Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/20 | Une coupure de courant géante à Poitiers revendiquée par la CGT

    Lire

    Ce jeudi 20 février, une partie de l'agglomération de Poitiers (centre-ville et l'ouest de l'agglomération) a été plongée dans le noir. La coupure d'électricité a duré un peu plus d'une heure de 9h30 à 10h30 dans certains quartiers de la ville. Selon Enedis, 30 000 personnes auraient été impactées. Cette action a été revendiquée dans un communiqué par l'Union départementale CGT de la Vienne et la CGT Energie mobilisées contre la réforme des retraites dont ils veulent le retrait pur et simple.

  • 20/02/20 | L 214 s'en prend à la Sobeval à Boulazac (24), la préfecture réagit

    Lire

    L214 a publié ce jeudi une nouvelle vidéo mettant en cause les abattoirs de la Sobeval à Boulazac. L'association va porter plainte pour cruauté sur les animaux. Elle affirme qu'il y a des manquements à la réglementation dans l'abattage des veaux et demande la fermeture administrative du site. Ces images ont été visionnées par les services de l'Etat. La préfecture réagit dans un communiqué : Elle affirme qu'après un premier visionnage, rien ne permet de dire qu'il y a des manquements au règlement.

  • 20/02/20 | La plateforme Océan Climat en séminaire à La Rochelle

    Lire

    Après avoir contribuée à l'élaboration de l'exposition Climat Océan au musée maritime, la Plateforme Océan et Climat vient faire son séminaire annuel à La Rochelle, les 24 et 25 février. Fondée en 2014, la POC rassemble la communauté scientifique, certains acteurs de la société civile et des décideurs politiques, dont la ville de La Rochelle, autour des questions liées à l'océan et au climat. Ce séminaire sera l'occasion d'élaborer sa feuille de route 2020-2021 et de rencontrer le grand public.

  • 20/02/20 | Les boulevards bordelais pensent aux vélos

    Lire

    La métropole bordelaise continue de déployer son deuxième "plan vélo" (70 millions d'euros sur la période 2017-2020). Elle a annoncé ce mardi l'engagement de travaux entre la barrière Saint Augustin et le carrefour de la rue Jules Ferry (environ deux kilomètres) pour sécuriser la circulation des cyclistes. Ils prévoient notamment un élargissement des bandes cyclables (jusqu'à deux mètres), l'arrivée de vingt feux et de nouveaux SAS vélos sur huit carrefours et soixante nouveaux arceaux. Les travaux devraient s'étaler "jusqu'au début de l'été" et comprendre aussi des reprises de chaussée.

  • 20/02/20 | La ville de Limoges s'engage avec la Garde nationale

    Lire

    Le maire Emile-Roger Lombertie et la secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq ont signé une convention de soutien à la Grade nationale. Cette réserve opérationnelle a été créée en 2016 suite aux attentats en France. La ville de Limoges s'engage pour que ses citoyens ayant rejoint volontairement la Garde nationale puissent s'y investir plus facilement. Ils pourront ainsi y consacrer jusqu'à 30 jours par an, contre 5 auparavant. De plus, cette mobilisation pourra se faire hors de leurs périodes de vacances. La Garde nationale compte 76 000 réservistes opérationnels en France.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le CECA disserte sur "l'avenir jeune"

30/08/2019 | La vingt-cinquième édition de l'Université Hommes-Entreprises s'est tenue ces jeudi 29 et vendredi 30 août à Martillac. On a jeté une oreille à son débat de clôture.

Université CECA

11. Ils étaient onze "grands témoins" convoqués sur la scène de la salle de réception du Château Smith Haut Lafitte, à Martillac ces jeudi 29 et vendredi 30 août, autour d'une réflexion : le "changement et la quête de sens". LA 25ème édition de l'Université Hommes-Entreprises, organisée par le CECA, a été l'occasion de débats très riches, notamment autour de l'écrivain "Marc Dugain" et du changement profond que peut apporter la révolution numérique à l'humanité. Nous avons pris au vol l'un des moments phares de ces deux jours : un débat intitulé "place aux jeunes" et dont les questions étaient posées par deux étudiants de l'IRCOM d'Angers, Étienne Boulet et Laure Bouyé, comme une manière pour le CECA de redonner la parole aux jeunes générations, leur absence sur scène ayant été un "grand regret des éditions précédentes".

Pour leur répondre, ils avaient en face d'eux Nicolas Truelle, directeur général depuis 2014 des Apprentis d'Auteuil, et Cyril Dion, créateur du mouvement "Colibris" et réalisateur du film "Demain", César du meilleur film documentaire en 2016, qui aborde avec optimisme les grands changements sociétaux du 21ème siècle. "Le changement, y compris climatique, ce n'est pas qu'une histoire de petits gestes : si on ne change rien au modèle économique, c'est un peu comme si on disait "je travaille chez Monsanto mais j'y vais en vélo donc je sauve la planète". Il faut se questionner sur comment on a envie de contribuer pendant le peu de temps qu'on va passer ici, qu'est-ce qu'on a envie de construire et de laisser ? Les étudiants ont d'ailleurs invoqué les forces et les faiblesses de la nouvelle génération : pour répondre, chacun sa version. Le phénomène Greta Thunberg et les débats passionnés qui s'agitent autour posent la question des jeunes et de savoir s'ils ont droit au chapitre. "Sa force, c'est qu'elle sait que c'est maintenant qu'il faut agir. Ça donne à ce qui se passe aujourd'hui une grande valeur. La faiblesse, c'est de ne vivre que pour l'instant et de s'y réfugier. Mais je pense que la force l'emporte sur la faiblesse, elle vous donne une exigence en termes de sens", commence Nicolas Truelle. "La lucidité, et c'est vrai même pour ceux qui s'en foutent", lui répond Cyril Dion. "C'est plus dur de vous faire gober n'importe quoi. La faiblesse, c'est le confort. On vit dans un confort dingue dont on a du mal à prendre conscience. L'inquiétude face au changement politique et climatique peut avoir du bon, elle peut être un peu passive et poser une question importante : est-ce qu'on va coller à la norme et être à la hauteur de notre société ?

Mais alors, questionnent les étudiants, "comment nous impliquer dans les défis de notre temps ? On est dans un entre-deux : d'un côté, on se dit que c'est maintenant qu'il faut agir et de l'autre, on pense encore qu'on a le temps. On est une génération inquiète de tout ce qui change si vite mais on est en même temps en quête de changement, en recherche de nouvelles formes d'organisation, de communauté, comme si on voulait raconter quelque chose de nouveau". "Ou les jeunes peuvent-ils trouver du pouvoir d'agir ? On a une grande chance, c'est qu'on peut en trouver assez facilement", continue Nicolas Truelle. "Des élèves d'écoles de commerce se sont engagés, viennent dans nos établissements (des Apprentis d'Auteuil) faire du soutien scolaire, jouer, partager. Même si c'est parfois à vocation utilitariste, on est confrontés à des situations tellement différentes que ce pouvoir d'agir se forme. Notre temps est riche en propositions de toute sorte, dans des structures qui ont trouvé une action à mener pour apporter leur pierre". "C'est bien d'essayer d'avoir la liberté de se dire : si je n'avais aucun problème d'argent, qu'est-ce que je ferais ?", continue Cyril Dion. "Assez rapidement, dès qu'on rêve de quelque chose, on se dit que ce n'est pas possible, or on a besoin d'imaginer avant de pouvoir concrétiser. Imaginer, c'est déjà faire un sacré pas. C'est une petite graine que l'on plante, et qui, parfois, pousse".

Avec son documentaire sorti en 2015 et baptisé "Demain", le réalisateur a dépassé le million d'entrées en France, et beaucoup de jeunes se sont intéressés à ce qu'il racontait. Ce qui n'était pas forcément son but au départ. "Je voulais essayer de faire un film pour dire tous les trucs que je croyais avoir compris et parler à plus de personnes que d'habitude. Ma surprise, ça a été que plein d'étudiants et de lycéens étaient dans les salles, au lieu de retraités membres d'associations écolo qui regardent ce genre de documentaire d'habitude. Ils sont venus nous voir, ont organisé des débats dans leurs écoles, ont développé des programmes dans leurs université. C'est la première fois que j'ai réalisé qu'une partie de votre génération avait compris bien plus vite que celles d'avant. Il y a une lucidité et une gravité et ça change beaucoup de choses parce que pour une partie des jeunes, l'insouciance qu'on a eu ne peut plus exister pour eux (...) Allez apprendre autrement si vous ne pouvez pas le faire par les études. Il y a plein de façons différentes, pas qu'une seule voie. Des gens inspirants, ce sont des gens qui sont au bon endroit et qui ont trouvé leur voie".  

Optimisme et grands témoins

Enfin, on a demandé à Christophe de la Chaise, directeur du CECA, de nous résumer ce qu'il avait retenu de l'essentiel du discours de ses invités. "Je dirais que c'est plutôt des confirmations. Des intervenants comme Clément Leroy ou Virginie Delalande ont montré que le changement était possible mais qu'il fallait une forte conviction au départ, croire en soi et beaucoup de travail. Dans l'entreprise, quand on parle de bonheur au travail, il y a plusieurs facettes : la conviction, mais aussi être authentique parce que quand on parle de RSE, certaines entreprises peuvent être tentées de prendre des raccourcis ou d'habiller la vérité mais personne n'est dupe. On n'a eu que des intervenants qui étaient dans une forme d'optimisme pour changer les choses. Jamais Atanase Perifan, le créateur de la "Fête des voisins", n'aurait envisagé que cet évènement touche 30 millions de personnes à travers le monde, il voulait juste réunir quelques personnes pour qu'ils se connaissent un peu mieux".

À peine cette nouvelle édition terminée que le CECA pense d'ailleurs déjà à la suite : la réalisation et la diffusion, potentiellement sur une chaîne d'information nationale, d'un documentaire sur la vision de l'entreprise. "Le point de départ, et c'est un constat, c'est que souvent quand on parle de l'entreprise, les grands médias en parlent de façon très rapide, souvent négative et pas toujours juste. Le tissu économique français est essentiellement composé de petites entreprises de moins de vingt salariés, la plupart ont envie que tout se passe bien et que les salariés aient de bonnes conditions de travail. On veut donc montrer une autre image de l'entreprise. On a la chance de connaître 120 à 130 "grands témoins", des spécialistes de toutes les disciplines. On en a interrogé une quinzaine (parmi lesquels Éric Orsena, Philippe Dessertine ou Luc Ferry) sur l'image de l'entreprise et les pistes à développer pour que ça change. On a envie de partager nos convictions pour dire que la performance économique et le bien être des salariés peuvent être compatibles. Avec l'Université Hommes-Entreprises, on touche 700 personnes, si on peut diffuser ce documentaire sur une chaîne d'info, on peut potentiellement en toucher beaucoup plus". On ne connaît pas la date de diffusion de ce documentaire sous forme de regards croisés, par contre on sait quand aura lieu la 26ème édition de l'Université Hommes-Entreprises : ce sera les 27 et 28 août 2020. Si ça vous intéresse, plus qu'à cocher la date...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3134
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !