18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Lampedusa, un paradis devenu enfer

19/05/2014 | Vendredi 16 mai, à la maison de l’Europe de Bordeaux, une conférence abordait le thème « Lampedusa: l'horizon d'un monde commun ? ». La maire de Lapedusa était là pour en parler.

Île de Lampedusa

Dans un contexte d’euroscepticisme, où le repli sur soi semble être privilégié, Guisi Nicolini, maire de Lampedusa, Rocco Femia, directeur de la publication Radici (revue d’actualité, culture et langue italienne) en partenariat avec l’association France Libertés 33, présidée par Jacqueline Madrelle, ont voulu centrer le débat sur la notion de flux migratoire en Europe, et tout particulièrement à Lampedusa qui depuis quelques années, connait une situation chaotique.

A ce jour, on chiffre à 19 603, le nombre de morts en méditerranée… mais comme l’a si bien fait remarquer Rocco Femia, « ce chiffre représente ce que l’on connait… n’oublions pas tous ceux que l’on n’a pas retrouvé. »  Malgré l’opération Mare Nostrum mise en place en octobre dernier par le conseil italien, permettant de surveiller en permanence les côtes siciliennes, « un véritable holocauste est là sous nos yeux dans la mer » lance avec émotion via Skype, Guisi Nicolini absente physiquement à la conférence à cause d’un nouveau naufrage qui a eu lieu le 12 mai dernier à 80 kilomètres des côtes libyennes et 160 kilomètres de l'île sicilienne qui a fait état de 36 morts et 42 disparus. « Ces personnes venant à Lampedusa sont des personnes qui demandent l’asile politique. Aujourd’hui, la majeure partie de ceux qui viennent ici pour engager ce voyage de l’espoir, viennent de Syrie» explique la maire de Lampedusa.

D’un côté les migrants qui cherchent à améliorer leur vie, et de l’autre ceux qui littéralement cherchent une vie car ils n’en ont pas. Guisi Nicolini tient à préciser que « ces gens qui viennent à Lampedusa, n’ont pas d’autres choix, autrement, ils n’auraient pas l’idée de quitter leur pays, car ils sont conscient que les bateaux sont pour la plupart destinés au naufrages. »

« Un voyage de l’espoir que l’on devrait appeler le voyage du désespoir »Pour madame le maire, les états européens  ont du mal à comprendre ce voyage que l’on appelle le « voyage de l’espoir,  mais qu’en réalité on devrait appeler le voyage du désespoir… ». Pour elle, des accords doivent être passés dans les plus brefs délais car « on ne peut pas arrêter cette catastrophe avec des politiques de fermeture,  on ne peut les arrêter avec des murs, qui par ailleurs en mer sont impossibles à ériger… ces personnes continueront  à monter sur ces bateaux même si ils connaissent le risque qu’ils encourent : c’est à dire la mort la plupart du temps. »

Guisi Nicolini jure qu’ « il y a des solutions !»« Il ne suffit pas de pleurer, des mesures précises doivent être prises, pour résoudre ce problème à la racine. Il y a des solutions… »

Selon la maire de Lampedusa, ces dernières années, « une partie des hommes politiques ont instrumentalisé ce problème, et l’autre partie n’a pas su contraster la propagande en expliquant bien la réalité des choses, et n’a pas su faire des propositions concrètes, qui puissent véritablement combattre la peur de l’autre, la peur de l’accueil. »

Rocco Femia, journaliste à Radici, n’a d’ailleurs pas oublié de remettre les choses dans leur contexte en rappelant que « les Italiens ont été le peuple qui a le plus immigré sur cette planète….» tout en concédant que « Ce qui est difficile à changer ce sont les mentalités. » Rocco Femia livre au passage que l’humaniste maire de Lampedusa aurait subi des pressions terribles par la mafia sicilienne.

Mais Guisi Nicolini ne se décourage pas pour autant, en continuant à certifier bec et ongles que des accords sur les demandes d’asiles peuvent être passés.  A propos de la critique qui est faite de l'impossibilité d’engager des négociations avec le pouvoir en Lybie, la maire de Lampedusa répond : « ces accords peuvent être fait dans les pays avec qui c’est possible de les faire, et arrêter les accords avec les dictateurs qui n’ont mené à rien. » Si des mesures sont mises en place pour récupérer ces personnes en mer, la grande difficulté reste l’accueil une fois sur la terre ferme… Guisi Nicolini estime que « les politiques migratoires mises en place aujourd’hui en Europe sont injustes vis-à-vis de ces personnes qui concrètement meurent dans notre méditerranée, mais aussi pour les italiens qui sont sur cette terre de frontière, et qui doivent porter seul ce grand poids (économique, matériel, mais aussi moral) qui arrive sur notre pays. »

Guisi Nicolini se recceuillant - Palazzo Chigi

Lampedusa : un paradis devenu un immense cimetièreLa maire de l’île durant la conférence, a tenté de rappeler, non sans mal,  l’essence originelle de sa commune : « Lampedusa, ainsi que les autres iles qui sont sur la méditerranée, sont des paradis, riches de beauté, qui ne méritent pas d’être excessivement militarisés et de devenir des grands cimetières… Ce sont des lieux qui devraient pouvoir accueillir des jeunes en quête de bonheur. »

En direct de la maison de l’Europe, Guisi Nicolini a conclu en portant un message d’espoir aux nombreux européens et européennes présents ce soir-là. « Le seul chemin à parcourir est celui du développement solidaire, et si les gouvernements ne le comprennent pas, j’espère que les citoyens européens pourront le comprendre, et qu’on puisse engager cette grande révolution qui changera nos vies. » 

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Luca Siragusa

Partager sur Facebook
Vu par vous
1041
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !