Devenez actionnaire d'aqui.fr

24/01/22 : Elisabeth Badinter, philosophe et Robert Badinter, artisan de l’abolition de la peine de mort, adressent aux élèves du collège d'Angresse (Landes) qui porte désormais leur nom, un message plein d'espoirs en forme de plaidoyer humaniste pour l’école.+ d'info

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/01/22 | Deux-Sèvres : une enquête sur les pratiques alimentaires

    Lire

    Afin de mieux cerner et satisfaire les attentes des Deux-Sèvriens, le Département vient de lancer une grande enquête sur leurs habitudes alimentaires, leurs pratiques... Cette enquête a pour objectif d'harmoniser la demande du consommateur et d'offrir une agriculture responsable. Les résultats de cette enquête seront donnés en mars et constitueront la base du plan d'actions en matière de développement des produits, des outils de transformation et de distribution, et de relocalisation de certaines productions.

  • 25/01/22 | Soldes d’hiver : un démarrage décevant à Bordeaux

    Lire

    D’après une enquête de la CCI Bordeaux Gironde, l’entame des soldes d’hiver ne répond pas aux attentes espérées et ce, depuis quatre ans. En ce début d’année, près de 3/4 des commerçants bordelais se disent déçus quant au démarrage des soldes d’hiver, une baisse de 60% du trafic piéton s’est fait ressentir dans le centre-ville. Cependant, les chiffres d’affaires semblent moins touchés, et les ventes ont bondi durant les fêtes de Noël.

  • 25/01/22 | Robert Doisneau fait déjà 7000 vues au musée de Bayonne

    Lire

    7 000 visiteurs ont déjà découvert les 143 images de différents formats signés du photographe humaniste et pionnier du photojournalisme français, Robert Doisneau. Les rues de Paris, les portraits d’enfants, les célébrités, mais aussi quelques images tirées de son album personnel. Un atelier d’écriture et surtout un concours photo « À la Doisneau » (jusqu’au 13 février) complètent l'exposition. Entrée libre, du mardi au dimanche 13H à 18h, jusqu'au 20 février. DIDAM, 6, quai de Lesseps à Bayonne

  • 25/01/22 | Dordogne : fermeture ponctuelle de la Flow Vélo

    Lire

    Le Conseil départemental de la Dordogne entreprend des travaux d’abattage et d’élagage sur l’ensemble du linéaire de la voie verte Flow Vélo, entre Saint-Pardoux-la-Rivière et Thiviers, à compter du lundi 24 janvier et pour une durée de trois semaines. Ces travaux mobiles nécessitent la fermeture ponctuelle au public de portions de voie. Une signalétique sera mise en place sur chaque entrée pour informer les utilisateurs. La circulation sur la Voie Verte sera rétablie en totalité pour les week-end.

  • 24/01/22 | Lormont (33) expérimente le permis de louer

    Lire

    Afin d'agir "contre le mal logement et inciter les propriétaires à améliorer l’état de leur bien mis en location", la commune de Lormont applique désormais le "permis de louer" principalement sur le secteur Vieux bourg, la "déclaration de mise en location" et, sur l'ensemble de la commune, le "permis de diviser" qui conditionne à une autorisation administrative, les travaux de découpage d’un bien en plusieurs appartements. Les démarches sont à réaliser en ligne auprès des services de Bordeaux Métropole qui met à disposition des cartes interactives sur les périmètres concernés par ces dispositifs.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La sexualité et l’handiparentalité, un tabou !

15/02/2019 | L’émission mensuelle « 4 médias » diffusée sur O2 radio était consacrée à la sexualité des personnes en situation de handicap ainsi qu’à l’handiparentalité…

1

O2 Radio, l’Echo des Collines et Aqui.fr se sont retrouvés comme chaque mois, le 7 février dernier, pour animer une émission commune autour d’une thématique sociétale. Ce mois-ci, « nous avons décidé tout simplement de nous emparer d’un sujet tabou, qui est tu, celui de la sexualité des personnes en situation de handicap et de l’handiparentalité », souligne, d’entrée de jeu, Cendrine Brouard, animatrice de la Radio de la Rive Droite. Pour en parler, trois invités avaient fait le déplacement, Julie Merveilleau, chargée de mission au Centre Ressource Aquitain Vie Intime, Affective, Sexuelle et Handicap, Justine Mackowiak, maman en situation de handicap d'une petite Juliette âgée de 16 mois et Paulo, travailleur au sein de l’ESAT de Floirac…

Le 6 février dernier, Suzana Sabino sortait en librairie son livre baptisé « Ma vie pour deux » aux éditions Arthaud. Suzana Sabino est la femme de Philippe Croizon, cet athlète dépourvu de bras et de jambes qui a traversé la Manche. Au travers de cet opus, cette femme se livre sur sa relation intime avec cet ancien ouvrier. Par ce livre, « j'ai souhaité rassurer certaines personnes confrontées au handicap. Si nous ne faisons pas l'amour de manière classique, la sensualité demeure. Il ne manque rien à notre relation charnelle. Il existe de multiples manières de se faire du bien », souligne cette dernière. La sexualité des personnes en situation de handicap est un véritable tabou aujourd’hui. C’est pour cette raison bien précise que l’émission « 4 médias » diffusée sur O2 Radio le 7 février dernier s’en est emparée. Malgré le handicap, une grossesse « naturelle » Les yeux empreints d’humanité, Justine Mackowiak compte sa grossesse au micro. En fauteuil roulant depuis sa naissance, cette jeune maman était certaine de porter un jour la vie. « Mes parents me le disent encore aujourd’hui, que, petite, je ne cessais de répéter à qui voulait l’entendre, qu’un jour je serais mère. » Des regards dans la rue, des questionnements à son égard, Justine a du faire face aux critiques visuelles. « Lorsque mon ventre a commencé à s’arrondir, certaines personnes autour de moi ou dehors demandé si cette grossesse était naturelle. A croire que je ne peux pas tomber enceinte à cause de mon handicap. Certains m’ont carrément demandé si mon bébé avait été conçu grâce à une FIV. Et non, c’est naturel je leur répondais ». Un corps médical impuissant Pendant sa grossesse, Justine a connu des périodes délicates, comme toutes autres femmes non porteuses de handicap. « A plusieurs reprises, j’ai dû être hospitalisée à cause de nausées et de déshydratation. » Lors de ses séjours à l’hôpital Pellegrin, cette jeune femme a été confrontée au manque de matériel et d’expérience du corps médical. « Dans le service de maternité, aucun matériel était présent pour prendre en charge les personnes en situation de handicap. » Ainsi, Justine a dû apporter son propre lève-personne. « Aussi, j’observais une certaine gêne du corps médical qui n’avait pas l’habitude de gérer des personnes porteuses de handicap comme moi. » Du coup, ses assistantes de vie ont dû élire domicile à l’hôpital. « Mais pour que cela soit possible, j’ai dû demander une dérogation auprès du Conseil départemental. » Après son accouchement, Justine a été très fortement marquée par l’attitude des professionnels de santé. « Ils ne voulaient pas que je prenne mon bébé, alors que je ne suis pas inconsciente quand même, je n’aurai pas mis en danger ma fille. » Ainsi, ils ne souhaitaient pas qu’elle fasse du peau à peau avec son nouveau-né. « Mon compagnon a dû revenir à la charge plusieurs fois pour que j’en sois autorisée ! » Autre affront « ils ne s’adressaient qu’au père et jamais à moi ! » A son départ, le corps médical lui a précisé qu’il avait beaucoup appris à ses côtés. Un Centre pour accueillir, écouter et informer

Centre Ressource Logo

Durant son adolescence, Justine Mackowiak était à l’Institut d’Education Motrice de Talence. Un établissement géré par APF France handicap qui accueille des jeunes âgés de 15 à 25 ans en situation de handicap moteur avec ou sans troubles associés et qui facilite leur inclusion dans les établissements scolaires, universitaires ou de formation professionnelle. En septembre 2015, le Centre Ressource Aquitain Vie Intime, Affective, Sexuelle et Handicap a vu le jour au sein de ce même IEM dans le cadre d’une expérimentation ARS sur 3 ans. Julie Merveilleau est la chargée de mission de ce Centre qui vise à favoriser l’accès aux soins, la santé sexuelle, à réduire les inégalités de chance, à promouvoir l’estime de soi et à contribuer à la construction d’une société ouverte à tous. « Notre action s’inscrit dans le champ de la promotion de la santé, précise Julie Merveilleau, plus spécifiquement celui de la vie affective et sexuelle. Nous nous adressons aux personnes en situation de handicap, aux familles, aux professionnels, aux étudiants sanitaires et sociaux. En clair, à tous ceux qui sont en quête d’informations concrètes et expertes sur les questions autour de la vie affective, sexuelle, familiale et de la parentalité. » Des actions concrètes pour les professionnels Que ce soit dans le domaine de la santé sexuelle ou dans celui de la réduction des risques, le Centre ressource met en œuvre une démarche proactive vis-à-vis des professionnels identifiés du droit commun sensibilisés et rassemblés en réseau, mais aussi via des entretiens individuels ou séances de groupes, visant à délivrer les premiers niveaux d’information nécessaire. « Les professionnels nous ont accueillis très positivement. Nous avons vu des professionnels indignés en constatant la manière différente selon les pays d’aborder cette question de la vie intime, affective et sexuelle. Ils attendent du concret, des actions à mener sur le terrain. Ils sont en demande. Et justement c’est notre mission de les aider à initier des groupes de travail, des échanges de pratiques professionnelles et de leur proposer de la formation professionnelle. » Dans cet esprit-là, le 20 mars prochain, le Centre organise un colloque sur le thème « Vie intime, affective, sexuelle et handicap » où des tables rondes aborderont notamment les questions juridiques et éthiques de la vie affective et sexuelle en institution, nourries de témoignages des bénéficiaires du Centre ressource. L’estime de soi : la clé pour réussir sa vie intimeQue ce soit pour les valides ou les non valides, la question de l’estime de soi est au cœur de la réussite d’une vie intime. « Mes collègues ont honte d’eux-mêmes. Qu’ils aient 20, 30, 40 ou 50 ans, ils ne s’acceptent pas comme ils sont. Du coup, ils s’interdisent toute relation. » Paulo travaille en ESAT -Etablissement et service d’aide par le travail- à Floirac, pour traumatisés crâniens. Il a souhaité vivement participer à cette émission car, dit-il « cette question de la sexualité des personnes en situation de handicap est tabou aujourd’hui et elle ne devrait pas l’être. J’en discute librement avec mes collègues. Je n’ai aucun problème avec ça. Mais malheureusement, je suis bien le seul ! » Encore beaucoup de travail reste à faire pour que les mentalités évoluent, les regards changent afin que chacun soit en confiance…

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
5400
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !