17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | La région Aquitaine veut faire progresser le nombre d'apprentis

09/09/2014 | La région Aquitaine, les chambres d'agriculture, de Commerce, et de Métiers et d'artisanat lancent une vaste campagne de promotion en faveur de l'apprentissage.

1718 contrats d'apprentissage ont été signés en 2013 en Dordogne

L'apprentissage ne doit plus être seulement considéré comme une voie de garage pour les élèves en échec scolaire, mais comme une réelle opportunité d'intégration dans le monde du travail. 80 % des apprentis ont un emploi trois ans après l'obtention de leur diplôme. Pourtant, il existe de nombreux freins au développement de cette formation en alternance. Comment promouvoir l'apprentissage auprès des jeunes et de familles, était le thème d'une table ronde organisée la semaine dernière par les trois chambres consulaires de la Dordogne. Le but est de former 500 000 apprentis en France d'ici 2017.

L'Etat s'est fixé comme objectif de former 500 000 apprentis en France d'ici 2017. 7% des entreprises de Dordogne ont recours à l'apprentissage, soit exactement le double de la région Aquitaine. Cette formation en alternance fait partie des priorités nationale et régionale. L'apprentissage assure aux jeunes un taux d'insertion professionnelle de 80 % trois ans après la formation. Cette voie de formation qui assure acquisition de savoir faire et un pied dans le monde du travail peut être une aubaine, pour les jeunes et en particuliers les 3900 âgés de moins de 25 ans inscrits à Pole emploi en Dordogne. En fin de semaine dernière, les trois chambres consulaires, en partenariat avec Pole emploi, les services de l'Etat, la Région organisaient une table ronde sur l'apprentissage. Il s'agissait principalement de convaincre de nouvelles entreprises d'embaucher des apprentis et ce malgré le contexte économique, de lever les freins. Et les employeurs sont parfois difficiles à trouver : "j'ai des jeunes mais je n'ai pas toujours les contrats de travail signés en face, déplore un directeur de CFA. "Les freins se sont multipliés, ces deux dernières années, avec le flou de la fiscalité, la suppression de la prime pour les entreprises de plus de onze salariés, intervient Jacqueline Leymarie, élue à la Chambre de commerce et d'industrie de la Dordogne. Le crédit de 1600 euros par an n'est valable aujourd'hui que pour une seule annnée d'apprentissage, contre trois auparavant.  Patrick Meynier, artisan du bâtiment et président de la Chambre de métiers et d'artisanat, évoque le manque de lisibilité des carnets de commandes de bon nombre d'artisans. Un apprenti, la durée d'engagement est minimum de deux ans." Investir sur l'apprentissage pour une entreprise peut s'avérer rentable sur le long terme. "Les chefs d'entreprise sont satisfaits car le coût engendré par les apprentis est compensé par la valeur ajoutée qu'ils créent. C'est une voie de promotion et de réussite sociale. C'est aussi assurer la perennité des entreprises," estime le préfet Jacques Billant. Pourtant, cette voie de formation en alternance a de réels atouts à faire valoir : "100 %  des jeunes formés décrochent un emploi dix huit mois après l'obtention de leur diplôme," précise Jean Charles Marchand, directeur du CFA de la chambre de métiers. "Mais des réformes doivent suivre." Parmi les pistes, des aides au logement  et à la mobilité pour les jeunes qui n'ont pas forcément leur contrat de travail à proximité de leur domicile ou du centre de formation ou envisager l'apprentissage dès 15 ans. 

De réelles réussites La voie de l'apprentissage, c'est aussi de vraies réussites et de belles histoires. Sébastien Deffossez, 26 ans est venu témoigner de son parcours personnel. "Après un bac scientifique, j'ai cherché vers quel secteur m'orienter. Je n'avais aucune idée puis j'ai cherché une formation concrète qui me permette rapidement d'entrer dans le milieu du travail. je n'avais jamais entendu parler de l'apprentissage auparavant. Le jeune homme a obtenu un bac pro de mécanique auto puis un CAP de carrossier à Belvès avant de poursuivre cette année sur un CAP de peintre. "La finalité est pourquoi pas de devenir chef d'entreprise. " Parmi les témoins de cet après-midi consacré à la promotion de l'apprentissage, Guillaume Storini, jeune patron boulanger, passé avec réussite par la voie de l'apprentissage.  Actuellement, il a trois apprentis. " Pour apprendre des métiers comme les nôtres, cette voie de formation est indispensable. Le souci est qu'aujourd'hui : les jeunes et les familles ne sont pas assez informés de la réalité de nos métiers qui sont souvent des métiers "passion" mais avec des contraintes. Nous avons un taux de rupture de contrats assez élevé. Sur 7 apprentis, trois vont aller jusqu'au diplôme." Tout le mois de septembre et d'octobre, les missions locales et les centres de formation d'apprentis, et un réseau de développeurs de l'apprentissage sont mobilisés et organisent des réunions d'informations, le 11 septembre à Périgueux, le 18 septembre à Thiviers, le 8 octobre à Terrasson et à Sarlat.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard et Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1664
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !