Salon du Bourget. Il n'y a pas de succès qui ne s'appuie sur une véritable dynamique collective."

Aujourd'hui, le serpent de mer: l'avenir de la presse locale

Aujourd'hui, grand forum en fin de matinée avec la question qui revient comme un serpent de mer, un sparadrap : "L'avenir de la presse locale". Quel visage aura-t-elle donc demain? On pourrait presque ajouter insolemment, cet après-midi, tant elle est fulgurante. Patrick Eveno, professeur de la Sorbonne, spécialiste des medias et président de l'OJD, qui offre les plus gros stress aux patrons de presse à la lecture des chiffres de diffusion sera présent. Et bien entouré: Joël Aubert, directeur du site d'informations régionales aqui.fr et ancien directeur de la rédaction du grand quotidien régional "Sud Ouest'; Patrick Venries, directeur général délégué de ce même groupe "Sud Ouest", après avoir vécu la presse quotidienne régionale, la PQR, au groupe La Dépêche du Midi; Cécile Dupont, "La Gazette Ariégeoise" et Thierry du Par, économiste et auteur de "Economie de proximité et de revitalisation des territoires. Que son devenir soit vite inscrit dans le marbre. Comme disaient les typos à l'époque dans les imprimeries ou dans les ateliers de la presse écrite

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1876
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !