Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

  • 17/12/18 | "Péages gratuits" : Vinci veut écrire aux automobilistes

    Lire

    Ce lundi, on a appris l'intention de la société Vinci Autoroutes (gérant notamment le péage de Virsac) d'adresser des lettres aux automobilistes ayant profité des opérations "péages gratuits" organisées dans le cadre des manifestations des gilets jaunes, pour les inciter à "payer le péage correspondant à leur trajet". Les automobilistes dont la plaque d'immatriculation a été détectée à l'entrée aux entrées et sorties de péage seront concernées par ces demandes, même si aucune pénalité n'a pour l'instant été annoncée par le gestionnaire en cas de refus.

  • 17/12/18 | Justice : les frères Cazabonne condamnés

    Lire

    Le sénateur et ancien maire de Talence a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une amende de 5000 euros pour prise illégale d'intérêt mais relaxé pour les accusations de favoritisme. Ce dernier, tout comme son frère Didier Cazabonne (élu adjoint à la mairie de Bordeaux), avaient des parts dans une entreprise (qu'ils avaient fondée) ayant décroché des marchés de fournitures de bureaux à la mairie de Talence. Didier Cazabonne, lui, a été reconnu coupable d'abus de bien sociaux et a écopé de 10 000 euros d'amende pour s'être fait rembourser sans justification près de 35 000 euros de frais kilométriques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | « Crit' 2008 » - le grand rendez-vous sportif annuel des IEP de France

02/04/2008 |

Occritania

Quelques 2700 étudiants, sportifs et supporters, venus des 9 Instituts d'Etudes Politiques de France se sont rassemblés cette année à Toulouse pour une nouvelle édition du « Critérium », la deuxième manifestation sportive inter-universitaire de l'hexagone. Trois jours de compétitions inter-IEPiennes, ont été, comme d'habitude accompagnés de soirées festives.

Les origines de l'événement datent de 1986 lorsqu'a eu lieu la première édition du Critérium. A cette époque, elle rassemblait seulement les équipes de Bordeaux et de Toulouse, à l'occasion d'un match amical de rugby. Le trophée fut alors remis par Jacques Chaban-Delmas à l'équipe victorieuse. D'autres IEP n'ont pas tardé à rejoindre l'initiative venue du Sud-Ouest. Accueilli chaque année par un IEP différent, le « Crit' » est revenu cette année dans sa terre natale sous le nom d' « Oc'CritAnia », en référence à la région d'Occitanie, dont Toulouse fut toujours l'un des centres majeurs.

« Provinces unies, tous contre Paris »

Tout le Crit' est visiblement axé sur la rivalité traditionnelle entre Paris et les autres IEP, appelés « provinces ». A l'occasion d'un match contre les Parisiens, c'est presque toute la délégation adverse qui se mobilise pour manifester son soutien et encourager ses joueurs. Une éventuelle victoire sur la capitale suscite une telle euphorie générale, que l'on croirait voir des supporters français se réjouir après une victoire du XV de France sur leur énnemi juré, l'Angleterre. Bien qu'ici ce soit une raison de joie pour sept autres IEP. Serait-ce uniquement une opposition traditionnelle capitale-province ?

Une rivalité seulement sur le terrain

Les témoignages des étudiants semblent plutôt le confirmer « C'est une rivalité qui perdure parce que Paris se considère toujours comme le seul, vrai IEP de France ; des compétitions sportives sont pour nous l'occasion de montrer que ce n'est pas le cas. » affirme Pierre, 2ème année, IEP de Grenoble. On aura eu donc, à plusieurs reprises, l'occasion d'entendre les étudiants scander « Provinces unies, tous contre Paris ». Ce qui n'aura pas suscité de réponse particulière du camp parisien, défavorisé, de ce point de vue, par une délégation composée en quasi totalité de sportifs. « Il ne faut pas se prendre la tête avec ce slogan ; je trouve que c'est un phénomène de groupe, parce qu'en dehors de la rivalité du terrain, tout le monde est plutôt sympa. » remarque Jean-Michel, 5 année, Paris.

Mission : défendre ses couleurs

Mais on retiendra aussi que cette rivalité se voit naturellement renforcée par une manifestation impressionante de solidarité avec son propre établissement. Des délégations de 250-300 personnes vêtues et déguisées, souvent de manière extravagante, dans les couleurs de leur ville, saisissent chaque occasion pour souligner leur originalité et témoigner d'un fort sentiment d'identité envers leur IEP d'origine. « C'est un événement exceptionnel, qui m'a donné pour la première fois un sentiment de fierté pour mon IEP. » avoue Jean Michel « ...d'ailleurs, l'une des premières questions qu'on te pose lorsque tu rencontres d'autres étudiants de Sciences Po, c'est si t'es allé au Crit'. »

Une vraie découverte pour les nombreux étudiants Erasmus, défendant aussi les couleurs de leur IEP d'accueil. « Je suis surpris à quel point les gens s'identifient avec leurs universités. » remarque Manuel, Bordeaux, venu de Suisse. Pour Constanze, vivant à Leipzig, et maintenant en tant qu'Erasmus à Strasbourg, ce sentiment d'identité est encore plus particulier, car lorsqu'elle entend les autres délégations crier : « Les Strasbourgeois sont des Allemands de l'Est », elle constate « C'est drôle, parce qu'en fait ça me concerne. »

Des sportifs qui comptent sur un public "en feCrit2008u"

Cette défense « farouche » de ses propres couleurs s'avère très importante pour les performances des sportifs. « Le Crit est le seul moment, où à un niveau amateur, on peut compter sur un public en feu, qui nous supporte vraiment à fond » affirme David, basketeur en 5° année, Toulouse « On se donne alors à 200%. » Frank, joueur de volley, ajoute de son côté : « Même si tu fous n'importe quoi sur le terrain, tu sait que t'as le soutien du public ; ça aide beaucoup. » Les Parisiens, par contre, semblent eux, motivés par tous ces grondements et sifflets qui leur sont adressés par une coalition des supporters « provinciaux ». « Ils nous motivent justement pour leur rire, un peu, au nez et montrer qu'on est les meilleurs. » affirme Adrien, 2ème année.

Le jour - sport et guerre, le soir - trêve et bière

On ne devrait pas s'attendre néanmoins à de grandes performances. Car une des dimensions importantes de chaque Crit' est son côté purement festif, perpétué, en dehors des installations sportives, dans les bars et discothèques de la ville pendant la nuit. Un rythme draconien, où à peine la soirée terminée, aux alentours de 3h du matin, le coup d'envoi des premiers matchs est donné cinq heures plus tard. « Le sport est un prétexte à l'ambiance, la fête. » avoue Adrien, 1° année, Toulouse. « C'est le seul moment de l'année où on peut vraiment se lâcher, passer trois jours de folie entre IEPiens. » remarque Pierre, 2° année, Grenoble. « On pourrait dire que pendant la journée c'est le sport et la guerre ; et le soir c'est la trêve et la bière. » souligne Camille, 3ème année, Bordeaux. Certains avouent sans embarras, être venus uniquement pour la trêve et la bière, ou plutôt cette dernière.

L'ampleur de l'événement semble avoir, d'ailleurs, quelque peu dépassé les organisateurs : un cross arrêté après 500 mètres, pour cause de problèmes d'inscription ; quelques arbitres non-officiels sifflant des mi-temps de 10 et ensuite de 25 minutes ; un tournoi de basket organisé au dernier moment dehors, sur du bitume ; etc. Mais cela semble faire partie intégrante du Crit'. « Le Crit' c'est toujours imprévisible, et je pense que c'est aussi ce que les gens attendent un peu, cela fait tout son charme. » conclue Edouard Perrin, membre de l'organisation.


Piotr Czarzasty

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
374
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !