Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Latifa Ibn Ziaten, la main tendue de la République

21/12/2018 | Elle dit: "ne laissez pas quelqu'un tomber dans la haine "

Latifa Ibn Ziaten, mère d’une des victimes de Mohammed Merah, au lycée Palissy

Hier était présente à Agen, Latifa Ibn Ziaten, mère d’une des victimes de Mohammed Merah, au lycée Palissy. A l’initiative de la Mission locale d’Agen, elle témoignait devant élèves et professionnels de l’éducation de la nécessité de parler avec les jeunes et « de tendre la main », pour qu’aucune autre famille ne vive le même drame.

Il s’appelait Imad Ibn Ziaten, était militaire. Il avait 30 ans et il est mort debout, sous les balles de Mohammed Merah. Il fut sa première victime. C’était il y a bientôt sept ans. Depuis, la mère d’Imad, Latifa Ibn Ziaten se bat contre la radicalisation et parcourt la France à la rencontre des jeunes, que ce soit dans les écoles, les cités ou les prisons. A la tête de l’association « Imad pour la jeunesse et la paix », elle fait vivre le souvenir de son fils et alerte sur la nécessité de recréer des liens entre les institutions scolaires, la famille et les jeunes.

Dans la Chapelle du lycée Palissy, une soixantaine d’élèves et tout autant de professeurs, éducateurs et conseillers de la Mission Locale ont tout d’abord regardé le documentaire « Latifa, une femme dans la République », avant que l’invitée ne fasse son entrée dans la salle sous les applaudissements. Dans l’assistance, l’émotion est palpable et quelques larmes coulent.

Bienveillante mais pas naïve, Latifa Ibn Ziaten convoque la responsabilité de tous durant l’échange de questions-réponses avec l’auditoire. « Je vois des profs, des parents qui me disent « On fait ce qu’on peut » mais non ! On fait plus que ce qu’on peut. » Un message percutant, de la part d’une femme qui n’a pas peur de se confronter aux hommes politiques, ayant dû sollicité par trois fois le président de République pour que son fils soit reconnu comme mort pour la France.

L’attentat du 11 décembre dernier à Strasbourg a ravivé la douleur de Latifa Ibn Ziaten, toujours meurtrie. Elle ne veut plus d’autres Merah. Son combat ? Le vivre-ensemble. « Je suis française, d’origine marocaine et musulmane. Les trois. Et je fais avec tout ça ». Elle raconte son arrivée en France en 1977, à 17 ans, alors qu’elle ne parlait pas français. « Une voisine a été là pour moi. Elle m’a poussé à apprendre le français. Ce n’est jamais trop tard pour apprendre ». Et voilà l’intégration, dans son « immeuble de quatre étages » avec « des italiens, des espagnols, des portugais ». Elle n’hésite pas à se montrer acerbe face aux manquements de l’État, qui a regroupé de nombreux immigrés entre eux et engendré un communautarisme : « on leur dit « intégrez-vous ! » alors qu’ils ne vivent qu’ensemble. Mais comment voulez-vous qu’ils s’intègrent ? Au couscous ?! »

« C’est vous l’avenir ! »

La question principale des professionnels de l’assemblée semble émaner d’une seule voix : que pouvons-nous faire au quotidien ? Comment lutter contre cette radicalisation ? Cuisinière pendant 24 ans dans les cantines scolaires, elle rappelle qu’il faut prendre le temps de parler avec les jeunes, pour gagner leur confiance. « Je finissais mon service à 17h15, mais je ne partais jamais avant 18 heures. Parce qu’on prenait le temps de parler ensemble ». Aux professeurs, aux parents, aux élèves, elle martèle « ne laissez pas quelqu’un tomber dans la haine ». Parler à l’humain qu’on a en face avec son cœur, tel est le principe qui guide chacune de ses prises de parole.

Sur la religion, son discours est ferme : « C’est ma foi, c’est en moi. Là, on est ensemble. Si c’est l’heure de ma prière, c’est pas grave, je la rattraperai ensuite, je ne vais pas vous laisser. Il y a une souplesse dans l’islam. Ce qui compte c’est ma conscience. » Elle se méfie d’ailleurs de certains convertis, souvent trop rigoristes : « je n’ai pas peur de le dire, il ne faut pas mettre des imams convertis dans nos mosquées ».

L’échange est riche en remerciements, mais aussi en dialogue. Un élève de Première d’origine « tunisienne et portugaise, non musulman » provoque les rires de la salle lorsqu’il raconte que des amis musulmans « aident des vieilles dames à traverser pour gagner des hassanates », sortes de bons points pour aller au paradis. Latifa Ibn Ziaten, à la fois atterrée et amusée lui répond « c’est pas des hassanates ça ! C’est du respect, de l’éducation ». Le respect, celui de soi et des autres, voilà ce qu’inspire Latifa Ibn Ziaten.

Mais « soyez toujours souriants », instigue-t-elle aux lycéens venus la rencontrer. « C’est vous l’avenir ! Ayez confiance en vous. Moi, un enfant qui n’a pas de rêve, ça m’inquiète ». Filles et garçons sont émus, parfois aux larmes et se pressent à la fin de la conférence pour lui témoigner leur affection, et réclamer quelques selfies, qu’elle fait toujours avec plaisir.

Élèves et professionnels sont sortis bouleversés de cette rencontre, avec en prime leur foi renforcée en une valeur : le vivre-ensemble.

Lien association : https://association-imad.fr/

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
4613
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !