17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Le Barreau de Bordeaux fait un état des lieux des prisons

27/11/2015 | A l'initiative de plusieurs associations auxquelles s'associe pour la première fois le Barreau de Bordeaux, un colloque s'est tenu ce 27 novembre sur les prisons

Le Barreau de Bordeaux s'est associé aux Journées Nationales des Prisons

A l'occasion des vingt-deuxièmes journées nationales des prisons (du 23 au 29 novembre), le Barreau de Bordeaux a tenu ce vendredi 27 novembre un colloque intitulé "La Prison craque", près de la Place de la Victoire à Bordeaux. Pour la première fois, le barreau s'associe à ce type d'initiatives pour faire un état des lieux des actuelles politiques d'incarcération et évoquer les enjeux d'une nouvelle politique pénitentiaire. L'occasion pour les professionnels du droit mais aussi les citoyens d'aborder la situation des prisons sous un angle nouveau.

Environ une centaine de personnes étaient réunies toute la journée ce vendredi 27 novembre, près de la Place de la Victoire, à Bordeaux pour un colloque centré sur un "état des lieux" autour de professionnels du droit et de témoins anciens détenus. Le rendez-vous proposait d'aborder des perspectives d'avenir d'un sujet qui revient sur le devant de la scène suite aux attentats de Paris. Au début du mois, une concertation a en effet eu lieu au niveau national dans laquelle le gouvernement a fixé trois objectifs : une revalorisation des indemnités des surveillants pénitentiaires (la majorité des 36 535 agents), la réduction des emplois vacants (environ 1300) et enfin une meilleure prise en charge de la population carcérale. Selon les derniers chiffres datant de juin 2015, 65 500 personnes sont incarcérées dans 188 centres répartis à travers la France, soit un taux d'occupation de 115%. Le taux de suicide de ces établissements pénitentiaires est deux fois supérieur à la moyenne européenne. 

Dépasser l'événementiel

Pour Pascal Faucher, juge d'application des peines, les débats sur les prisons sont encore trop rares : "On en parle souvent pour dire qu'elles flambent, quand il y a des émeutes ou des statistiques sur la surpopulation ou bien des évènements tragiques comme le 13 novembre dernier. Or, cette question doit dépasser l'évènementiel", affirme le professionnel. "Il ne faut pas que cela soit une réponse à l'évènement du jour". Tout au long de la journée, plusieurs thèmes importants ont été abordés, notamment la question de la santé du personnel et des usagers des prisons. "Le climat dans les prisons est anxiogène, il y a beaucoup de risques psycho-sociaux. Ce qu'on aimerait, c'est trouver un moyen de faire bouger les choses", continue Pascal Faucher. 

L'évènement, auquel participaient majoritairement des avocats, étudiants ou professionnels du droit, était aussi l'occasion d'aborder le futur des prisons, les nouvelles applications possibles pour sortir de l'impasse de prisons vêtustes et surpeuplées régulièrement dénoncées par certaines ONG internationales comme étant parmi les pires d'Europe. "Il faudra nécessairement créer de nouveaux accès, de nouveaux usages pour les prisons. Développer la réinsertion, la formation, trouver un juste équilibre pour que chaque sortie soit la mieux préparée possible. Avec l'incarcération massive, on déplace le problème, on ne le traite pas", termine Pascal Faucher. Et même si certaines initiatives tendent à aller dans le bon sens (c'est notamment le cas à Gradignan ou un système de co-détenus de soutien a été mis en place en 2010 (pour lutter contre le suicide en détention), le problème est avant tout structurel selon Christophe De La Condamine. 

Toujours beaucoup de récidives

Libéré de prison en 2009 après avoir braqué le péage de Virsac, cet ancien détenu est venu témoigner lors de ce colloque. En 2012, il a publié aux éditions L'Harmattan un "Journal de Taule" de 247 pages dans lequel il racontait ses conditions de détention au quotidien. Aujourd'hui, il intervient en tant que membre de l'Observatoire National des Prisons et témoigne de son expérience dans divers débats autour de cette question. "Il existe toujours trop fréquemment des délits inventés, comme la mendicité agressive, et la prison française a développé une certaine culture des résultats. Mais il y a encore 60% de détenus qui récidivent sur 5 ans. La surpopulation transforme soit les détenus en fauves, qui sortent en ayant la rage, soit en loques. Les établissements pénitentiaires n'ont une bonne valeur qu'en tant qu'épouvantails, parce qu'ils font peur avant d'y entrer. Ils sont aussi un très bon voyant de la fracture sociale", affirme l'ancien détenu. Les solutions pour réformer le système selon lui ? "développer les peines alternatives, ne pas incarcérer les très courtes peines, améliorer la gestion des longues peines comme c'est le cas dans certains pays scandinaves et enfin décloisonner la prison en y important plus de moyens pédagogiques. Mais la prison souffre toujours d'un manque de moyens", conclue-t-il. Si les surveillants pénitentaires se sont illustrés en octobre dernier en manifestant contre le manque de moyens humains et matériels, les résultats de la concertation nationale ne sont pas attendus avant janvier prochain. Quand à leurs conditions de travail, elles sont là aussi problématiques : selon un avis sénatorial de 2014, les violences avec arme ont augmenté de 53 % en trois ans, les agressions sexuelles de 43 % et les rixes de 10%.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4727
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !