18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | La quinzaine de l'égalité consacre une tribune à l'esclavage moderne

19/11/2014 | Organisé par le CRAN, la Mairie de Bordeaux dans le cadre de la quinzaine de l'égalité, le débat sur l'esclavage moderne s'est tenu mercredi au Musée d'Aquitaine

Esclavage moderne et dignité humaine étaient notamment les principaux sujets de ce débat dans le cadre de la Quinzaine de l'égalité

C'est dans le cadre de la première édition de la Quinzaine de l'égalité organisée par la mairie de Bordeaux du 12 au 27 novembre qu'a eu lieu ce mercredi un débat sur l'esclavage moderne. Organisé par le CRAN Aquitaine et l'association marocaine ADD&INN, il donnait l'occasion à plusieurs experts d'intervenir sur la question des flux migratoires et des multiples situations d'esclavage présentes à travers le monde. Petit florilège des déclarations les plus emblématiques.

Esclavage moderne : "Quand le manque de bien être et l'absence de Droits conduisent à l'immigration irrégulière et à l'atteinte de la dignité humaine". C'est ainsi qu'était présenté le débat qui avait lieu ce mercredi après-midi au Musée d'Aquitaine. Pour l'occasion, une trentaine de personnes étaient présentes pour écouter les déclarations des différents intervenants spécialistes du sujet et intervenir dans le débat qui a suivi, dans cette soirée spéciale organisée par le CRAN Aquitaine (Conseil représentatif des Associations noires) et l'ADD&INN (Association pour le Développement et l'Innovation). Marik Fetouh, adjoint au maire de Bordeaux responsable de l'égalité et de la citoyenneté, a notamment rappelé dans son introduction que l'esclavage, en principe aboli depuis longtemps, est encore une réalité économique, humaine et sociale". Une récente étude de l'ONG Walk Free d'octobre 2014 lui donne raison : il y aurait aujourd'hui environ 30 millions d'esclaves dans le monde, sous différentes formes telles que la prositution, le travail forcé, les enfants vendus, la servitude pour dette, ect. Un crime méconnu mais pourtant bien présent et multiforme, comme le rappelle cette étude du journal Libération

"Un esclavage interdit, mais caché et violent"

Najib Kettani, de l'Organisation Maroc Afrique et actuel conseiller spécial de premier ministre pour le Moyen Orient, a notamment dressé un riche exposé de l'histoire de la colonisation, en précisant "qu'aujourd'hui, beaucoup de pays africains continuent à verser un tribu aux anciens pays colonisateurs. La France a par exemple reçu en tout 500 milliards de dollars en provenance d'Afrique. L'existence de l'esclavage a servi de prétexte humaniste à la constitution des empires coloniaux", assène le spécialiste. "Les européens sont venus "civiliser l'Afrique", alors qu'elle l'était déjà notamment via certains empires constitués comme celui du Mali. Mais les droits de l'homme n'étaient pas encore à la mode". 

Mohammed Zerouali (professeur à la faculté de droit d'Oujda) a situé l'esclavage dans une réalité plus présente. "L'esclavage moderne est interdit, donc caché et violent. Il peut se traduire sous différentes formes pour l'esclave : confiscation des papiers d'identité, abus de vulnérabilité, séquestration et menace d'expulsion, rupture des liens familaux et isolement culturel", a-t-il notamment précisé. "Aujourd'hui, on nous dit que les migrants sont une menace transnationale, on les range parmi les traficants de drogues, les terrorristes. Les migrants font peur, quand on sait que dans la seule Libye, 600 000 subsahariens cherchent à passer les frontières de l'Europe. On nous dit que le travail irrégulier représente des pertes fiscales dans les pays développés, que les migrants seraient responsables de la criminalité transfrontalière. Mais ce serait une chimère de croire que les migrations vont s'arrêter. Les aides européennes sont insuffisantes et elles diminuent d'année en année. Une politique sécuritaire à 100% est contre productive, alors même que l'Union Européenne joue un rôle fondamental dans les relations internationales. Pour arrêter les flux migratoires internationaux, il faut des plans de développements durables dans ces pays, les aider à se développer et ne pas les repousser", terminait Mohammed Zerouali. 

La parole a été donnée aux spectateurs à la suite de la projection d'un film documentaire, et la soirée s'est terminée à la Mairie de Bordeaux (Hôtel de ville) avec un défilé de mode CAFTAN sur le thème "Liberté et égalité" avec des vêtements confectionnés par une styliste marocaine. Le programme complet de la quinzaine de l'égalité, qui se poursuit jusqu'au 27 novembre, est disponible à cette adresse.

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
9702
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
chaoui | 21/11/2014

Je vous remercie pour votre Article, mais c'est dommage que vous avez supprimé l'association AD&INN (marocaine)association pour le développement et l 'innovation qui est l'initiatrice du projet et qui a sollicité le cran association locale en partenariat avec la mairie de Bordeaux pour organiser ces deux événements, elle a ramené 3 experts intervenants, tout son staff pour l'organisation tous ces partenaires associatives (union européenne féminine, génération Ambares plus le film.
En ce qui concerne le défilé, deux stylistes, AD&INN s'est occupée de tout avec le soutien de la mairie de Bordeaux et bien sur son partenaire local. Dommage que vous avez supprimé le logo d'AD&INN et que vous n'avez dit aucun mot sur toute l'équipe de AD&INN

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !