Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

  • 29/09/20 | En Nouvelle-Aquitaine, la Nuit du Droit invite François Mauriac

    Lire

    La Région, l'Ecole des avocats, l'Ordre des avocats et la Conférence du Barreau de Bordeaux s'associent pour fêter la Nuit du Droit ce jeudi 1er octobre. Une Nuit pour le grand public qui marquera les 50 ans de la mort de François Mauriac, en présentiel à l'Hôtel de Région à Bordeaux, et en retransmission simultanée aux Maisons de la Région à Poitiers et à Limoges et sur le site de la Région. A 18h: le procès fictif d'Henriette Canaby, qui inspira le roman Thérèse Desqueyroux, par des élèves avocats, et à 20h30, une table-ronde « Du fait divers au roman : regards croisés sur une œuvre de François Mauriac ».

  • 29/09/20 | La librairie itinérante des Deux-Sèvres reprend la route

    Lire

    A partir du 30 septembre, les Deux-Sèvriens ont rdv avec Terre de lecture. Organisés par la Médiathèque départementale, ces rendez-vous mettent en lumière les lieux de culture indispensables en milieu rural. « L’objectif est d’élargir les publics fréquentant les bibliothèques, de favoriser le rôle de celle-ci dans l’animation locale et de stimuler les projets collectifs entre bibliothèques », pour Esther Mathiet-Lucas, conseillère départementale en charge de la culture.

  • 29/09/20 | Le Concours des Saveurs de Nouvelle-Aquitaine fait escale à Agen

    Lire

    Le 3 octobre, le Conseil Départemental du Lot-et-Garonne accueille le Concours des Saveurs organisé par l’AANA. Il récompense les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories permettant de mettre en lumière le savoir-faire des producteurs locaux. Pour cette session, 200 produits, issus d’une soixantaine de producteurs et artisans, seront jugés par une soixantaine de jurés.

  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante, puis 30 cas à la date du 28 septembre. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | La SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest, "nous sommes à environ 85% de notre capacité maximale"

16/04/2020 | Alors que le gouvernement annonce une nouvelle dérogation pour permettre l'adoption d'animaux ce jeudi 16 avril, petit détour par la SPA de Bordeaux.

La SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest en période de confinement

Alors que le Premier ministre a annoncé samedi dernier la mise en place d’une dérogation de déplacement permettant à partir du jeudi 16 avril 2020 d’adopter des animaux dans des refuges, la SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest de son côté n’ouvrira pas ses portes au public avant la fin du confinement. Un choix motivé à la fois par la sécurité des employés sur le site de Mérignac, mais aussi par les conditions proposées par la dérogation qui ne permettent pas une adoption de qualité selon Gaëlle Deffez-Rault, bénévole chargée de la communication à la SPA 33.

À partir de ce jeudi 16 avril, une nouvelle dérogation de déplacement voit le jour et elle concerne les adoptions d’animaux. Il est donc possible à partir d’aujourd’hui d’adopter un animal dans un refuge, mais avec une marche à suivre très stricte. Le candidat à l’adoption devra avoir choisi préalablement l’animal sur le site du refuge, la SPA en question lui donnera alors un rendez-vous et devra ensuite lui faire parvenir une attestation dématérialisée. L’adoptant devra par la suite se déplacer seul à la SPA pour venir récupérer son animal.

Ces conditions drastiques imposées pour éviter la propagation du Covid-19 ne permettent pas une adoption optimale selon Gaëlle Deffez-Rault, bénévole en charge de la communication à la SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest, « on a choisi de ne pas rouvrir au public avant le 11 mai pour trois raisons. La première c'est que le refuge n'est pas saturé pour le moment et les animaux qui rentrent en fourrière ne sont pas en augmentation. On espère que cela va durer, mais pour l'instant nous sommes à environ 85% de notre capacité maximale chiens et chats confondus », affirme Gaëlle. « Ensuite la deuxième raison c'est pour la sécurité de nos salariés, on est actuellement en sous-effectif et l’on ne veut pas devoir faire face à une vague de contaminations. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'on n’accueille aucun visiteur et aucun bénévole sur site. La fourrière fonctionne toujours pour les animaux trouvés errants qui nous sont ramenés et donc, bien évidemment, on accepte que les propriétaires puissent venir récupérer leurs animaux » rappelle la responsable de la communication.

Des conditions insuffisantes pour garantir des adoptions réussies

Mais ce sont aussi les conditions d’adoption proposées par la dérogation qui ne sont pas satisfaisantes au regard des standards habituels de la SPA de Mérignac et qui poussent le refuge à ne pas rouvrir prématurément, « la dernière raison de notre réouverture après le confinement c'est que nous ne sommes pas favorables à des adoptions sur catalogue », confirme Gaëlle.  « La dérogation qui doit être mise en place pour permettre l'adoption d'animaux prévoit que seulement une personne de la famille se déplace sur site pour venir récupérer l'animal après avoir regardé le catalogue sur internet. Une adoption cela doit être un acte réfléchi et toute la famille doit être impliquée, l'animal doit être vu plusieurs fois avant le choix final et il faut le présenter aux autres potentiels animaux de la famille. C'est tout un processus qui doit se réfléchir à long terme » explique Gaëlle Deffez-Rault qui craint que les étapes primordiales à une adoption réussie ne puissent être remplies dans ce cadre-là.

Le confinement c’est l’occasion pour de nombreuses personnes d’imaginer la possibilité d’accueillir un animal dans leur foyer, « nous recevons un nombre jamais vu de demandes d'adoption de chiens, donc on comprend très bien que les personnes soient très motivées en ce moment pour adopter, car pour la plupart elles ont du temps de libre. Mais un animal ne doit pas être une source d'occupation et l'on craint que lorsque la vie reprendra son cours avec le retour au travail et les enfants à l'école, l'animal n'ait plus sa place dans le foyer », déplore Gaëlle qui souhaite à tout prix que cette situation ne se produise pas, « si on a un boum d'adoptions en avril et que le chenil est plein en juillet comme c'est le cas chaque année ce n’est vraiment pas positif ».

Malgré la volonté de la SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest de respecter le plus possible le processus normal d’adoption, ils ne sont pas ingénus quant à leur position si le refuge avait été plein, « si nous avions été saturés, notre discours aurait été totalement différent et nous n'aurions alors pas eu d'autre choix que de mettre en place le même système que celui proposé par la SPA de Paris » reconnait Gaëlle.  

Des employés qui tiennent bon malgré le sous-effectif

Au-delà de la situation des animaux dans le refuge, qui n’est pas alarmante pour le moment, c’est la situation des salariés qui préoccupe la SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest. « En temps normal, on a 22 employés sur le site de Mérignac, mais avec la situation que l'on connait nous avons 9 salariés de moins car ils se sont mis en arrêt maladie pour garde d'enfants. Pourtant étonnamment la situation n’est pas beaucoup plus difficile puisque tout est plus calme, les salariés travaillent beaucoup plus sereinement, car il n'y a pas l'accueil du public à faire en plus tous les après-midi, on a donc beaucoup plus de temps pour s'occuper des animaux. Pour l'instant, toute l'équipe des salariés gère très bien la situation de sous-effectif malgré les difficultés que cela peut amener », se félicite Gaëlle Deffez-Rault.
Pourtant la santé financière de l’association pourrait se trouver fragilisée si les dons et les adoptions ne reprenaient pas immédiatement à la fin du confinement, « Il y a beaucoup moins de dons matériels et financiers depuis le début du confinement, c'est une certitude. Cela se comprend très bien au regard de la conjoncture actuelle avec un certain nombre de gens au chômage partiel et qui se retrouvent dans une situation financière difficile », assure Gaëlle qui s’inquiète surtout de la reprise rapide des adoptions. « Ce n’est vraiment pas facile de se maintenir donc il va falloir que les adoptions reprennent malgré tout assez rapidement après le confinement. On commence déjà à réfléchir à comment rebooster un petit peu les dons et les adoptions après le déconfinement, car il en va de la survie de l'association », s’alarme-t-elle.

Cependant la reprise est d’ores et déjà chamboulée puisque l’accueil du public se fera dans des conditions bien différentes que ce que propose habituellement le refuge. Les visites libres ne seront plus possibles et il sera nécessaire de prendre un rendez-vous afin de se rendre à la SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest. Les modalités exactes d’accueil ne sont pour le moment pas encore connues, mais pour plus d’informations sur les conditions d’adoptions et la reprise progressive de l’activité rendez-vous, le temps venu, sur le site de la SPA 33 .

Clément  Bordenave
Par Clément Bordenave

Crédit Photo : SPA de Bordeaux et du Sud-Ouest

Partager sur Facebook
Vu par vous
2401
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !