Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Latifa Ibn Ziaten, la main tendue de la République

21/12/2018 | Elle dit: "ne laissez pas quelqu'un tomber dans la haine "

Latifa Ibn Ziaten, mère d’une des victimes de Mohammed Merah, au lycée Palissy

Hier était présente à Agen, Latifa Ibn Ziaten, mère d’une des victimes de Mohammed Merah, au lycée Palissy. A l’initiative de la Mission locale d’Agen, elle témoignait devant élèves et professionnels de l’éducation de la nécessité de parler avec les jeunes et « de tendre la main », pour qu’aucune autre famille ne vive le même drame.

Il s’appelait Imad Ibn Ziaten, était militaire. Il avait 30 ans et il est mort debout, sous les balles de Mohammed Merah. Il fut sa première victime. C’était il y a bientôt sept ans. Depuis, la mère d’Imad, Latifa Ibn Ziaten se bat contre la radicalisation et parcourt la France à la rencontre des jeunes, que ce soit dans les écoles, les cités ou les prisons. A la tête de l’association « Imad pour la jeunesse et la paix », elle fait vivre le souvenir de son fils et alerte sur la nécessité de recréer des liens entre les institutions scolaires, la famille et les jeunes.

Dans la Chapelle du lycée Palissy, une soixantaine d’élèves et tout autant de professeurs, éducateurs et conseillers de la Mission Locale ont tout d’abord regardé le documentaire « Latifa, une femme dans la République », avant que l’invitée ne fasse son entrée dans la salle sous les applaudissements. Dans l’assistance, l’émotion est palpable et quelques larmes coulent.

Bienveillante mais pas naïve, Latifa Ibn Ziaten convoque la responsabilité de tous durant l’échange de questions-réponses avec l’auditoire. « Je vois des profs, des parents qui me disent « On fait ce qu’on peut » mais non ! On fait plus que ce qu’on peut. » Un message percutant, de la part d’une femme qui n’a pas peur de se confronter aux hommes politiques, ayant dû sollicité par trois fois le président de République pour que son fils soit reconnu comme mort pour la France.

L’attentat du 11 décembre dernier à Strasbourg a ravivé la douleur de Latifa Ibn Ziaten, toujours meurtrie. Elle ne veut plus d’autres Merah. Son combat ? Le vivre-ensemble. « Je suis française, d’origine marocaine et musulmane. Les trois. Et je fais avec tout ça ». Elle raconte son arrivée en France en 1977, à 17 ans, alors qu’elle ne parlait pas français. « Une voisine a été là pour moi. Elle m’a poussé à apprendre le français. Ce n’est jamais trop tard pour apprendre ». Et voilà l’intégration, dans son « immeuble de quatre étages » avec « des italiens, des espagnols, des portugais ». Elle n’hésite pas à se montrer acerbe face aux manquements de l’État, qui a regroupé de nombreux immigrés entre eux et engendré un communautarisme : « on leur dit « intégrez-vous ! » alors qu’ils ne vivent qu’ensemble. Mais comment voulez-vous qu’ils s’intègrent ? Au couscous ?! »

« C’est vous l’avenir ! »

La question principale des professionnels de l’assemblée semble émaner d’une seule voix : que pouvons-nous faire au quotidien ? Comment lutter contre cette radicalisation ? Cuisinière pendant 24 ans dans les cantines scolaires, elle rappelle qu’il faut prendre le temps de parler avec les jeunes, pour gagner leur confiance. « Je finissais mon service à 17h15, mais je ne partais jamais avant 18 heures. Parce qu’on prenait le temps de parler ensemble ». Aux professeurs, aux parents, aux élèves, elle martèle « ne laissez pas quelqu’un tomber dans la haine ». Parler à l’humain qu’on a en face avec son cœur, tel est le principe qui guide chacune de ses prises de parole.

Sur la religion, son discours est ferme : « C’est ma foi, c’est en moi. Là, on est ensemble. Si c’est l’heure de ma prière, c’est pas grave, je la rattraperai ensuite, je ne vais pas vous laisser. Il y a une souplesse dans l’islam. Ce qui compte c’est ma conscience. » Elle se méfie d’ailleurs de certains convertis, souvent trop rigoristes : « je n’ai pas peur de le dire, il ne faut pas mettre des imams convertis dans nos mosquées ».

L’échange est riche en remerciements, mais aussi en dialogue. Un élève de Première d’origine « tunisienne et portugaise, non musulman » provoque les rires de la salle lorsqu’il raconte que des amis musulmans « aident des vieilles dames à traverser pour gagner des hassanates », sortes de bons points pour aller au paradis. Latifa Ibn Ziaten, à la fois atterrée et amusée lui répond « c’est pas des hassanates ça ! C’est du respect, de l’éducation ». Le respect, celui de soi et des autres, voilà ce qu’inspire Latifa Ibn Ziaten.

Mais « soyez toujours souriants », instigue-t-elle aux lycéens venus la rencontrer. « C’est vous l’avenir ! Ayez confiance en vous. Moi, un enfant qui n’a pas de rêve, ça m’inquiète ». Filles et garçons sont émus, parfois aux larmes et se pressent à la fin de la conférence pour lui témoigner leur affection, et réclamer quelques selfies, qu’elle fait toujours avec plaisir.

Élèves et professionnels sont sortis bouleversés de cette rencontre, avec en prime leur foi renforcée en une valeur : le vivre-ensemble.

Lien association : https://association-imad.fr/

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
4402
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !