Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La quinzaine de l'égalité consacre une tribune à l'esclavage moderne

19/11/2014 | Organisé par le CRAN, la Mairie de Bordeaux dans le cadre de la quinzaine de l'égalité, le débat sur l'esclavage moderne s'est tenu mercredi au Musée d'Aquitaine

Esclavage moderne et dignité humaine étaient notamment les principaux sujets de ce débat dans le cadre de la Quinzaine de l'égalité

C'est dans le cadre de la première édition de la Quinzaine de l'égalité organisée par la mairie de Bordeaux du 12 au 27 novembre qu'a eu lieu ce mercredi un débat sur l'esclavage moderne. Organisé par le CRAN Aquitaine et l'association marocaine ADD&INN, il donnait l'occasion à plusieurs experts d'intervenir sur la question des flux migratoires et des multiples situations d'esclavage présentes à travers le monde. Petit florilège des déclarations les plus emblématiques.

Esclavage moderne : "Quand le manque de bien être et l'absence de Droits conduisent à l'immigration irrégulière et à l'atteinte de la dignité humaine". C'est ainsi qu'était présenté le débat qui avait lieu ce mercredi après-midi au Musée d'Aquitaine. Pour l'occasion, une trentaine de personnes étaient présentes pour écouter les déclarations des différents intervenants spécialistes du sujet et intervenir dans le débat qui a suivi, dans cette soirée spéciale organisée par le CRAN Aquitaine (Conseil représentatif des Associations noires) et l'ADD&INN (Association pour le Développement et l'Innovation). Marik Fetouh, adjoint au maire de Bordeaux responsable de l'égalité et de la citoyenneté, a notamment rappelé dans son introduction que l'esclavage, en principe aboli depuis longtemps, est encore une réalité économique, humaine et sociale". Une récente étude de l'ONG Walk Free d'octobre 2014 lui donne raison : il y aurait aujourd'hui environ 30 millions d'esclaves dans le monde, sous différentes formes telles que la prositution, le travail forcé, les enfants vendus, la servitude pour dette, ect. Un crime méconnu mais pourtant bien présent et multiforme, comme le rappelle cette étude du journal Libération

"Un esclavage interdit, mais caché et violent"

Najib Kettani, de l'Organisation Maroc Afrique et actuel conseiller spécial de premier ministre pour le Moyen Orient, a notamment dressé un riche exposé de l'histoire de la colonisation, en précisant "qu'aujourd'hui, beaucoup de pays africains continuent à verser un tribu aux anciens pays colonisateurs. La France a par exemple reçu en tout 500 milliards de dollars en provenance d'Afrique. L'existence de l'esclavage a servi de prétexte humaniste à la constitution des empires coloniaux", assène le spécialiste. "Les européens sont venus "civiliser l'Afrique", alors qu'elle l'était déjà notamment via certains empires constitués comme celui du Mali. Mais les droits de l'homme n'étaient pas encore à la mode". 

Mohammed Zerouali (professeur à la faculté de droit d'Oujda) a situé l'esclavage dans une réalité plus présente. "L'esclavage moderne est interdit, donc caché et violent. Il peut se traduire sous différentes formes pour l'esclave : confiscation des papiers d'identité, abus de vulnérabilité, séquestration et menace d'expulsion, rupture des liens familaux et isolement culturel", a-t-il notamment précisé. "Aujourd'hui, on nous dit que les migrants sont une menace transnationale, on les range parmi les traficants de drogues, les terrorristes. Les migrants font peur, quand on sait que dans la seule Libye, 600 000 subsahariens cherchent à passer les frontières de l'Europe. On nous dit que le travail irrégulier représente des pertes fiscales dans les pays développés, que les migrants seraient responsables de la criminalité transfrontalière. Mais ce serait une chimère de croire que les migrations vont s'arrêter. Les aides européennes sont insuffisantes et elles diminuent d'année en année. Une politique sécuritaire à 100% est contre productive, alors même que l'Union Européenne joue un rôle fondamental dans les relations internationales. Pour arrêter les flux migratoires internationaux, il faut des plans de développements durables dans ces pays, les aider à se développer et ne pas les repousser", terminait Mohammed Zerouali. 

La parole a été donnée aux spectateurs à la suite de la projection d'un film documentaire, et la soirée s'est terminée à la Mairie de Bordeaux (Hôtel de ville) avec un défilé de mode CAFTAN sur le thème "Liberté et égalité" avec des vêtements confectionnés par une styliste marocaine. Le programme complet de la quinzaine de l'égalité, qui se poursuit jusqu'au 27 novembre, est disponible à cette adresse.

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
10649
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
chaoui | 21/11/2014

Je vous remercie pour votre Article, mais c'est dommage que vous avez supprimé l'association AD&INN (marocaine)association pour le développement et l 'innovation qui est l'initiatrice du projet et qui a sollicité le cran association locale en partenariat avec la mairie de Bordeaux pour organiser ces deux événements, elle a ramené 3 experts intervenants, tout son staff pour l'organisation tous ces partenaires associatives (union européenne féminine, génération Ambares plus le film.
En ce qui concerne le défilé, deux stylistes, AD&INN s'est occupée de tout avec le soutien de la mairie de Bordeaux et bien sur son partenaire local. Dommage que vous avez supprimé le logo d'AD&INN et que vous n'avez dit aucun mot sur toute l'équipe de AD&INN

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !