12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La presse se réinvente aux tribunes de la presse, à Arcachon.

02/10/2011 |

Tribunes de la presse

La presse d'aujourd'hui est sens dessus dessous. L'arrivée d'internet a bouleversé le paysage de la presse. Lors de la deuxième journée des Tribunes de la presse, à Arcachon, tout le monde se remet en question, des patrons de presse aux journalistes. Les premiers parlent de crises, avec un modèle économique à sauver face au danger d'un cercle vicieux. Les autres parlent de révolutions, avec une éthique journalistique à respecter face aux dangers d'internet.

La presse française est la plus chère, la moins paginée, la moins lue et la plus aidée ! Une aide qui devait aller obligatoirement dans les outils industriels, comme les rotatives ! Les investissements sur vingt ans ne sont plus dans le timing des médias contemporains et à l'heure d'internet on ne peut que constater l'échec flagrant de ce modèle. « C'està caus de e la lourdeur de leur outil que les quotidiens généralistes sont les plus fragiles (Grosse rédaction et outil industriel pas flexible) expliqueJean-Noel Jeanneney, historien et ancien président de la BNF, qui rappelle aussi que, dans les années 1975, les patrons de presse ont refusé de suivre Emilien Amaury dans le conflit violent qui l'opposa au syndicat du livre. » Les avantages concédés à ces derniers pèsent encore lourdement sur les coûts de fabrication des journaux. Et depuis 1980 la PQR s'est affaiblie partout où il y a des grandes villes et depuis 10 ans le journal le Monde affiche un déficit cumulé de 280 millions d'euros. Néanmoins, Louis Dreyfus, président du directoire du Groupe Le Monde, précise que«même si les journaux perdent de l'argent, ils ne meurent pas.On n'a recensé qu'un mort depuis 15 ans, c'était Info-matin en 1995. »

« Le budget d'un correspondant à Bagdad c'est le coût du journal en ligne Huffington Post. »
Les pratiques ont évolué, explique Jean-Marie Charon, chercheur à l'EHESS : « le lectorat des15-25 ans a baissé de moitié en 10 ans et le développement du web, des smartphones, tablettes et autres e-papern'est pas prêt de s'arrêter. Dans quelle mesure seraient-ils prêts à payer le prix des journaux ? »Convaincu que le papier vivait ses dernières heures, le journal anglais "The Guardian" a tout misé sur le numérique, raconte David Leigh, rédacteur en chef Investigation. Grâce à un lectorat anglophone gigantesque ( + de 10 millions de lecteurs aux Etats-Unis),internet a fourni au Guardianune ouverture extraordinaire sur le monde.Ledirectoire du "Monde", quant à lui, a décidé d'investir dans la qualité du journal en engageant 33 journalistes et en fusionnant la rédaction papier et la rédaction en ligne. Et le grand quotidien du soir retrouve des lecteurs : + 34% sur le web et les médias sociaux (Facebook et tweeter).Seulement, entre les médias et le public se sontglissés les moteurs de recherche et les réseaux sociaux ( Facebook, twitter) qui vendent les informations collectées sur les consommateurs d'articles.Faut-il faire payer ces «infomédiaires ? ». Pour Jean-Marie Charonla réponse est claire : « Comme des coucous ils se sont installé dans les nids des rédactions. C'est du brigandage.Les journaux doivent se mettre au niveau et se lancer dans la bagarre pour savoir qui va collecter et valoriser les informations sur les clients. »

Les règles du métier

L'affaire Murdock révélée par le "Guardian" a renforcé la crise morale qui secoue le journalisme. Pour répondre à la perte de confiance des lecteurs, le journal anglais s'est différencié par une information réfléchie, « qui ne se produit pas dans les 10 minutes », sourit David Leigh. Vérifier, s'assurer des sources, les règles de base du journalisme, n'ont jamais été aussi importantes qu'aujourd'hui. N'importe qui peut rendre disponible très rapidement et à très grande échelle des vidéos et des enregistrements. De nouveaux problèmes éthiques arrivent avec internet. David Leigh soumet le problème du Telegraph qui a accepté de payer un informateur pour se procurer un listing des frais de bouche des parlementaires britanniques. Suite à la publication, des parlementaires ont été incarcérés. Claude Angeli, rédacteur en chef du Canard enchaîné, qui admet que les commissions parlementaires doivent prendre le relais des révélations de la presse d'investigation, répond qu'il paye les pigistes, mais pas l'information, pas plus qu'il ne traite celle envoyée par des anonymes. Philippe Chaffanjon, directeur de France info, et Claude Angeli, avouent qu'ils n'ont pas voulu utiliser les enregistrements du maître d'hôtel à l'époque de l'affaire Bettancourt, faute d'une vérification tout à fait sûre. « On vole une information lorsque les pouvoirs ne veulent pas qu'on l'obtienne. On cherche dans la périphérie quelqu'un qui nous la donne. Mais on n'enregistre pas les gars ! », explique Claude Angeli. Abdou Latif Coulibaly, journaliste d'investigation, directeur de la Gazette de Dakar, insiste sur la manière dont on utilise les nouvelles technologies : « internet nous permet d'enquêter avec davantage de sources d'information, mais ce n'est qu'un moyen et pas une fin. »

Olivier Darrioumerle

Partager sur Facebook
Vu par vous
240
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !