Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le CFA des Métiers de Boulazac mise sur la mobilité européenne

08/05/2019 | Depuis cinq ans, le CFA de la chambre de métiers de la Dordogne développe des échanges avec plusieurs pays européens, pour les apprentis et les formateurs.

Dylan, 21 ans Quentin, 20 ans ont effectué un premier séjour en Allemagne

Depuis cinq ans, le centre de formation des apprentis de Boulazac offre la possibilité aux jeunes et aux formateurs de se rendre dans un pays de l'Union européenne. Espagne, Italie, Lettonie et surtout Allemagne font partie des destinations privilégiées. Tous les métiers enseignés et différents niveaux de formation sont concernés. Pour ces jeunes âgés de 16 à 30 ans, il s'agit majoritairement d'un premier départ soit dans leur milieu professionnel soit dans un centre de formation du pays d'accueil. Quentin, 20 ans et Dylan, 21 ans témoignent de cette expérience et évoque leur idée de l'Europe.

 Dylan, 21 ans,  prépare un Brevet professionnel en boulangerie pâtisserie au CFA de la Chambre de métiers de la Dordogne. Comme d'autres apprentis, il a séjourné deux semaines à l'automne dernier à Berlin et a pu se rendre compte comment ses collègues allemands travaillaient en entreprise. Pourtant, il a une vision assez péjorative de l'Union européenne. Il le dit tout net : "Oui les élections européennes, j'en ai entendu parler. La politique ne m'intéresse pas.  Voter pour qu'on nous dise non, cela ne sert à rien. Je ne voterai pas." L'Europe c'est  pour lui une notion assez floue. Il juge pourtant intéressant et pratique d'avoir une monnaie unique au sein de plusieurs pays. 
Pourtant, le jeune homme, avec l'accord de son employeur, a eu l'opportunité de passer 15 jours à Berlin dans une entreprise. Il n'était jamais parti à l'étranger et l'expérience de ce stage professionnel en immersion est pour lui tout à fait positiv. "J'ai demandé à mon patron si je pouvais partir. Mon but était de découvrir autre chose. Je ne connais pas l'Allemand, on s'est débrouillé avec l'Anglais. En boulangerie, ce qui m'a le plus surpris, c'est qu'il n'y a pas de pain blanc. En Allemagne, les collègues allemands travaillent beaucoup les graines, notamment le seigle quotidiennement. Entre nous et les collègues allemands, on n'a pas la même façon de faire. Ils sont plus dans l'expérimentation. En France, nous sommes plus dans la créativité.  J'ai trouvé que le rythme des journées était beaucoup plus cool que dans nos entreprises françaises. Les Allemands nous surnomment les grands stressés. C'est assez juste.  La formation est organisée de manière différente : les apprentis vont un jour par semaine en centre de formation. Le gros point positif de ce séjour est d'avoir pu rendre compte par nous mêmes de ces différences d'un point de vue de travail et aussi culturelles." Dylan a découvert un autre environnement et une autre culture.

La mobilité, incluse dans le cursus

Aurélie Bost Enseignante d'Anglais et référente mobilité européenne au sein du CFAQuentin, 20 ans en août, prépare une Certification de qualification professionnelle en carrosserie peinture. Il est parti dans un centre de formation en Allemagne pendant deux semaines. Dans ce cas précis, il s'agit d'un projet de classe, faisant partie intégrante du cursus. "Les apprentis suivent un module de la formation dans un centre professionnel avec un formateur allemand avec leurs outils, leurs méthodes de travail. On a inclu la mobilité dans le cursus sur 15 jours.  C'est relativement innovant et nous sommes un des premiers CFA à faire cela, explique Aurélie Bost, enseignante en Anglais et référente mobilité européenne au sein du centre de formation.
Les projets liés à la mobilité européenne sont financés dans le cadre du projet Erasmus +, avec l'aide du Conseil régional, du Département et de l'office franco-allemand pour la jeunesse, qui apporte sa contribution financière pour les projets avec l'Allemagne. Quentin, à la fin de ses études serait assez tenté par une expérience à l'international mais pas en Europe. "Nous sommes sur un échange avec d'autres jeunes en formation. L'Allemagne, c'est un pays qui me faisait déjà envie comme destination. L'expérience est positive, j'ai été surpris par les horaires de repas et il n'y a pas trois repas structurés comme chez nous." Quant on évoque le terme Europe, Quentin est sévère. Il évoque d'emblée le terme contraintes surtout par rapport à l'exercice de son métier, les normes qui sont de plus en plus contraignantes, notamment au niveau de la pollution et du bruit. Il juge certaines choses aberrantes sans citer d'exemples précis.  Il souhaiterait que chaque pays ait les mêmes règlements. Sur les points positifs, il retient le fait de pouvoir  voyager librement. Le jeune garçon exercera pourtant son droit de vote, ne sachant pas pour qui voter. Ce sera la première fois. 

D'autres destinations envisagées

Aurélie Bost, souhaite développer cette mobilité européenne en développant d'autres destinations comme vers les pays Baltes, la Norvège, le Danemark, la Pologne.  "Notre souhait est de développer de nouveaux partenariats. Un de nos objectifs est de permettre à tous les jeunes apprentis de partir quinze jours, dans un pays européen.  Sur 2000 apprentis, nous allons faire partir une  petite cinquantaine de jeunes de tous niveaux, de tous corps de métiers, des coiffeurs, des bouchers, des carrossiers au cours de cette année scolaire. Nous demandons aux jeunes une participation de 150 euros, soit 10 % du coût du séjour. Les premières années, il a fallu lever les freins des maîtres d'apprentissages, car les apprentis, sont absents de l'entreprise au moins une semaine.  On perçoit une évolution positive. Sur le dernier séjour, j'ai du refuser du monde.  A l'avenir, mon souhait est de faire partir des maîtres d'apprentissages, que les artisans puissent bénéficier  aussi de ce programme Erasmus + pendant quelques jours." 
 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4437
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !