Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

  • 27/11/20 | Restructuration de Repetto: L'Etat entre dans la danse

    Lire

    Une première réunion de travail entre la direction de Repetto, le cabinet de la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et les services de Bercy a eu lieu jeudi 26 novembre sur l'accompagnement de l'entreprise dans sa restructuration. L'occasion de faire le point sur les indicateurs financiers de l'entreprise, son processus de restructuration et le climat social en son sein. Les axes d'un projet de développement ont aussi pu être esquissés. Pour mémoire, suite à plusieurs années difficiles, Repetto a annoncé la mise en place d'un plan social menaçant 51 postes en France dont 31 à Saint-Médard-d’Excideuil (24).

  • 27/11/20 | Royan Atlantique : Un pôle de transformation de produits locaux

    Lire

    La Communauté d'agglomération Royan Atlantique (CARA) porte depuis 2016 un projet de création d'un atelier collectif de transformation de viandes multi-espèces visant à améliorer la performance économique de la filière locale d'élevage. Huit éleveurs ont participé à la construction de ce projet et plus d’une trentaine sont à ce jour intéressés par l’équipement. Le pôle transformation de la CARA sera géré et utilisé par les producteurs associés dans une structure d'exploitation qui louera l'équipement à la CARA. La Région soutient ce projet à hauteur de 220 537 euros.

  • 27/11/20 | Creuse: un numéro vert pour les personnes handicapées en difficulté

    Lire

    Le Département de la Creuse et la Maison Départementale des Personnes Handicapées viennent de mettre en place un numéro vert d’appui pour les personnes handicapées et les aidants qui sont en difficulté ou sans solution immédiate du fait de la crise sanitaire. Ce numéro est également accessible aux personnes sourdes et malentendantes, 7 jours/7 de 7h à 21h : 0 800 360 360.

  • 27/11/20 | Les émailleurs français s’exposent à Limoges

    Lire

    Depuis le 16 novembre, les halles centrales de la ville de Limoges accueillent une trentaine de pièces conçues par des créateurs locaux et nationaux, et prêtées par le Syndicat Professionnel des Emailleurs Français. Cette exposition présente des créations contemporaines d’émail sur métaux. Durant un an, le Syndicat s’invitera dans l’espace « Ville créative Unesco » des halles centrales qui est dédié à la valorisation des acteurs locaux des arts du feu.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Lancement du premier coworking agricole à Tresses

07/11/2017 | L’association La Ferme de la Glutamine espère proposer une nouvelle vision de l’agriculture en créant le premier coworking agricole près de Bordeaux.

Charles et Sarah, bénévoles de la Ferme de la Glutamine

Créée il y a moins d’un an, la Ferme de la Glutamine voit déjà très grand. Cette association se présente comme un « laboratoire d'idées » pour proposer une agriculture durable, locale et vivrière. Début novembre, l’association lance l’un de ses nombreux projets : l’accompagnement de maraichers vers une installation pérenne économiquement en les incubant au sein d’un coworking agricole.

Ils étaient encore nombreux jeudi dernier à venir admirer la petite tiny-house installée depuis un mois et demi près de la Maison écocitoyenne de Bordeaux. Cette cabane mezzanine de 24m2 a été habitée tout ce temps là par Charles, qui avoue avoir pris plaisir à se laver sur les quais bordelais. C’est en avril dernier que Charles a décidé de lancer la Ferme de la Glutamine, accompagné de Sarah. L’association se présente comme un « laboratoire de l’agriculture durable ». Pour cela ils ont glané plusieurs initiatives d'ici et là, pour concevoir leurs propres expériences : centre de formations, coworking agricole, ateliers découvertes, tous les moyens sont bons à la Ferme de la glutamine pour proposer une agriculture différente.

« De la fourche à la fourchette »

C’est à la suite d’études et de "l’effroyable découverte" du contexte agricole actuel que Charles et Sarah ont voulu proposer des méthodes différentes pour les agriculteurs. « En 20 ans nous sommes passés de 2 millions d’exploitations à 500 000, chaque jours deux paysans se suicident » affirme Sarah qui s’inquiète de cette situation, « 90% des maraichers déposent le bilan dans les 10 premières années ». Un marché complétement dérégulé où la demande grandit de jour en jour ; "la production moyenne d’un maraicher a doublé, pourtant leurs salaires ont été divisés par deux" affirme les chiffres de l'association. C’est en partant de ce constat que les deux bénévoles ont décidé de militer pour, entre autres, la promotion du métier de paysan grâce au portage et à l’insertion de néo-maraichers en agro-écologie. Le tout s’articule autour d’un modèle d’économie circulaire « de la fourche à la fourchette » c’est à dire d’un travail du sol à l’assiette des consommateurs.

65 000 m2 à partager

Modèle de Tiny House proposé par la Ferme de la Glutamine

C’est l’heure du départ pour la tiny-house, le vélo-tracteur et les poules qui étaient confortablement installées sur les quais. Pourtant, lors de la soirée de clôture à la Maison écocitoyenne, Charles le garantit : « ce n’est que le début! ». Celui qui travaillait auparavant dans le domaine du bâtiment retient ses larmes face aux nombreuses personnes venues l’encourager et le féliciter. L’occasion des remerciements, mais aussi de lancer officiellement les inscriptions au coworking agricole. Le principe reste le même que pour un coworking traditionnel soit le partage d’un espace de travail qui peut servir de réseau encourageant l’échange et l’ouverture. Pour le coworking proposé par la Ferme de la Glutamine, pas de bureau à partager mais un terrain de 6,5 hectares, classé en zone agricole à Tresses.

Ce terrain familial est en prairie depuis plus de 40 ans et s’inscrit parfaitement dans une démarche biologique et permaculturelle, comme le souhaite l’association. Ainsi, l’objectif est de proposer dès janvier 2018, une parcelle différente de 4000m2 à 4 maraichers et, à long terme, à 12 de plus. Les heureux sélectionnés pourront profiter pendant 36 mois de ce terrain puisque l’objectif est que le maraicher s’installe sur son propre foncier par la suite. Durant cette période les maraichers auront à leur disposition une tiny-house de 24m2 qui permettra de les accueillir tout au long de leur expérience à Tresses « une offre qui rassure et qui évite qu’ils se retrouvent à la rue » commente l’association ; mais aussi une éolienne, un vélo-tracteur et l’accompagnement de professionnels pour mener à bien chaque projet. Si la parcelle est mise à disposition gratuitement par la Glutamine, le coût de ce « Pack Coworking » est de 30 000 euros sous forme d’une location à option d’achat. Les professionnels pourront donc partir avec le matériel acquis à la ferme. A la suite d’un dossier de candidature et d’un entretien oral un comité de sélection pluridisciplinaires choisira les premiers maraichers. « On cherche à diversifier les profils (…) autant de femmes que d’hommes, de jeunes, pourquoi pas des migrants ? » questionne Sarah devant la salle attentive. La bénévole rassure, pas besoin d’être « un pro » pour démarrer (les candidats doivent présenter un diplôme obtenu certifiant sa Capacité Agricole), il suffit d’avoir un vrai projet en accord avec les valeurs de l’association ». Pari lancé.

Pour candidater au coworking agricole, les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 25 novembre 2017. Plus d’information sur fermeglutamine.org 

Alizé Boissin
Par Alizé Boissin

Crédit Photo : La Ferme de la Glutamine

Partager sur Facebook
Vu par vous
43858
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Daniel | 12/11/2017

quand connaitrons nous l'adresse à Tresses ?

Alizé BOISSIN | 13/11/2017

Bonjour,
L'association le Ferme de la Glutamine est implantée au 18 avenue du Périgord à Tresses. Concernant le terrain, nous nous connaissons pas l'adresse précise. Je vous invite à vous rapprocher directement de La Ferme de la Glutamine via Facebook ou leur site internet www.fermeglutamine.org

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
La ligne D du tramway a de forts enjeux politiques Société | 26/11/2020

Mobilités à Bordeaux Métropole : quand la jeunesse s’en mêle

Julien et Myriam Cruege, propriétaires du restaurant Julien Cruege à Bordeaux Société | 25/11/2020

Face à la crise, les restaurateurs se réinventent

Plaquette Nord Bassin Solidarite Société | 24/11/2020

Bassin d’Arcachon : commerces et clubs sportifs main dans la main !

Opération « Urgence Froid Bordeaux » dans la Maison éco-citoyenne de Bordeaux Société | 23/11/2020

Opération « Urgence Froid Bordeaux » : carton plein pour « Les Gratuits »

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 20/11/2020

L'hôpital de La Rochelle développe un outil précurseur pour anticiper les cas graves de Covid-19

La Maison Régionale des Sports de Talence Société | 18/11/2020

Coronavirus : le mouvement sportif néo-aquitain perd 165 000 licenciés

Travailleur en situation de handicap Société | 17/11/2020

Handicap et insertion professionnelle : naissance du passeport compétences "gestes barrières"

Illustration représentant Mathilde Puges et Maud Begon Société | 13/11/2020

Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

statistiques pauvreté 2018 Société | 13/11/2020

« La crise est un révélateur de pauvreté » Christophe Vénien (Secours Catholique)

Les salariés de l'Atelier Remuménage pendant une livraison Société | 13/11/2020

Reconfinement : A Bordeaux l’Atelier Remuménage va plus loin dans la solidarité

Enquête Cyberlife Société | 11/11/2020

Cyber-harcèlement au collège : L'Université de Bordeaux mène l'enquête

Hopital mobile Bayonne Société | 10/11/2020

Bayonne accueille l'hôpital mobile déployé par le CHU de Toulouse

L'arrivée du train TER en gare de Bedous Société | 09/11/2020

La régularité des TER au coeur du comité de lignes Sud Aquitaine (Béarn)

Les ateliers du Mois de l'Innovation Publique en Nouvelle Aquitaine se dérouleront à La Base à Bordeaux Société | 08/11/2020

Mois de l’Innovation Publique : imaginer le service public du futur dans nos territoires

Shop in Limoges Société | 06/11/2020

Les commerçants de Limoges ont pignon sur rue avec « Shop in Limoges »