Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La révolution tunisienne vue par le poète et écrivain Abdelwahab Meddeb

18/05/2011 |

Abdelwahab Meddeb

Invité hier de la libraire bordelaise Mollat, l'écrivain, professeur et producteur de l'émission « Cultures d'Islam » sur la radio France Culture, Abdelwahab Meddeb était venu présenter son dernier livre « Printemps de Tunis, la métamorphose de l'histoire ». Un livre où il expose une analyse des événements survenus en Tunisie en décembre 2010, entraînant la révolte de tout un peuple. D'origine tunisienne c'est donc une partie de lui-même et de son identité qu'il traite, mais si les enjeux de la révolution tunisienne sont contemporains Meddeb n'hésite pas à mêler les époques et les disciplines pour élever les débats et tisser, avec sa plume de poète, des liens émotionnels et historiques entre cette révolution et celles du passé.

Homme de culture et de réflexion, Abdelwahab Meddeb se réfère notamment à Rousseau, Tocqueville, Hobbes ou encore La Boétie pour alimenter son analyse profonde des évènements tunisiens et leur sens dans l'Histoire. Auteur déjà de plus d'une vingtaine d'ouvrages il révèle la genèse de ce « Printemps de Tunis » aux origines plus intimes « C'est un livre suscité qui rend compte d'un itinéraire et d'un cheminement complexes, mais au final logique et cohérent » explique-t-il. Un cheminement fait, pour lui, d'un « exil occidental » qui l'a construit et lui a donné un regard extérieur, bien qu'avisé, sur la révolution dans son pays d'origine.

Une ampleur surprenante
Comme beaucoup il a d'abord été surpris par l'ampleur du soulèvement, « Bien que la Tunisie comportait tous les éléments pour se révolter, personne ne s'attendait à un tel évènement, à une révolution historique qui toucherait la structure même du pouvoir de ce pays » développe-t-il. Ainsi, d'un hommage appuyé à Mohamed Bouazizi, dont la tentative de suicide par immolation a lancé le mouvement en décembre 2010, c'est toute la population tunisienne qu'il salue « Par définition les révolutions viennent par surprise. Pourquoi ce jour ? Pourquoi à ce moment ? L'effet de surprise d'un acte révolutionnaire c'est une des lois de l'histoire mise en évidence par Tocqueville » affirme Meddeb pour qui la Tunisie « a su passer d'un état de liberté de l'âme à celui de liberté politique, en menant une vraie réflexion sur la démocratie qui doit se construire. On passe de l'état Hobbesien, état de nature, à un climat propice à la démocratie. Mais la menace aujourd'hui c'est l'apparition de luttes intestines continuelles, ce qui serait le pire des états »

Sortir du « choc des civilisations »
Si la révolution a été possible en Tunisie, mais aussi en Egypte, Abdelwahab Meddeb l'explique par plusieurs manières, il se réjouit tout d'abord du déclin d'une vision archaïque de l'Islam « La conjoncture est en train de changer, on comprend enfin que faire de la politique avec la religion n'est plus adapté et grâce au travail critique que nous menons, moi et d'autres intellectuels, nous participons à déconstruire cet Islam barbare pour en montrer toute la complexité et sortir ainsi du choc des civilisations ». Autre élément d'explication selon lui, l'héritage contrasté d'Habib Bourguiba. « La politique bourguibienne d'instruction et sa généralisation a permis aux citoyens de se libérer, cependant nous sommes peut-être en droit d'en vouloir plus à Bourguiba qu'à Ben Ali.» dit-il « C'était un homme cultivé, un enfant de la IIIème République, Il a voulu rompre avec le statut personnel défini dans l'Islam et voulait bousculer la communauté en lui apportant les « lumières », notamment en y amenant l'école et en contrôlant la natalité. L'aspect violent et autoritaire de ses réformes l'ont desservi, il n'a pas réussi à faire le ménage dans ses identités meurtrières et cela a retardé l'appel à la démocratie du peuple tunisien».
Mais plus que ces analyses historiques, Meddeb souligne le rôle de la population elle-même et en particulier des femmes et des jeunes « qui ont été très actifs dans ce processus qui consiste à dessaisir l'Etat de son autorité légitime puis de passer de la défiance à la résistance civile non violente ». Une jeunesse qui a su utiliser les nouvelles technologies et qui a « participé à faire de la politique avec cet outil nouveau qu'est internet et à créer une politique de communauté, différente de celle des partis. Grâce à l'informatique on est passé de la servitude à la liberté sans aucune transition dans le réel, comme cela s'était produit avec les pays de l'Est, où la radio, et notamment les radios américaines avaient lancé le soulèvement contre la dictature »

« Une logique d'accompagnement »
Cependant, Abdelwahab Meddeb est partagé entre espoirs et doutes concernant l'avenir de son pays d'origine. « La Tunisie est dans une phase propice à la démocratie. 60 ans après son indépendance institutionnelle elle est enfin entrée dans sa période post coloniale. A l'image de la révolution française qui a attendu un siècle pour vraiment s'appliquer grâce à Ferry et Jaurès, il a fallu du temps à la Tunisie. Mais il y a souvent un monde entre la fin d'une dictature comme celles de Ben Ali ou de Moubarak en Egypte et l'arrivée à la démocratie. Selon les travaux de Gene Sharp on sait que la chute de l'une n'a pas pour effet direct de produire l'autre. Dans son passage à la démocratie la Tunisie échouera sans l'aide de l'Europe. Il nous faut penser, au moins dans le cadre de la Méditerranée, à un partenariat, mais pour cela il faut déconstruire l'image de peur et entrer dans une logique d'accompagnement »

" Printemps de Tunis, la métamorphose de l'histoire" de Abdelwahab Meddeb, Editions Albin Michel - 174 pages - 14 euros
Crédit Image : Fondation Jean Jaurès

Aymeric Bourlot

Partager sur Facebook
Vu par vous
242
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !